Mes lectures de janvier 2020

6 Fév

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan  de ce mois de janvier 2020 – 9 ouvrages :

6 romans ou témoignages  et 3 BD!

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les Beaux Étés – tome 5 – La Fugue de Zidrou et Jordi Lafebre aux Editions Dargaud : La fin de l’année 1979 approche doucement. Les Faldérault ne peuvent pas dire qu’ils en gardent un bon souvenir : Madeleine déteste aussi bien son travail de vendeuse de chaussures que la femme qui l’a engagée, cette pingre de Delmotte, et Garin a proposé à Pierre de reprendre la série « Zagor », celle-là même que Pierre ne peut décidément plus voir en peinture ! Bref, il est vraiment temps que l’année se termine ! Pour se changer les idées, les Faldérault décident de fêter Noël au soleil ! Néanmoins, toute la petite famille ne sera pas de la partie puisque Julie-Jolie reste à la maison pour préparer ses examens. Ce n’est pas non plus du goût de Louis qui avait prévu d’assister au concert de Pink Floyd à Londres et dont les plans sont bouleversés à la dernière seconde. Les voilà donc partis pour des vacances qui s’annoncent mouvementées… surtout lorsque Louis décide de fuguer en cours de route..

Je suis fan de cette série de BD et ce dernier tome était dans ma wishlist de Noel ! Le vieux barbu ayant priorisé d’autres super cadeaux, j’ai décidé de me l’offrir. Si j’ai été ravie de retrouver cette famille, le charme a un peu moins opéré qu’avec les autres titres. Je pense que je m’attendais à y retrouver les Noel de mon enfance et que c’est ce qui m’a un peu déçue ! Ceci dit ne passez pas à côté des autres tomes de la série !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La Baronne du jazz (*) de Stephane Tamaillon et Priscilla Horviller aux Editions Steinkis : Rien ne prédestinait Pannonica, une jeune aristocrate de la famille Rotschild, à devenir la scandaleuse baronne du jazz. C’est pourtant dans les clubs enfumés de Manhattan que Nica finit par trouver sa place. A New-York, elle se lie d’amitié avec les plus grands musiciens. Art Blakey, Dizzy Gillespie, Charlie Parker et… Thelonious Monk. Sa rencontre avec l’imprévisible roi du be-bop va définitivement changer sa vie, pour le meilleur comme pour le pire…
Rien ne prédestinait Pannonica, une jeune aristocrate de la famille Rotschild, à devenir la scandaleuse baronne du jazz. C’est pourtant dans les clubs enfumés de Manhattan que Nica finit par trouver sa place. A New-York, elle se lie d’amitié avec les plus grands musiciens. Art Blakey, Dizzy Gillespie, Charlie Parker et… Thelonious Monk. Sa rencontre avec l’imprévisible roi du be-bop va définitivement changer sa vie, pour le meilleur comme pour le pire…

Je ne connaissais pas du tout le personnage de Pannonica Rotschild et je me suis passionnée pour cette biographie ! Au point que j’ai très envie de profiter des vacances pour la relire en écoutant tous les morceaux de jazz évoqués pour les découvrir ou les redécouvrir ! Le genre de BD qu’on ne peut pas lâcher une fois ouverte et qui donne envie d’en apprendre un peu plus sur ce destin fascinant.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La Venin, Tome 2 : Lame de fond (*) de Laurent Astier aux Editions Rue de Sèvres : Emilie est recherchée et sa tête est mise à prix. Poursuivant sa fuite en tenue de nonne, elle est Soeur Maria quand elle arrive à Galveston, au Texas. Elle n’est pas là par hasard, elle cherche le révérend Alister Coyle, celui-là même qui dirige l’orphelinat pour jeunes filles de la ville. Sous couvert de cette nouvelle identité, elle est hébergée quelques jours au sein de son institution. Le décès d’une pensionnaire et surtout la tentative de suicide de l’une d’elles ne laissent aucun doute sur le comportement malsain et les sévices commis par le révérend. Il est temps de rendre justice ! Emily s’en chargera et Dieu en sera témoin !

J’avais lu le tome 1 de cette BD il y a presque un an, et ma curiosité avait été piquée au vif sur les motivations de cette héroïne hors du commun ! Ce tome 2 m’a permis de mieux comprendre ses motivations et m’a encore plus « accrochée ».  Graphiquement cela reste un petit bijou ! A retenir dans vos wishlists !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Fragile (*) de Muriel Robin aux Editions J’ai Lu : « Est-ce que je sens qu’on va finir par s’entretuer dans cette bagnole ? J’ai cinq ans et f ai l’intuition que ça pourrait mal finir, alors je vole au secours des miens et fais le clown. Si je suis venue au monde avec ces yeux ronds et cette bouille qui fait sourire aussitôt que j’apparais, c’est sûrement pour mettre de la couleur sur le gris de notre vie ». Longtemps, Muriel Robin nous a fait pleurer de rire. Voilà que, pour la première fois, elle nous parle d’elle avec une gravité qui nous touche aux larmes. Sans rien dissimuler de ses chagrins d’enfant et de femme ni d’un lourd secret, elle nous livre un portrait d’elle-même à la fois terriblement émouvant, impitoyable et drôle.

Si vous me suivez sur Ig, vous savez que j’ai passé un excellent moment il y a deux semaines au spectacle de Muriel Robin, où elles réinterprète tous les sketchs qui ont fait son succès. En parallèle je passais mes soirées sans cette biographie tellement touchante ! Pour découvrir derrière l’humoriste, la femme, avec ses forces, ses fêlures, ses blessures, son ambivalence et sa détermination. Magnifique ouvrage qui vous fait passer au fil des pages du rire aux larmes, des larmes au rire !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Un bonheur que je ne souhaite à personne de Samuel Le Bihan : « Etre heureux, ça s’apprend ?  » Laura, jeune mère de deux garçons dont un autiste, se pose cette question le jour où elle comprend qu’elle est en train de passer à côté de sa vie. Forte de son amour inépuisable et de sa détermination face au handicap de son fils, elle a très vite choisi de ne pas subir mais d’agir. Mais ne s’oublie-t-elle pas trop dans cet éprouvant combat qu’elle mène au quotidien ? Alors que le fragile édifice qu’elle a construit menace de s’effondrer, une rencontre inattendue s’offre comme une chance de sauver les siens. Saura-t-elle la saisir ?

Enorme coup de cœur pour ce roman ! Vous le savez aussi cette thématique me tient tant à cœur ! Plusieurs fois au fil de ma lecture, je me suis demandée si j’étais dans un roman ou dans un témoignage ; il faut dire que l’auteur connaît bien son sujet. Et par delà le récit d’une vie auprès d’un enfant autiste, et la dénonciation des manquements de notre système pour soutenir leur intégration; Samuel Le Bihan nous propose un roman très féminin et sensible qui pourrait s’apparenter au feel-good qui permets de faire passer le message avec sensibilité, humour et légèreté. Un sujet qui aurait pu être larmoyant ou sombrer dans le pathos mais traité ici dans un écrit solaire et lumineux ! PEPITE !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

 

Le chien de madame Halberstadt (*) de Stéphane Carlier aux Editions Le Tripode : Baptiste, écrivain, a connu des jours meilleurs. Son dernier roman a fait un flop, sa compagne l’a quitté pour un dentiste et, à bientôt quarante ans, il est redevenu proche de sa mère. Il passe ses journées en culotte de survêtement molletonné, à déprimer dans son studio qui sent le chou… Jusqu’à ce que Madame Halberstadt, sa voisine de palier, lui demande de garder son chien quelques jours. Baptiste accepte à contre-cœur et doit très vite se rendre à l’évidence : depuis que Croquette a franchi le seuil de son appartement, sa vie change du tout au tout.

Autre coup de cœur ! Autre genre ! J’ai tellement ri et je me suis régalée de la chute ! Un roman original, qui dénonce l’air de rien notre société, un personnage banal et pourtant atypique qui nous fait vivre une histoire saugrenue mais tellement surprenante et divertissante ! Un régal ! Une mention PEPITE !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La théorie du drap-housse (*) de Valérie Chevalier aux Editions J’ai Lu : Amoureuse en série, Florence est une fleur bleue invétérée. Au fil de ses rencontres, elle échafaude une théorie sur l’amour. Même si elle continue d’y croire, elle se heurte au mur des ruptures et se laisse doucement aller au cynisme et à la désillusion. Mais le soleil n’est jamais très loin, et lorsqu’on lâche prise, le courant finit bien par nous mener quelque part… Un roman tragi-comique pour rêver à l’amour ou se remettre de ses peines. Ne vous en faites pas, ceci est un livre, et les histoires, ça finit souvent bien !

Sympathique, mais soyons honnête ce n’est pas un coup de cœur. L’héroïne juxtapose au fil des pages ses conquêtes amoureuses et nous livre son analyse de l’Amour avec humour.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Avoir 7 ans à la maison (*) de Isabelle Ellis aux Editions L’Harmattan : Bienvenue dans cet univers unique, ludique, rêveur, parfois effrayant, où tout est encore possible, entre la raison qui commence à poindre le bout de son nez et la formidable envie de tester tout ce qui se trouve à portée de mains ! Que se passe-t-il dans la tête d’un enfant de 7 ans au cœur de sa famille ? Quel est son univers ? Quelles sont ses angoisses ?


Avoir 7 ans à l’école (*) de Isabelle Ellis aux Editions L’Harmattan : Vous voulez savoir ce qui se passe dans la tête d’un enfant de 7 ans lorsqu’il se rend à l’école ? Vous avez envie de découvrir son univers ? Vous souhaitez comprendre ses angoisses ? Bienvenue dans cet univers unique, ludique, rêveur, parfois effrayant, où tout est encore possible, entre la raison qui commence à poindre le bout de son nez et la formidable envie de tester tout ce qui se trouve à portée de mains !

Il s’agit d’un même ouvrage qui a été publié en 2 tomes afin d’être plus facile d’accès. Ils décortiquent ce qui se passe dans la tête de nos 7 ans (âge de mon fils, d’où mon intérêt) le tout est richement illustré de paroles d’enfants rencontrés par l’auteur dans le cadre de ses activités professionnelles. Deux petits livres de psychologie très faciles d’accès qui apportent quelques clés pour mieux comprendre nos enfants en âge de raison.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

 

Vous trouverez bien d’autres idées, j’en suis sûre, parmi les lectures de Janvier de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec  * ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

2 Réponses to “Mes lectures de janvier 2020”

  1. La bibliothèque de Mathy 10 février 2020 à 19 h 57 min #

    j’ai entendu parler du livre de Samuel Le Bihan, il me tente beaucoup. Muriel Robin m’avait beaucoup plus dans son spectacle Tsoin Tsoin où elle se livrait sur son enfance, j’imagine que tu as du passer un super moment
    Les beaux étés, je suis grave en retard !

    • bbbsmum 19 février 2020 à 13 h 26 min #

      Samuel Le bihan te plaira beaucoup !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :