Mes lectures de mai 2018

5 Juin

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

 

Bilan  de ce mois de  mai 2018 – 13 ouvrages :

huit romans, deux livres pratiques,  et trois bandes-dessinées  !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

♥ Je commence avec mon chouchou du mois ♥

Les Couleurs de la vie de Lorraine Fouchet aux Editions Le livre de poche : Fraîchement débarquée de son île bretonne à Antibes pour devenir la dame de compagnie de Gilonne, Kim est frappée par la complicité qui unit cette ancienne actrice à son fils unique. Aussi, quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle apprend que celui-ci aurait disparu des années plus tôt… Gilonne est-elle victime d’un imposteur ? Guidée par son désir de protéger celle qui pourrait être sa grand-mère, Kim va tenter de percer le secret de cette mystérieuse famille. Des vagues de tendresse, un parfum de Bretagne, une pincée de suspense et de l’humour à foison… : Lorraine Fouchet déploie ici toute la magie de son écriture.

Après avoir découvert Entre ciel et Lou, puis La mélodie des jours, c’est le3ème ouvrage que je lis de cet auteure, et je reste sous le charme de sa plume, une fois encore elle nous offre un personnage, une héroïne toute en force, tout en fêlures, une belle âme tout en humanité en peine avec ses doutes et ses secrets. Une nouvelle fois Lorraine Fouchet nous fait découvrir ce qu’il y a  de meilleur en l’autre, nous apprenant à changer nos regards, et puis le clin d’œil à l’île de Groix est toujours présent ! Ne passez pas à côté de cette pépite !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Fendre l’armure (*) d’Anna Gavalda aux Editions J’ai lu : Je pourrais dire que c’est un recueil de nouvelles, que ce sont des histoires, qu’il y en a sept en tout et qu’elles commencent toutes à la première personne du singulier mais je ne le vois pas ainsi. Pour moi, ce ne sont pas des histoires et encore moins des personnages, ce sont des gens. De vraies gens. Ils parlent pour essayer d’y voir clair, ils se dévoilent, ils se confient, ils fendent l’armure. Tous n’y parviennent pas mais de les regarder essayer, déjà, cela m’a émue. C’est prétentieux de parler de ses propres personnages en avouant qu’ils vous ont émue mais je vous le répète : pour moi ce ne sont pas des personnages, ce sont des gens, de réelles gens, de nouvelles gens, et c’est eux que je vous confie aujourd’hui. A. G.

J’ai retrouvé un peu de Billie dans ce recueil de nouvelles, j’aime le choix des mots de l’auteure qui sait à merveille passer de la délicatesse au brut de décoffrage ! Je regrette la critique parfois injuste avec ces deux ouvrages. C’est du très joli Anna Gavalda, des tranches de vie raconter avec franchise et beaucoup de sensibilité ! J’ai adoré !!!!

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Monsieur Je-sais-tout (*) d’Alain Gillot aux Editions J’ai Lu : Vincent, un homme solitaire, blessé par l’existence, voit débarquer dans sa vie son neveu, atteint du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme. D’abord méfiant envers ce garçon qui joue aux échecs toute la nuit, ne regarde jamais dans les yeux et s’exprime d’une manière déroutante, Vincent va peu à peu s’attacher à lui et l’aider à trouver sa place dans une société que la différence effraie. Ce faisant, il va de nouveau s’ouvrir au monde.

C’est un beau roman avec un personnage autiste qui sait ne pas tomber dans le pathos ou le documentaire autour des particularités ou atypies des Asperger. En effet le petit garçon autiste est certes un personnage central mais comme les autres il porte des failles, des souffrances mais aussi des capacités de résilience et de foi en l’avenir. C’est aussi l’histoire de belles rencontres ou retrouvailles, d’une famille qui se construit ou se reconstruit. Je serai curieuse maintenant de découvrir l’adaptation cinématographique qui a pu être faite de ce très beau roman.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Un escargot tout chaud (*) d’ Isabelle Mergault aux Editions J’ai Lu : Ce jour-là, le braqueur aurait mieux fait de pousser la porte d’une autre bijouterie… Menaces, ultimatum ou revolver sur la tempe, aucune des six personnes qui se trouvent dans la bijouterie de Rose ne semble impressionnée ! Amour, famille, enfants, ils ont tout raté. Alors vous pensez, un braquage…!

Drôle percutant mais sensible ! J’étais fan de l’humoriste, de la réalisatrice, je suis conquise par ses talents d’écrivain ! C’est déjanté, truculent, drôle, rythmé mais aussi sensible ! Un vrai vaudeville avec des personnages haut en couleur et une situation rocambolesque ! On passe un excellent moment ! ( Bien trop court d’ailleurs !)

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La Malédiction de la Zone de Confort de Marianne Levy aux Editions Pygmalion : Rose a (presque) tout pour être heureuse. Après 763 auditions infructueuses elle a enfin décroché son premier grand rôle dans la série télé de l’année. Elle peut compter sur le soutien d’une joyeuse bande et d’un fiancé imaginaire avec qui elle assure vivre, enfin, une relation équilibrée. Son unique manque ? Un précieux recueil de poésie médiévale dont elle a besoin pour calmer son émotivité pathologique.

Ben n’a (presque) rien pour être heureux. En panne d’émotions, le scénariste et auteur de polars n’arrive plus à écrire une ligne. Il se noie dans un quotidien sinistre qu’il dissimule mal à ses deux seuls amis. Son unique réconfort ? Les mails hystériques d’une dingue qui lui réclame un bouquin comme une naufragée, une bouée au milieu du Pacifique.

Ils étaient faits pour ne PAS se rencontrer.
Probabilité qu’ils vivent un jour heureux ensemble : nulle.
Probabilité qu’une probabilité soit fausse : non négligeable.
Et si la vie déjouait les algorithmes ?

J’avais découvert l’auteur grâce au recueil de nouvelles de Noel ( cf ICI), j’ai été ravie que ma copine chérie me prête ce roman, qui se dévore très rapidement ! On est certes dans de la lecture feel-good, mais c’est très bien écrit, on ne s’ennuie pas avec cette héroïne aux faux airs de Bridget Jones et son Marc Darcy à la française ! Une chouette comédie romantique moderne, loufoque, pleine d’auto-dérision, avec le bon équilibre de guimauve/ bon vin ! (comprenez bon équilibre entre doux sentiments, humour, bons mots et un brin de folie !). A glisser sans hésiter dans votre panier de plage cet été !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

L’Angiome (*) de Claire Huguonnet aux Editions Bergame : Julie et Antoine doivent accepter et supporter avec courage et loyauté le divorce de leurs parents. Ils s’appuient l’un sur l’autre pour avancer. Pourtant, Julie ne réussira pas à choisir avec lequel des deux aller vivre. Elle ne trouvera pas la force et le courage de blesser l’autre. a justice décidera donc pour elle : elle suivra son frère et sa mère dans un voyage tout à fait nouveau, plein de découvertes et de surprises parfois attachantes, parfois décevantes et douloureuses. Sa vie quotidienne défile néanmoins avec une certaine souffrance interne. Finalement, un grand évènement finit par changer sa destinée…

Un roman assez dur, tant les épreuves diffciles s’enchainent… Malgré tout l’ensemble est ancré avec une certaine distance, comme si les faits devaient être décrits, mais les émotions laissaient à bonne distance, une écriture qui m’a assez déstabilisée. Une vraie tragédie qui salue le courage de l’héroïne, sans nous laisser le temps de nous apitoyer sur son sort. J’ai fini la lecture avec un certain malaise, une sorte de sentiment d’impuissance face à cette jeunesse brisée. C’est un roman pour lequel je serai curieuse de lire d’autres avis, tant il m’a dérangée…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Doublement piégé (*) de Dounia Bouzar chez Saltimbanque Editions : Après le succès de Comment ma meilleure amie s’est fait embrigader, Dounia Bouzar nous entraîne sur les traces d’un jeune garçon qui se laisse prendre au jeu d’Internet et des réseaux sociaux… puis au piège d’un réseau djihadiste…

Alex Edouk est le fils d’un juge antiterroriste d’origine marocaine, totalement intégré à la culture française et d’une mère peu inspirée par la religion. En quête de repères et d’identité, l’adolescent trouve refuge auprès de son grand-père paternel dont il partage les valeurs religieuses. Lorsque le vieil homme meurt, Alex se sent totalement démuni. Il entre alors en contact avec une jeune fille sur le Web. Elle lui ouvre la porte d’un monde protégé par la loi divine, un monde qui lui permettra d’atteindre le Paradis… élas, le piège radical se referme. Une course contre la montre haletante où se mêlent trahison, piège et rencontres à haut risque, entre France, Syrie et Turquie, sur les terres de prédilection des djihadistes…

Un ouvrage dur, sombre et malheureusement cruellement ancré dans notre réalité.  L’auteur nous plonge avec succès dans une atmosphère lourde et oppressante. Terrifiante, quand on connaît les risques actuels ! Si le parti pris est plus que judicieux et pertinent, le lecteur regrettera toutefois quelques facilités tant dans le traitement du sujet que dans la forme. Plusieurs passages auraient mérités de plus amples développements. Par ailleurs, l’intrigue manque parfois de réalisme ou tout au moins ne semble pas toujours crédible, notamment dans la relation entre les parents et l’enfant, ou encore dans les moyens utilisés au moment du dénouement. A lire toutefois pour mieux comprendre ce phénomène d’embrigadement.

 

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les retournants (*) de Michel Moati aux Editions HC : Août 1918, deux soldats décident de fuir le front. Sur le front de la Somme, la guerre n’en finit plus de finir. Vasseur et Jansen, deux lieutenants français terrorisés par l’imminence d’une dernière grande offensive qu’on annonce terriblement meurtrière, décident de fuir le front. Les voilà déserteurs, et bientôt, pour préserver leur retraite, assassins. ous de fausses identités, ils trouvent refuge à l’Arrière, dans une étrange propriété forestière, à l’abri de la guerre et du monde. Là vivent un vieil industriel anobli désormais ruiné par la suspension des activités économiques, et sa fille Mathilde, poitrinaire et somnambule. ais François Delestre, dit  » le Chien de sang « , un capitaine de gendarmerie, traqueur de déserteurs, est déjà sur leur piste. Comme les limiers de chasse au flair infaillible, il a la réputation de ne jamais lâcher sa proie…

Piqué dans la PAL de BBB’s Dad, c’est lui en parle le mieux, en féru de cette période mais aussi en fervent défenseur de sa terre natale picarde chérie, voici son avis :

Un texte qui ne laisse pas indifférent. Même si l’aspect « policier » du roman n’apparait pas comme une évidence les ressorts psychologiques sont bien plus présents. Quoiqu’on puisse penser du récit, de l’intrigue, on ne  peut que reconnaître cet incroyable talent de Michel Moati qui, par le simple choix des mots, du lexique, des expressions utilisés, des tournures usitées  nous replonge dans l’atmosphère de cette France de 1918 et dans les tourments de cet improbable duo de déserteur.  Enfin, c’est avec émotion que le lecteur originaire de ce petit bout de Picardie découvre ou redécouvre ces paysages, ces plaines, ces vallons, ces rues, ces villes et ces villages aux noms si familiers.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

L’enfant atypique: Comprendre et accompagner les enfants atypiques (*) d’Alexandra Reynaud aux Editions Eyrolles : Certains enfants ne sont objectivement pas comme les autres. Leur comportement, leurs réactions, leur fonctionnement déroutent et interrogent leur entourage. L’atypisme de ces enfants qui n’entrent pas dans la norme peut également les faire souffrir s’ils ne sont pas compris, acceptés pour ce qu’ils sont et convenablement accompagnés durant l’enfance et l’adolescence. L’objectif de ce livre est d’éclairer les parents ayant un ou des enfant(s) hors norme, et de les guider dans une approche résolument bienveillante. Comment accompagner un enfant qui, du fait de sa différence, ne peut trouver sa place à l’école, dans la fratrie ou avec ses pairs ? Comment aider l’enfant auquel on reproche d’être « trop » (trop sérieux, trop lucide, trop intelligent, trop intuitif) à ne plus être envahi par cette clairvoyance, à lâcher prise ? Comment reconnaître et faire valoir les qualités des atypiques pour les aider à développer une saine estime d’eux-mêmes ? Au-delà de la question du diagnostic, Alexandra Reynaud répond à ces questions en considérant l’enfant et le parent comme des individus singuliers. L’étiquette d’hypersensibles, de dys, d’asperger, de précoce, importe peu. Comprendre et accompagner les enfants atypiques, c’est aussi reconsidérer les normes et assumer une différence qui à la fois rend vulnérable et enrichit.

Je suis depuis un petit moment le blog d’Alexandra, j’ai d’ailleurs déjà chroniqués d’autres de ses ouvrages, et le sujet de l’atypisme me passionne; d’autant que je croise au quotidien certains de ces enfants dans mon travail d’enseignante spécialisée. Je suis très admirative de la pédagogie de l’auteure, qui explique si bien les signes cliniques mais sait aussi proposer des pistes à exploiter en famille ou à l’école pour aider ces enfants à grandir du mieux possible dans la bienveillance et l’attention ! La présentation est un des points forts de cette collection, qui le rend très facile d’accès, ludique  et agréable à parcourir.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Secrets de santé du jardin – Spécial maman ! (*) de Thomas Saint vincent aux Editions Bussière : Cette collection de phytothérapie répertorie type de maux par type de maux, les plantes, fruits et légumes familiers et à portée de main dont on peut faire usage pour sa santé. Chaque entrée allie à la fois connaissances pharmacologiques précises – posologie, recettes, principes actifs – et usages communs. Une introduction permet de savoir comment facilement cultiver, collecter ou se procurer, les plantes, fruits et légumes dont il est question, ainsi que les préparer et les conserver pour un usage thérapeutique. Cet opus est consacré aux mamans : appétit, cellulite, crampes nocturnes, dépressions, vertiges, etc.

J’aime beaucoup le côté recettes de grand-mère ou recettes naturelles, je suis donc assez friande de ce genre d’ouvrages qui se dévorent d’une traite ou à loisir ponctuellement ! Un chouette petit guide richement illustré qui vous surprendra et vous apprendra plein de super recettes pour les petits maux ou tout simplement pour un mieux-être ou une mise en beauté !

 

 

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Deux BD également piquées dans la PAL de mon mari ( qu’il a reçu en cadeaux d’anniversaire); la génialissime série Les enfants de la résistance de Vincent Dugomier et Benoît Ers aux Editions Le lombard. Nous avions découvert cette série grâce à l’opération 48 h BD, Nous sommes tous deux conquis par cette série, les graphismes sont sublimes, le scénario est écrit avec une grande finesse, l’histoire est terriblement prenante, le partie pris intéressant puisqu’il nous montre toutes les facettes de la résistance, mais du regard de jeunes enfants engagés, les documentations apportées en fin d’ouvrage sont de qualité et apportent un éclairage plus historique. A lire et à faire lire aux adultes et enfants de votre entourage. Je vous avoue cependant avoir verser quelques larmes, mais aussi avoir très hâte de lire la suite.

Petit rappel, n’hésitez pas en prolongation de la lecture de ces albums, de visiter l’excellent site consacré à la série site :

 http://www.lelombard.com/enfantsdelaresistance/index.html

 


Les Enfants de la Résistance – tome 2 – Premières répressions : Grâce à l’impact de leurs actions, François, Eusèbe et Lisa ne sont plus les seuls à se rebeller contre l’occupant allemand ; des adultes entrent aussi à présent en résistance, notamment le maire, le curé et les parents d’Eusèbe et François. Tout en gardant leur anonymat, les jeunes résistants font à nouveau preuve d’un culot extraordinaire en faisant le lien entre adultes pour organiser un système de passage de prisonniers français évadés vers la zone libre. En parallèle, les Allemands renforcent leur surveillance et n’hésitent pas à recourir à la violence voire au meurtre. Nos héros sont directement confrontés à la mort et au racisme. Dans une France de plus en plus divisée, de petits grains de sable isolés parviendront-ils à enrayer la machine nazie ?

 

 


Les Enfants de la Résistance – tome 3 – Les Deux géants : Le papa de François a été fusillé par les nazis. Après cette épreuve, François, Lisa et Eusèbe sont plus que jamais déterminés à reprendre leurs activités résistantes. Toujours cachés sous le nom de « LYNX », ils mènent à bien de nouvelles missions, parfois très dangereuses, en collaboration avec « PEGASE », un agent de Londres, qui ne voit en eux que des petits messagers. L’oncle de François, qui espère revenir dans la ferme de son frère décédé, a beau être de la famille, ses opinions ne sont pas celles d’un résistant. C’est un adepte du Maréchal Pétain et ses intentions ne sont pas forcément louables… Avec l’entrée en 1941 de l’URSS et des États-Unis dans la guerre, c’est l’occasion pour François de s’intéresser à la politique, au communisme et au capitalisme, et de comprendre la difficulté d’organiser un monde juste où chacun trouverait sa place.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Et pour finir, une dernière BD sur le même thème, puisqu’elle se passe aussi pendants la seconde guerre mondiale, et qui nous questionne aussi sur les diffcilutés………

Le bruit de la machine à écrire (*) de Benoit Blary et Hervé Loiselet aux Editions Steinkis : Février 1944. Christa Winsloe, sculptrice, écrivain et dramaturge mondialement connue dans l’entre-deux-guerres pour Jeunes filles en uniforme, s’installe à Cluny avec sa compagne Simone Gentet. La ville est traumatisée par une récente vague d’arrestations mais, pour elles, la guerre est à l’autre bout du monde… Elles ouvrent un compte en banque, adoptent un chat, correspondent avec la Kommandantur pour obtenir des papiers, s’enivrent dans les cafés et font du tourisme. Elles travaillent la nuit et partagent une machine à écrire… Il n’en faudra pas davantage pour qu’on les accuse d’espionnage et qu’on les abatte dans un bois le 10 juin 1944. Au nom de la Résistance. En 1948, à Chalon-sur-Saône, quatre accusés font face à la justice. Pourquoi Christa Wlnsloe et Simone Gentet ont-elles été assassinées ? Les archives sont aujourd’hui accessibles.

Une BD qui m’a bouleversée ! Je ne connaissais pas ces personnages et j’ai été scotchée par leurs destinées et surtout leur fin tragique. La BD ouvre un grand dossier de l’histoire et nous amène à nous questionner, si les actes de résistance ont été héroïques et patriotiques, il y a eu aussi des drames, des actes de barbarie comme cet assassinat injuste par les héros des maquis ou leurs sympathisants. Une autre facette plus sombre de la résistance… et qui pourtant fait aussi partie de l’histoire de la deuxième guerre mondiale. La bd se finit elle aussi par un dossier documentaire particulièrement riche qui nous ouvre les archives de cette affaire.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

6 Réponses to “Mes lectures de mai 2018”

  1. mathy 6 juin 2018 à 10 h 17 min #

    que de lectures ! Beaucoup de tes présentations me donnent envie de les lire

    • bbbsmum 6 juin 2018 à 11 h 20 min #

      Chaque mois je me dis oh lala j’ai moins lu cette fois, et puis je sors la pal et bing ! je me surprends moi-même ! … bref passion des livres…

      • mathy 14 juin 2018 à 21 h 26 min #

        ah c’est marrant je me dis souvent ça. des fois j’ai même peur de ne pas avoir assez lu, comme si ce n’était pas bien, qu’il allait me manquer quelque chose

        • bbbsmum 15 juin 2018 à 22 h 07 min #

          mais c’est exactement ça !!!!

  2. Kid Friendly 6 juin 2018 à 22 h 10 min #

    Je suis bien loin de lire autant en un mois !!!! Les premiers me font envie. Les plus sombres nettement moins. J’ai su à la première ligne que le tout premier était un Lorraine Fouchet en lisant les premiers mots. J’avais beaucoup aimé entre Ciel et Lou.

    • bbbsmum 7 juin 2018 à 20 h 49 min #

      J’ai adoré les 3 ouvrages d’elle que j’ai lu ! Si tu as aimé entre Ciel et Lou tu ne peux qu’aimer celui-ci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :