Mes lectures d’avril 2020

1 Mai

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ce mois d’avril 2020 – 7 romans  !

7 ouvrages qui auront accompagné ma convalescence du covid

ce qui les rend un peu spéciaux et un peu plus inoubliables ! 

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La seconde vie de Rachel Baker (*) de Lucie Brémeault aux Editions Plon : Rachel Baker est serveuse dans un diner perdu au fin fond de l’Alabama. Un soir parmi tant d’autres, trois hommes armés font irruption dans le restaurant et assassinent tous les clients, la laissant seule au milieu du carnage. Traumatisée, Rachel survit, à la dérive. Ses choix l’amèneront à croiser le chemin de Follers, flic bourru et sans illusions, mais aussi celui de femmes fortes qui marqueront sa vie à tout jamais. D’un comptoir de restaurant à une prison pour femmes, entre colère et désir de justice, La seconde vie de Rachel Baker est un roman puissant et sensible sur la reconstruction de soi et le rapport à l’autre.

Un polar incroyable, où le destin de l’héroïne bascule sur un fait tragique, un attentat dont elle est à la seule survivante. C’est aussi une histoire de femme, une histoire sur la résilience. Un roman qui vous tient en haleine. Si l’ambiance est parfois oppressante on ne peut quitter des mains ce livre tant Rachel est bouleversante ! J’ai vraiment beaucoup aimé !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

À l’aube de nos vies (*) de Huguette Dubout aux Editions du Panthéon : Aurore a fui sa maison quelque temps après que sa grande sœur, pour ses treize ans, soit montée dans la mystérieuse chambre rose… Mais pourquoi ? Que cache le regard apeuré de cette fillette tremblante, son baluchon dans les bras, au beau milieu de la nuit ? Avec une plume aux accents de suspense, Huguette Dubout nous entraîne dans le monde noir des sectes satanistes et explore les dangers du secret, en famille…

Un peu à l’image du titre précédent j’ai trouvé l’ambiance de ce livre parfois terrifiante et pourtant je ne pouvais le lâcher, ne voulant pas abandonner la jeune héroïne. On frissonne, on fait la rencontre de personnes malveillantes, et d’autres tellement belles et humaines.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les Bonbons Empoisonnés (*) de François Santini aux Editions Beaudelaire : Roméo douze ans, se rend compte qu’à la sortie du collège, un individu donne des bonbons à ses copains. Très vite, il comprend que ces friandises maudites contiennent de la drogue. Il va tout faire pour empêcher que ses amis les acceptent. Cela va lui valoir beaucoup d’ennuis… de très gros ennuis ! Va-t-il réussir à ce que son meilleur ami les refuse ?V a-t-il survivre au terrible accident que ces voyous ont provoqué pour le faire taire ? Surtout, va-t-il pouvoir avouer à ses parents, tout ce qu’il a découvert, malgré le risque énorme de voir sa famille se disloquer ?

Un roman également accessible aux adolescents et l’occasion notamment de parler du sujet de la drogue avec eux. Là aussi l’histoire prend le chemin du polar. J’ai beaucoup aimé l’histoire même si l’écriture m’a parfois surprise par des formulations désuètes manquant d’une certaine contemporanéité pour rendre le récit plus crédible.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les banalités extraordinaires (*) de Marion du B’ aux Editions Chafouine : “Il y a la vie, et il y a ce point où tout bascule et notre vie passe dans l’après. Dans le sans. Dans l’absence omniprésente de cet être cher qui nous manque tant. Tant de moments qui nous rappellent à cette douleur. Et pourtant, cela nous apprend aussi que la vie est un si beau et si fragile cadeau. Mais mon dieu que ça fait mal, mon dieu que c’est dur ! Pourtant, la mort reste finalement une banalité car elle fait partie de la vie. Puis il y a ce fossé qui nous sépare aussi des autres, ceux qui ont des mots qui rendent la douleur plus vive, ceux qui ont des reproches, des réflexions qui font mal… même sans le vouloir. Je pardonne, car personne ne sait ce que c’est, sans l’avoir vécu. Parce que même en l’ayant vécu, personne ne traversera une épreuve comme un autre le ferait. Aujourd’hui, je prends ma plus belle plume, après être allée chercher au plus profond de mon âme, des armes encore fraîches dans les yeux pendant que mes mains jouent sur le clavier, afin de partager avec vous, ce drame, qui un jour changea le cours de mon existence. Puisse t-il aider ceux d’entre vous, restés coincés dans une souffrance sans fin, dans une colère destructrice. En toute humilité et avec tout mon amour, Marion.”

Je vous passe le fait qu’à la lecture de la page complète de dédicace qu’elle m’adressait Marion m’avait déjà conquise ! Un très chouette roman qui mêle à merveille un écrit un peu feel good à une histoire psychologique plus complexe sur le deuil, les relations familiales… J’ai été tellement émue, que je cherche encore mes mots pour vous en parler… peut-être parce que cette histoire fait écho en moi et me ramène dans le souvenir du regard pétillant de ma maman de c(h)oeur.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


L’étincelle (*) de Karine Reysset aux Editions J’ai lu : Août 1993, Coralie quitte le modeste pavillon de banlieue de sa mère pour la splendide maison de famille de Soline, peuplée d’amis, de parents et d’enfants dont l’aisance et la culture l’émerveillent. Mais derrière les apparences, les amours débutantes virent à la passion, les secrets inavouables des adultes se révèlent, alors qu’au camping voisin une enfant disparaît. Dans cette atmosphère lascive et trouble, ce sera l’été de tous les apprentissages. Avec L’étincelle, Karine Reysset livre le roman de cet été brûlant, où une jeune fille en apprendra sur la vie bien plus qu’elle ne l’aurait voulu.

J’aime beaucoup l’écriture délicate et féminine de Karine Reysset dont j’avais adoré le roman La fille sur la photo. Une nouvelle fois un grand coup de cœur pour un roman sensible où se mêlent les passions sans tabous, les non-dits, les mensonges, et surtout la quête de soi à cet âge incertain entre adolescence et entrée dans le monde des jeunes adultes.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Bienvenue au motel des Pins perdus (*) de Katarina Bivald aux Editions J’ai lu : Il y a une minute, Henny Broek traversait la rue, main¬tenant, elle est plantée sur le trottoir et contemple son cadavre. Pour elle qui a passé toute sa vie dans la même petite ville et a toujours travaillé dans le même motel décati, impossible de partir si tôt ! Alors qu’elle observe ses proches réunis pour son enterrement, un dernier défi se présente à Henny : les aider à retrouver leur joie de vivre. Drôle, farfelue et émouvante, Henny est l’amie qu’on rêve d’avoir à ses côtés… vivante, de préférence !

Comme tous les romans de Katarina Bivald, ce livre est un pavé ! Plus de 700 pages et pourtant aucune n’est de trop. L’histoire est tragique, et pourtant elle est d’une douceur infinie ! C’était une sacrée coïncidence d’entamer ce roman qui questionne sur le sens de la vie dans cette période si complexe ! Il y a de l’humour, de l’émotion, des débats autour de sujets existentiels ! Vraiment très chouette !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Kilomètre zéro (*) de Maud Ankaoua aux Editions J’ai lu : Maëlle, directrice financière d’une start-up en pleine expansion, n’a tout simplement pas le temps pour les rêves. Mais quand sa meilleure amie, Romane, lui demande un immense service – question de vie ou de mort -, elle accepte malgré elle de rejoindre le Népal. Elle ignore que l’ascension des Annapurnas qu’elle s’apprête à faire sera aussi le début d’un véritable parcours initiatique. Au cours d’expériences et de rencontres bouleversantes, Maëlle va apprendre les secrets du bonheur profond et transformer sa vie. Mais réussira-t-elle à sauver son amie ? Passionnée par les relations humaines, Maud Ankaoua signe un premier roman riche d’enseignements et rempli d’espoir. Il changera pour toujours notre compréhension des autres et nous rappelle l’essentiel de la vie.

Voilà un petit moment que cet ouvrage était dans ma PAL, et pourtant je ne regrette pas, de ne pas l’avoir lu avant, car (comme le précédent) il était parfait pour cette période de maladie, de confinement et m’a beaucoup aidée à cheminer et à relativiser ! Un vrai feel-good à la fois livre initiatique, livre spirituel, livre de développement personnel plein d’humour, de tendresse et de bon sens. Aussi léger que profond, aussi émouvant que drôle ! C’est vraiment un livre qu’on a envie d’offrir à ceux qu’on aime !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Comme je vous le disais le mois dernier, ma copinet Mathilde a mis au monde un ptit bébé tout neuf ! Son blog fonctionne au ralenti mais n’hésitez pas à aller relire ses anciens posts sur son blog.

Les livres avec un « * »

ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

2 Réponses to “Mes lectures d’avril 2020”

  1. Mathy 1 mai 2020 à 17 h 08 min #

    Merci pour tes pensées et c’est plus que du ralenti puisque le blog est en pause depuis le 16 mars et il reprendra quand la vie reprendra… ^^ et évidemment c’est aussi une jolie excuse pour profiter de petit bébé.
    J’imagine que tes lectures ont eu un goût particulier et c’est bien que tu ais pu te plonger dans les livres pour surmonter cette épreuve (j’ai beaucoup pensé à toi)
    je serais curieuse de découvrir les banalités extraordinaires mais celui qui me donne vraiment vraiment envie c’est kilomètre zéro

    • bbbsmum 2 mai 2020 à 18 h 44 min #

      excellents choix ! bisous ma belle !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :