Mes lectures de juillet et Août 2018

31 Août

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

 

J’ai un peu séché le rdv fin juillet pour cause de vacances 🙂

et c’est donc le bilan de deux mois que je vous propose aujourd’hui !

En  juillet et août 2018, j’ai donc lu : 16 ouvrages !

A ce nombre il faut rajouter les excellents romans ados et Young adult

déjà présentés sur le blog au fil de l’été.

N’hésitez pas à aller y jeter un coup d’œil !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Je commence avec trois romans de Carène Ponte ! Si j’ai beaucoup lu son blog, je n’avais pas encore lu ses ouvrages ! Mais j’ai eu la chance de la rencontrer en dédicace dans la grande librairie de ma ville en juin, et j’ai enchaîné ses 3 romans avec délice, vraiment séduite par la spontanéité mêlée à la fois d’humour et de tendresse de ses écrits ! Si vous n’avez jamais lu, foncez, c’est très agréable, frais, débordant de sincérité et de joie de vivre ! L’auteure utilise pas mal de notes de bas de pages dans ses écrits où elle interpelle de façon amicale le lecteur, et j’ai beaucoup aimé cette sensation de connivence !

Un merci de trop de Carène Ponte aux Editions Pocket : Sage et obéissante depuis le jour de sa naissance, Juliette a tour à tour été un bébé facile, une enfant modèle, une adolescente sans problèmes et une jeune fille rangée. À presque 30 ans, habituée à dire docilement oui à tout et effacée jusqu’à la transparence, elle ronronne dans la chaleur rassurante d’une vie sans remous d’assistante de gestion. Jusqu’à ce  » merci  » de trop, seule réponse qu’elle parvient à bafouiller après une énième humiliation professionnelle. Ouvrant brusquement les yeux sur le désert de son existence, Juliette décide de démissionner et d’enfin vivre ses rêves, au risque du désordre. Et du désordre, il va y en avoir beaucoup…

Certains traits de caractère de Juliette m’ont beaucoup parlé, moi qui apprend enfin à dire NON ! C’est léger et rythmé ! Un vrai feel-good mais avec en ptit bonus un boost de confiance en soi !

 

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Tu as promis que tu vivrais pour moi de Carène Ponte aux Editions Pocket : À trente ans, on n’imagine pas que l’on peut perdre sa meilleure amie. C’est pourtant le drame que Molly doit affronter quand Marie est emportée par la maladie. Juste avant de mourir, celle-ci demande à Molly de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour elles deux. Elle y tient, alors Molly accepte. Mais par où commencer ? Lâcher son travail de serveuse ? Rompre avec Germain ? Certes, il est comptable et porte des chaussons, mais il est quand même gentil. Quelques jours après l’enterrement, Molly reçoit un mystérieux paquet contenant douze lettres de Marie ; elle comprend alors que son engagement va l’entraîner bien plus loin que ce qu’elle imaginait…

On retrouve comme dans le précédent le ton de Carène pétillant et plein d’humour, mais le récit est aussi terriblement touchant sans sombrer dans la mélancolie, bien au contraire. J’ai lu la version poche qui est enrichie d’un bonus, le contenu des lettres de Marie. Un très joli texte que je vous invite à découvrir !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Avec des si et des peut-être de Carène Ponte aux Editions Michel Lafon : Aimeriez-vous savoir quelle serait votre vie si vous aviez fait d’autres choix ? Prof de français au lycée de Savannah (-sur-Seine), Maxine vit en colocation avec Claudia (et ses crèmes au jus d’herbe fermenté), elle aime Flaubert (ses élèves, Stromae), courir avec ses deux meilleures amies (trois cents mètres) et aller chez le dentiste (sa sœur). Maxine croit aux signes et aux messages de l’Univers. Pourtant elle ne peut s’empêcher de se demander :  » Et si j’étais allée ici plutôt que là, si j’avais fait ceci au lieu de cela, ma vie serait-elle chamboulée ?  » En bonne prof de français, Maxine aime le conditionnel… Mais à trop réfléchir Avec des si et des peut-être, ne risque-t-on pas d’oublier de vivre au présent ? Et si la vie décidait de lui réserver un drôle de tour ?

Je dois vous avouer avoir trouvé au départ l’histoire un poil angoissante, me projetant peut-être un peu trop dans la peau de l’héroïne ! Mais j’ai adoré l’histoire, le message fort laissé sous cette aventure riche en rebondissement et en émotion, et le questionnement intérieur qu’elle a fait naître en moi

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

30 ans (10 ans de thérapie): Journal d’une éternelle insatisfaite de Nora Hamzawi aux Editions Marabout : Obsessionnelle, parano et hypocondriaque, Nora Hamzawi partage ses petites angoisses ordinaires avec humour et autodérision. A mi-chemin entre séances chez le psy et journal intime, elle décortique des scènes de nos vies pour mieux y trouver sa place. Comment fait-on pour avoir l’air à l’aise en soirée ? Qui sont ces gens qui fréquentent les stations de skis ? Y a-t-il un âge pour arrêter de regarder La Boum ? Pourquoi est-ce qu’on est obligé de se tutoyer dans les magasins bios ? Son regard sur le monde, sa perception des situations et son désarroi, amusé et sensible, révèlent l’absurdité et la folie du quotidien. En bref, si vous vous demandez régulièrement si vous êtes normal ou à côté de la plaque, cette introspection sans filtre devrait vous aider à relativiser !

Ses interventions dans le Petit Journal me font mourir de rire, j’avais donc très hâte de lire ce livre de Nora Hamzawi. C’est vraiment relevé, hyper drôle, piquant, caustique ; et je dois bien avouer que parfois j’ai eu la sensation de me faire « rhabiller » et qu’au final ce livre questionne et remet en cause, tout ce que l’on peut dire ou faire un peu par automatisme !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Quand sort la recluse (*) de Fred Vargas aux Editions J’ai Lu : « Trois morts, c’est exact, dit Danglard. Mais cela regarde les médecins, les épidémiologistes, les zoologues. Nous, en aucun cas. Ce n’est pas de notre compétence. Ce qu’il serait bon de vérifier, dit Adamsberg. J’ai donc rendez-vous demain au Muséum d’histoire naturelle. Je ne veux pas y croire, je ne veux pas y croire. Revenez-nous, commissaire. Bon sang mais dans quelles brumes avez-vous perdu la vue ? Je vois très bien dans les brumes, dit Adamsberg un peu sèchement, en posant ses deux mains à plat sur la table. Je vais donc être net. Je crois que ces trois hommes ont été assassinés. Assassinés ? répéta le commandant Danglard. Par l’araignée recluse ? ».

Un bon thriller de Fred Vargas avec un héros-policier un peu hors norme de part ses failles. Le point de départ est un peu fantasque mais s’explique par l’intuition fort d’Adamsberg. Au delà de l’araignée, l’auteure nous fait découvrir l’autre signification médiévale de la recluse, absolument surprenante !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Dans le murmure des feuilles qui dansent d’Agnès Ledig aux Editions Albin Michel : Anaëlle, une jeune femme dont la vie a été bouleversée par un accident, se reconstruit doucement, entre son travail et sa passion pour l’écriture.Thomas raconte des histoires merveilleuses d’arbres et de forêt pour mettre un peu de couleur dans la chambre d’hôpital de Simon, un garçon lumineux et tendre. Chacun se bat à sa manière contre la fatalité. Mais est-ce vraiment le hasard qui va sceller leur destin ? Dans ce nouveau roman, Agnès Ledig noue une histoire simple et poignante où des âmes blessées donnent le meilleur d’elles-mêmes et nous rappellent, dans une nature à la fois poétique et puissante, que la vie est plus forte que tout.

Très touchant et bouleversant, ce livre est à la fois triste et terriblement optimiste. C’est un écrit très empreint de l’histoire de l’auteure et qui m’a personnellement beaucoup parlé, moi qui travaille auprès d’enfants malades et handicapés. Un très joli texte plein de profondeur et de bienveillance.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Une si brève arrière-saison (*) de Charles Nemes chez Hervé Chopin Editions : Un hymne à l’amour et à la vie… avec le cœur à l’envers. Jacques ne supporte plus la pâleur de son quotidien de jeune retraité. Seule sa nièce Adèle lui apporte un peu de lumière depuis qu’il a décidé d’écrire sans y arriver et s’est mis en tête de séduire Christine Angot sans plus de succès. Adèle a la fraîcheur de ses trente ans et les mêmes goûts musicaux que son rocker d’Uncle Jack. Elle est  » son héritière courage, sa revanche, sa réincarnation réussie « . Jusqu’au jour où elle accepte de prendre la place de concert d’une amie. Les Eagles of Death Metal jouent au Bataclan ce soir-là et elle ira pour voir. L’existence d’Adèle va sombrer alors que celle de Jacques retrouvera un sens. Il fallait la délicatesse et l’humanité de Charles Nemes pour aborder un tel sujet.

Une lecture qui m’a coupé le souffle. Le début texte est terriblement mordant, drôle et caustique, le personnage central est atypique, sans filtre, aussi bourru qu’attachant, et son obsession pour le personnage de Christine Anglot aussi surprenante qu’hilarante . Puis le drame du Bataclan et toute son horreur vous saisissent, on comprend mieux la complexité de la reconstruction tant pour les victimes que pour les proches… on se sent oppressé et impuissant et la fin de l’histoire vous coupe à nouveau le souffle… Une lecture pas facile, mais qui m’a beaucoup plu.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

L’arrondi silencieux (*) de Corentine Rebaudet aux Editions Balland : Deux soeurs et un frère, de pères différents, se retrouvent autour de leur mère décédée, Edith. Ils n’ont jamais rien construit de solide, se voyant rarement, se connaissant tout juste. À l’aube du nouveau millénaire Gabrielle, l’aînée, se découvre une grossesse surprise, Jérôme, quant à lui, s’enfonce dans la marginalité à Grenoble, au milieu de la drogue et de la peinture, Ophélie, la dernière, est aux prises avec un conjoint violent et tente de surnager dans ses études de médecine. Gabrielle décide de retourner sur les traces d’Edith dans la campagne lyonnaise, auprès de Théodore, son dernier mari. Elle emporte avec elle une lettre reçue de l infirmière l’ayant soignée et portant le prénom « Icare ». Qui est-il ? Est-il en vie ? Bien vite les théories s accumulent, tandis qu’elle doit faire avec une grossesse non désirée. Partant d’un drame, acte terrible et insensé, L’arrondi silencieux raconte une fratrie éparse, les blessures de l’abandon, le tâtonnement des retrouvailles et les doutes de la maternité.

J’ai vraiment lu de très chouettes ouvrages cet été, mais celui-ci est vraiment mon préféré de l’été, mon coup de cœur. J’étais en larmes dès les premières pages, complètement happée par cette histoire de famille, j’ai beaucoup aimé l’écriture fluide et sincère de l’auteure, la galerie de personnages, avec notamment une infinie tendresse pour le personnage de Théodore. Le texte est parfois très dur, il raconte des sentiments forts, contrastés, souvent douloureux, mais aussi parfois doux et heureux. Notez-le absolument dans vos wish-lists, c’est un texte sublime et une histoire bouleversante

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

L’Ecrivain public (*) de Dan Fesperman aux Editions Cherche Midi9 février 1942. Dès son arrivée à New York, Woodrow Cain, un jeune flic du sud des États-Unis, est accueilli par les flammes qui s’échappent du paquebot Normandie, en train de sombrer dans l’Hudson. C’est au bord de ce même fleuve que va le mener sa première enquête, après la découverte d’un cadavre sur les docks, tenus par la mafia. Là, il fait la connaissance d’un écrivain public, Danziger, obsédé par les migrants qui arrivent d’une Europe à feu et à sang, ces fantômes au passé déchiré et à l’avenir incertain. Celui-ci va orienter Cain vers Germantown, le quartier allemand, où, dans l’ombre, sévissent les sympathisants nazis. Alors que le pays marche vers la guerre, la ville est en proie à une paranoïa croissante. Et les meurtres continuent… Au fil d’une intrigue passionnante, Dan Fesperman évoque avec un réalisme rare quelques pages aussi méconnues que fascinantes de l’histoire de New York : l’influence nazie, le sort des immigrés juifs et l’implication de la mafia dans le conflit mondial.

Élu Meilleur roman policier de l’année par le New York Times, c’est effectivement un excellent polar qui nous plonge dans la grande Pomme des années 40 en plein conflit mondial. On se perd parfois devant la profusion de personnages, c’est une lecture qui demande donc de l’attention, mais qui est aussi très riche et documentée, on découvre des pans méconnus de l’histoire récente. Captivant !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Mon yoga, ma détox, mes emmerdes (*) de Brigid Delaney aux Editions First : Voici la véritable histoire, sans complaisance, d’une femme en quête de bien-être. Jus pressés à froid, désintoxication au sucre, régime paléo, yoga bikram, pleine conscience… L’industrie du bien-être se porte comme un charme. Mais toutes ces techniques censées nous rendre heureux et en bonne santé fonctionnent-elles vraiment ? C’est la question que s’est posée Brigid, journaliste au bout du rouleau mais prête à tout pour un peu plus de sérénité. Armée d’un courage sans faille, elle décide d’abandonner son train de vie, fait de repas festifs et de soirées parfois trop arrosées, pour tester sur elle-même toutes les méthodes en vogue. Après avoir survécu à une détox bien corsée de 101 jours, elle voyage dans le monde entier et se retrouve rapidement à vivre des situations loufoques, entre nettoyage du côlon au Philippines et thérapie de groupe en plein cœur du bush australien. Découvrez le récit hilarant d’une femme qui a fait don de son corps pour la recherche du bonheur !

L’analyse de l’auteure face aux différentes méthodes m’a beaucoup intéressée, mais j’ai été toutefois un peu déçue car je m’attendais à un écrit plus romancé, plus enlevé et enjoué. On est plus dans un écrit sociologique et analytique, avec quelques longueurs.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le dictionnaire de ma vie de Claude Lelouch aux Editions Kero : Claude Lelouch est un amoureux. À 78 ans, il nous dit sa passion pour les femmes, le cinéma et la vie. Très librement, il nous raconte ses tournages, mais, aussi, les secrets et les caprices des actrices et acteurs qu il a mis en scène. Très simplement, il nous révèle l alchimie du style Lelouch, celui qui donne toutes ses chances à l instant présent, à la spontanéité et à l improvisation. Ce dictionnaire, « Lelouchissime », est une leçon de vie et de cinéma. Pas de doute, Claude Lelouch appartient, d ores et déjà, au panthéon du cinéma français.

C’est un des cadeaux de mon petit mari pour mon anniversaire de mariage ! Je ne vais pas être objective car je suis une grande fan de ce monsieur, et donc j’étais déjà en amour avec l’ouvrage avant de l’ouvrir ! Si vous êtes fan comme moi de Lelouch, ou si vous avez envie de découvrir ce personnage aux 1000 vies et au talent fou, n’hésitez pas !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le jour où les lions mangeront de la salade verte de Raphaëlle Giordano aux Editions Eyrolles : L’homme est un lion pour l’homme… Et les lions ne s’embarrassent pas de délicatesse. Sûrs de leur bon droit, ils imposent leurs vues sans conscience de leur égocentrisme et de leur appétit excessif pour les rapports de force. Ces lions, nous les croisons tous les jours : automobiliste enragé, conjoint gentiment dénigrant, chef imbu de pouvoir, mère intransigeante qui sait mieux que nous ce qui est bon pour nous… C’est ce que Romane appelle la « burnerie » !
Trentenaire passionnée et engagée, Romane a créé pour aider ces félins mal embouchés une société qui leur propose des sessions de relooking intégral de posture et de mentalité. Dans son nouveau groupe, elle a de très beaux cas. Surtout un : Maximilien Vogue, célèbre homme d’affaire, PDG d’un grand groupe de cosmétique, charismatique en diable, mais horripilant spécimen de « burné » égotique. Saura-t-elle le conduire à faire évoluer ses comportements pour l’amener à révéler autrement sa puissance intérieure avec plus de justesse et de respect pour les autres? Une chose est certaine : elle va avoir du fil à retordre…

Clairement c’est ma déception de la sélection ! J’en avais entendu le plus grand bien, mais dès le début j’ai eu du mal à accrocher, j’ai donc sollicité quelques avis sur mon compte instagram et ouf je n’étais pas la seule ! J’avais adoré le premier texte de Raphaëlle Giordano, cette fois j’ai été déçue par le côte moralisateur dès les premières lignes. Je trouve que dans le premier nous accompagnons le cheminement de l’héroïne dans sa quête de soi ! Elle grandissait au fur et à mesure de ses rencontres et le lecteur grandissait avec elle, prenant ou non pour lui ce qui l’interpelait dans sa quête. Dans ce nouveau titre, je n’ai pas retrouvé cette bienveillance, et je n’ai pas du tout aimé l’arrogance, la prétention de l’héroïne, une trop grande assurance qui discrédite pour moi complètement sa cause.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les Derniers Jours de Rabbit Hayes de Anna McPartlin aux Editions Pocket : Neuf jours. C’est ce qu’il reste à vivre à Mia Hayes, surnommée affectueusement  » Rabbit « . Neuf jours, après plusieurs mois de combat – parce que Rabbit est une battante, une Irlandaise bien trempée. À son chevet, famille et proches se relaient en un joyeux ballet de souvenirs. Entre silences, gaffes et fous rires, toute la vie de Rabbit ressurgit alors : l’enfance, l’adolescence, Johnny son grand amour, et Juliet, sa fille de 12 ans – une certaine idée du bonheur… Au fil des jours, tous s’interrogent sur leur vie et accompagnent Rabbit dans un voyage émotionnel d’une grande intensité. Quel meilleur bagage pour partir vers la lumière ?

Ma maman m’a prêté ce livre il y a un an, je peinais à l’ouvrir, ayant peur d’y découvrir beaucoup de tristesse . J’avais tout faux ! Divinement écrit, le texte est aussi lumineux que l’héroïne est solaire ! Alors certes on se déleste de quelques larmes, mais c’est surtout une formidable ode à la Vie, une ode à l’Amour.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La ballade de l’enfant-gris de Baptiste Beaulieu aux Editions Le livre de Poche : C’est l’histoire de Jo’, un jeune interne en pédiatrie à la personnalité fantasque, à qui tout sourit. C’est l’histoire de No’, un garçon de sept ans, attachant et joueur, qui est atteint d’un mal incurable et ne comprend pas pourquoi sa maman ne vient pas le voir plus souvent à l’hôpital. C’est l’histoire de Maria, une mère secrète, qui disparaît à l’autre bout du monde au lieu de rester au chevet de son fils. Un matin survient un drame qui lie pour toujours le destin de ces trois êtres. Inspiré par le choc ressenti lors de la disparition de l’un de ses jeunes patients, l’auteur nous offre un troisième roman poignant qui nous entraîne dans une quête initiatique bouleversante.

Une histoire qui mêle conte et terrible destinée. On ne voit pas toujours où Baptiste Beaulieu veut nous emmener, mais on a terriblement envie de se laisser porter par l’espoir et de le suivre. Je suis toujours admirative de la profonde humanité de l’auteur dans ses écrits sur son blog ou ses commentaires de ses clichés Instagram, j’ai retrouvé cette humanité sublimée dans ce très joli texte !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La tresse de Laetitia Colombani aux Editions Le livre de Poche :

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est réservé et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité. Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Encore un roman qui m’a bouleversé, un coup de cœur là aussi ! On déouvre trois combattante, trois guerrières, dont les destins sont liées alors que leurs vies sont si éloignées. Ca se décore très vite, c’est à la fois dur et tendre, et ça suscite beaucoup d’admiration ! Un sublime texte qui va d’ailleurs être adapté en album jeunesse chez Grasset en novembre, j’ai entraperçu les illustrations de Clémence Pollet, elles sont parfaites pour ce texte, j’ai hâte de voir le résultat final !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Là où tu iras j’irai de Marie Vareille aux Editions Le livre du poche : Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : catastrophique. Le jour où elle refuse d’épouser l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue. Elle accepte alors le seul rôle qu’on lui propose : se faire passer pour l’irréprochable nanny du petit Nicolas, qui n’a pas prononcé un mot depuis la mort de sa mère, afin d’infiltrer sa famille et d’y exécuter une étrange mission. Elle part donc pour l’Italie, dans la maison de vacances familiale, loin d’imaginer à quel point la rencontre avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde.

C’est le premier livre que j’ai lu en arrivant sur mon lieu de vacances fin juillet, il était parfait pour mes premiers temps de décompression en mode chaise longue au bord de la piscine ! Un feel-good frais, drôle avec une bonne dose de romance, d’excentricité et de péripéties !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

15 Réponses to “Mes lectures de juillet et Août 2018”

  1. mathy 1 septembre 2018 à 6 h 03 min #

    J’étais pressée de découvrir tes lectures de l’été ^^
    L’arrondi silencieux je l’ai dévoré, pareil, j’étais prise par l’histoire et les personnages
    Les derniers jours de Rabbit Hayes est dans ma liste pour le challenge Livraddict
    Je notes quelques autres titres mais contente aussi d’avoir ton avis sur Le jour où les lions mangeront de la salade verte
    PS : manque un bout pour les deux derniers livres

    • bbbsmum 1 septembre 2018 à 10 h 57 min #

      oups je corrige ça ! merci beaucoup

  2. unfilalapage 1 septembre 2018 à 11 h 55 min #

    Merci beaucoup de m’avoir lue ! Je suis très heureuse de faire partie de tes coups de cœur !

    • bbbsmum 1 septembre 2018 à 19 h 56 min #

      Je pense que c’est un roman qui me marquera longtemps ! Encore bravo ! ❤

  3. Sophie 1 septembre 2018 à 20 h 57 min #

    Le Fred Vargas est dans ma Pal depuis un bon moment mais je n’arrive pas à me lancer…
    J’ai adoré la tresse qui m’a également bouleversé.
    Je note les autres 😊

    • bbbsmum 2 septembre 2018 à 21 h 15 min #

      Je pense que le côté historique dans ce Vargas te plairait ! Et effectivement plein d’excellents titres dans les autres propositions ! Tu me diras lequel t’as d’abord inspiré ! bisous

      • Sophie 2 septembre 2018 à 21 h 17 min #

        Faut d’abord que je termine Outlander 😅 encore 5 tomes mdr

        • bbbsmum 3 septembre 2018 à 15 h 06 min #

          ah oui quand même ! sacrée saga dis donc !

          • Sophie 3 septembre 2018 à 15 h 10 min #

            8 Tomes en tout il me semble et les deux derniers comportent 2 livres 😅

          • bbbsmum 3 septembre 2018 à 15 h 18 min #

            bon courage ! il va te falloir prolonger ton congé mater, non ? 😉

          • Sophie 3 septembre 2018 à 15 h 23 min #

            Arf j’ai fait 4 tomes en 3 semaines… il me reste 6 semaines 😊
            (Et les réveils nocturnes paraissent moins difficiles 😅)

          • bbbsmum 3 septembre 2018 à 16 h 08 min #

            Ah oui non c’est bon, ça va le faire ! 😉

          • bbbsmum 4 septembre 2018 à 8 h 39 min #

Trackbacks/Pingbacks

  1. Un fil à la page - Le blog littéraire de Corentine Rebaudet - 1 septembre 2018

    […] Bbbsmum […]

  2. Rentrée 2018 chez la BBB’s Family ! | BBB's mum - 2 septembre 2018

    […] le blog, j’ai reçu ce bel agenda des éditions Grasset. Je vous parlais vendredi dans mon bilan de lectures de l’été de l’adaptation du très beau roman La Tresse en album jeunesse, j’ai la chance […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :