Mes lectures de février 2020

2 Mar

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ce mois de février 2020 – 11 ouvrages :

3 romans ou témoignages, 2 magazines, 1 roman jeunesse (mais pas que), 1 manga et 4 BD !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Loin de Alexis Michalik aux Editions Albin Michel : Tout commence par quelques mots griffonnés au dos d’une carte postale : « Je pense à vous, je vous aime ». Ils sont signés de Charles, le père d’Antoine, parti vingt ans plus tôt sans laisser d’adresse. Avec son meilleur ami, Laurent, apprenti journaliste, et Anna, sa jeune soeur complètement déjantée, Antoine part sur les traces de ce père fantôme. C’est l’affaire d’une semaine, pense-t-il… De l’ex-Allemagne de l’Est à la Turquie d’Atatürk, de la Géorgie de Staline à l’Autriche nazie, de rebondissements en coups de théâtre, les voici partis pour un road movie généalogique et chaotique à la recherche de leurs origines insoupçonnées.
Alexis Michalik a décidément le goût de l’aventure : après le succès phénoménal d’Edmond, le comédien, metteur en scène et dramaturge couronné par cinq Molières, nous embarque à bord d’un premier roman virevoltant, drôle et exaltant.

Je suis une grande fan du théâtre de Michalik (Edmond, Le porteur d’histoire, Intra-Muros et Le cercle des illusionnistes°, et il ne m’a pas déçu en tant que romancier ! Ce roman m’a littéralement happée malgré ses 656 pages. Des personnages terriblement attachants en pleine quête de leur histoire et de celle de leurs aïeuls, une histoire mêlée à la grande Histoire et débordante de secrets de famille. C’est un ouvrage très rythmé, qui vous fera voyager, découvrir, rire, pleurer ! A découvrir absolument ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La guerre des mères (*) de Kaui Hart Hemmings aux Editions J’ai Lu : Mele Bart, 28 ans, a une petite fille de deux ans, Ellie, et un ex, Bobby, qui lui a appris qu’il était déjà fiancé à une autre le jour où elle lui a annoncé qu’elle était enceinte. Quand ce dernier demande qu’Ellie soit demoiselle d’honneur à son mariage, Mele est démoralisée. Pour se changer les idées, elle s’inscrit à un concours de cuisine organisé par le Club des mamans de San Francisco. Difficile de se faire une place au sein du cercle fermé des mères parfaites, toujours promptes à la critique. Mais, qui sait, peut-être ce groupe lui réserve-t-il de bonnes surprises…

Très frais et drôle j’ai adoré le ton de ce roman mais aussi la façon dont il est raconté puisqu’en fait le livre se décline autour de questions auxquelles répond l’héroïne avec ironie et sans tabous ! Les célibattantes avaient Bridget Jones pour héroïne, les mamans ont Mele Bart !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le combat de ma vie (*) de Viviane Lamazure aux Editions du Panthéon : Le « crabe » a surgi sans crier gare, grignotant l’insouciance, la vie douce et heureuse. Dédale des consultations, absence de tact de certains soignants, salles d’attente, chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie… L’éprouvant marathon débute. Comment affronter la maladie et la douleur ? C’est ce combat sans merci pour mettre à bas l’intrus que nous dévoile ici l’auteure.

Un témoignage qui m’a bouleversée à titre personnel. L’auteure raconte son parcours sans détour tant d’un point de vue physique que psychologique. Un ouvrage qui ne peut que vous émouvoir !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les fabuleuses aventures d’Aurore – tome 02 : Aurore et le mystère de la chambre secrète (tome 2) (*) de Douglas Kennedy et Joan Sfar : Aurore détective est de retour ! Avec ses deux fabuleux papas, Douglas Kennedy et Joann Sfar…
 » Je ne fais pas les choses comme tout le monde.
– Mais c’est normal…
– Je ne veux pas être normale.
Je veux juste être… Aurore !
– Tu seras toujours ma merveilleuse Aurore ! a dit Maman.
Tu seras toujours unique. « 

La vie au collège n’est pas facile pour Aurore, si différente. Alors qu’elle essaie d’y trouver sa place, elle est bientôt chahutée par une certaine Anaïs… Or lire dans les yeux des autres ne l’aide pas toujours. Heureusement, l’inspecteur Jouvet la missionne pour enquêter sur un vol de livres anciens et une mystérieuse disparition. L’aventure prend un tour inattendu quand Aurore rencontre Anaïs sur le lieu du crime…

Quel bonheur de retrouver MA Aurore, il faut dire que j’ai beaucoup planché sur le premier pour mon mémoire l’an dernier ! Je suis tombée sous le charme une seconde fois ! Comme je l’écrivais pour le premier tome, ce roman jeunesse est incroyable ! Et ce grâce à son héroïne, petite fille autiste non-verbale qui appréhende le monde avec son regard particulier, sans filtre mais avec beaucoup de naïveté et de bienveillance ! Le roman prend quelques libertés pour nous embarquer vers le fantastique, ce qui fait qu’il n’est pas question d’identification pour les jeunes autistes ; mais il a le mérite de prôner avec fantaisie et humour le droit à la différence ! Cette fois je dis : vivement le 3ème tome de la trilogie !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Magazine Kaizen  Hors série 14 (*)Zéro Déchet de A à Z – Nos poubelles débordent et nous pensons malgré tout encore que c’est avec de nouveaux objets que nous trouverons les solutions pour changer nos modes de vie… Et si l’on changeait plutôt de lunettes pour considérer nos déchets comme source de matière première ? Une bonne partie de ce dont nous avons besoin se trouve en effet juste sous notre nez, dans le fond d’un placard ou dans la nature ! Après deux premiers tomes déjà consacrés à l’autonomie, Kaizen poursuit sa série phare et best-seller avec un troisième opus autour du zéro déchet ! Tendre vers l’autonomie, c’est non seulement savoir gérer et réduire ses déchets, mais plus encore : il s’agit aussi de transcender leur usage initial, de les déparer de l’étiquette de « rebuts » pour les envisager sous un jour nouveau et de les réinterpréter sous l’angle du recyclage. Qu’ils soient alimentaires, textiles ou autres, ce hors-série propose des idées originales et simples à réaliser avec ses déchets du quotidien, les ingrédients périmés, les épluchures, les restes, etc. pour donner une seconde vie à tout ce qui finissait autrefois à la poubelle.

Peut-être le savez-vous, le mot kaizen (改善 ) est la fusion des deux mots japonais kai et zen qui signifient respectivement « changement » et « meilleur ». La traduction française courante est « amélioration continue ». Comme je vous le disais récemment 2019 a été notre année charnière pour nous engager de façon un peu plus marqué vers le zéro déchet. J’ai trouvé des tas d’astuces, de conseils, ed recettes, de diy dans ce magazine, je le trouve hyper complet ! C’est ma bible de référence en ce moment dans un quotidien plus écolo !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Magazine Grand n°04 (*) de L’école des LoisirsDisponible gratuitement dans les librairies partenaires et les bibliothèques, GRAND s’adresse aux passeurs de livres et de culture, mais aussi à tous ceux vers lesquels nous orientons nos efforts, notre exigence, et que nous voulons aider à s’accomplir : les enfants et les ados. Vous trouverez dans ces pages des réflexions de spécialistes reconnus de l’enfance, des rencontres avec des auteurs, des conseils de lecture et des activités, permettant des moments d’échanges en classe, avec les proches, la famille et les amis. Par cet acte militant d’un éditeur de conviction, nous affirmons une nouvelle fois l’importance majeure de la littérature de jeunesse dans le développement de l’enfant.

Pour vous le procurer demandez-le à votre libraire ou rdv ICI ! Si comme moi vous aimez la littérature jeunesse vous ne pouvez que tomber amoureux de cette revue !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Natsuko no sake, Tome 2 : (*) de Akira Oze aux Editions Vega : Avec conviction et acharnement, et malgré son manque de connaissances en agriculture, Natsuko poursuit son objectif de faire pousser le riz Tatsu-Nishiki (Dragon Merveilleux) afin de produire le meilleur saké du Japon. Soutenue par ses proches, elle couve sa première plantation, censée lui fournir assez de grains pour ensemencer enfin un vaste terrain pour une récolte de production. Elle découvre ainsi la difficile vie des agriculteurs, le paradoxe des questions de rentabilité, mais aussi la misère affective à laquelle leur métier les condamne parfois. De plus, sa volonté de ne travailler qu’en agriculture bio se heurte à la réalité des autres riziculteurs qui, pour survivre, ont besoin de pesticides et d’engrais. Alors qu’elle essaye de les convaincre de fonder une association pour la riziculture bio, un épandage inattendu de pesticides vient semer la panique : non seulement le riz de Natsuko risque d’être touché, mais les enfants de l’école du village également !

J’ai lu des One-shot excellents en manga mais je peinais à retrouver une série qui me plaise après Une sacrée mamie que j’ai adoré ! Et bien voilà j’ai trouvé mon bonheur avec cette série qui parle de la culture bio et de l’univers du saké avec ses rites. L’héroïne est terriblement attachante par sa détermination, son ambition, sa bienveillance et son acharnement ! Une plongée dans la ruralité japonaise et ses codes.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les dossiers de Zap Collège : Le trône de fer blanc (*) de Tehem chez Bamboo Edition : L’installation d’un camp de migrants à côté du collège n’est pas du goût de tout le monde, et surtout pas de celui du nouveau principal. À l’intérieur de l’établissement, les « pour » et les « contre » s’affrontent à coup d’actions, de sit-in et de manifestations. Lorsqu’ils rencontrent Mamoud, un gamin du camp qui leur raconte son histoire, Jean-Eudes, Écoline et Eddy décident de tout mettre en œuvre pour l’aider. Au risque de se confronter avec le principal, ils vont prendre fait et cause pour le jeune migrant et sa famille…

Une BD que je partagerai volontiers avec mon fils dans quelques années. J’aime beaucoup le message qu’elle fait passer sur un ton moderne et une ambiance graphique pleine de peps. Il est donc ici sujet des migrants et le message laissé est celui de l’ouverture et de la tolérance. En fin d’ouvrage vous trouverez un dossier (d’où le titre de cette collection) de 7 pages présentant la situation des exilés en France (les raisons qui les poussent à quitter leur pays, les histoires de 3 d’entre eux ayant fui pour des raisons différentes, le parcours administratif pour obtenir une carte de résident en France…). Un titre à recommander pour sa façon de traiter l’actualité de façon à la fois amusante et informative.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La nuit est mon royaume (*) de Claire Fauvel aux Editions Rue de Sèvres : Nawel est une jeune fille de 20 ans au tempérament de feu qui la pousse à mener toutes ses passions avec excès. Cette force est un atout quand elle la met au service de la création dans son groupe de rock, qu’elle a créé avec Alice, sa meilleure amie. Leurs études les mènent à Paris, où les jeunes filles sont confrontées de plein fouet au décalage culturel et social entre Paris et la banlieue. Malgré les difficultés, Nawel veut conquérir la capitale. Lors d’un festival « jeunes talents », elle rencontre Isak Olsen, musicien, dont elle tombe immédiatement amoureuse. Fascinée et terriblement jalouse de son talent, il cristallise toutes ses frustrations. Abandonnant ses études et l’emploi qui la fait vivre, elle décide de se consacrer à la composition d’un premier album. Commence alors pour elle, une période difficile, faite de travail et de sacrifices pour tenter d’atteindre son rêve à n’importe quel prix…

Cette BD m’a touchée en tant que maman car il y a dedans tout ce qui m’épate et à la fois me fait peur dans la jeunesse d’aujourd’hui. J’ai l’impression que les jeunes n’ont plus peur de rien, osent croire davantage à leurs rêves que nous il y a 20/30 ans mais flirtent aussi plus facilement avec les interdits. Tout est dit dans la présentation de l’éditeur : portrait fiévreux d’une génération. L’auteure a réussi le pari d’être trash mais sans sombrer dans les clichés et en restant dans un écrit sensible.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Miss Charity, Tome 1 : L’enfance de l’art (*) de Loïc Clément et Anne Montel aux Editions Rue de Sèvres d’après le roman de Marie-Aude Murail : Charity est une petite fille débordante de curiosité, assoiffée de contacts humains, de paroles et d’échanges, elle est impatiente de créer et de participer à la vie du monde. Mais voilà, une petite fille de la bonne société anglaise des années 1880 doit se taire et ne pas se faire remarquer ou à l’église, à la rigueur. Les adultes qui l’entourent ne font pas attention à elle, ses petites sœurs sont mortes. Charity se réfugie alors au troisième étage de sa maison en compagnie de Tabitha, sa bonne. Pour ne pas mourir d’ennui, ou sombrer dans la folie, elle élève des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope, apprend Shakespeare par cœur et dessine inlassablement des animaux qui conduiront Miss Charity vers son destin, tout d’abord naturaliste, puis, illustratrice de livres pour enfants mondialement connue.

Pure merveille ♥ Il faut dire que cette BD mêle le texte d’une auteure jeunesse que j’adore, et la réinterprétation subtile, romantique et fourmillant de détails de Loïc Clément et Anne Montel. Le roman était librement inspiré de la vie de Beatrix Potter, on ressent bien ici son univers malicieux et tendre. Une BD qui se savoure à lire de 7 à 77 ans !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le choix (*) de Désirée et Alain Frappier aux Editions Steinkis : Entre le documentaire et l’autobiographie, le choix c’est l’ épopée de la lutte féminine pour le droit à l’avortement et à la contraception.
 » Désirée et Alain Frappier nous font revivre les années 1970 à 2014 sous l’angle de la conquête du droit des femmes à choisir de procréer ou non. Ils le font à leur manière sensible, mêlant le personnel et le social, l’intime et le politique pour nous rappeler comment c’était  » avant « , avant la loi Veil, pour montrer combien cette liberté, gagnée dans le combat le plus important du XXe siècle, reste menacée par des nostalgiques d’une société Le Choix, travail de mémoire et de vigilance, est aussi un manifeste pour une vie libre et heureuse.  » Annie Ernaux

Alors que mes convictions féministes ont été blessées ces derniers jours ( ♥ merci Florence et Adèle ♥), je tiens à finir cette chronique sur cette BD essentielle qui nous rappelle tous les combats pour les droits des femmes. Une leçon d’histoire, de militantisme, de solidarité mais aussi une leçon d’espoir face à tout ce qu’il nous reste comme batailles à gagner !  #noustoutes #onseleveteonsecasse

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous trouverez bien d’autres idées, j’en suis sûre, parmi les lectures de Février de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

4 Réponses vers “Mes lectures de février 2020”

  1. La bibliothèque de Mathy 9 mars 2020 à 8 h 51 min #

    beaucoup de lectures qui me donnent envie (comme d’habitude) Le choix m’interpelle, Loin m’attire beaucoup et Miss Charity et Les fabuleuses aventures d’Aurore sont déjà sur ma liste !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :