Mes lectures de Juillet et Aout 2020

9 Sep

 

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ces 2 mois de juillet et aout 2020

16 ouvrages : 8 romans, 7 BD et 1 livre de naturopathie !

Petite présentation par ordre de lecture durant l’été !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Prénoms épicènes d’Amélie Nothomb aux Editions Albin Michel : Les prénoms épicènes peuvent être à la fois masculins et féminins. A ce nom savant on préfère souvent le terme de prénoms mixtes.
Derrière le titre d’Amélie Nothomb, l’histoire d’une relation père fille.

Voilà très longtemps que je n’avais pas lu un Amélie Nothomb, je me suis régalée avec ce court roman. Toujours aussi fantasque et percutante, l’écriture de l’autrice m’a une nouvelle fois conquise dans ce titre qui aborde la sphère familiale, et la vengeance.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Vent mauvais (*) de Cati Baur aux Editions Rue de Sèvres : Béranger est en crise, depuis son dernier succès au cinéma, il y a quinze ans, il est aussi peu inspiré dans son travail de scénariste que dans sa vie de divorcé, père de deux adolescentes Lison et Violette. Il peine à écrire la suite que lui réclame son agent et décide de quitter Paris … pour s’installer à la campagne à côté d’un champ d’éoliennes face auxquelles il semble trouver l’inspiration. Sur place, il vit une idylle avec Marjolaine, une fille un peu décalée, la trentaine, qui conduit le bibliobus du village. Quand elle ne joue pas au scrabble, elle s’occupe de ses vieux parents, enterre les oiseaux morts et rêve d’ouvrir sa librairie. Alors que Béranger reprend goût à l’écriture, les saisons passent et apportent leurs lots de mauvaises nouvelles. Il glisse alors doucement vers la dépression. Marjolaine spectatrice malgré elle de la situation sera contre tout attente, celle sur laquelle ils pourront s’appuyer…

Une BD où j’a eu plaisir à retrouver le trait de crayon de Cati Baur que j’aime beaucoup. Ce titre est incroyable car il aborde de nombreux thèmes : l’écologie, le mal-être adolescent, les envies de retour à davantage de ruralité et d’authenticité, les relations amoureuses, le burn-out… J’ai vraiment été happée et je l’ai lu d’une traite ! A noter dans vos wish-lists.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Naturopathie, le guide saison par saison (*) de Loïc Ternisien aux Editions Flammarion : Une méthode complète, pour protéger et renforcer votre corps tout au long de l’année, grâce à la naturopathie. Retrouvez dans ce guide : – Les principes de base de la bonne santé en naturopathie : Définissez votre tempérament, les aliments à privilégier pour prendre soin de vos systèmes (immunitaire, digestif, respiratoire…), les bonnes pratiques d’hygiène de vie à adopter au quotidien pour avoir un terrain robuste… – Des conseils ciblés, saison par saison : Nutriments et plantes à cibler pour prévenir tous les déséquilibres, rituels saisonniers, étirements ou encore cures d’intersaison… – Des fiches remèdes : En cas de petits bobos, des fiches pratiques vous indiquant comment répondre naturellement aux rhumes hivernaux, aux allergies printanières ou encore aux coups de soleil de l’été… Toutes les clés pour garder la forme toute l’année !

Un ouvrage pratique très complet sur cette thématique ! La lecture est plaisante et facilitée par le cloisonnement par saison. On se rend compte qu’au final nous disposons souvent dans nos frigos et placards de quoi se soigner naturellement !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Ursula – Mon père, cet enfer… (*) de Sandra Nelson et Hape aux Editions Miss Jungle : Ursula est une jeune fille pleine de vie et d’énergie. Passionnée par la fabrication de la slime, la musique et son chat Zizou, sa vie bascule le jour où, sa mère et son beau-père partent trois mois en Amazonie pour leur travail de botaniste. C’est décidé, Ursula ira vivre chez son père. Mais comment gérer ce dernier, qui adore les listes et les objectifs, quand en plus on fait sa première rentrée au collège ! Ursula va devoir affronter cette nouvelle vie et appréhender ce père qu’elle connaît si peu…

Une BD rythmée à proposer aux ados (et à leur piquer bien évidemment !!!) C’est très drôle, les collégiens et leurs parents s’y reconnaîtront sans mal,  mais c’est aussi très touchant quand cette petite fille et son papa finissent par enfin se rencontrer !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Esmée – Envoyée d’outre-tombe (tome 1) (*) de Christine Naumann-villemin et Maelle Schaller aux Editions Miss Jungle : Un fantôme qui découvre la vie d’adolescente au 21ème siècle. Durant des centaines d’années, les morts du cimetière des Bosquets ont pu reposer en paix. Mais depuis quelques temps, leur tranquillité est troublée : ils reçoivent des appels de vivants ! Et des appels incompréhensibles, en plus ! Après avoir délibéré, ils décident d’envoyer un des leurs enquêter sur ces étranges phénomènes. Ce sera Esmée, une adolescente morte au XVIIIe siècle. Elle seule pourra intégrer la cité scolaire Simone Veil sans attirer l’attention. Stupéfaite, émerveillée, horrifiée mais aussi fascinée, Esmée va découvrir la vie des ados d’aujourd’hui. Sa vie, ou plutôt sa mort va en être bouleversée…

Je l’ai souvent dit sur le blog, j’ai beaucoup de mal  être touchée par le fantastique ! Et bien, cette BD m’a conquise ! Cette héroïne venant du passé est terriblement touchante par sa crédulité et le cocasse des situations qu’elle découvre plongée dans une époque qu’elle ne connaît pas m’ont fait passer un agréable moment !  J’ai très envie de lire la suite ! Là aussi c’est une BD accessible aux pré-ados mais qu’on peut lire avec plaisir bien au-delà !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le Réseau Papillon – Les combattantes de l’ombre (tome 4) (*) de Franck Dumanche et Nicolas Otero aux Editions Jungle : Gaston, Élise et François vont devoir faire preuve de ruse pour aider Jacques à se cacher et tenter de sauver les résistants arrêtés… 1941. Le soir de l’anniversaire de Gaston, Jacques, un petit garçon juif, est reccueilli chez les papillon. Mais il ne peut pas rester, le village est surveillé. Il faut vite lui trouver un endroit où se cacher, car des rumeurs de déportation circulent et la méfiance règne au sein de Mortrée…
D’ailleurs, de nouveaux élèves ont rejoint la classe de nos amis, notamment une certaine Claudine. Son rapprochement vis-à-vis de Gaston pourrait presque paraître suspect…

Le réseau papillon, c’est LA série de chez Jungle pour laquelle nous nous disputons la primeur de la lecture BBB’s dad et moi, il y a fort à parier que notre 8 ans va vite devenir accro lui aussi. Pourquoi cette série nous plaît autant ? Parce qu’elle aborde avec beaucoup de justesse cette période historique et que ses jeunes héros sont particulièrement bouleversants de courage et de sincérité.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Saisis Ta Chance, Calypso ! de Valérie Lavallé aux Editions Charleston : Ne jamais, jamais, l’avoir rencontré. Voilà ce que voudrait Calypso, en ce beau matin de novembre, alors qu’elle pense à sa récente rupture avec Yann. Yann est l’homme de sa vie et il l’a quittée. Brutalement. Une blessure qui jette une ombre sur tout le reste de sa vie si parfaite. Plongée dans ses pensées, Calypso ne voit pas venir la voiture qui la percute violemment. Cela pourrait être la fin de l’histoire… Ce n’est que le début. Car le choc l’a projetée six mois plus tôt, dans une vie à laquelle Yann n’appartient pas encore. Tout est donc encore possible et Calypso va devoir saisir sa chance pour tenter de réécrire l’histoire, son histoire. Une merveilleuse comédie romantique au ton enjoué, vif et résolument moderne, dans laquelle amour et amitié tiennent des places essentielles. Irrésistible Calypso !

J’avais très envie de lire le roman de Allo Maman Dodo et j’ai profité de l’offre All Stars 2020 sur Amazon pour l’acquérir au format Kindle. Ce fut d’ailleurs ma première lecture de roman sur écran, et finalement je me questionne sur l’acquisition d’une liseuse. Bref, revenons en au roman; c’est frais, pétillant, drôle, sincère à l’image de l’autrice ! Un très bon feel-good au scénario original !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Dans la Combi de Thomas Pesquet de Marion Montaigne aux Editions Dargaud : Le 2 juin 2017, le Français Thomas Pesquet, 38 ans, astronaute, rentrait sur Terre après avoir passé 6 mois dans la Station spatiale internationale. La réalisation d’un rêve d’enfant pour ce type hors-norme qui après avoir été sélectionné parmi 8413 candidats, suivit une formation intense pendant 7 ans, entre Cologne, Moscou, Houston et Baïkonour. Dans cette bande dessinée de reportage, Marion Montaigne raconte avec humour, sa marque de fabrique, le parcours de ce héros depuis sa sélection, puis sa formation jusqu’à sa mission dans l’ISS et son retour sur Terre.

Depuis que j’ai vu le film sur Thomas Pesquet au futuroscope il y a 2 ans, je rêvais de lire cette BD ! Je n’ai pas été déçue, absolument passionnant avec plein d’anecdotes surprenantes !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Même les méchants rêvent d’amour de Anne-Gaëlle Huon aux Editions Le livre de Poche : Jeannine a 85 ans passés. Elle aime : les bals musette, les costumes des patineuses artistiques et faire un six aux petits chevaux. Elle n’aime pas : le sucre sur le pamplemousse, les films d’horreur et les gens qui postillonnent. Le jour où on lui annonce que sa mémoire s’apprête à mettre les voiles, Jeannine est déterminée à ne pas se laisser faire. Alors elle fait des listes. Toutes sortes de listes. Et elle consigne dans un carnet tous les bonheurs qui ont marqué sa vie. Quand Julia, sa petite-fille, la rejoint en Provence, elle découvre ce que sa grand-mère n’a jamais osé raconter. L’histoire d’un secret, d’un mensonge. Entourée d’une bande de joyeux pensionnaires, Julia va tenter de faire la lumière sur les zones d’ombre du récit. Et s’il n’était pas trop tard pour réécrire le passé ?

D’un sujet grave : la perte de mémoire et la fin de vie, Anne-Gaëlle Huon réussit le pari de faire un livre à la fois tendre, drôle et pas du tout pathos. C’est sensible, bouleversant, on verse quelques larmes mais l’ensemble est tellement positif et lumineux ! A lire sans la moindre hésitation.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Dans la rue de l’école de Anouk F. aux Editions Cherche Midi : La rue de l’école, elle monte. Ou elle descend, c’est selon. En haut, les façades des immeubles sont un peu noires. Plus bas, les villas s’ouvrent sur des allées de graviers blancs. Ici, les habitants trimballent leur passé et bricolent leur présent. Au n° 7, Karine et son fils, Naël, essaient de repartir de zéro, ou plutôt de ne plus y rester. Juste au-dessous, Kamel apprend à être seul avec ses filles, Siryne et Nour. Au n° 24, Julie, la maman parfaite et quadra bien sous tous rapports, se cherche dans cette maison trop grande, dans ce confort qui l’encombre. Au milieu, au n° 12 : l’école publique. Nour disparaît un jour. Qu’ils viennent du haut ou du bas de la rue, les voisins se mobilisent pour la retrouver. Peut-être aussi pour se trouver. L’histoire d’une rue, d’un quartier, d’une société fissurée que l’on peine à rafistoler.

Merci Sabine pour ce roman ! Je pense que beaucoup d’enseignant en quartier sensible s’y retrouveront. La galerie de personnages est très émouvante (même les moins tendres, qu’on devine tellement écorchés). Un récit sans concession qui aborde avec franchise et un regard objectif bien des thèmes sociétaux de la vie des quartiers.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


D’ici là, porte-toi bien de Carène Ponte aux Editions Pocket : Quoi de mieux que quelques jours dans un hôtel de luxe tout neuf pour se remettre d’aplomb ? Elles sont six femmes à s’y rendre pour cette semaine d’inauguration. Elles ne se connaissent pas, n’ont pas le même âge, pas la même vie, mais elles vont se croiser, parler, partager leurs émotions, s’épauler parfois au cours de ce séjour si particulier pour chacune. Pas facile de se faire plaquer devant l’autel, d’espérer chaque jour un enfant qui ne vient pas, ou de savoir qu’on va bientôt perdre la mémoire… Mais en donnant sa chance à la chance, l’espoir pourrait renaître !

J’avais assisté dans la librairie de ma ville au lancement de ce livre par l’autrice en juin 2019, j’avais vu ses yeux pétiller à chaque description faite de ces 6 femmes, et j’avais donc très envie de le lire, je me suis donc jetée dessus à sa sortie en poche. J’ai été conquise ! Presque 6 romans en un, une plume malicieuse et pleine d’empathie et de tendresse ! Foncez les yeux fermés !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Victorieuses de Laetitia Colombani aux Editions Le livre de Poche : Brillante avocate, Solène tente de se reconstruire après un burn out. Acceptant une mission bénévole d’écrivain public, elle est envoyée au Palais de la Femme, un foyer au cœur de Paris. Les résidentes s’appellent Binta, Sumeya, Cvetana, Salma ou la Renée et viennent du monde entier. Lorsqu’elles voient arriver Solène, elles se montrent méfiantes. Mais Solène est bien décidée à trouver sa place auprès de ces femmes aux destins tourmentés… Un siècle plus tôt, Blanche Peyron œuvre en faveur des démunis. Elle a voué sa vie à l’Armée du Salut et rêve d’offrir un refuge à toutes les exclues de la société. Le chemin est ardu, mais elle ne renonce jamais.

L’auteure de La Tresse signe ici un nouveau best-seller même si je dois vous avouer que le précédent reste mon préféré. Une belle histoire d’entraide basée sur la découverte d’un personnage historique (Blanche Peyron) à qui les femmes doivent beaucoup. Il est question ici de sororité et de générosité.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Né sous une bonne étoile d’Aurélie Valognes aux Editions Mazarine : À l’école, il y a les bons élèves… et il y a Gustave. Depuis son radiateur au fond de la classe, ce jeune rêveur observe les oiseaux dans la cour, ou scrute les aiguilles de la pendule qui prennent un malin plaisir à ralentir. Le garçon aimerait rapporter des bonnes notes à sa mère, malheureusement ce sont surtout les convocations du directeur qu’il collectionne. Pourtant, Gustave est travailleur. Il passe plus de temps sur ses devoirs que la plupart de ses camarades, mais contrairement à eux ou à Joséphine, sa grande sœur pimbêche et première de classe, les leçons ne rentrent pas. Pire, certains professeurs commencent à le prendre en grippe et à le croire fainéant. À force d’entendre qu’il est un cancre, Gustave finit par s’en convaincre, sans imaginer qu’une rencontre peut changer le cours des choses. Parfois, il suffit d’un rien pour qu’une vie bascule du bon côté…

C’est le livre que devraient lire tous les enseignants quand ils doutent de l’efficacité de leur action et de leur engagement ou quand l’opinion publique les malmène. J’ai été infiniment émue par ce texte. Quel bel hommage aux enseignants amoureux de leur métier ! Merci ♥

 

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Je ne cours plus qu’après mes rêves de Bruno Combes aux Editions J’ai Lu : A dix-huit ans, Louane rêve de prendre le large. Mais lorsqu’elle échoue au bac, ses espoirs s’envolent. Jusqu’au jour où… Laurene, trente-neuf ans, mène une carrière brillante. Elle cherche le bonheur mais prend la fuite dès qu’il approche. Jusqu’au jour où… Louise, à la retraite, se retrouve veuve et seule pour la première fois de sa vie. Elle se dit que l’avenir n’a plus de cadeau à lui faire. Jusqu’au jour où… Trois femmes, trois générations, un point commun : elles ne veulent plus renoncer à leurs rêves. Et l’aventure qu’elles s’apprêtent à partager va les changer à jamais.

Je suis désolée si votre prochain passage en librairie vous coûte une fortune par ma faute, mais ce roman-là vous ne pouvez pas passer à côté non plus ! Un autre de mes coups de cœur de l’été. Il aborde au final le même thème que le livre d’Anne-Gaelle Huon mais les histoires n’ont rien à voir, le seul point commun de ces 2 romans : être magnifiquement écrit, prenant, émouvant. Et puis comme toujours j’adore les citations de début de chapitre, marque de fabrique de cet auteur qui fait partie désormais de mes écrivains préférés.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Simone Veil, la force d’une femme de Annick Cojean, Xavier Bétaucourt et Etienne Oburie aux Editions Steinkis : Annick Cojean est grand reporter au Monde. Au fil de sa carrière, elle a croisé Simone Veil à plusieurs reprises. Au fil de leurs rencontres, une relation singulière s’est installée entre Simone Veil et la journaliste. Une relation de femmes au-delà des fonctions. Un portrait subjectif, délicat et parfois surprenant de la femme au-delà de l’héroïne.

J’avais beaucoup aimé la BD consacrée à Simone Veil chez Marabulles et j’avais un peu peur que ce titre de chez Steinkis soit redondant. Et bien, pas du tout ! J’ai été conquise par ce titre très différent, qui prend le parti d présenter Simone Veil à travers ses rencontres avec la journaliste Annick Cojean. De fait je trouve les deux titres aussi merveilleux et très complémentaires.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Règles de l’amitié de Lily Williams et Karen Schneemann aux Editions Jungle : Au-delà d’une grande histoire d’amitié, un sujet important pour les jeunes filles, abordé en toute subtilité ! Pour Abby, Brit, Christine et Sasha, la coupe est pleine. Le lycée de Hazelton est toujours à sec. De tampons, de serviettes. D’adultes qui les écoutent, aussi. Remontées contre une administration qui fait passer le football avant la santé de ses élèves, elles veulent changer ça, ensemble. Mais la tâche n’est guère aisée, surtout entre les maths, le sport et les amours ! Heureusement, elles sont complices et tentent de se soutenir même quand elles ne sont pas d’accord. Les quatre amies vont devoir apprendre à coopérer afin de donner le meilleur. Mais comment faire entendre sa voix quand tout le monde s’en tamponne ?

Excellente BD qui je l’espère sera mise à l’honneur dans les bibliothèques et CDI des collèges et lycées ! Ces jeunes heroines ont tout compris au féminisme ! Le sujet des règles ( dans le sens menstruations) est abordé sans le moindre tabou ce que je trouve absolument génial (et normal au final ! ) ! Un titre pour libérer la parole et faire avancer les mentalités !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

D’autres idées lectures pour vos vacances sont à retrouver chez ma copinet Mathilde !

Les livres avec un « * »

ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

4 Réponses vers “Mes lectures de Juillet et Aout 2020”

  1. cetaitcommentavant 9 septembre 2020 à 16 h 25 min #

    J’ai adoré né sous une bonne étoile, mon coup de coeur de l’été !
    Les victorieuses est dans ma PAL et je rajoute donc Bruno Combes et Anouk F.

    J’ai « vécu » 4 semaines sans ma Kindle (embarquée par inadvertance par ma mère), je suis donc revenue à un format papier et franchement … J’aime ma liseuse, ne serait ce que pour la possibilité de lire partout sans déranger ( notamment dans le lit !) Et pour le minimum d’encombrement (je ne sais plus où mettre les livres)

    • bbbsmum 13 septembre 2020 à 22 h 00 min #

      Et sur le confort oculaire ? ça ne te fatigue pas plus ?
      Je pense que Né sous une bonne étoile, ne peut que toucher les enseignants dans leurs convictions profondes !

  2. La bibliothèque de Mathy 12 septembre 2020 à 20 h 43 min #

    Je suis ton conseil pour la BD à mettre sur Wishlist ! J’adore aussi Cati Baur
    Esmée on a craqué dessus aussi, vivement la suite ^^
    Thomas Pesquet est sur ma liste aussi depuis un moment
    J’ai une liseuse depuis de nombreuses années, je m’en sers très rarement mais bizarrement j’aime quelle soit là pour certains moments et c’est pratique pour certains livres qu’on a envie de découvrir d’une autre manière
    Les règles de l’amitié, je te remercie du fond du coeur pour cette présentation, je vais courir l’acheter 😉

    • bbbsmum 13 septembre 2020 à 21 h 58 min #

      Tu peux foncer pour les règles de l’Amitié
      arf du coup tu me fais douter pour la liseuse, bon j’ai jusque noel pour me décider…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :