Mes lectures de janvier et février 2017

6 Mar

Je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures de janvier et février !

Comme d’habitude un peu de tout ! Je vous laisse découvrir !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

J’ai passé  beaucoup de temps sur les deux premières lectures, absolument passionnantes mais qui demandent tout d’abord le livre de Céline Alvarez, Les Lois naturelles de l’enfant aux Editions Les Arènes.

Céline Alvarez a mené une expérience dans une maternelle en « zone d’éducation prioritaire » et « plan violence », à Gennevilliers. Elle a respecté les « lois naturelles de l’enfant » et les résultats ont été exceptionnels. A la fin de la deuxième année, tous les enfants de grande section et 90% de moyenne section, étaient lecteurs et affichaient d’excellentes compétences en arithmétique. Ils avaient par ailleurs développé de grandes qualités morales et sociales. Ce livre fondateur révèle une autre façon de voir l’enfant et de concevoir son éducation à la maison et à l’école. Céline Alvarez explique de manière limpide les grands principes scientifiques qui sous-tendent l’apprentissage et l’épanouissement. Elle partage son  expérience, les activités qui peuvent aider les enfants à développer leur potentiel, ainsi que la posture appropriée de l’adulte.  La révolution de l’éducation est possible.

J’ai retrouvé dans cet ouvrage beaucoup de choses mises en place dans l’école de BBB, où les maternelles reçoivent une pédagogie très inspirée de Montessori. J’ai également beaucoup appris dans cet ouvrage dense mais passionnant, je me suis remise en cause dans mes propres pratiques, bref il y a de quoi exploiter ! Quel dommage que cette démarche ne soit pas plus exploitée de façon officielle, j’espère que notre prochain ministre de l’Education Nationale prendra le temps de lire cet ouvrage.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Pour comprendre les données scientifiques du précédent, j’ai souhaité lire le livre du Dr Catherine Guegen chez Pocket, Pour une enfance heureuse : repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveauLes dernières découvertes scientifiques sur le développement et le fonctionnement du cerveau bouleversent notre compréhension des besoins de l’enfant. Elles démontrent qu’une relation empathique est décisive pour permettre au cerveau des enfants et des adolescents d’évoluer au mieux, en déployant pleinement ses capacités intellectuelles et affectives.  Catherine Gueguen nous fait partager ces découvertes et propose des conseils éducatifs pour les parents et les professionnels. Un véritable plaidoyer en faveur d’une éducation bienveillante qui remet en cause nombre d’idées reçues. 

Un livre avec des infos scientifiques mais pourtant très accessible et très pédagogiques ! A lire et surtout à faire lire à tous ceux qui ne comprennent pas notre choix d’éducation bienveillante ! Une lecture incontournable !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Pilotez votre réussite: 15 actions pour prendre les commandes de sa vie professionnelle (*)  chez Booklis. Quel est le point commun des personnes qui rayonnent ? L’argent ? Le succès ? La célébrité ? La beauté ? Non, le point commun des personnes qui rayonnent, c’est le fait qu’elles dirigent elles-mêmes leur vie quelles que soient leurs fonctions professionnelles, leur niveau de responsabilités ou leurs revenus. Ce livre a pour objectif d’accompagner le lecteur dans sa transformation en décideur de sa vie professionnelle. L’ouvrage rassemble 15 idées clés traitées par 15 auteurs qui ont en commun d’accompagner des dirigeants d’entreprise dans le développement de leurs affaires, notamment via leur appartenance à BNI, premier réseau d’affaires au monde. Il ressort qu’il existe des valeurs partagées par un grand nombre qui lorsqu’elles sont conscientisées permettent d’asseoir votre fonctionnement, d’animer vos actions et de déboucher sur votre réussite à long terme. 

Un livre de déplacement personnel inspirant et riche en conseils. Son originalité voir le sujet traité par 15 auteurs et donc par 15 personnalités différentes dans lesquels chacun saura se retrouver. Ce découpage aussi rend facile d’accès cet ouvrage. Et puis j’ai apprécié qu’il ne soit pas que question de réussite à tout prix, plusieurs chapitres mettent en avant des valeurs humaines essentielles: la solidarité, le don, l’engagement, la générosité, la positive attitude…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Et puis je me suis détendue en BD avec tout d’abord L’intégrale de Benoît Brisefer par Peyo. Dégotée à tout petit prix sur Amazon ! (désolée elle a depuis réaugmentée ! )  aux Editions Caméléon. Une intégrale qui regroupe les 13 titres des aventures du  petit héros herculéen créé par Peyo. Benoît Brisefer est un petit garçon comme les autres. Enfin, pas tout à fait comme les autres… Il possède une force extraordinaire qui lui permet de soulever des charges très lourdes, de courir très vite, de sauter très haut et de souffler très fort. Cette particularité l’amène souvent à venir en aide aux autres. Mais Benoît a un talon d’Achille : lorsqu’il attrape un rhume, il perd toute sa force.

Mon loulou n’est pas encore en âge de le lire, mais il bave déjà dessus et le feuillette. J’ai adoré les pages en introduction expliquant les secrets de ce personnage et présentant un peu mieux ces auteurs . Un indispensable de toute bonne BDthèque.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Et puis IMMENSE- IMMENCE COUP DE COEUR ♥ ♥ pour les  2 BD de Pénélope Bagieu Culottées (tome 1 ) et Culottées ( tome 2), je vous en parlais dans Samedi en musique, j’ai découvert dans ces ouvrages des destins incroyables tantôt fantasques, tantôt tragiques ou inspirant le respect. Mes parents m’ont offert le premier pour Noël ( merci papa maman 😉 ), je n’ai pas su attendre pour découvrir le second et me le suis offert aussitôt ! Des présentations pleines d’humour, mais bien documentées, qui font des lectures de ces deux ouvrages un chouette moment à la fois ludique et didactique. A s’offrir le 8 mars par exemple 😉

Tome 1 : Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclats les préjugés.Quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin.

Tome 2 : Sonita, rappeuse afghane et exilée militante ; Thérèse, bienfaitrice des mamies parisiennes ; Nellie, journaliste d’investigation au XIXe siècle ; Cheryl, athlète marathonienne ; Phulan, reine des bandits et figure des opprimés en Inde… Les Culottées ont fait voler en éclat les préjugés. Quinze nouveaux portraits drôles et sensibles de femmes contemporaines qui ont inventé leur destin.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part  (*) de Sabrina Philippe aux Editions Eyrolles. Dans la trempe de Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une ( cf ma présentation ICI ), ce roman est à la fois un livre de déplacement personnel mais aussi un très joli roman qui m’a beaucoup touchée. J’ai été transportée par cette histoire racontée avec beaucoup de fluidité, de sensibilité et d’un brin de mysticisme. L ‘auteure Sabrina Philippe est psychologue. Chroniqueuse dans l’émission Toute une histoire, elle collabore désormais avec divers magazines et radios. J’ai été séduite par sa plume délicate et envoutante.

Elle est encore jeune, un peu connue, mais déjà lasse. Elle parle d’amour sur les plateaux de télévision, donne des conseils éclairés, mais peine à trouver du sens à sa propre histoire. Ses pas la guident malgré elle vers l’île Saint-Louis près de laquelle elle a emménagé après une rupture difficile. Dans un café de l’île, où elle a pris l’habitude de commencer ses journées, elle fait une rencontre qui va bouleverser sa vision du monde, de l’amour, et qui changera sa vie à jamais.  Elle a les cheveux blancs et les yeux clairs. Elle était journaliste. Elle a cherché l’amour dans les bras d’hommes qui l’ont plus ou moins aimée, jusqu’à ce que l’évidence d’une rencontre éclipse toutes les autres. Dans un café de l’ile Saint-Louis, elle est venue trouver la jeune femme qui parle d’amour pour lui transmettre son secret.  Lui a des boucles brunes et un regard noir. Il habite le même présent qu’elle, mais se souvient de temps anciens où ils se sont déjà rencontrés. Il sait qu’il ne peut pas l’aimer dans cette vie là, ou elle en mourra encore. Leur amour est au-delà de l’amour car elle et lui sont âmes surs. Ils se sont retrouvés dans ce café de l’île Saint-Louis, mais ils devront attendre encore toute une vie avant leur dernier voyage.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le parfum de l’Hellebore (*) de Cathy Bonidan aux Editions De La Martinière. Derrière les grilles du centre psychiatrique Falret, s’épanouissent les hellébores, ces fleurs dont on pensait qu’elles soignaient la folie. Est-ce le secret de Serge, le jardinier taciturne qui veille sur les lieux, pour calmer les crises de Gilles ? Toujours est-il que le petit garçon, autiste de onze ans, s’ouvre au monde en sa présence.  Deux jeunes filles observent leur étrange et tendre manège, loin des grandes leçons des médecins du centre. Anne a dix-huit ans, c’est la nièce du directeur. Fuyant un passé compromettant, elle a coupé tout lien avec ses proches, si ce n’est sa meilleure amie, avec qui elle correspond en cachette.  Elle se lie d’amitié avec Béatrice, malicieuse jeune fille de treize ans, qui toise son anorexie d’un œil moqueur, pensant garder le contrôle des choses.  Mais rien ne va se passer comme prévu.  Dans ce roman lumineux et plein d’espérance, les destins de chacun vont se croiser, entre légèreté et mélancolie. La vie réserve heureusement bien des surprises.

Un autre gros coup de cœur ♥. Le livre est scindé entre deux parties qui sont liées de façon très originales. La première partie nous emmène dans l’intimité de jeunes filles échangeant des lettres, écrivant un cahier secret et apportant à travers ces courriers ou écrits un témoignage sur les débuts de prise en charge de certaines maladies psychiatriques. La seconde partie se déroule longtemps après, les personnages qu’on y rencontre y sont écorchés vifs, mélancoliques, profonds et sensibles et m’ont beaucoup rappelé ceux d’Ensemble c’est Tout d’Anna Gavalda, des personnalités touchantes qui nous délivrent un message empreint d’amour et d’humanité.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les anges sans visage  (*) de Tony Parsons aux Editions de la Martinière. Nous sommes à Londres. Max Wolfe, enquêteur au coeur tendre, flanqué de sa petite fille et de son chien (un Cavalier King Charles), doit faire face de nouveau à la noirceur et la violence du Londres des beaux quartiers. Une famille aisée, bourgeoise, est retrouvée massacrée dans sa demeure du nord de la ville, le lendemain des fêtes du Premier de l’an. On retrouve les corps du père, de la mère, et de deux adolescents. Mais le plus jeune enfant manque à l’appel. A-t-il été enlevé ? Les victimes ont par ailleurs été assassinées avec un pistolet d’abattage, qui sert habituellement à tuer les gros animaux de boucherie avant qu’on ne les égorge à l’abattoir. Max Wolfe finit par retrouver la trace, grâce aux archives du Black Museum (le musée de Scotland Yard) d’un serial killer, qui, 30 ans plus tôt, utilisait cette arme pour son modus operandi. Mais « l’équarisseur » est aujourd’hui un homme grabataire, mourant. Impossible de penser qu’il a commis ces meurtres. Alors quoi, un copycat, un vulgaire imitateur ? Ou bien quelqu’un qui cherche, au contraire, à piéger l’ancien meurtrier ? 

Un thriller au suspens haletant, avec parfois certaines scènes difficiles ( âmes sensibles s’abstenir), le héros se trouve dans des situations parfois rocambolesques qui font perdre un peu de crédibilité au récit.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Un ouvrage à part et qui m’a énormément touché Mon secret (*)  de Niki de Saint-Phalle aux Editions La Différence.  Reparaît à l’identique « Mon Secret », ce court récit écrit d’une main d’enfant que l’artiste emblématique des « Nouveaux Réalistes » confia à La Différence en 1994. Niki de Saint Phalle y raconte le viol commis sur elle par son père, banquier digne et honorable, quand elle avait onze ans. Elle le raconte avec des mots simples, parce que le crime doit être dit, parce que le silence cautionne, parce que l’horreur est d’autant plus répandue quand elle est d’une manière ou d’une autre tolérée.

On ne peut qu’être sous le coup de l’émotion à la lecture de ce calvaire enduré, émotion décuplée par le fait que ‘ouvrage reproduit un cahier de l’auteure, on y retrouve une écriture pleine d’innocence, cette innocence qu’on lui a pourtant volée. Une lecture dont on ne ressort pas indemne et qui aide à mieux comprendre la personnalité et l’œuvre de l’artiste.

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

3 Réponses to “Mes lectures de janvier et février 2017”

  1. Mathy 6 mars 2017 à 23 h 30 min #

    que de lectures ! Le premier m’intéresse mais je crois qu’une version plus simple me conviendrait mieux pour ne pas lâcher en cours de route malgré que ce soit passionnant j’en suis sûre !
    Je connais Benoit Brisefer mais je ne me souviens même plus si j’aime (bouh une honte pour une passionnée de BD)
    Culottées j’aimerais me lancer mais j’ai peur d’être déçu, j’ai eu du mal avec California Dream

    • bbbsmum 7 mars 2017 à 21 h 23 min #

      Je suis sûre que tu aimes Brisefer !
      Je suis en pleine lecture de California dream, j’aime beauocup, mais culottées sont très différents ! Ces destins m’ont vraiment captivée !

Trackbacks/Pingbacks

  1. La semaine de la BBB’s family (semaine 10- 2017) | BBB's mum - 12 mars 2017

    […] Lundi : je vous présentais mes dernières lectures ! […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :