Mes lectures d’octobre 2018

1 Nov

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan  de ce mois d’ octobre 2018 ( très BD vous le verrez ) :

1 roman,

13 bandes-dessinées ou romans graphiques

et 3 livres pratiques 

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le vertige des falaises (*) de Gilles Paris aux Editions J’ai lu : Marnie de Mortemer vit avec sa mère et sa grand-mère sur une ile sauvage balayée par le vent et recouverte d’herbes hautes, de sentiers escarpés et de falaises abruptes… Entre ces trois femmes aux caractères bien trempés se joue un jeu de dupes où les masques tombent peu à peu. Et si la seule personne qui détenait tous les secrets de cette famille décidait de s’en libérer enfin ?

Le seul roman de ce mois, mais quel roman ! Une galerie de personnages incroyable : des solaires, des écorchés, des rugueux mais tendres, des terrifiants ! Une histoire familiale déclinée autour de trois générations de femme racontée avec une plume intelligente, vive et mystérieuse. Et puis de nombreux rebondissements qui vous coupent le souffle ! Un livre lourd en secrets sombres et pourtant terriblement lumineux !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Parentalité Affirmée – Et si le Capitaine du navire familial, c’était vous ? (*) de Charlotte Uvira aux Editions Happyologie : Qui a dit que l’éducation positive était laxiste et permissive? De nombreux parents se sentent désarmés devant les comportements de leurs enfants et rejettent la parentalité positive qu’ils accusent d’être laxiste, permissive et incapable de répondre à leurs besoins. Est-ce vrai? La Parentalité Affirmée offre aux parents une boussole qui met le cap sur la famille de leur rêve. Elle développe les valeurs de respect, humilité, responsabilité, autonomie, confiance en soi et empathie dans un cadre affirmé, favorable au bien-être et au plaisir de tous. Des outils simples et accessibles à tous pour créer le renouveau des pratiques d’éducation positives. Un témoignage authentique, plein de sagesse et d’humilité, d’une maman coach formatrice et conférencière reconnue dans le domaine de l’éducation positive. Dans ce livre, vous trouverez des clés essentielles pour: – Mieux déjouer les pièges classiques de l’éducation positive, Adopter un modèle éducatif affirmée sans laxisme ni permissivité, Vivre et mettre votre famille sur le chemin des valeurs qui sont les vôtres, Construire et partager un cadre familial qui créé l’enthousiasme et l’adhésion de tous, Obtenir plus de respect tout en restant dans la bienveillance éducative, Communiquer avec succès, Développer l’autonomie de votre enfant, Savoir vous affirmer et mieux vous positionner en cas de désaccord, Mieux comprendre et gérer vos responsabilités de parents, Développer plus d’empathie dans la relation avec votre enfant. Pour accéder a encore plus d’outils, rendez-vous sur www.tepapo.com, le site des Techniques de Parentalité Positives.

Le sujet de la parentalité positive est un thème qui me tient à coeur et que j’ai souvent décliné dans cette rubrique, j’ai lu beaucoup de titres sur le sujet qui m’ont guidé dans mon éducation, toutefois j’ai parfois sentie des failles avec la peur d’être trop permissive ou dominée par mon fils, cherchant comment introduire un peu d’autorité tout en restant dans la bienveillance,  je continue donc à me laisser guider par ce genre de lecture et je dois dire que ce titre m’a particulièrement aidée et rassurée. L’auteure y présente  le concept de parent-PHARE (Positif Humble Affirmé, Responsable et Empathique) et les moyens de le devenir ! Un ouvrage très concret, et puis il y a le ton qui m’a beaucoup plu, j’avais l’impression d’échanger avec une amie, de glaner dans ses propos des conseils sans pour autant recevoir une leçon d’ une experte-es-parentalité et pédagogie positives ! Bref l’écriture est aussi bienveillante que le propos ! A lire sans hésiter par tout parent  ( ou enseignant/éducateur…)

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Qui commande ici ? Conseils aux parents victimes d’enfants tyrans (*) de Marcel Rufo et Philippe Duverger aux Editions Anne Carrière : Ce livre est né d’un constat : les enfants qui viennent actuellement en consultation de pédopsychiatrie ne ressemblent pas à ceux des années 1960 à 1980. On y rencontre notamment un nombre significatif d’enfants tyrans, qui formaient autrefois l’exception. Les enfants tyrans sont ces enfants autoritaires et hyper exigeants qui n’hésitent pas à recourir à la violence physique, à la menace ou au chantage pour obtenir de leurs parents la satisfaction de leurs moindres désirs. Les professeurs Marcel Rufo et Philippe Duverger, qui appartiennent à deux générations de pédopsychiatres, s’interrogent : cette situation est-elle la conséquence d’une éducation trop permissive à la maison, à l’école ? Faut-il y voir la faillite, depuis quelques décennies, d’une évolution qui, à force de vouloir comprendre les enfants, leur a accordé tous les droits et a renoncé à leur inculquer les vertus de l’obéissance, la politesse, le respect des adultes ? À travers plusieurs cas relatés, les auteurs questionnent les liens entre tyrannie et précocité, tyrannie et intolérance à la frustration ; ils se demandent surtout comment aider les parents à surmonter leur désarroi pour aller chercher assistance auprès de professionnels. Enfin, ils restaurent la valeur éducative de l’autorité et redéfinissent la place de l’enfant au sein de la famille.

Allez je vous l’avoue un écrit très intéressant mais avec le quel j’ai un peu moins accroché que le précédent ! Peut-être parce que je l’ai lu en second, peut-être par ce que je l’ai trouvé plus autoritaire. Il n’empêche qu’il mérite aussi d’être découvert, les témoignages et l’analyse des experts suscitent beaucoup d’intérêt et permettent de cheminer un peu plus.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Se cultiver en faisant caca ou pipi (ou tout ce que vous voulez) (*) de Julien Duménil aux Editions J’ai Lu : Qui a décrété que les toilettes devaient être un lieu sérieux, voire ennuyeux ? Dans la tradition des livres de cabinet, Se cultiver en faisant caca ou pipi (ou tout ce que vous voulez) a recueilli : Le meilleur de l’humour (juif, bien sûr) Le meilleur des citations (de Coluche à Marc Levy) Le meilleur des lettres célèbres (de Kafka à Marlene Dietrich) Le meilleur du New Yorker (les fameux dessins de presse, drôles et fins)… … et bien d’autres informations utiles, légères, intelligentes et divertissantes. Installez-vous confortablement !

Dois-je vous préciser où Chéri-Mari et moi avons lu cet ouvrage ? C’est vraiment très sympa ! On rit, on en apprend, on est surpris, le format et le découpage permettent de le lire en picorant au fil des pages ! On cherche parfois une petite idée cadeau sympa pour surprendre, amuser, c’est le genre de titre sur lequel vous pouvez vous jeter les yeux fermés !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Je commence la rubrique BD/romans graphiques avec 2 mangas les tomes 6 et 7 de la série Une Sacrée Mamie de Yoshichi Shimada et Saburo Ishikawa aux Editions Delcourt Tonkan. Je vous ai déjà présenté en juin et septembre les volumes précédents, je dois cette jolie découverte à ma chère Madame ♥ comme prévu j’ai agrandi ma collection et je suis vraiment très fan de cette série à la fois drôle et touchante. C’est l’adaptation en manga d’un roman autobiographique qui a réveillé dans le cœur des Japonais les souvenirs d’un passé où les relations étaient plus humaines, Saburo Ishikawa réussit à nous décrire un monde rural à la fois rude et solidaire, mais aussi plein d’affection. On craque pour l’espièglerie et la candeur du jeune héros, et la nonchalance de la mamie qui cache infiniment de sagesse et d’Amour ! Cette série mérite une PEPITE ! Cette lecture se destine aussi aux enfants, à partir de 8 ans je dirai, je garde précieusemet ma toute nouvelle collection pour mon loulou !

Une Sacrée mamie Vol.6 : Akihiro a bien des (petits) soucis : comment dépenser intelligemment des étrennes confiées par les dieux eux-mêmes ? Comment clouer le bec aux élèves de sa classe qui se moquent de son incapacité à siffler ? Comment récupérer discrètement une tranche de jambon tombée par terre ? Comment aider un ancien voleur à arrêter un confrère ? Et surtout, comment remonter dans le temps pour retrouver sa maman adorée ?

Une Sacrée mamie Vol.7 : Un ogre rouge débarque à Saga ?! Cette créature terrifiante se révèle être un ethnologue américain venu découvrir le cœur du Japon rural. Akihiro et sa grand-mère vont l’initier aux vertus des traditions et à la grandeur d’âme des habitants de Saga, en l’accueillant chez eux et en luttant avec lui pour préserver des vieux arbres sacrés…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Chroniques d’une survivante (*) de Catherine Bertand aux Editions De La Martinière : Bon, ben j’étais au Bataclan…
Mais ça va, hein. Je suis vivante, j’vais pas me plaindre. Le quoi ? Le stress post-traumatique ? Connais pas. Si ça a bouleversé ma vie ? Non, pas du tout, pourquoi ? 
J’ai fait quelques dessins pour raconter tout ça, une sorte de journal, quoi. Peut-être bien que tu te retrouveras dans certaines pages. Tu veux y jeter un oeil ? Ou les deux ?

Catherine Bertrand est passionnée de dessin depuis toujours, désormais reconvertie dans le graphisme et l’illustration. Elle était au Bataclan le 13 novembre 2015 et fait partie de l’association de victimes d’attentats, Life for Paris. Elle a réalisé seule ce livre, avant de le confier à un éditeur.

Je ne vais pas vous surprendre si je vous dis que j’ai été très touchée par ce roman graphique; mais malgré tout il est important de souligner que si l’auteure nous raconte les faits avec beaucoup de réalise elle ne sombre ni dans le pathos, ni dans l’apitoiement sur son malheur ! C’est une belle leçon qui nous parle de drame, de reconstruction, et du pouvoir de l’écriture pour extérioser et faire face à l’Après.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Audacieuses ! : 50 femmes pionnières (*) de Yannick Resch et Sheina Szlamka aux Editions Eyrolles : Initiatrices souvent invisibles, les femmes n’ont pas fini de nous surprendre… Ce livre est le fruit d’une rencontre éditoriale entres deux auteures engagées et talentueuses qui ont décidé de produire un doux manifeste pour sortir de l’ombre une cinquantaine de personnalités remarquables. A chacune, elles prêtent une histoire et un visage, qu’elles conçoivent comme un diptyque. Le choix a porté sur les XIXème et XXème siècles, sur tous les continents, dans les domaines de la littérature, de la politique, des sciences, des arts et de l’action.

Il s’agit de courts portraits de femmes incroyables  ( sur chaque double page un texte et un portrait illustré) ! Je venais de finir cet ouvrage quand je suis allée au cinéma voir Dilili à Paris au cinéma avec mon fils, et j’ai adoré recroiser dans le film beaucoup de ces femmes d’exception racontées dans cet ouvrage ! Un ouvrage fascinant à offrir aux femmes de votre vie , et aux hommes aussi bien évidemment ! L’illustratrice sera à la Foire du Livre de Brive la semaine prochaine en dédicace. Mais aussi le 05/11 à la librairie Lardanchet et le 15/11 à la librairie du Drugstore Publicis à Paris.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Si je t’oublie, Alexandrie (*) de Jérémie Dres aux Editions Steinkis : « Des vieilleries » ! A l’évocation de leur passé en Egypte, c’est la seule réponse que Jérémie Dres obtient de ses grands-parents… Jusqu’au jour où il découvre une valise pleine de vieilleries. Une première brèche vers leur passé. Il ressent alors le besoin d’en savoir plus sur ses origines et part mener l’enquête du Caire à Alexandrie. Avec sa rigueur journalistique et sa savoureuse autodérision, Jérémie Dres fait de la recherche de ses origines, un véritable reportage d’investigation qui exhume une mémoire en voie de disparition, celle d’un monde arabe cosmopolite.

Une BD témoignage d’un jeune homme qui cherche à en savoir plus sur ses racines et qui nous aide à mieux appréhender la complexité des conflits au Moyen-Orient. En lisant cet ouvrage j’ai beaucoup pensé à une phrase de l’album Jeunesse de Thierry Dedieu ( Le Caillou) :  Les hommes sans passé n’ont pas d’avenir.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Symphonie carcérale : Petites et grandes histoires des concerts en prison (*) de Romain Butter et Bouqé aux Editions Steinkis : Romain est derrière les barreaux depuis plus de dix ans… mais rentre chez lui tous les soirs. Coordinateur culturel au sein du Centre Pénitentiaire de Fresnes l’un des plus grands et des plus connus du pays , il raconte, dans ce témoignage plein d’humour et sans concession, son combat quotidien pour permettre aux personnes incarcérées d’avoir accès à la culture. Et notamment à des concerts. De son expérience dans une prison du Honduras, parmi des membres du gang de la Mara Salvatrucha, à celle qu’il poursuit désormais à Fresnes ; de la performance mémorable de Johnny Cash à Folsom en 1968 aux concerts qu’il organise aujourd’hui en détention, suivez-le dans un univers méconnu en compagnie des artistes qui contribuent à faire résonner cette Symphonie carcérale et offrent des perspectives d’évasion… musicale, bien entendu !

Quel pouvoir a la musique !!! Ces expériences musicales par delà les barreaux sont à la fois drôles et touchantes ! Un ouvrage qui nous questionne aussi sur la vie en détention et ce qui est fait pour faciliter la réinsertion.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Edmond (*) de Léonard Chemineau d’après la pièce d’Alexis Michalak aux Editions Rue de Sèvres : Paris, décembre 1897, Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Après l’échec de La princesse lointaine, avec Sarah Bernhardt, ruiné, endetté, Edmond tente de convaincre le grand acteur en vogue, Constant Coquelin de jouer dans sa future pièce, une comédie héroïque, en vers. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de coeur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit mais qui deviendra la pièce préférée des français, la plus jouée du répertoire jusqu’à ce jour.

J’avais adoré la pièce vue cet hiver au théâtre, ce fût un bonheur de se replonger dans la BD qui reconstitue à merveille l’ambiance de ce que j’ai vu sur scène ! L’histoire est riche en rebondissements, on s’attache eu personnage de Rostand et à l’histoire incroyable qui le mena à l’écriture de sa pièce à succès Cyrano ! Génial ! A lire et faire lire aux enfants ! Me concernant il est déjà sur ma liste d’achat de Noel afin de l’offrir à ma meilleure amie qui avait adoré comme moi la pièce !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Bécassine baby-sitter de Corbeyran et Béja d’après l’œuvre de Caumery et Pinchon aux Editions Gautier-Languereau : Bécassine embarque pour les Etats-Unis ! Loulotte, sa protégée, a besoin d’elle : son tournage commence bientôt et elle n’a personne pour veiller sur son bébé Lilou. Bécassine s’improvise donc à nouveau nounou, enchaînant bévue sur bévue pendant son séjour, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

J’ai craqué lorsque j’ai vu ce titre en librairie, il faut dire que j’étais une grande fan de ces bds petite et adolescente et que je garde précieusement ma collection !  J’ai été agréablement surprise de voir que les auteurs qui ont succédé à  Caumery et Pinchon sont restés fidèles à l’esprit initial. C’est très drôle de voir la petite Loulotte grandir et devenir maman, comme si elle avait grandi avec moi ! Un chouette moment au goût de Madeleine de Proust.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Pome (*) de Marie Desplechin et Magali Le Huche aux Editions Rue de Sèvres : Souvenez-vous. Nous avions laissé Verte, l’apprentie sorcière rebelle, rayonnante. Entourée de femmes, comme depuis toujours : sa mère Ursule et sa grand-mère Anastabotte. Mais aussi, c’était nouveau pour elle, quelque hommes : Soufi, le garçon de sa classe grâce auquel elle avait retrouvé son père, et celui-ci, Gérard, l’entraîneur de foot. Les choses pourraient être simples désormais. Bien sûr, elle ne le seront pas. Soufi déménage et Gérard a un père, lui aussi : Raymond, un ancien commissaire de police. Verte pleure, Verte rit, Verte est très entourée soudain et pourtant elle se sent seule. Heureusement, une fille vient d’emménager avec sa mère dans le bâtiment B. C’est Pome. Verte se dit que c’est un nom parfait pour une alter ego, une future meilleure amie, une pareille en tout. En tout ? Même en sorcellerie ?

Après Verte, j’avais très hâte de découvrir l’adaptation des autres tomes ! Je vous l’ai déjà avoué par ici, je partais en terrain conquis, je suis une grande fan de Marie Desplechin, avec qui j’ai eu la chance de correspondre il y a une petite quinzaine d’années dans la cadre de l’écriture de mon mémoire sur l’enfant handicapé dans la littérature jeunesse. Une auteure ouverte et pleine d’humanité dont j’ai plaisir à suivre les parutions. Je connais donc assez bien ses écrits et je suis émerveillé par leur mise en images Magali Le huche ! Une BD jeunesse à offrir à vos loulous et à leur piquer !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les 2 BD suivantes sont des adaptations de romans très célèbres. En effet les Editions Jungle nous proposent une toute nouvelle collection Jungle Pépites qui adapte des romans classiques et contemporains prescrits par l’Education Nationale; l’objectif étant de proposer aux lecteurs une nouvelle version du récit, de susciter davantage l’envie de lire et de séduire les enseignants avec un support pédagogique encore trop peu utilisé. Si j’ai eu plaisir à redécouvrir Oscar Wilde, je n’avais jamais lu le premier titre de Mourlevat et ce fût une belle découverte pour moi ! Les ambiances graphiques sont vraiment très différentes sur ces deux titres mais collent parfaitement à l’identité de chaque écrit. En terme de compréhension des écrits, je pense en tant qu’enseignante que la BD est un support très aidant, offrant une mémorisation bien plus visuelle et rendant plus ludique l’acte de lire, et ce notamment pour les enfants dits « petits lecteurs »

La rivière à l’envers (*) de Maxe L’Hermenier et Djet d’après le roman de Jean-Claude Mourlevat aux Editions Jungle : Dans une contrée lointaine se trouve Tomek, notre héros, qui possède l’unique épicerie d’un petit village. On y trouve de tout et tout le monde vient s’y servir. Malgré une vie idéale, Tomek s’ennuie et rêve d’aventures. Un jour, une jeune fille franchit le seuil de l’épicerie : elle achète un simple sucre d’orge et pose une question à Tomek : trouve-t-on de l’eau de la rivière Qjar dans son épicerie ? C’est une rivière qui s’écoule à l’envers et celui qui boira de son eau ne mourra jamais. Tomek n’en a jamais entendu parler, et la jeune fille repart, déçue. Pour sa part, le garçon est tombé irrémédiablement amoureux de l’inconnue.

Le fantôme de Canterville (*) de Elléa Bird d’après Oscar Wilde aux Editions Jungle : Lord Canterville s’apprête à vendre son manoir à une famille venue d’Amérique, les Otis. Malgré les mises en garde de l’aristocrate britannique, ces derniers refusent que la demeure est hantée. Jamais, au cours des trois siècles de sa longue est brillante carrière, le fantôme de Canterville n’a été autant ridiculisé!

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les improbablologies (*) de Zoé Thouron d’après les chroniques de science improbable de Pierre Barthélémy aux Editions Jungle : Comment fonctionne l’estomac d’un ogre ? Quelle est la meilleure position pour étudier ? Peut-on se saouler par les pieds ? Toutes ces questions apparemment loufoques et saugrenues sont bonnes à poser, et la science improbable sert précisément à y répondre. Suivez les expériences du Doc et de son assistante Nadine qui tenteront de vous apporter des réponses avec humour et délectation. Et ensuite à vous d’y réfléchir (ou pas…).

De situation complètement farfelues ou insolites , l’auteur nous délivre des explications scientifiques mais pas toujours académiques ! C’est à mourir de rire ! Mais derrière cet humour et cet fraîcheur on est aussi quand même impressionné par le travail de recherches derrière ces chroniques.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Darnand, le bourreau français, Tome 2 : (*) de Fabien Bedouel et Patrice Perna aux Editions Rue de Sèvres : Nous sommes en 1943, Ange a été recruté par la Résistance française qui connaît ses liens historiques avec Joseph Darnand. Il se voit confier une mission délicate, infiltrer la milice française pour approcher Darnand et le persuader de la quitter pour rejoindre les troupes alliées. Comme le prévoyait la Résistance, Ange a été repéré et arrêté par la Milice. Tout se déroule comme prévu, alors qu’il y subit des interrogatoires « musclés », Ange ne tarde pas à avoir la visite de Darnand. Les retrouvailles et la force des événements vécus ensemble ne suffisent à « retourner » Darnand, est homme de principe qui suit des valeurs qui lui sont propres. Qu’à cela ne tienne, c’est désormais sa peau qui est en jeu et comme on n’est jamais mieux trahi que par les siens…c’est Ange qui est chargé de l’éliminer. Manipulation, trahison, quand deux destins se jouent à travers des faux-semblants.

Comme pour le premier tome c’est BBB’s Dad qui a lu en premier cette BD, féru d’histoire, il a beaucoup apprécié le parti pris pour livrer la biographie de ce personnage trouble de notre histoire. Des planches très sombres et dessinées tout en force retranscrivent les horreurs de ces deux guerres et font de cette BD un témoignage historique aussi captivant qu’angoissant. Personnellement je trouve cette histoire très dure mais pourtant terriblement réaliste.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

2 Réponses to “Mes lectures d’octobre 2018”

  1. mathy 10 novembre 2018 à 13 h 41 min #

    Bon j’ai un peu la tête qui tourne face à ces chouettes lectures mais si je ne devais en retenir qu’un (pas facile quand même) ce sera Pome ! J’ai tellement adoré Verte et si j’adore l’auteur, je suis aussi fan du travail de Magali Le Huche

    • bbbsmum 10 novembre 2018 à 20 h 07 min #

      L’adaptation bd est top !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :