Mes lectures de Février 2021

3 Mar

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ce mois de Février 2021

12 ouvrages :

6 romans ou recueils de nouvelles 

(dont 1 sur la Kindle)

4 BD  et 2 ouvrages pratiques sur les toubles dys et visuo spatiaux    !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Je commence avec mes deux coups de cœur du mois ! Bien évidemment vous pourriez y voir un peu de chauvinisme puisque l’autrice Lisa Balavoine est professeur documentaliste dans ma ville.  Voilà très longtemps que je la suis sur Instagram et que j’avais envie de la lire, la sortie en poche d’Eparse son premier roman a été l’élément déclencheur pour me plonger dans son écriture fabuleuse !

Eparse de Lisa Balavoine aux Editions Le livre de Poche : « Je fais ce que je peux avec mes erreurs à réparer. Je fais ce que je peux avec mes peurs à affronter. Je fais ce que je peux avec mes liens à renouer. Je fais ce que je peux avec mes décisions à prendre. Je fais ce que je peux avec mes vides à remplir. Je fais ce que je peux avec mes pleins à vider. Je fais ce que je peux. » En faisant le tour de son existence comme on fait le tour du propriétaire, Lisa Balavoine signe un roman espiègle et nostalgique. À travers l’inventaire de ses doutes et de ses fiascos se dessine, sur fond de culture pop, l’itinéraire d’une fille, d’une mère, d’une amante. Et tandis qu’elle rassemble les morceaux de son puzzle sentimental, c’est chacun de nous qui peut se redécouvrir lui-même.

J’avais lu beaucoup de jolies choses sur ce roman et notamment chez Olivia de Lamberterie, j’attendais donc beaucoup de sa lecture ! J’ai été conquise et bluffée ! C’est à la fois un roman, de la poésie, un journal avec ses fragments de vie, un écrit introspectif, le tout posé avec délicatesse mais aussi avec une franchise sans tabous, il y a là infiniment de sensibilité, de sincérité et une ambiance glam-rock, c’est à dire sobre, chic et rebelle ! Bref, j’ai reçu bien plus que ce que je m’attendais, c’est une merveille ! A lire absolument ! ♥ ♥ ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Un garçon c’est presque rien de Lisa Balavoine chez Rageot Editeur : Une chambre d’hôpital. Dans le lit, un garçon. À côté, une fille, qui attend qu’il se réveille. Au travers du coma de Roméo, son histoire : pourquoi, comment, la vie l’a-t-elle amené là ?

J’ai enchaîné avec ce deuxième titre de cette grande autrice amiénoise. Cette fois-ci c’est un roman ado qu’elle nous propose, mais très sincèrement il est à lire à tout âge ! Il aborde le thème du harcèlement. Un harcèlement qui peut être continu, sournois, presque invisible aux yeux de l’extérieur, mais un harcèlement qui peut aussi être soudain, massif, au goût de vengeance par l’utilisation calomnieuse des réseaux sociaux. Il est question aussi des secrets familiaux et de la quête d’identité des ados. Le tout est raconté sur un ton original et poétique en chapitres très courts ! C’est un titre lui aussi magnifiquement écrit, et j’oserai même dire indispensable, à faire lire à nos ados, à lire en tant que parents ou éducateurs ! Une pépite dans l’univers de la littérature jeunesse !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Mamma Maria de Serena Giuliano aux Editions Pocket : Sous le coup d’une déception amoureuse, Sofia a quitté Paris pour son petit village natal de la côte amalfitaine. Là, la jeune traductrice respire enfin. Attablée à sa place habituelle, sur la terrasse du Mamma Maria, le bonheur est simple comme un espresso au soleil ou une chanson d’Adriano Celentano… Ce cafè, c’est le cœur du village, le rendez-vous des jeunes, des vieux, dans le généreux giron de la patronne, Maria, leur mère à tous. Or ce matin-là, pour la première fois depuis des lustres, il s’est glissé comme une fausse note dans la partition. Le vieux Franco ne s’est pas présenté pour son éternelle partie de scopa… La fin de la dolce vita ?

Je vous avoue que j’avais passé un moment distrayant et sympathique à la lecture du premier roman de Séréna mais qu’il ressemblait trop à son blog pour me séduire véritablement ! Et bien cette fois, je suis conquise avec ce titre généreux et drôle ! Une belle histoire d’humanité et une plongée dans une Italie qu’on a envie de découvrir tant Séréna la raconte si bien !

Lu sur la Kindle d’où absence sur la photo

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Graines de héros ( Unicef) aux Editions Le livre de poche : Jorge vit en Equateur. Tous les jours il plante des graines de kapokier là où une compagnie forestière américaine a eu l’autorisation d’exploiter l’or vert d’Amazonie. Pour chaque arbre déraciné, Jorge dépose une graine dans l’espoir de combattre la déforestation massive de son pays. Jusqu’à ce que le couperet tombe : Jorge et son père sont contraints de quitter leur maison.
A la manière d’un cadavre exquis, douze auteurs engagés se sont passé le témoin sur la plateforme d’écriture collaborative LES ARBRES INEDITS pour écrire trois suites à l’histoire inventée par Mathias Tripard, le lauréat du concours organisé par UNICEF. 1 LIVRE ACHETE = 1,50 EUROS REVERSE A L’UNICEF

J’aime beaucoup ce genre d’ouvrages collectifs, surtout quand ils desservent une jolie cause ! J’ai bien apprécié ce titre où les auteurs se succèdent chapitres après chapitres, répartis en 3 groupes pour raconter 3 histoires ! Original et rapide à lire, un bon moment de lecture pour une très belle action !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Tout le monde ne raffole pas de brocolis (*) de Camille Choplin aux Editions J’ai Lu : Corinne, quinquagénaire fraîchement divorcée, vit à cent à l’heure. L’écologie ? Elle a déjà du mal à prendre soin d’elle, alors s’occuper de la planète, très peu pour elle ! Sa fille Amandine se sent perdue depuis qu’elle est en école de commerce : gagner beaucoup d’argent, pour quoi faire ? Elle cherche à donner un sens à sa vie. Reste à savoir lequel… Jeune maman, leur voisine Charlotte est une écolo engagée, à tendance radicale. Chez elle, tout est bio, local, de saison, zéro déchet… Mais pendant qu’elle met sa famille au vert, son compagnon ne verrait-il pas rouge ? Au fil des rencontres et des saisons, chacune va découvrir qu’une autre façon de vivre est possible. Parfois, il suffit d’un rien pour être en harmonie avec la nature, les autres… et soi-même !

Belle surprise également, un roman école, qui réussit le pari de distiller des conseils pour une vie plus saine et tendant vers le zéro déchet, tout en nous embarquant dans les tranches de vie de personnages très attachants ! J’ai aimé la place prédominante du roman, malgré le militantisme; et cet esprit très positif et en aucun cas donneur de leçons ! Un feel good green que je vous recommande !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Quand la reine chante les abeilles dansent (*) de Véronique Maciejak aux Editions Eyrolles : Marie aimerait être une mère qui assure. Une maman qui n’élève jamais la voix, qui se fait obéir sans punir, qui trouve toujours du temps pour ses enfants… Sauf que du temps, elle n’en a plus. Depuis qu’elle a décidé de quitter son travail pour se consacrer à sa famille, rien ne va. Elle est épuisée et débordée par les contraintes du quotidien. Alors elle crie, elle punit et ne parvient plus à gérer son ado précoce, son cadet hypersensible et sa petite dernière énergivore. À l’aube de ses 40 ans, Marie frôle le burn-out parental. Mais a-t-elle le droit de se plaindre, elle qui a choisi d’être « au foyer » ? Et existe-t-il une recette pour devenir un parent parfait ?  Un formidable roman-coach, dédié à tous les parents ! On y découvre, avec Marie, un lieu unique qui nous enseigne l’essentiel : être heureux pour rendre les autres heureux… Plus de 30 outils pour : désamorcer les crises de colère, se faire obéir sans crier, gérer les disputes, motiver ses enfants à l’école, communiquer avec son ado…

Sur le même principe que le titre précédent, il s’agit d’un roman qui derrière l’histoire qu’il nous raconte distille un message et des conseils sur le thème de la parentalité. C’est frais et très rapide à lire, les héroïnes sont attachantes et à travers leur parcours vers une éducation bienveillante, on redécouvre bien des conseils lus chez Isabelle Filliozat par exemple. Le ton est particulièrement sympathique et déculpabilisant, et rappelle une chose essentielle, faire le choix de la bienveillance, ne veut pas dire que le parcours soit si facile tous les jours.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Carnets d’aventures ordinaires – Les Potes T01 de Mademoiselle Caroline aux Editions Delcourt : En vacances, à la maison, à la terrasse des cafés, ils sont partout et c’est tant mieux même si parfois il faut bien le dire ils font des trucs étranges, agaçants, insupportables. Il leur arrive aussi parfois d’être drôles, touchants ou attentionnés et puis s’ils sont toujours là quand on s’y attend le moins ils le sont aussi quand on a le plus besoin d’eux : bref, on a les amis qu’on mérite !

Bien évidemment je ne pouvais pas passer à côté d’un nouvelle BD de Melle Caroline ! Un bonheur, joyeux, savoureux, drôle mais toujours beaucoup trop court ! Vivement le prochain !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Chaplin, Tome 2 :Prince d’Holllywood (*) de Laurent Seksik et David François aux Editions Rue de SèvresAlors qu’il vient de perdre à la naissance, le fils de sa première épouse Mildred, Charlie tourne Le Kid, l’histoire de cet enfant qu’il n’aura pas vu grandir. Le film est un immense succès. Charlie reconnu par le tout Hollywood comme l’un des plus grands artistes de son époque savoure son ascension et œuvre déjà pour son prochain film, La Ruée vers l’or qui sera un véritable triomphe. A 35 ans, il épouse en secondes noces la très jeune Lita déjà enceinte de leur premier enfant.  Pourtant, après quatre ans d’union et deux enfants, Lita, maintes fois trahie, demandera le divorce avec pertes et fracas dégradant au passage l’image de Chaplin dans l’opinion publique. Tandis que les premiers films parlants font leur apparition… 1928, son film Le Cirque, est annoncé comme un échec. Le statut et la carrière de Charles Spencer Chaplin commenceraient-ils à vaciller dans cette Amérique puritaine ?

La BD est vraiment un moyen pour moi de découvrir des biographies de grands personnages et de découvrir d’autres facettes de ces personnages mythiques ! Comme le tome 1, ce nouvel opus sur Chaplin m’a conquise ! Comme je l’écrivais sur le blog après la lecture du premier volet, je suis vraiment captivée par ce que je découvre de la complexité de ce personnage. Fascinant !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Ne m’oublie pas de Alix Garin aux Editions Le Lombard : La grand-mère de Clémence souffre de la maladie d’Alzheimer. Face à son désespoir, elle prend la décision de l’enlever de la maison de retraite et de prendre la route en quête de l’hypothétique maison d’enfance de sa mamie. Une fuite, une quête, un égarement, l’occasion de se retrouver ? À moins que ce ne soit plutôt des adieux…

J’ai lu énormément de jolies critiques sur cette BD, et il est clair que c’est une merveille ! L’histoire est magnifique, terriblement touchante et délicate, racontant sans tabous une fin de vie sous le spectre d’Alzheimer ! Un titre tout en émotion qui mérite lui aussi une mention pépite !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les vrais sages sont des rebelles – De l’Antiquité à aujourd’hui, ce que les philosophes ont encore à nous apprendre (*) de Chiara Pastorini et Perceval Barrier aux Editions Nathan : Une histoire de la philo en BD ! Les vrais sages sont des rebelles. De l’Antiquité à aujourd’hui, ce que les philosophes ont encore à nous apprendre. Une plongée vivante et pleine d’humour dans la vie quotidienne des grands philosophes pour comprendre leur vie, leurs questions, leurs réponses et comprendre comment elles peuvent encore nous parler aujourd’hui. Un livre pour découvrir en quoi la philosophie peut nous éclairer sur la façon de conduire notre vie, nous permettre d’acquérir un esprit critique et de fournir des outils pour se construire une sagesse personnelle ! Une autre façon de parler de philo aux enfants, plus incarnée, à travers des histoires personnelles, des anecdotes, de l’humour.

Une bande-dessinée pour les petits et grands pour découvrir de façon ludique les courants de pensées des grands  philosophes , un écrit très accessible au ton joyeux ! Chouette découverte autour du thème de la philo !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Troubles visuo-spatiaux, leur impact sur les apprentissages (*) du Dr Michèle Mazeau aux Editions Tom pousse : Les troubles « visuo-spatiaux », souvent méconnus, ont un impact important, mais plus ou moins masqué dans de nombreuses activités de la vie quotidienne et des apprentissages scolaires. Ces termes sont souvent employés par les médecins ou les ergothérapeutes (voire les orthoptistes), soit de façon isolée, soit le plus souvent dans le cadre du diagnostic d’une dyspraxie dite « visuo-spatiale ». Ils désignent un trouble dys- qui touche spécifiquement l’analyse cérébrale des informations spatiales fournies par la vision. Cette atypie développementale affecte l’exploration visuelle de l’environnement, le repérage et le déplacement dans l’espace, la manipulation d’outils, d’objets et la réalisation de schémas, de constructions. Ce livre, pensé comme un outil de formation, propose de comprendre les troubles visuo-spatiaux, de savoir les repérer, d’expliciter les aides et les compensations efficaces à toutes les personnes concernées : parents, enseignants et professionnels du soin.

Je suis une fan absolue du Dr Mazeau, que j’ai eu la chance d’avoir en cours lors de ma formation d’enseignante spécialisée il y a 20 ans. C’est pour moi LA référence en France sur la dyspraxie et les troubles visuo-spatiaux. Elle a signé plusieurs titres chez Tom Pousse, et nous propose cette fois un titre court dans la collections Les tutos pour mieux comprendre, diagnostiquer, remédier, compenser ce trouble du neurodéveloppement ! A mettre entre les mains  du grand public ( en particulier les parents) comme pour les professionnels de l’éducation ou du soin.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Troubles dys- : Ensemble, allons à l’essentiel (*) du Dr Alain Pouhet aux Editions Tom pousse : Mieux prendre en charge les situations de dys-. Par leur fréquence, les situations de troubles d’apprentissage spécifiques, ou troubles dys-, sont devenues en quelques décennies une préoccupation majeure de santé publique. Elles concernent les professionnels de l’Éducation nationale et souvent ceux de l’évaluation et du soin. Les élèves et leur famille sont souvent étonnés par le nombre de bilans effectués contrastant avec l’insuffisance de diagnostics fiables, consensuels. Mais ce sont surtout les réponses fonctionnelles à la situation de handicap que vit l’élève en classe tous les jours qui leur font défaut. De fait, on s’éparpille, on ne va pas à l’essentiel. Au mieux, on applique au petit bonheur la chance des recettes glanées sur Internet, au pire, on reste dans un attentisme stérile ou un refus délétère des aides. Or, il ne s’agit ni de ne rien faire ni de rechercher désespérément la panacée, le « bon outil miracle ». Il convient de s’entendre sur les restrictions de participation en classe (situation de handicap), tout en prenant en compte la souffrance psychique en lien avec la situation singulière de chaque enfant dys- et de chaque famille. Pour chaque dys-, se poser les bonnes questions au bon moment permet de viser l’essentiel, de hiérarchiser les propositions d’aides faites à l’enfant et d’arrêter de noyer les enseignants sous d’interminables listes de préconisations stéréotypées, sans lien logique entre les troubles d’apprentissage et la cause cognitive de ces troubles.

Un livre simple, visuel et interactif, accompagné de vidéos accessibles par QRcode, qui répond à toutes les grandes questions concernant la prise en charge des troubles dys-. Il présente d’abord ces troubles dys, puis dans une seconde partie ce qu’elles entraînent comme difficultés précises en classe puis guide pour la construction du projet de ces enfants ! Là aussi c’est un indispensable pour moi pour tout enseignant, puisque même dans une carrière en milieu ordinaire on se retrouve forcément confronté à ces troubles.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

D’autres idées lectures sont à retrouver chez ma copinet Mathilde !

Les livres avec un « * »

ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

2 Réponses vers “Mes lectures de Février 2021”

  1. La bibliothèque de Mathy 11 mars 2021 à 22 h 20 min #

    je t’ai lu mais pas commenter, comme d’habitude je suis très attirée par tes lectures bd et surtout Ne m’oublie pas dont j’ai entendu beaucoup de bien aussi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :