Search results for 'LE GUIDE DE SURVIE DES MAMANS'

Mes lectures d’avril 2017

11 Mai

Je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures d’avril !

Comme d’habitude un peu de tout ! Je vous laisse découvrir !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Pour commencer, une seule et unique BD, ce mois-ci ; mais quelle BD LE JOUR OU LE BUS REPARTIT SANS ELLE des Béka , Marko et Cosson aux Editions Bamboo : Le jour où le bus est reparti sans elle, Clémentine se retrouve coincée dans une singulière épicerie de campagne, loin de tout… mais jamais aussi près de trouver ce qu’elle cherche : des réponses à ses doutes existentiels. Les histoires zen d’Antoine, l’incroyable épicier, l’expérience de Chantal l’écrivain, le passage de Thomas le PDG-randonneur, vont irrémédiablement changer la vision de la vie qu’avait Clémentine. Comme chacun de ces personnages, la jeune femme va essayer de trouver son chemin vers le bonheur. Même si, comme tous les chemins, il emprunte parfois d’étranges détours…

Véritablement une BD pas comme les autres où la rencontre et les échanges entre les personnages sont illustrés de jolies paraboles délivrant des leçons de vie empreintes de sagesse, de positivisme et de bienveillance ! Et puis équilibrant parfaitement le sujet un regard plein d’humour et un brin critique sur les « bons penseurs ». Un pur moment de Bonheur ! Merci à Maman Clémentine qui m’a offert cette merveille !  ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Parmi les vivants  (*) de Charlotte Farison chez Super 8 Editions : 2002, Paris. Engagé au sein de l’entreprise Hermonia pour s’occuper du mécénat, Arturo remplace une certaine Lise Marshall, décédée a priori dans un accident de voiture. Problème : il n’a aucune idée de l’identité réelle de son patron ni de la véritable raison pour laquelle il a été embauché. Le fait est que ce genre de choses lui arrive régulièrement. Docile, le jeune homme tente de se couler dans le moule. Assailli par les brûlants souvenirs d’une enfance passée sous les tropiques, cependant, il sent bien qu’il ne pourra se contenter éternellement de cette vie factice.  Vienne, même époque. Jeune call-girl à l’intelligence acérée, Shula est embauchée par un certain Victor Khan, obsédé par son amour de jeunesse disparu. Ashis, son ex-mercenaire d’associé, s’efforce de le mettre en garde : il est en effet convaincu que Shula n’est pas qui elle prétend être.  De Vienne à Paris, de la jungle étouffante et létale à l’île mythique qui hante les rêves d’Arturo, une redoutable toile se tisse. Mais qui est la proie, et qui est le prédateur ? Comment distinguer les morts des vivants, les souvenirs de la réalité ? L’heure est bientôt venue de tomber les masques… 

Un thriller vraiment original qui ménage beaucoup de suspens au départ, laissant beaucoup de place à l’imaginaire. Un ton décalé et un brin provoc’ , pour une histoire haletante racontée à 2 voix qui se succèdent au fil des chapitres, donnant beaucoup de rythme au récit. Un excellent polar pour les fans du genre.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Valet de pique (*) de Joyce Carol Oates aux Editions Philippe Rey : Quel auteur n’envierait-il pas le sort de Andrew J. Rush ? Écrivain à succès d’une trentaine de romans policiers vendus à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde, père de famille heureux, Andrew vit dans une petite ville du New Jersey où il trouve le calme nécessaire pour édifier son œuvre.   Mais Andrew a un secret que même ses plus proches ignorent : sous le pseudonyme de Valet de pique, il écrit des romans noirs, violents, pervers, romans publiés avec un énorme succès et qui scandalisent autant qu’intriguent le monde littéraire.  Pourtant, cet équilibre tout en dissimulation que Andrew a patiemment élaboré va être menacé. Au départ, la plainte d’une voisine, Mrs Haider, probablement un peu dérangée, qui l’accuse d’avoir plagié ses romans auto-publiés, accusation qu’elle avait déjà formulée dans le passé à l’encontre de Stephen King. Innocenté par le tribunal, Andrew sera néanmoins affolé par cette affaire, et ira jusqu’à perquisitionner le domicile de Mrs Haider, où il découvrira dans ses papiers qu’elle n’a pas si tort que ça… Entre-temps, deux événements domestiques vont le perturber : sa fille tombe par hasard sur un roman du Valet de pique et commence à poser des questions gênantes après y avoir trouvé des traces autobiographiques ; le comportement étrange de sa femme Irina mène Andrew à la soupçonner fortement d’entretenir une liaison avec un professeur de maths. Ces éléments menaçants vont réveiller chez Andrew des fantômes du passé qu’il pensait avoir définitivement oubliés. Réveiller aussi la voix désormais plus insistante et terrifiante du Valet de pique…
Un thriller magistral de Joyce Carol Oates, efficace, inquiétant, drôle aussi – jouant brillamment sur les références à Stevenson, Poe ou Stephen King. Je découvrais l’auteure avec ce roman, bien qu’elle occupe depuis longtemps une place au tout premier rang des écrivains contemporains. J’ai été captivée par sa capacité à faire monter le niveau d’angoisse du lecteur, perdu entre ce personnage respectable pourtant au bord de la psychopathologie.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La Fille du fossoyeur (*) de Joyce Carol Oates aux Editions Philippe Rey : En 1936, les Schwart, une famille d’émigrants fuyant désespérément l’Allemagne nazie, échouent dans une petite ville du nord de l’État de New York où le père, Jacob, un ancien professeur de lycée, ne se voit offrir qu’un travail de fossoyeur-gardien de cimetière. Un quotidien fait d’humiliations, de pauvreté et de frustrations va les pousser à une épouvantable tragédie dont Rebecca, la benjamine des trois enfants, sera le témoin.  Ainsi débute l’étonnante vie à multiples rebonds de Rebecca Schwart : après avoir épousé Niles Tignor, un homme abusif et dangereux, elle doit fuir pour protéger son petit garçon, et tenter de se reconstruire. Les villes, les métiers, les hommes défilent, jusqu’à sa rencontre avec Chet Gallagher, promesse d’un bonheur enfin possible. Mais surgit alors le désir profond, d’abord inconscient, de retrouver son passé cruel de  » fille du fossoyeur « , de se rattacher en fin de compte à sa véritable identité. Le destin ne le lui permettra qu’au terme d’une existence d’intranquillité, dans les dernières pages bouleversantes de ce roman. 

Cet ouvrage est signé de la même auteure que le précédent, mais il est dans un registre très différent. C’est un roman poignant, sombre, émouvant, un témoignage sur la survie, la résilience, la reconstruction dans une ambiance d’après-guerre. Une héroïne d’une force incroyable, que rien n’épargne, qui m’a évoquée la Horma du magnifique Vol des cigognes de Simon Abkarian vu au théâtre il y a peu de temps. Un livre qui prend aux tripes.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Primates de Park Avenue  (*) de Wednesday Martin aux Editions Globe : Wednesday Martin débarque de son Midwest natal dans l’Upper East Side, le quartier le plus huppé de Manhattan, avec son mari et ses deux enfants. Le rêve se transforme rapidement en cauchemar. Wednesday est sur le territoire des primates les plus riches de la planète. Une enclave hostile peuplée de femmes au foyer surdiplômées, glamour, mariées à des patrons de hedge funds et totalement dévouées à la réussite de leur progéniture. Armée d’un calepin et d’un crayon, Wednesday Martin consigne, à la manière de la célèbre primatologue Jane Goodall, les rites, les moeurs, les contradictions et les peurs de ces mères richissimes en quête obsessionnelle de perfection.

Ce livre est vraiment très original, il s’agit en effet d’un ouvrage sociologique, très argumenté, et pourtant on a l’impression de lire un nouvel opus de Sex and the City. J’ai particulièrement apprécié ( et appris grâce à elles !) les descriptions sur l’accès à l’éducation dans la grande Pomme qui répond à des critères absolument incroyables ! Une lecture différente mais bien sympathique !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Je ne suis pas un monstre (*) de Maryline Gautier aux Editions La différence : Qui est donc Mathieu Grimaud, le narrateur de cette étrange histoire qui, quinze ans après l’incendie de sa chambre, reste persuadé que sa mère a voulu se débarrasser de lui ? Qui est aussi cette femme puissante, ex-ministre et présidente d’entreprise, qui a pour seule amie son assistante ? Que cherche Irène, l’assistante dévouée auprès d’une femme qu’elle vénère et jalouse tout à la fois ? Les trois personnages cohabitent dans l’hôtel particulier de l’avenue Montaigne, entourés d’une armée de domestiques. Les vies de Mathilde, Irène et Mathieu sont bousculées par l’arrivée d’un quatrième personnage, Olivier Legendre, l’homme dont Mathieu est secrètement amoureux. À partir de là, l’histoire de famille bascule inéluctablement dans la tragédie et la folie, et nous tient en haleine jusqu’à la dernière page.

En 2016, j’avais été captivée par En attendant Bojangles, ce livre sera celui de 2017 qui m’aura le plus interpelée dans ce registre , un récit âpre mais à l’écriture dynamique, acérée mais aussi délicate.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Ta façon d’être au monde de Camille Anseaume aux Editions Pocket : L’une est une petite fille inquiète, sage, maladroite et rêveuse avec quelque chose d’imprécis dans le regard. Comme une certaine distance au monde.  L’autre est un rayon de soleil sans ombre qui sourit et irradie avec un naturel désarmant.  Elles ont 10 ans quand elles se rencontrent et se décident demi-sœurs, parce qu’elles trouvent que  » copines  » c’est galvaudé.  L’école, le collège, le lycée, les vacances à Ker Timéoscor, la liberté des premières virées, le goût des premières cigarettes, l’émoi des premières amours, elles partageront tout. Ensemble, elles découvriront la vie. Puis la mort, le drame, le chagrin et le deuil. Et la trahison. 

J’avais été bouleversée par le premier ouvrage de Camille Anseaume ( chroniqué ICI), j’avais très hâte de retrouver sa plume sensible qui me parlait tant. Mais je vous l’avoue sur le début du texte, je n’ai pas été séduite, un ton trop détaché, trop loin des personnages, et puis… Et puis tout bascule, un événement surgit dans l’histoire et le ton de l’auteure devient tout autre, je me suis faite cueillir par la chute toute en délicatesse, tristesse et espoir , j’ai beaucoup pleuré, j’ai été touchée par tant de sensibilité, un bel hymne à l’amitié ambiance « Petits Mouchoirs »…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Quelqu’un pour qui trembler  de Gilles Legardinier aux Editions Pocket : Pour soigner ceux que l’on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu’il apprend que la femme qu’il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent.  Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n’importe quel inconnu. Est-il possible d’être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l’aide de ceux que le destin placera sur sa route. 

PEPITE comme tous les Legardinier, que vous dire ? C’est drôle, très drôle ! tendre, très tendre ! touchant, émouvant, questionnant sur les liens entre les êtres humains. Un petit bonheur qui se délecte comme un petit pain tout chaud, se savoure comme un chocolat fin, vous fera vibrer et vous redonnera foi en l’humanité ! Et puis comme à son habitude, après m’avoir fait rire et pleurer tout au long des 464 pages, Gilles Legardinier me donne le coup de grâce avec une post-face où il se livre à ses lecteurs à cœur ouvert et nous émeut un peu plus ! Comme à chaque fois, j’ai hâte de découvrir le prochain !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Zéro gaspi: La Méthode pour vivre mieux en dépensant moins! (*) de Marie-Louise Bruère et Yoneko Nurtantio aux Editions Larousse : Vous n’avez aucune idée de ce que vous dépensez en nourriture par semaine… Il vous arrive souvent de jeter des aliments à la poubelle ! Vous aimeriez bien faire baisser votre note d’électricité… Vous achetez souvent des produits dont vous n’avez pas besoin…
Avec Zéro Gaspi !, vous allez apprendre à contrôler vos dépenses et ainsi augmenter votre pouvoir d achat. Ce guide pratique et malin vous apprendra à :
– connaître vos véritables besoins pour en finir avec le gaspillage,
– revoir votre façon de consommer, pour devenir un consommateur éco-responsable !
– acheter au meilleur prix et de façon efficace, sans se laisser abuser par de fausses promos ;
– déchiffrer les étiquettes et repérer les bons produits, pour préserver votre santé et celle de votre famille !

Les auteurs mère et fille sont les créatrices du site  www.nurtantio-projects.com,  où elles partagent des astuces qui rendent la vie plus belle et plus facile, et vous font découvrir des merveilles à admirer près de chez vous ou un peu/beaucoup plus loin.

Ce petit livre est très facile d’accès il regorge de petits conseils très utiles mais aussi faciles à appliquer dans nos familles, pour tous ceux qui veulent faire attention à leur consommation et s’engager davantage dans le développement durable et la lutte au gaspillage !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Perturbateurs endocriniens: Une bombe à retardement pour nos enfants (*) de Isabelle Doumenc aux Editions Larousse : Vous ne les voyez pas, mais les perturbateurs endocriniens sont partout : dans votre dentifrice, le tissu de votre canapé, le jouet de votre enfant, la poêle que vous utilisez, l’eau que vous buvez… Bisphénol A, phtalates, parabens, triclosan, pesticides… leur liste est longue et leurs effets sur notre santé aussi ! Ces substances sont en effet capables d’interférer avec le système hormonal, d’où leur nom. Ce qui explique la recrudescence des maladies chroniques (obésité, diabète…), des cancers et des troubles de la reproduction. Par ailleurs, leurs effets sur le développement du fœtus sont redoutables  pour la santé de l’enfant à naître et même sur sa descendance, une vraie bombe à retardement.
Cet ouvrage fait le point sur les perturbateurs endocriniens les plus dangereux de notre environnement et les dérèglements qu’ils peuvent occasionner. Il propose des solutions faciles et accessibles à tous pour les remplacer et les éviter au maximum, particulièrement pour les personnes à risque : les femmes enceintes et les bébés.

Un livre très clair pour mieux comprendre les dangers des perturbateurs endocriniens. Je vous l’avoue sa lecture m’a un peu angoissée mais il a le mérite de m’avoir éclairée sur le sujet, on ressort de cette lecture avec l’envie de chasser de notre existence « ces cochonneries » et justement le livre nous donne de nombreux conseils pratiques pour les éviter que ce soit dans notre alimentation, dans les produits de toilette, les jeux, les textiles, les contenants…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le guide de survie des mamans débordées  (*) de Rim et Liliaimelenougat aux Editions Hugo et Cie : Des pages drôles et astucieuses pour s’organiser, déculpabiliser, mettre en avant son intuition, son bon sens, et garder le sourire en toutes circonstances avec sa progéniture.   Des conseils pratiques faciles à adopter pour un résultat immédiat, des astuces drôles pour déculpabiliser, des tests pour s’amuser, des do it list à compléter pour bien s’organiser, des mémo à afficher pour être au top MAIS surtout ne pas une mère parfaite !

A la lecture du titre, j’ai cru que ce livre avait été écrit pour moi ! Je ne suis pas la seule , je pense ! 😉 Les illsutrations le rendent hyper plaisant à lire, comme une bonne BD, quant au style, il est à l’image des auteures, drôle et pétillant, sachant alterner entre bons conseils mais surtout une très grosse dose d’humour, d’autodérision et de déculpabilisation ! A s’offrir ! A offrir de toute URGENCE ! Ca tombe bien c’est bientôt la fête des mères et le prix est vraiment tout doux !

L’auteur, RiM  ne trouve pas normal que les bébés ne soient pas livrés avec un mode d’emploi. Elle assume être un cliché ambulant : le stéréotype de la maman ! Chanteuse, adepte du slam, RiM a mis au point des super-techniques pour aider les parents qui paniquent, quand les enfants les font tourner en bourrique. Son blog est un concentré joyeux de conseils et sa chaîne YouTube : One Maman Show, une mise en musique de poésies slamées, rappées, chantées, beatboxées et racontées sur les petits et grands tracas d’être parents. Pour mes lectrices parisiennes, RiM, jouera ce week-end la 100ème de son spectacle le « One maman show » au Sentier des Halles. Ne ratez-pas ce grand moment !

L’illustratrice, Liliaimelenougat (son vrai nom de maman est Lise Desportes) est une maman cool et décomplexée qui travaille essentiellement sur deux univers : la petite enfance et le monde des parents. Sur son blog , elle raconte en images, avec tendresse et humour, son quotidien de maman.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Et puis je suis en plein lecture du dernier livre de Virginie Grimaldi, c’est un pur bijou, je reviens très vite vous en parler en détails !

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures d’Octobre 2020

1 Nov

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ce mois d’ octobre 2020

16 ouvrages : 5 romans, 5 BD ou romans graphiques , 2 magazines et 4 livres pratiques !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La Part des Anges (*) de Bruno Combes aux Editions Michel Lafon : Lisa a perdu le goût de vivre depuis la mort accidentelle de son fils. Avec son mari et sa fille, elle quitte Paris pour s’installer dans une ferme isolée au fin fond du Périgord, La Part des Anges, dans l’espoir de se reconstruire. En vain…
Jusqu’au jour où Lisa découvre, niché dans le grenier de la vieille bâtisse, le journal d’Alice qui a vécu à La Part des Anges quatre-vingts ans auparavant. Page après page, Alice y raconte toutes les épreuves que la Seconde Guerre mondiale lui a fait traverser, de son mari déporté en Allemagne aux pires souffrances qu’elle a dû endurer pour assurer la sauvegarde de sa famille. Deux âmes égarées vont ainsi se rencontrer à l’abri des murs de ce lieu mystérieux. Devant le courage d’Alice, Lisa trouvera-t-elle la force de se reconstruire ?
DEUX EPOQUES- DEUX FEMMES – UNE LEÇON DE VIE ET D’ESPOIR…

Je suis très fan des romans de Bruno Combes, et tous ses écrits m’ont profondément émue, mais peut-être celui-ci un peu plus encore. Une belle histoire de reconstruction à l’épreuve du deuil, un beau témoignage d’espoir.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La vie n’est pas un téléfilm de Noël de Lydy Williams (autoédition) : Au cœur du Londres des affaires, Margot, photographe culinaire Française, a réussi à créer en quelques années une entreprise florissante. Business woman accomplie, elle fait désormais partie des gens qui ont réussi. Avec son associé et futur mari Stephen, Margot file également le parfait amour. Mais le rythme qu’elle s’impose pour maintenir tous ses objectifs l’entraine un matin à pousser la porte du Tea-Tattoo. Dans cet étrange salon de thé, elle va devoir ouvrir les yeux sur sa vie. Sa rencontre avec Alice et Jack va la mener loin du confort de son loft Londonien. Dans le petit village de Riverdove, simplicité et magie de Noël vont provoquer une véritable tempête de neige sur le chemin de Margot. Car même si la vie n’est pas un téléfilm de Noël, elle peut parfois devenir plus douce au détour d’un cottage anglais. Inclut des recettes gourmandes pour un Noël 100% authentique ! A travers une douce romance de Noël, Lydy Williams explore les méandres du burn-out, des relations toxiques et du besoin de se retrouver lorsque l’on s’oublie sur le chemin de la vie.

Mon premier roman de Noël de la saison 2020, en cette période morose, il m’a apporté tout ce que j’attendais de lui, une intrigue originale, de la romance saisonnière qui sent bon le thé épicé, et des personnages qui ne manquent pas de caractère. Une fois de plus la plume de Lydy ne m’a pas déçue ! A mettre de toute urgence dans votre PAL !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Fa(m)ille (*) d’Audrey Dana aux Editions J’ai Lu : Adorée par son père qu’elle rêve d’épouser mais ne voit jamais, élevée par Mary, sa mère excentrique et ultra-laxiste, la narratrice mène une vie fantasque à « Maryland » ― une grande maison délabrée en plein coeur de la Beauce que le père a laissée à sa famille pour mieux se consacrer au jeu et aux femmes. Mais ce « coin de paradis » se transforme rapidement en gigantesque capharnaüm : Mary y accueille des marginaux et des enfants de la DDASS pour arrondir ses fins de mois, tandis que ses quatre enfants, livrés à eux-mêmes, déploient des efforts de courage, de malice et d’amour pour trouver leur place dans cet extravagant tableau…

Une histoire captivante pour une famille atypique et tellement désarçonnante qui explique le jeu de mots du titre ! On finit la lecture très ému en pensant aux blessures et aux conséquences d’une telle enfance hors-norme.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Chère Mamie au pays du confinement de Virginie Grimaldi aux Editions Le livre de Poche :

Chère mamie,
J’espère que tu vas bien et que papy aussi.
Pendant 55 jours, pour se protéger du Covid-19, nous avons dû rester confinés chez nous. J’avais besoin de conjurer l’angoisse, alors chaque jour je t’ai écrit. La vie se chargeait de me fournir l’inspiration, et je ne manquais pas de grossir le trait, pour te distraire, pour me distraire. Aujourd’hui, je vais partager ces lettres avec tout le monde. C’est très émouvant de penser que l’on a tous vécu la même chose au même moment. Il faut que je te prévienne : tous les bénéfices seront reversés à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, qui soutient ceux qui ont porté le pays à bout de bras pendant deux mois. C’est un moyen
de se sentir un peu utile, après s’être trouvé bien impuissant.
Gros bisous à toi et à papy,
Ginie

Vous savez à quel point j’aime profondément Virginie et sa plume. Quel bonheur de voir ce recueil publié, même si j’en connaissais le contenu, puisque les publications de ces chroniques ont accompagné des moments particulièrement difficiles du premier confinement quand j’étais au plus mal, terriblement affaiblie par ce covid. Vous allez rire, vous allez être émus et en plus le livre sert une belle cause, il est donc OBLIGATOIRE 😉 de l’acheter !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La mère parfaite est une connasse ! (*) de Anne-Sophie Girard et Marie-Aldine Girard aux Editions J’ai Lu : Après La femme parfaite est une connasse ! , voici la version tant attendue consacrée aux mamans et aux futures mamans, car quoi de plus important que de les déculpabiliser ? ! Anne-Sophie et Marie-Aldine Girard nous livrent de grandes théories comme  » Les mensonges de mamans « ,  » Mon fils est mieux que ton fils  » ou  » Au secours, ma fille a éternué deux fois « , mais aussi des questionnements universels tels que  » Comment savoir qu’on n’aime pas ses enfants ? « ,  » Pourquoi pas accoucher sur un cheval ?  » ou encore  » Tu veux voir une photo de son caca ?  » (il fallait bien que quelqu’un en parle un jour). Ce livre est LE guide de survie de la maternité . Il convient aussi à toutes celles et tous ceux qui côtoient des mamans, afin de mieux les comprendre.

J’ai eu la chance de pouvoir faire gagner ce titre à 5 lectrices du blog sur instagram, j’espère qu’elles riront autant que moi en le découvrant ! Auto-dérision nécessaire si vous êtes maman ! Une bouffée de bonne humeur er d’humour à déguster sans modération !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


À volonté: Tu t’es vue quand tu manges ? de Mathou et Melle Caroline aux Editions Delcourt : « Avortez. », « Il va falloir faire un autre sport, votre fille n’est pas assez gracieuse pour la danse. », « On ne va pas avoir votre taille en rayon. », « T’as de la chance d’être grosse, au moins t’existes. »… Les journées de Mathou et Mademoiselle Caroline sont remplies de ces petites phrases, parfois anodines mais toujours assassines à propos de leur poids. Si l’une essaie désormais de s’accepter, l’autre fera toujours en sorte d’essayer de mincir mais ensemble, les deux autrices nous livrent leurs expériences et nous font prendre conscience que la grossophobie est un mal sociétal.

Une BD essentielle sur le thème de la grossophobie. Qu’on lutte contre l’obésité ou contre quelques rondeurs, on se retrouve énormément dans cet ouvrage aussi sensible et émouvant, que drôle et sans concession ! Merci mesdemoiselles pour cette BD indispensable pour remettre quelques pendules à l’heure ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le Printemps Suivant – Tome 1 – Vent Lointain de Margaux Motin aux Editions Casterman : Après une vie de mère célibataire un peu chaotique mais libre et indépendante, Margaux replonge à pieds joints dans la vie de couple. Mais cela ne se passe pas sans heurts et des perturbations se profilent à l’horizon. Et si c’était l’occasion de chercher à comprendre ce qui provoque ces nuages qui viennent de si loin ? Sept ans après La Tectonique des plaques, Margaux Motin reprend avec humour et émotion le fil du récit de son parcours de femme moderne toujours en quête d’épanouissement personnel et de connaissance de soi.

Je l’attendais avec impatience, le nouvel album de Margaux Motin ! L’humour est omni-présent mais j’ai surtout fini très touchée de voire l’auteure se livrer ainsi et nous montrer dans ce premier tome les fameuses contradictions féminines, les obsessions, les doutes… Vivement la suite !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Avez-vous lu les classiques de la litterature ? Tome 3 (*) de Soledad Bravi aux Editions Rue de Sèvres  : L’idée d’affronter Cent ans de solitude vous effraie au point de vous réfugier dans Crime et châtiment ou d’envisager de plonger à Vingt mille lieues sous les mers en compagnie de Martin Eden ? Voici la réponse à tous vos désarrois ! Grâce aux talentueuses Pascale Frey et Soledad Bravi, ce nouveau recueil au ton pétillant va vous permettre d’aborder sur un rythme tonique plus de vingt classiques de la littérature.

Je vous avais déjà présenté les tomes précédents ! Je confirme mon coup de coeur avec ce tome 3, une BD géniale pour découvrir de petites synthèses en BD qui ne manquent pas d’humour de grandes œuvres littéraires de notre patrimoine ! Une façon de les redécouvrir ou d’élargir un peu sa culture voir de donner envie de se lancer dans les lectures intégrales de œuvres originales.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La Venin, Tome 3 : Entrailles (*) de Laurent Astier aux Editions Rue de Sèvres : Ohio, octobre 1900. Emily, toujours traquée par les deux Pinkerton, continue son chemin de vengeance. Accompagnée de la petite Claire et de Susan, une esclave affranchie qu’elle a sauvée des griffes du Klan, elle arrive à Oil Town, une ville-chantier où l’on fore la terre à la recherche du précieux or noir. Mais après deux meurtres qui ont défrayé la chronique, les choses risquent bien de se compliquer pour elle… Et la rage qui secoue ses entrailles ne va-t-elle pas lui faire perdre pied ?

Une série addictive, je suis de plus en plus fan de tome en tome (et mon mari aussi). Je sors de ma zone de confort avec cette lecture qui me déstabilise, me coupe le souffle par son scénario sans répit, mais j’en redemande encore ! Un gros coup de coeur !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Profs – L’Album des 20 Ans (*) chez Bamboo Edition : En 2000 sortait le premier tome des Profs chez Bamboo. 20 ans et plusieurs millions d’albums vendus plus tard, après deux films au cinéma, on peut sans problème dire que les personnages de Pica et Erroc font partie du patrimoine de la bande dessinée. Pour fêter cet anniversaire, quoi de mieux qu’un album unique rempli de surprises !

Sortie en juin, tout le monde me l’a empruntée ! J’ai enfin pu la découvrir pendant ces vacances ! Une chouette série  comique incontournable du paysage BD français, et qui mérite pleinement son succès succès ! Humour et dérision pour montrer qu’on peut aussi caricaturer les profs !!!

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Débranchez votre mental ! (*) de Jean-Christophe Seznec et Sophie Le Guen aux Editions Leduc : Une approche originale pour arrêter de ressasser et rester maître de son esprit ! Qui n’a pas déjà ressenti le besoin impérieux de débrancher son mental face au flot ininterrompu de pensées qui l ‘assaillent tout au long de la journée ? Ce livre nous donne de précieux conseils pour passer un coup de balai dans notre tête et redonner du sens à notre vie. On découvre la méthode ACT (thérapie de l’acceptation et de l’engagement, illustrée de nombreux témoignages, pour: comprendre les ruminations et les conséquences néfastes qu’elles peuvent procurer (anxiété, troubles du sommeil, procrastination, perfectionnisme, mélancolie, troubles de l’humeur, etc. repérer les « pensées hameçons » qui vont à la pêche de notre attention pour vampiriser notre esprit accueillir nos émotions sans les juger et apprendre à les exprimer s’ancrer dans le moment présent et prendre soin de soi grâce à de nombreux exercices pratiques simples à appliquer au quotidien.

La morosité ambiante m’a fait réactiver mon application de méditation et l’envie de découvrir cet ouvrage qui m’attendait sagement dans ma PAL depuis un petit moment. Un livre ressource facile d’accès, bien argumenté et riche en ressources et témoignages.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


100 idées pour développer l’autonomie des enfants grâce à l’ergothérapie (*) de Juliette Lequinio et Gwendoline Janot aux Editions Tom Pousse : 100 idées destinées aux familles, aux enseignants, et aux professionnels accompagnant les enfants. L’ergothérapie est une profession paramédicale qui a pour mission d’aider les enfants en difficulté à relever les défis qu’ils rencontrent dans leur quotidien. Les ergothérapeutes les accompagnent pour développer leur potentiel, les amener à repenser leurs activités et a optimiser leur environnement. L’efficacité de leurs interventions a été validée par le biais d’études rigoureuses. Les ergothérapeutes partagent une vision concrète des besoins de l’enfant (et de sa famille) pour lui permettre de : jouer et développer sa motricité, ses sens, ses capacités de réflexion ; encourager son autonomie à la maison et dans ses loisirs en multipliant les expériences positives ; apprendre sereinement à l’école et acquérir de nouvelles compétences ; s’ouvrir aux autres et mieux communiquer ; trouver et valoriser son rôle dans la société. Un livre qui vous fournira astuces et outils pratiques pour grandir et s’épanouir dans son quotidien. Son objectif est de faciliter la participation de l’enfant dans ses occupations à la maison, à l’école et dans la société.

C’est une de mes collections préférées pour les ouvrages qui me servent dans ma pratique professionnelle. Une fois encore ce titre contentera autant les professionnels que les parents. Son découpage autour de 100 questions thématiques permet d’y piocher des informations ciblées en fonction de ses propres besoins.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Croix de bois, croix de fer, être parent c’est pas l’enfer ! (*) de Caroline Sagory chez Intereditions : Dois-je rester cool ou ne rien laisser passer ? Tout lui expliquer ou dire « c’est comme ça et puis c’est tout » ? Le laisser se tromper ou lui montrer la voie ? Être parent est le métier le plus difficile qui soit, et pourtant personne ne nous l’apprend. Nous avons besoin de soutien, de réconfort et de solutions au quotidien. Parents de jeunes enfants, ce livre vous accompagne, sans jugement mais avec bienveillance et bonne humeur, dans l’accomplissement de votre rôle. Il vous aide à trouver les bonnes réponses à vos petites et grandes questions sur la parentalité. Et à (re)prendre confiance en vous.
• Gérer une crise au supermarché
• Lui faire choisir ou non ses habits et ses repas
• Le laisser faire ses devoirs en autonomie
Et bien d’autres situations du quotidien décryptées…

Un guide parental dans la mouvance de l’éducation bienveillante au ton résolument optimiste et encourageant ! J’ai aimé les petits tests de mise en situation et la présentation très moderne et sympathique !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


J’aide mon enfant à développer son estime de soi (*) de Petra Krantz Lindgren aux Editions Eyrolles : Aptitude fondamentale à partir de laquelle toutes les autres se développent, l’estime de soi est à placer au centre de tout projet éducatif. Car un enfant qui s’accepte et qui s’aime, un enfant dont l’estime de soi est saine deviendra une personne qui saura écouter ses besoins, mais aussi ceux des autres. Il osera tracer son propre chemin dans la vie, s’indigner contre les injustices, assumer ses erreurs, recevoir la critique de façon constructive. En s’appuyant sur des témoignages et sur des exemples, ce livre donne des outils concrets aux parents qui veulent encourager et favoriser l’estime de soi au quotidien. Il aidera chaque éducateur à communiquer différemment pour gagner en sérénité et en confiance partagées.

L’ouvrage est construit autour de 2 grandes parties, la première plus théorique pour mieux comprendre l’importance de l’estime de soi et la seconde qui offre des outils pour communiquer avec son enfant. Le contenu est formidable et très intéressant mais les Editions Eyrolles nous ont habitué à mieux en terme de présentation qui est un peu tristounette et manque de ludicité et de peps.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous avez sûrement entendu parler comme moi du magazine Cocottes sur les réseaux sociaux, j’ai acheté un numéro pour tester, et gros coup de coeur, de ce fait j’ai craqué pour un abonnement ! Un ton qui change, des sujets originaux et dans mes centres d’intérêt, un ton plein d’humour mais aussi de connivence, pas de sélections shopping à 100 000 dollars ou de pub de parfums toutes les 2 pages ! Bref j’ ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Autre style mais autre coup de cœur, la revue Hors cadre proposée par L’Atelier du poisson soluble. C’est une revue où la BD et l’album jeunesse sont chroniqués par les auteurs eux-mêmes. Dans ce numéro 26, le dossier thématique, consacré ici aux relations ambiguës des images à la musique, est complété de multiples chroniques dessinées originales d’auteurs. Fans de littérature, de BD, de littérature jeunesse vous ne pouvez qu’être conquis ! Pour ma part j’ai particulièrement aimé le papier d’Anna Gavalda mais aussi l’article consacré à Un amour exemplaire  de Daniel Pennac et Florence Cestac.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

D’autres lectures d’octobre sont à retrouver chez ma copinet Mathilde !

Les livres avec un « * »

ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures


%d blogueurs aiment cette page :