Mes lectures d’octobre 2019

31 Oct

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !


Bilan  de ce moi d’octobre 2019 – 14 ouvrages :

6 romans, 1 ouvrage pratique et 7 bandes-dessinées !

Ca sent les vacances, un tel bilan  😉

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Je suis venue te dire… de Cynthia Kafka (autoédité) : Après dix ans d’absence, dans une ultime tentative de s’affranchir de son passé, Rose revient à Chantilly. Cette fois ci, son géniteur ne pourra pas fuir. Hospitalisé en soins palliatifs, il devra s’expliquer et vite : ses jours sont comptés. Mais la situation échappe à la jeune femme lorsqu’elle découvre qu’il ne pourra pas lui répondre, seulement l’écouter. Ses souvenirs de petite fille ainsi que ses choix d’adulte l’aideront-ils à se livrer, à se découvrir, et à enfin se trouver ? Et si elle était plus forte qu’elle ne veut bien l’admettre par peur de se décevoir elle-même ?« Je suis venue te dire … » est un roman contemporain résolument optimiste, où le deuil côtoie l’espoir et où la mort offre parfois le courage d’oser.

J’avais découvert la plume d’écrivaine de Cynthia en janvier ( cf. ICI ), et j’avais été conquise par son écriture à la fois sensible et drôle. C’était donc une évidence de me commander son petit dernier ! Une fois encore j’ai été sous le charme mais surtout très émue par ce texte qui questionne les douleurs de l’enfance, parle du deuil, du pardon, de la rencontre avec soi-même. On passe du rire aux larmes de page en page et l’on repose l’ouvrage avec tellement d’affection pour Rose, mais avec tout de même une déception : pourquoi Cynthia Kafka n’est-elle toujours pas publiée chez un éditeur ! Mon coup de ♥ du mois dans la catégorie roman.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Feel good (*) de Thomas Gunzig aux Editions Au diable Vauvert : Alice, vendeuse dans un magasin de chaussures, a toujours été marquée par la précarité sociale. Mais elle n’en peut plus de devoir compter chaque centime dépensé et de ne pas pouvoir offrir une vie plus confortable à son fils. L’idée folle germe alors en elle d’enlever un enfant de riches dans une crèche de riches pour exiger une rançon. Malheureusement, tout ne se déroule pas comme prévu et elle se retrouve bientôt avec un bébé que personne ne réclame sur les bras. Tom, écrivain moyen, croise la route d’Alice et son histoire de kidnapping lui donne une idée : il lui propose d’en tirer un roman et de partager les bénéfices. Alice, peu convaincue, lui fait une contre-proposition : sous sa tutelle, elle écrira un feel good selon les recettes qui plaisent aujourd’hui, un best-seller susceptible de se vendre à des centaines de milliers d’exemplaires qui les sortirait définitivement de la misère… Roman en abyme où humour noir et fatalisme côtoient rage de vivre et espoir sans faille, Feel Good ne pouvait porter meilleur titre. Alternant des passages hilarants sur le phénomène littéraire du moment et description lucide de son temps, Gunzig parvient, avec beaucoup d’intelligence, à croiser son roman avec celui de son héroïne, pour mieux s’amuser de la littérature et brosser son époque.

Surprenant mais absolument génial  ! Une histoire absurde, et pourtant à laquelle on croit ! Les personnages sont aussi atypiques, et pourtant tellement touchantes dans leurs détresses réciproques. Le livre égratigne un peu le genre feel-good (ainsi que le monde de l’édition par la même occasion) mais au final il conclut en empruntant les codes de ce genre littéraire. A découvrir !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? : RomanceBodyPositive 100% assumée, 100% décomplexée (*) de Avery Flynn aux Editions Harlequin : Selon l’expression consacrée, Gina est ce qu’on appelle une « crevette » : chez elle, tout est bon… sauf la tête. Car, si la nature lui a offert un corps à faire fantasmer Cara Delevingne, son visage, lui, ne correspond pas vraiment aux normes habituelles de la beauté. Après une adolescence difficile, Gina s’est endurcie et a appris à assumer son physique. Enfin ça, c’est ce qu’elle croyait jusqu’à ce qu’un jeu l’oblige à embrasser Ford, un policier ultra-sexy et visiblement sous son charme, lors d’une fête de mariage. Aussitôt, les complexes reviennent en force, et elle se demande ce qu’un mec comme Ford peut bien trouver à une fille comme elle…

J’ai reçu ce roman dans le cadre d’une masse critique Babelio. Si j’avais été attirée par la quatrième de couverture en postulant, je n’avais pas fait attention à l’éditeur. Et j’avoue avoir été un brin déçue en le recevant car j’associais le nom de cet éditeur à la mièvrerie. Il n’en est rien dans ce titre, c’est frais, drôle, rythmé et quel plaisir de voir une héroïne qui cohabite avec sa différence et fait passer un message très positif sur l’acceptation de soi ! Une lecture très sympathique que je vous recommande !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Villa Bonita (*) de Karin Brunk Holmqvist aux Editions J’ai lu : À 57 ans, Bonita n’a guère vécu. Depuis la mort de son père, elle s’occupe d’Elvy, sa mère malade, dans leur grande maison familiale d’Ystad, et ses sorties se limitent à des incursions à la supérette locale. Quand son amie d’enfance, Doris, revient s’installer en face de chez elle, les deux femmes renouent le lien. Elles s’interrogent bientôt sur les employeurs louches de Doris, dont l’entreprise se révèle illégale. Une idée folle naît alors dans l’esprit des deux amies : pourquoi ne pas détourner une partie de l’argent pour aider les autres ? En deux temps, trois mouvements, la Villa Bonita ouvre ses portes à des groupes d ex-prostituées…

Un merveilleux roman, là aussi ! Une histoire tout en tendresse, avec un soupçon de suspens et beaucoup d’humour qui nous montre la solidarité féminine et qu’il n’y a pas d’âge pour prendre sa vie en main ! Un roman plaisant et touchant qui vous fera passer un bon moment.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le jardin des étoiles mortes (*) de Laure Margerand aux Editions J’ai lu : Vingt-huit mots pour une rupture : voilà tout ce qu’aura laissé Raphaëlle à Bertrand. Abattu, dévitalisé, il n’a plus qu’une idée en tête : l’effacer de sa mémoire… Mais comment faire lorsque chaque clic sur Internet lui rappelle douloureusement celle qu’il a perdue ? La solution s’appellerait-elle Obseq-Net, un site de gestion du devenir digital des défunts ? À la tête de sa start-up, Bertrand va alors faire une rencontre qui chamboulera radicalement son existence : elle s’appelle Inès, et elle vient de rejoindre le cimetière virtuel du « Jardin des étoiles mortes »…

Un roman surprenant pour une romance pas comme les autres. Mais c’est aussi un ouvrage qui questionne sur ce qu’il restera ou sur ce que nous avons envie de laisser de notre vie digitale une fois disparu. Un roman audacieux pour un sujet audacieux que j’ai dévoré en quelques heures car j’avais vraiment très envie de connaître le dénouement. Un premier roman qui donne envie de suivre son auteure.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La libraire de la place aux herbes (*) de Eric de Kermel aux Editions J’ai lu : La librairie de la place aux Herbes à Uzès est à vendre ! Nathalie saisit l’occasion de changer de vie pour réaliser son rêve. Devenue passeuse de livres, elle se fait tour à tour confidente, guide, médiatrice… De Cloé, la jeune fille qui prend son envol, à Bastien, parti à la recherche de son père, en passant par Tarik, le soldat rescapé que la guerre a meurtri, et tant d’autres encore, tous vont trouver des réponses à leurs questions. Laissez-vous emporter par ce voyage initiatique au pays des livres.

Un roman délicat qui compile chapitre après chapitre des rencontres, des tranches de vie entre une libraire passionnée et ses clients. Une lecture d’une douceur incroyable qui donne envie d’aller se réfugier dans une librairie notamment pour retrouver toutes les références bibliographiques citées !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Lettres d’amour de 0 à 10 (*) de Susie Morgenstern et Thomas Baas aux Editions Rue de Sèvres : Ernest a dix ans : dix ans qu’il s’ennuie seul, élevé par sa grand-mère Précieuse et la gouvernante Germaine. Les heures sans saveur s’écoulent ainsi jusqu’au jour où Victoire de Montardent fait une entrée fracassante dans sa classe, soufflant un vent d’amour et de folie sur ce quotidien morose. Armé de sa plume et aidé par Victoire, Ernest va rompre ces silences depuis trop longtemps installés et tenter de remonter le fil de ses origines familiales.

J’ai lu ce texte il y a très longtemps en grande fan de Susie Morgenstern, quel bonheur de le découvrir ainsi mis en scène dans cette bd. L’émotion est intacte, et le texte nous délivre une jolie leçon sur les non-dits, les secrets de famille mais surtout les petits bonheurs de la vie. A lire et à faire lire impérativement à vos enfants à partir de 10 ans; c’est pour moi un des plus beaux textes de la littérature jeunesse.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦



Sombres Citrouilles (*) de Malika Ferdjoukh et Nicolas Pitz aux Editions Rue de Sèvres : Aujourd’hui, 31 octobre, trois générations de Coudrier sont réunies à la Collinière, la grande demeure familiale entourée de forêts et d’étangs, pour fêter, comme chaque année, l’anniversaire de Papigrand, le patriarche. Comme c’est aussi Halloween, Mamigrand a envoyé les petits chercher des citrouilles au potager pour les voisins américains. Mais dans le carré de cucurbitacées encore enveloppé des brumes de l’aube, il y a comme un pépin. Un homme étendu de tout son long, plein de taches rouges, silencieux. Mort. A première vue, personne ne le connaît. L’affaire pourrait donc n’être pas si grave que ça. Le problème, c’est que dans la famille, il y a au moins trois mobiles criminels possibles. Donc trois assassins potentiels. Sans compter tous les secrets qu’on n’a pas encore découverts…

La bd parfaite en ce jour d’Halloween ! Un thriller inquiétant dont l’ambiance particulière lourde de secrets est parfaitement rendue par les dessins de Nicolas Pitz. C’est une bd qui vous fera frissonner et vous surprendra par sa galerie de personnages et son intrigue bien ficelée.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Un autre regard, Tome 3 : La charge émotionnelle et autres trucs invisibles (*) d’Emma aux Editions J’ai lu : Dans ce nouvel ouvrage, Emma aborde des sujets de société qui l’interpellent comme la charge émotionnelle, le consentement, les violences du système policier, la reconnaissance du travail des femmes au foyer… « Je lis plein de choses et je les regroupe par thèmes. Au bout d’un moment, j’ai le sentiment que l’un d’eux mérite d’être porté au public. Alors je résume et ancre ce thème un peu théorique dans nos vies privées. »

Toujours très juste, la blogeuse Emma raconte en dessins nos vies ! Sympathique, drôle et militant ! Un peu dans l’esprit du magazine Causette ! Je trouve que l’auteure s’améliore de titre en titre, j’avais une petite préférence pour le tome 2, celui-ci est encore devant !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Une semaine sur deux (Tome 1) (*) de Pacco aux Editions J’ai Lu : Une semaine sur deux, Pacco vit avec sa fille Maé, six ans, au caractère bien affirmé et que rien n’effraie. Au travers de multiples situations que tout le monde reconnaîtra, Pacco dévoile son quotidien avec cette BD autobiographique. Il nous fait entrer avec humour et tendresse dans sa vie de père et sa vie d’homme… partagée une semaine sur deux.

Une BD craquante et super drôle qui croque avec malice et humour la vie d’un parent en garde alternée ! Beaucoup de franchise et de tendresse, n’hésitez pas si vous voulez passer un bon moment !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Marcel Pagnol en BD : Marius (Volume 01) (*) de Serge Scotto, Éric Stoffel et Sébastien Morice chez Bamboo Edition ( collection Grand angle) : La trilogie marseillaise de Pagnol arrive en BD ! Marius, le fils de César le cafetier du bar de la Marine, passe son temps à admirer les bateaux qui font escale dans le Vieux Port. Il ne vit que pour une seule chose : embarquer sur un navire et partir pour des pays lointains. Il est tellement obnubilé par cette idée qu’il ne voit même pas l’amour que lui porte Fanny, la marchande de coquillages, depuis l’enfance. Pour attirer son attention, Fanny décide de le rendre jaloux et se laisse courtiser par le vieux Panisse, ami de César. Mais si Marius aime lui aussi Fanny en secret, il ne peut faire taire son désir du grand large.

Une redécouverte de ce texte de Pagnol dans une version BD somptueuse ! En effet les dessins sont très travaillés et donnent beaucoup d’authenticité à l’histoire . L’ensemble est très dynamique, au point que l’on a l’impression d’être installée à une table du café de César pour observer cette histoire !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Studio danse – Tome 11 (*) de Béka et Crip chez Bamboo Edition : Julie, Luce et Alia ne savent plus où donner de la tête entre leurs cours au collège et leur passion dévorante de la danse… D’autant plus que les histoires d’amour et de garçons prennent de plus en plus de place dans leurs vies. Alors qu’Alia a un nouveau copain, les trois amies partent en stage de flamenco à Séville, en Espagne, en compagnie de Mary, leur fantasque prof de modern jazz. Olé !

Je ne connaissais que des extraits de cette BD, j’ai été ravie d’en lire un tome entier. C’est une chouette découverte, l’amitié et la danse sont au centre de l’histoire. A offrir sans hésiter aux pré-ados et ados fans de danse. Attention ce tome 11 sort le 13 novembre mais les précommandes sont possibles ou profitez-en pour découvrir les autres volumes de la série.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les Sisters – Tome 14 – Juré, craché, menti ! (*) de Cazenove et William chez Bamboo Edition : Marine découvre qu’il est très facile de mentir. Tant qu’elle ment sur le lavage de dents, ce n’est pas trop grave. Mais quand elle invente des trucs de plus en plus énormes, comme ce cousin canadien qui a un château ou cette cousine qui bosse avec Joy’D, elle s’enfonce de plus en plus et ça prend des proportions énormes. Du coup, Wendy est ravie, car elle tient là un bon moyen de faire chanter sa petite peste de sœur.

Une autre BD qui ravira vos ados et préados, c’est drôle et très rythmé, un cumul de gags avec tout de même un soupçon de tendresse entre les deux sœurs, et un coup de cœur pour la toute dernière page vraiment géniale, je ne vous en dit pas plus, je vous laisse la surprise !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Survivre à la grossesse et plus encore… (*) de Julie Champagne et Ana Roy aux Editions Parfum d’encre : Encore un guide sur la grossesse ? Hum, pas tout à fait… Divisé en neuf chapitres, comme autant de mois de gestation, ce guide nouveau genre promet de dire toute la vérité sur ce qui attend la femme enceinte et son partenaire. Il aborde avec une bonne dose d’humour, de compassion et d’autodérision, autant le côté obscur de la grossesse que ses petits miracles trimestriels. Véritable bouée salutaire dans la mer d’informations qui submerge les futurs parents, ce guide prodigue tous les conseils nécessaires ― suivis, choix de praticien, prescriptions médicales, contre-indications alimentaires ― pour survivre à cette période sans perdre la tête ou… les eaux. Positif et réconfortant, il est LE livre de chevet par excellence pour tous les parents modernes qui cherchent à calmer leurs appréhensions et à dédramatiser afin de rendre ces quarante semaines moins lourdes sur le nerf sciatique ! A lire sans aucune restriction !

Un guide de grossesse que j’aurai adoré lire pendant que j’attendais mon fils ! Je viens d’apprendre deux jolies nouvelles et je suis sûre que cet ouvrage plaira beaucoup aux futures mamans pour son originalité, son humour sans tabous, sans négliger la pertinence des informations données ! Topissime !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous trouverez bien d’autres idées, j’en suis sûre, parmi les lectures d’octobre de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec  * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

2 Réponses to “Mes lectures d’octobre 2019”

  1. La bibliothèque de Mathy 4 novembre 2019 à 21 h 40 min #

    J’attends que mes photos se téléchargent et mon article sera en ligne ^^ (d’ici 15 min lol)

    J’en profite pour laisser mon commentaire 🙂

    Ta critique du livre de Cynthia Kafka m’intrigue et me donne très envie de la découvrir, en tout cas je note son nom
    Lettres d’amour de 0 à 10 est dans ma liste d’envie depuis quelques temps, je suis tellement contente de cette édition BD, il est sur ma liste de Noël !
    Sombres citrouilles, je n’avais même pas vu sa sortie mais tant pis si c’est passé, j’espère la lire bientôt
    Une semaine sur deux, nous l’avons depuis bien longtemps et je partage les aventures de Maé avec mes grandes qui l’adorent !
    Marius a l’air magnifique !
    Studio Danse ma grande en a quelques uns et elle aime beaucoup
    Les sisters, on se partage la lecture aussi, je ne sais pas si c’est la même fin qu’à chaque fois mais j’ai hâte de découvrir ce tome aussi !
    Survivre à la grossesse me plairait beaucoup 😉

    • bbbsmum 6 novembre 2019 à 21 h 04 min #

      Quoi quoi quoi que veux dire ce dernier clin d’œil !!!!!!!!!!!!!!!
      Fonce pour le livre de Cynthia !
      bisous
      ps : je veux un mp ou un texto 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :