Archive | Les lectures de BBB’s mum RSS feed for this section

Mes lectures de juin 2017

30 Juin

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Je commence avec les 4 BD du mois, tout d’abord deux  très jois cadeaux pour mes 40 piges reçus de mon amie Appelez moi madame, il s’agit des BD L’ADOPTION T01 et L’ADOPTION T02 de Zidrou et Monin aux Editions Bamboo. Voilà un moment que j’avais très envie de lire ces titres, et je n’ai pas été déçue, et les ai dévorés en une soirée ! Graphiquement il y a beaucoup de délicatesse, j’ai été très émue par le tome 1, même si l’histoire semblait évidente, mais le tome 2 m’a encore plus chamboulée. Il y a dans ce récit un tellement de justesse, il questionne les questions d’humanité, de famille, d’appartenance, de filiation et d’amour tout simplement ! Un petit bijou que je vous recommande ! Un énorme merci ma tendre A. pour ce joli présent. Si vous avez envie de les découvrir et vous laissez porter par cette histoire, je vous conseille de ne pas lire les résumés ci-dessous pour les 2 tomes.

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Les parents essaient de lui faire oublier le drame qu’elle a vécu, Lynette se découvre un caractère de mamie gâteau et les amis du couple apprivoisent doucement cette petite qui s’adapte à sa nouvelle vie. Mais pour Gabriel, ce sera bien plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

Qinaya est repartie. Ses parents adoptifs arrêtés pour enlèvement, la petite fille a été renvoyée par les services sociaux dans son Pérou natal. Après un an et demi de recherches, Gabriel, son « grand-père » de France, se rend à Lima pour la retrouver. Mais le vieux bourru va aller de désillusion en désenchantement. Car en 18 mois, la petite a changé, elle a grandi… et elle a oublié son séjour en France. Elle a oublié son « achachi », son grand-père…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Si vous suivez ma semaine en images, vous savez à quel point j’aime le théâtre, je me suis donc plongée avec délectation dans cette chouette collection Les classiques en BD de Casterman et en particulier de ce tome consacré à Molière  signé Jean-Michel Coblence et Elléa Bird : Les Classiques en BD – Molière (*) : La vie de Molière est comme ses pièces : trépidante et pleine de surprises ! Qui aurait pu imaginer que ce fils de tapissier deviendrait le protégé du Roi Soleil ? Que ses œuvres seraient toujours jouées plus de trois siècles après sa mort ? Cette bande dessinée retrace l’étonnante ascension de l’homme de théâtre au cœur de la monarchie absolue et offre un véritable aperçu de son oeuvre avec des extraits et des résumés de ses plus grandes pièces. 

Une biographie absolument captivante pour mieux connaître Molière mais aussi son œuvre, les parties le concernant sont en couleurs, tandis que les pièces sont narrées en quadrichromie ( vert/rouge/noir et blanc). Un album qui séduira autant les petits que les grands et qui donne envie de se replonger dans ces pièces extraordinaires ou de les revoir sur scène !


♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Et pour finir sur les BD : Petit Vampire, Tome 1 : Le serment des pirates (*) de Joann Sfar aux Editons Rue de Sèvres : Avoir 10 ans, c’est absolument génial mais au bout de 300 ans, on commence à s’ennuyer. Petit Vampire, qui vit dans une grande villa du Cap d’Antibes entouré d’une joyeuse bande de monstres et de mort-vivants, s’ennuie ferme, lui qui n’a absolument pas le droit de sortir cette maison protégée. Et d’ailleurs, protégée de quoi ? Quels sont les secrets de sa maman, la belle Pandora ? Puisqu’on ne lui dit rien, il part explorer la ville, et se chercher un copain, un vrai. Mais d’obscures forces se réveillent et si les vampires pouvaient malgré tout être mort-morts ? Petit Vampire a-t-il mis toute sa famille en danger ?

Un récit annoncé en 3 tomes, quel supplice de devoir s’arrêter à ce tome 1 ! Une lecture à proposer aux fans de fantastique à partir de 9 ans ! On frissonne et on rit beaucoup ! On se questionne devant tant de mystères et on prend plein les yeux avec cette galerie de monstres atypiques mais aux traits enfantins !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

J’ai ensuite découvert deux romans ados proposés par les Editions Nathan :


Cette étoile ne s’éteindra pas (*) de Esther Grace Earl, Lori & Wayne Earl, et John Green : Un livre poignant, regroupant écrits et documents sur Esther Grace Earl, la jeune fille qui a inspiré  le personnage d’Hazel à John Green le personnage féminin de Nos étoiles contraires. Une jeune fille qui brille à travers tout le livre par sa joie et sa soif de vivre. Un livre en couleurs compilant des écrits d’Esther ( posts de blog, journal, lettres…), ses dessins, des témoignages de ses proches, des photos… L’ouvrage est préfacé par John Green qui raconte sa rencontre et son amitié avec Esther.

Ce livre ets terriblement touchant, poignant mais absolument pas larmoyant, c’est une jolie leçon de vie, et la positive attitude de cette jeune femme exceptionnelle inspire le plus grand des respects.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Silence radio  (*) d’Alice Oseman : Frances, une lycéenne de terminale a tout sacrifié pour son ambition d’intégrer un grande université. Sa rencontre avec Silence Radio, le mystérieux créateur de son podcast favori, va remettre en question ses priorités. Un roman sur l’amitié, l’acceptation et la construction de soi qui séduira vos adolescents.
Écoute ta propre voix… « Je suis Frances, Frances la sérieuse, la solitaire, la discrète. Je passe mon temps à étudier. J’ai un seul objectif : entrer à Cambridge après le bac. Je suis Frances, la vraie Frances. Je suis fascinée par le mystérieux Silence Radio et sa chaîne Youtube Universe City. J’aime rire et j’aime dessiner. Et puis je rencontre Aled. Avec lui, je peux enfin être moi. Avec lui, je vais enfin avoir le courage de trouver ce qui compte vraiment pour moi. »

J’avais découvert l’écriture incisive et sarcastique de l’auteure avec L’année solitaire ( chroniqué ICI ), tellement au fait des problématiques d’ados. J’ai été transportée par ce second roman, même si le premier garde une toute petite préférence dans mon coeur !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Avec les BD L’adoption, voici une de mes plus belles lectures du mois de juin : Mademoiselle, à la folie ! (*)  de Pascale Lécosse chez De La Martinière :

– Qu’est-ce que j’ai, Mina ?
– Demande-moi plutôt ce que tu n’as pas.
– Je veux dire, qu’est-ce qui cloche chez moi ?
– Je n’ai rien remarqué.
– Si, dis-moi. Pourquoi est-ce que je n’ai envie de rien ?
– Sans doute, parce que tu as tout.
– Certains jours, je confonds les visages, pourquoi ?
– Parce que tout le monde se ressemble.

Catherine danse au sommet de sa vie. Fantasque et admirée, elle a embrassé les acteurs les plus séduisants, joué dans les plus grands films. Elle aime les autres éperdument et distraitement. Jean, son amant éternel, ministre dûment marié. Mina, son assistante, sa confidente, sa meilleure amie. Mina qui ne lui passe rien, Mina qui lui permet tout. Pourtant, un jour, les coupes de champagne à onze heures du matin, les coups de tête irrésistibles : même Catherine n’y comprend plus rien. Tout va trop vite, tout s’embrouille. Mina fera tout pour protéger Catherine de la maladie qui ne dit pas son nom. Car Mademoiselle veut jouer son rôle jusqu’au bout. Un peu, beaucoup, à la folie.

Un très beau premier roman, j’ai eu la chance de le lire en avant première mais guettez sa sortie en librairie, je lui prédis le même destin que  En attendant Bojangles. Un écrit tout en légèreté sur un sujet pourtant si grave, profond et touchant. Le récit est aussi rythmé que son héroïne est vive et mutine !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le guide du blogueur: Créer un business avec son blog (*) de Ling-en Hsia chez Eyrolles :

Créer un business avec un blog est sans doute le moyen le plus rapide, simple et peu coûteux qui existe. Mais en tirer un revenu régulier est une autre paire de manches. C’est pourtant ce que propose ce guide qui s’adresse aux débutants impatients de découvrir le processus – de la création du blog à la monétisation du site :

  • Les outils et les plates-formes à choisir ;
  • Personnaliser son blog, le faire connaître et le faire prospérer
  • Utiliser les réseaux sociaux à bon escient ;
  • Les différentes méthodes de monétisation.

Organisé autour de sept chapitres et truffé de témoignages de blogueurs professionnels et d’experts, cet ouvrage est un véritable accompagnateur dans la création et l’utilisation d’un blog. Il apporte au lecteur une vision large et enrichie du blogging et de l’entrepreneuriat, tout en donnant les clés de réussite. Un accompagnement de 4 semaines est disponible en ligne.

Comme tous les ouvrages Eyrolles, j’ai apprécié l’effort de présentation, le séquençage en chapitres qui rend la lecture très aisée et ludique ! Après 5 années sur la blogosphère, autant vous dire que j’ai fait pas mal de découvertes, et que j’ai beaucoup appris dans cette petite bible  … ne reste plus qu’à tenter d’appliquer ces conseils, malheureusement l’ouvrage ne donne pas d’astuce pour mon problème numéro 1 : le manque de temps quand on jongle entre vie de famille, blogging et activité professionnelle ! 😉

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Calme comme une bombe (*) de Agathe Parmentier aux Editions Au diable Vauvert :

  • Ambition : Les choses auraient dû tourner autrement. Entre ses cinq et quinze ans, le futur d’Amandine s’annonçait chatoyant. Elle serait actrice, chanteuse ou épouse de Leonardo DiCaprio, sûrement les trois à la fois.
  • Philosophie : Le monde n’a peut-être pas intégré que se donner les moyens d’être heureux, ou même vaguement épanoui, s’avère bien plus audacieux que de viser la réussite professionnelle.
  • Bonheur : Un temps, la corne d’abondance du self représenta sa seule bonne raison de se lever. Puis vint Criss Angel : le magicien gothique… Tant qu’elle résistait à la neurasthénie qui couvait, elle pouvait visionner en avant-première les épisodes de son nouveau programme préféré.
  • Amour : Que la vie soit bancale ne l’empêchera pas d’en tirer le meilleur. A défaut d’être adorée par le premier venu, il est temps de chercher un partenaire aux névroses compatibles avec les siennes.
  • Héroïsme : Parfois il faut avoir le courage de fuir.

Un chronique sociale un brin rock’n roll et incisive. Je vous l’avoue, j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux personnages et à comprendre l’intention de l’auteure dans cette satire, bref je suis passée à côté, si vous l’avez lu je suis curieuse de connaître votre avis !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de mai 2017

1 Juin

Je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures de mai !

Un cumul de jolies pépites !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Je commence bien évidemment par mon petit chouchou, vous le savez, j’ai beaucoup d’admiration et d’affection pour l’auteure. J’aime Ginie la blogueuse, j’aime Virginie Grimaldi l’écrivain, j’aime Virginie la femme ! ♥ Découvrir un de ses livres c’est faire des bonds de 10 m dans mon salon, hurler dans les oreilles de Chéri-Mari, supplier BBB de prendre la pause avec le précieux ! C’est aussi m’auto-infliger de ne lire que 50 pages par jour pour faire durer ce moment de Bonheur, et donc râler aux pages 50-100-150-200 etc… C’est se laisser envahir par des émotions, rire aux éclats, dire des gros mots « Put**n c’est si bien dit! », puis pleurer au point final…


Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie (*) de Virginie Grimaldi aux Editions Fayard : « Je ne t’aime plus. » Il aura suffi de cinq mots pour que l’univers de Pauline bascule. Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au moment où elle décide de reprendre sa vie en main. Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer. Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis.

Ecrire sur les livres de Ginie est toujours un exercice très difficile, j’ai peur à chaque fois de ne pas être à la hauteur de ses ouvrages, de ne savoir mettre en mots les émotions qui m’ont envahie à la lecture, de ne pas réussir à retranscrire ma fascination pour la justesse de Virginie, sa sensibilité si bien dosée. Et bien cette fois, l’exercice est encore plus compliqué, je veux certes vous dire à quel point ce livre est INCROYABLE, une PEPITE, mais je voudrais aussi vous en dire le moins possible pour que vous aussi en profitiez un maximum en vous laissant emporter par ce récit de vie. Alors je vous dirai juste de vous précipiter sur cet ouvrage, de le lire, de le savourer, de courir le racheter pour l’offrir ! C’est le livre qui ressemble le plus à Ginie, il est un savant mélange d’humour, de délicatesse , il met en mots petits bonheurs, souffrances, désillusions,  il nous questionne, vous emmène dans une propre introspection, vous oblige à étouffer des fous rires sous la couette et vous fera verser quelques larmes. J’ai adoré les clins d’œil de personnage secondaires, je me suis attachée aux membres éclectiques de cette famille, j’ai rêvé d’être l’amie de Léa comme celle de Virginie pour pouvoir les serrer dans mes bras, et ce fut un véritable arrachement de les laisser à la dernière page. Je m’arrête ici pour préserver votre propre lecture de ce merveilleux roman. Merci à toi, Ginie pour ce joli cadeau, pour cette histoire que je connaissais déjà un peu, mais que j’emporte avec moi comme une leçon de vie ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Je reste zen ! Retour de Moscou : Mes ados, mon homme, ma poupée russe… J’hallucine ! de Coco Camel aux Editions J’ai lu : Léa Kelly, femme, mère et businesswoman, adopte une petite fille russe. Alors que son mari reste inactif devant la télévision et qu’une de ses collègues essaie de lui prendre sa place, Léa doit trouver un équilibre.

J’avais adoré le premier tome que j’avais eu la chance de me voir dédicacer par Coco, à la sortie de cette suite, je me suis précipitée chez mon libraire et je n’ai pas regretté ce second est tout aussi frais, drôle, désopilant ! Une famille, des collègues et des amies déjantées, une grande capacité chez l’héroïne à pratiquer le second degré mais aussi à se laisser déborder entre vie professionnelle, vie de femme et wonder-maman ! On s’y retrouve, mais on rit avant tout au fil d’une lecture rythmée et pétillante ! Un nouveau chouette moment de lecture ! Allez Coco, au boulot, il nous faut un tome 3 !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le guide décapant des parents imparfaits – L’école maternelle de Candice Kornberg-Anzel, Cynthia Kafka et  Camille Skrzynski aux Editions Marabout :   Toutes les réponses aux questions que les parents d’enfants de 3 à 6 ans se posent, tant sur le plan de l’éducation que sur l’évolution psychologique et physique de leur petit. Une mine d’infos, conseils et astuces pour tout savoir sur les maternelles, un ton léger qui décomplexe et dédramatise le rôle de parent !
Après Ginie, Cynthia ( Maman bavarde) est une autre blogeuse que j’aime et j’admire beaucoup ! Parce qu’elle est maîkresse (enfin presque) et picarde (enfin presque plus) et parce que sa maman est trop chouette (coucou Vlynette!) ! Bon ok aussi parce qu’elle est spontanée, drôle, espiègle, pleine de pep’s et que ses écrits sont tout à son image ! Ce livre ne déroge pas à la règle, bravo Cynthia ! Bravo également à ses co-auteures, en effet le travail des 3 se complète à merveille mêlant anecdoctes, conseils, dessins humoristiques et recommandations déculpabilisantes !  Voilà un ouvrage qui fera un chouette cadeau pour les jeunes parents mais aussi pour les enseignants (tes), atsem, avs en maternelle ! Une belle idée pour les gâter en cette fin d’année !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

On continue dans les ouvrages drôles et déculpabilisants avec La magie du bordel (*) de Marion Mc Guiness aux Editions Jungle : Le désordre fait partie de votre vie, et vous aimez ça ? Vous n’êtes pas seul ! Marre du design minimaliste scandinave qui envahit tous les catalogues et les publicités ? Lassé des conseils et ouvrages extrêmes et névrosés qui poussent à toujours ranger, trier, nettoyer, vider, agencer ? Et si le bonheur était dans le bordel ? Dans le lâcher prise, dans l’organisation dilettante, dans tout ce qui est plus essentiel à l’épanouissement que de se créer des univers  standardisés bien proprets où il est impossible de se laisser aller ? La vraie vie, c’est la désorganisation familiale, le dysfonctionnement heureux. Parce que la vie est trop courte pour qu’on vous explique en 590 pages qu’il y a une bonne façon de plier ses tshirts et que ce n’est pas du tout la vôtre.

Je suis une adepte du livre de Marie Kondo, mais pour autant mon intérieur n’est pas toujours nickel ( merci mes hommes, de mettre un peu de vie via votre désordre ! ), mais pour autant j’ai beaucoup ri, le quotidien de l’auteure ressemblant au final à notre quotidien à toutes ! La pagination est à la fois colorée et ludique, rendant la lecture dynamique mais en faisant aussi un ouvrage à lire ou relire par brides ou de façon décousue ! A offrir aux bordéliques comme aux maniaques du rangement !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Dossier Kastor (*) de Catherine Fradier au Diable Vauvert : « Autre fait curieux, il a effectué la veille de sa mort plusieurs recherches avec l’intitulé INES 7, INES pour International Nuclear Event Scale, l’échelle internationale des événements nucléaires, 7 étant le plus élevé avec l’accident majeur. » Depuis Camino 999, les intrigues de Catherine Fradier, inspirées par des faits divers, alertent sur les grandes questions écologiques d’aujourd’hui. Après les dangers que font peser les grands semenciers sur l’alimentation mondiale dans Cristal Défense, elle s’attaque ici au nucléaire, à travers une nouvelle et forte héroïne, Lauren Valence, nouvelle Commissaire du Service Européen d’Action Extérieure, police parallèle chargée de la sécurité européenne. Deux meurtres liés au nucléaire, celui d’un physicien belge de l’Agence nucléaire de l’OCDE, détenteur d’informations sensibles, et d’un ingénieur nucléaire français, tous deux tués par le même assassin, une femme. Deux morts suspectes d’opposants à l’idéologie du tout nucléaire. Une menace d’attentats. Pour comprendre la vérité, Lauren va devoir amadouer de jeunes écologistes militants et faire face à une machination terroriste…

L’auteure, ancien membre de la brigade de nuit du 13ème arrondissement propose un thriller engagé qui fait frémir et vous tient en haleine : géopolitique, écologie et service de renseignements européen sont au rendez-vous. Un livre extrêmement bien écrit, mais je vous l’avoue qui m’a beaucoup trop angoissée et que j’ai fini un peu en diagonale pour calmer mon rythme cardiaque et mes insomnies ! A réserver aux fans du genre. Chez cette auteure, mon livre chouchou reste Une petite chose sans importance ( cf ICI)

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La Mort attendra (*)de Michel Hilger et Gilbert Bordes aux Editions Belfond : Michel Hilger est « altiste peintre », compositeur, pianiste, chef de chœur, professeur, et père de quatre garçons. Adopté à l’âge de trois ans, il ignore tout de ses origines. Celles-ci lui ont pourtant laissé en héritage une grave anomalie du système nerveux. À 42 ans, il fait sans le savoir un premier AVC en plein concert mais réussit à terminer la partition d’ Une petite musique de nuit de Mozart. Quelques années plus tard, un second AVC hémorragique le condamne, et de ses phases comateuses il entend les médecins envisager de récupérer ses organes. Sauf que Michel n’a aucune intention de mourir. Il veut vivre. Et se réveille, paralysé du côté droit. Le corps médical lui suggère une rééducation classique et lui annonce qu’il ne touchera plus jamais un alto. Michel refuse la maladie et ses séquelles. Animé par une volonté inouïe, contre l’avis de tous, il décide avec toute sa foi et son expérience d’artiste de rentrer chez lui et, par le réapprentissage des gestes quotidiens, de reprendre sa vie là où il l’avait laissée. Tout simplement. 

Un témoignage très fort sur le handicap, la maladie, mais aussi sur l’importance de la volonté, des croyances dans le chemin de guérison.  Trés émouvant, on ne peut pas rester insensible à la lecture d’un tel parcours, d’une telle leçon de vie, d’une telle renaissance.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Et pour finir 3 BD, sur des sujets très différents

mais qui son absolument toutes EXTRAORDINAIRES !!!!!!

 ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Raoul en milieu naturel (*) de Véropée aux Editions Jungle : Vous vous souvenez de cette publicité pour un petit gâteau, qui clamait haut et fort « Ce n’est que pour les enfants » ? Bon, et bien le livre que vous avez sous les yeux n’est clairement pas un biscuit. Et il n’est pas seulement autorisé, mais bien fortement conseillé aux adultes. Il faut dire que les fantaisies et facéties de Raoul, son personnage principal à hauteur tri-pommée, et de sa petite sœur Mimi parleront à toute personne ayant déjà essayé de censurer un bambin bien décidé à étaler sa science en matière de gros mots / été embarrassé par des questions enfantines incongrues / confronté à des désirs aussi naïfs qu’extravagants. Bref, à toute personne majeure et vaccinée (ce dernier point est crucial, face aux nez qui coulent et autres gastros fulgurantes dont nos humains miniatures ont le secret). Alors si vous êtes tenté de vous assoir sur le banc d’un jardin public pour dévorer les aventures de Raoul, n’ayez crainte : les mini squatteurs de bac à sable ne quitteront pas leur toboggan pour vous l’arracher des mains en vous sermonnant : « Ce n’est que pour les enfants ! »

Il me semble évident que l’auteure a vécu chez nous à notre insu, et s’est largement inspirée de BBB bientôt 5 ans pour le personnage de Raoul !!!  Je n’en démords pas ! J’ai beaucoup ri, bon je vous l’avoue parfois jaune, tellement les situations me parlaient ! A acheter les yeux fermés, une BD géniale pour toutes les mamans de petit garçon au fort caractère !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les petites victoires  (*) de Yvon Roy aux Editions Rue de Sèvres : Comment dire à son fils tant désiré qu’il est le plus formidable des petits garçons malgré le terrible diagnostic qui tombe comme un couperet : autisme, troubles psychomoteurs, inadaptation sociale… C’est le combat que va mener ce père, resté uni à sa femme malgré leur séparation, pour transformer ensemble une défaite annoncée en formidables petites victoires.

J’ai beaucoup pensé à mes petits protégés ainsi qu’aux enfants de mon entourage atteints de troubles du spectre autistique. Quel courage que celui de ce papa d’avoir raconté avec pudeur, mais aussi authenticité et sincérité leur parcours, tant sur le plan médical et rééducatif que sur le plan émotionnel. Un récit en noir et blanc pour raconter le combat d’une vie, l’amour d’une vie et donner espoir aux familles. Magnifique ouvrage que je recommanderai avec tact et délicatesse à ceux qui sont concernés comme au grand public pour mieux comprendre le quotidien avec un enfant EXTRA-ordinaire et autiste.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Et pour finir, La guerre de Catherine (*) de Julia Billet et Claire Fauvel aux Editions Rue de Sèvres : 1941. Rachel étudie à l’internat de la maison de Sèvres, où ses parents l’ont placée par sécurité. Elle y noue de belles amitiés mais y découvre surtout sa passion, la photographie. Bientôt, les lois contre les Juifs s’intensifient, il n’y a plus de sécurité nulle part en zone occupée. Un réseau de résistants organise la fuite des enfants juifs. Du jour au lendemain, ils quittent tout et doivent oublier, le temps de la guerre, tout de leur vie d’avant, à commencer par leurs prénoms. Rachel devient Catherine. Raconte, lui intiment ses professeurs en l’envoyant sur les routes de la zone libre, un appareil photo à la main. C’est ainsi que nous découvrons le quotidien d’une adolescente juive dans la guerre, ses rencontres, ses peurs mais aussi les quelques moments de répit et de grâce que lui offrira son art.

Je connaissais de réputation le roman de Julia Billet publié à l’Ecole des Loisirs puisqu’il fait parti des titres référencés par le ministère de l’éducation nationale, mais je n’avais pas eu l’occasion de le lire. Je le découvre à travers cette très jolie adaptation.

J’ai été particulièrement émue par les deux dernières doubles pages nous présentant la maison de Sèvres et nous délivrant les reproductions des clichés en noir et blanc évoquées par Catherine dans son récit. Cette maison ainsi que ceux qui la dirigeaient et la faisaient vivre ont véritablement existé, le personnage de Catherine est lui fictif, mais inspiré de Tamo la maman de l’auteure.

Un récit bouleversant, sensible qui décrit bien la dureté de l’époque, la fuite perpétuelle,  mais met aussi en lumière les héros de la seconde guerre ainsi que les pionniers de pédagogie alternative, ce qui vous vous en doutez m’a beaucoup touchée. A ranger précieusement dans sa bibliothèque entre Un sac de billes de Joseph Joffo et L’enfant de Maria Montessori.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Penser à soi #14 : garder l’objectif, garder la ligne !

18 Mai

A la rentrée de septembre 2016, j’ai entrepris un régime et j’ai perdu ces kilos-vilains-souvenirs d’un burn-out ! Je n’étais qu’à 1 kilo de mon objectif, quand j’ai dû faire une pause pour me ménager un peu, après des malaises, baisses de tension et diagnostique d’une carence en vitamine D. J’ai repris le régime cette semaine avec un objectif de – 4 kgs. J’avais besoin d’être reboostée, de repartir sur une nouvelle dynamique pour ce qui sera je l’espère mon ultime régime, en plus de l’accompagnement de mon médecin, je suis donc allée puiser du soutien dans les deux derniers ouvrages de Anna Austruy aux Editions Larousse.

Anna Austruy a fait de son combat (une perte de poids de 35 kilos) une victoire, je vous avais déjà présenté deux de ces précédents ouvrages :

Elle revient cette fois avec un ouvrage de conseils pour mincir définitivement et un calendrier antikilos, le planiminceur !

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

 

Les 100 règles d’or d’une ex-grosse: pour garder la ligne … et le sourire ! :

VOUS avez décidé de maigrir, que devez-vous changer dans votre alimentation ?
VOUS êtes super motivée, mais vous n’en êtes pas à votre premier régime…
VOUS faites attention à ce que vous mangez, et pourtant, rien ne se passe sur la balance !
VOUS avez atteint votre poids de forme et voudriez le garder…
…. Alors cet ouvrage est fait pour VOUS.

En s’appuyant sur sa propre expérience, Anna y délivre :

  • ses règles « testées et approuvées »  pour maigrir à votre rythme,
  • atteindre votre poids de forme et vous maintenir ;
  • ses trucs et astuces de pro du régime pour rester motivée,
  • faire face aux difficultés et garder le cap !

J’ai aimé :  retrouver le ton d’Anna Austruy, semblable à celui d’une bonne copine dynamique, positive et souriante, qui n’est pas dans le jugement mais chercher à vous soutenir dans la guerre contre les kilos et pour cela vous donne de vrais trucs qui marchent ! Le découpage en 100 règles rend l’ouvrage facile à lire, mais aussi à relire pour y piocher la solution au problème rencontré à l’instant T.

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊


Le planiminceur d’une ex-grosse : Le super calendrier anti-kilos avec une page pour chaque semaine de l’année !

  • D’un côté : un mémo pour noter ce qui est important  et, si on le souhaite , ce qu’on mange au quotidien ainsi qu’une courbe hebdo à remplir pour suivre sa perte de poids, des défis, des conseils et des astuces  pour tenir le coup.
  • Au verso :
    • un coaching minceur qui apporte des solutions concrètes aux difficultés éventuelles pour rester motivée tout au long de l’année et perdre du poids sans perdre le moral !
    • un bloc en 2 parties :52 recettes light et faciles à faire pour se régaler sans perdre trop de temps ; 52 listes prédécoupées pour noter ses courses et mieux organiser ses repas.
    • Et aussi : un mémo des calories, booklet de 64 pages placé dans une pochette à soufflet
    • … et un stylo pour écrire sur le calendrier un système d’accroche pour le suspendre.

J’ai aimé :  pouvoir s’organiser sur la semaine, car on le sait un régime ne marche que si on s’autorise un petit plaisir (j’ai dans mon régime toujours un soir, où je peux me faire plaisir en quantité raisonnable), je peux ainsi planifier ma semaine, lister mes envies, m’inspirer avec les recettes ! Petite cerise sur le gâteau, le look très girly des ouvrages et de ce calendrier rendent ces outils encore plus ludiques et sympathiques !

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

 Pour vous procurer ces ouvrages,

cliquez sur les titres ou les couvertures

Merci aux Editions Larousse

 

Mes lectures d’avril 2017

11 Mai

Je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures d’avril !

Comme d’habitude un peu de tout ! Je vous laisse découvrir !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Pour commencer, une seule et unique BD, ce mois-ci ; mais quelle BD LE JOUR OU LE BUS REPARTIT SANS ELLE des Béka , Marko et Cosson aux Editions Bamboo : Le jour où le bus est reparti sans elle, Clémentine se retrouve coincée dans une singulière épicerie de campagne, loin de tout… mais jamais aussi près de trouver ce qu’elle cherche : des réponses à ses doutes existentiels. Les histoires zen d’Antoine, l’incroyable épicier, l’expérience de Chantal l’écrivain, le passage de Thomas le PDG-randonneur, vont irrémédiablement changer la vision de la vie qu’avait Clémentine. Comme chacun de ces personnages, la jeune femme va essayer de trouver son chemin vers le bonheur. Même si, comme tous les chemins, il emprunte parfois d’étranges détours…

Véritablement une BD pas comme les autres où la rencontre et les échanges entre les personnages sont illustrés de jolies paraboles délivrant des leçons de vie empreintes de sagesse, de positivisme et de bienveillance ! Et puis équilibrant parfaitement le sujet un regard plein d’humour et un brin critique sur les « bons penseurs ». Un pur moment de Bonheur ! Merci à Maman Clémentine qui m’a offert cette merveille !  ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Parmi les vivants  (*) de Charlotte Farison chez Super 8 Editions : 2002, Paris. Engagé au sein de l’entreprise Hermonia pour s’occuper du mécénat, Arturo remplace une certaine Lise Marshall, décédée a priori dans un accident de voiture. Problème : il n’a aucune idée de l’identité réelle de son patron ni de la véritable raison pour laquelle il a été embauché. Le fait est que ce genre de choses lui arrive régulièrement. Docile, le jeune homme tente de se couler dans le moule. Assailli par les brûlants souvenirs d’une enfance passée sous les tropiques, cependant, il sent bien qu’il ne pourra se contenter éternellement de cette vie factice.  Vienne, même époque. Jeune call-girl à l’intelligence acérée, Shula est embauchée par un certain Victor Khan, obsédé par son amour de jeunesse disparu. Ashis, son ex-mercenaire d’associé, s’efforce de le mettre en garde : il est en effet convaincu que Shula n’est pas qui elle prétend être.  De Vienne à Paris, de la jungle étouffante et létale à l’île mythique qui hante les rêves d’Arturo, une redoutable toile se tisse. Mais qui est la proie, et qui est le prédateur ? Comment distinguer les morts des vivants, les souvenirs de la réalité ? L’heure est bientôt venue de tomber les masques… 

Un thriller vraiment original qui ménage beaucoup de suspens au départ, laissant beaucoup de place à l’imaginaire. Un ton décalé et un brin provoc’ , pour une histoire haletante racontée à 2 voix qui se succèdent au fil des chapitres, donnant beaucoup de rythme au récit. Un excellent polar pour les fans du genre.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Valet de pique (*) de Joyce Carol Oates aux Editions Philippe Rey : Quel auteur n’envierait-il pas le sort de Andrew J. Rush ? Écrivain à succès d’une trentaine de romans policiers vendus à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde, père de famille heureux, Andrew vit dans une petite ville du New Jersey où il trouve le calme nécessaire pour édifier son œuvre.   Mais Andrew a un secret que même ses plus proches ignorent : sous le pseudonyme de Valet de pique, il écrit des romans noirs, violents, pervers, romans publiés avec un énorme succès et qui scandalisent autant qu’intriguent le monde littéraire.  Pourtant, cet équilibre tout en dissimulation que Andrew a patiemment élaboré va être menacé. Au départ, la plainte d’une voisine, Mrs Haider, probablement un peu dérangée, qui l’accuse d’avoir plagié ses romans auto-publiés, accusation qu’elle avait déjà formulée dans le passé à l’encontre de Stephen King. Innocenté par le tribunal, Andrew sera néanmoins affolé par cette affaire, et ira jusqu’à perquisitionner le domicile de Mrs Haider, où il découvrira dans ses papiers qu’elle n’a pas si tort que ça… Entre-temps, deux événements domestiques vont le perturber : sa fille tombe par hasard sur un roman du Valet de pique et commence à poser des questions gênantes après y avoir trouvé des traces autobiographiques ; le comportement étrange de sa femme Irina mène Andrew à la soupçonner fortement d’entretenir une liaison avec un professeur de maths. Ces éléments menaçants vont réveiller chez Andrew des fantômes du passé qu’il pensait avoir définitivement oubliés. Réveiller aussi la voix désormais plus insistante et terrifiante du Valet de pique…
Un thriller magistral de Joyce Carol Oates, efficace, inquiétant, drôle aussi – jouant brillamment sur les références à Stevenson, Poe ou Stephen King. Je découvrais l’auteure avec ce roman, bien qu’elle occupe depuis longtemps une place au tout premier rang des écrivains contemporains. J’ai été captivée par sa capacité à faire monter le niveau d’angoisse du lecteur, perdu entre ce personnage respectable pourtant au bord de la psychopathologie.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La Fille du fossoyeur (*) de Joyce Carol Oates aux Editions Philippe Rey : En 1936, les Schwart, une famille d’émigrants fuyant désespérément l’Allemagne nazie, échouent dans une petite ville du nord de l’État de New York où le père, Jacob, un ancien professeur de lycée, ne se voit offrir qu’un travail de fossoyeur-gardien de cimetière. Un quotidien fait d’humiliations, de pauvreté et de frustrations va les pousser à une épouvantable tragédie dont Rebecca, la benjamine des trois enfants, sera le témoin.  Ainsi débute l’étonnante vie à multiples rebonds de Rebecca Schwart : après avoir épousé Niles Tignor, un homme abusif et dangereux, elle doit fuir pour protéger son petit garçon, et tenter de se reconstruire. Les villes, les métiers, les hommes défilent, jusqu’à sa rencontre avec Chet Gallagher, promesse d’un bonheur enfin possible. Mais surgit alors le désir profond, d’abord inconscient, de retrouver son passé cruel de  » fille du fossoyeur « , de se rattacher en fin de compte à sa véritable identité. Le destin ne le lui permettra qu’au terme d’une existence d’intranquillité, dans les dernières pages bouleversantes de ce roman. 

Cet ouvrage est signé de la même auteure que le précédent, mais il est dans un registre très différent. C’est un roman poignant, sombre, émouvant, un témoignage sur la survie, la résilience, la reconstruction dans une ambiance d’après-guerre. Une héroïne d’une force incroyable, que rien n’épargne, qui m’a évoquée la Horma du magnifique Vol des cigognes de Simon Abkarian vu au théâtre il y a peu de temps. Un livre qui prend aux tripes.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Primates de Park Avenue  (*) de Wednesday Martin aux Editions Globe : Wednesday Martin débarque de son Midwest natal dans l’Upper East Side, le quartier le plus huppé de Manhattan, avec son mari et ses deux enfants. Le rêve se transforme rapidement en cauchemar. Wednesday est sur le territoire des primates les plus riches de la planète. Une enclave hostile peuplée de femmes au foyer surdiplômées, glamour, mariées à des patrons de hedge funds et totalement dévouées à la réussite de leur progéniture. Armée d’un calepin et d’un crayon, Wednesday Martin consigne, à la manière de la célèbre primatologue Jane Goodall, les rites, les moeurs, les contradictions et les peurs de ces mères richissimes en quête obsessionnelle de perfection.

Ce livre est vraiment très original, il s’agit en effet d’un ouvrage sociologique, très argumenté, et pourtant on a l’impression de lire un nouvel opus de Sex and the City. J’ai particulièrement apprécié ( et appris grâce à elles !) les descriptions sur l’accès à l’éducation dans la grande Pomme qui répond à des critères absolument incroyables ! Une lecture différente mais bien sympathique !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Je ne suis pas un monstre (*) de Maryline Gautier aux Editions La différence : Qui est donc Mathieu Grimaud, le narrateur de cette étrange histoire qui, quinze ans après l’incendie de sa chambre, reste persuadé que sa mère a voulu se débarrasser de lui ? Qui est aussi cette femme puissante, ex-ministre et présidente d’entreprise, qui a pour seule amie son assistante ? Que cherche Irène, l’assistante dévouée auprès d’une femme qu’elle vénère et jalouse tout à la fois ? Les trois personnages cohabitent dans l’hôtel particulier de l’avenue Montaigne, entourés d’une armée de domestiques. Les vies de Mathilde, Irène et Mathieu sont bousculées par l’arrivée d’un quatrième personnage, Olivier Legendre, l’homme dont Mathieu est secrètement amoureux. À partir de là, l’histoire de famille bascule inéluctablement dans la tragédie et la folie, et nous tient en haleine jusqu’à la dernière page.

En 2016, j’avais été captivée par En attendant Bojangles, ce livre sera celui de 2017 qui m’aura le plus interpelée dans ce registre , un récit âpre mais à l’écriture dynamique, acérée mais aussi délicate.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Ta façon d’être au monde de Camille Anseaume aux Editions Pocket : L’une est une petite fille inquiète, sage, maladroite et rêveuse avec quelque chose d’imprécis dans le regard. Comme une certaine distance au monde.  L’autre est un rayon de soleil sans ombre qui sourit et irradie avec un naturel désarmant.  Elles ont 10 ans quand elles se rencontrent et se décident demi-sœurs, parce qu’elles trouvent que  » copines  » c’est galvaudé.  L’école, le collège, le lycée, les vacances à Ker Timéoscor, la liberté des premières virées, le goût des premières cigarettes, l’émoi des premières amours, elles partageront tout. Ensemble, elles découvriront la vie. Puis la mort, le drame, le chagrin et le deuil. Et la trahison. 

J’avais été bouleversée par le premier ouvrage de Camille Anseaume ( chroniqué ICI), j’avais très hâte de retrouver sa plume sensible qui me parlait tant. Mais je vous l’avoue sur le début du texte, je n’ai pas été séduite, un ton trop détaché, trop loin des personnages, et puis… Et puis tout bascule, un événement surgit dans l’histoire et le ton de l’auteure devient tout autre, je me suis faite cueillir par la chute toute en délicatesse, tristesse et espoir , j’ai beaucoup pleuré, j’ai été touchée par tant de sensibilité, un bel hymne à l’amitié ambiance « Petits Mouchoirs »…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Quelqu’un pour qui trembler  de Gilles Legardinier aux Editions Pocket : Pour soigner ceux que l’on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu’il apprend que la femme qu’il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent.  Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n’importe quel inconnu. Est-il possible d’être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l’aide de ceux que le destin placera sur sa route. 

PEPITE comme tous les Legardinier, que vous dire ? C’est drôle, très drôle ! tendre, très tendre ! touchant, émouvant, questionnant sur les liens entre les êtres humains. Un petit bonheur qui se délecte comme un petit pain tout chaud, se savoure comme un chocolat fin, vous fera vibrer et vous redonnera foi en l’humanité ! Et puis comme à son habitude, après m’avoir fait rire et pleurer tout au long des 464 pages, Gilles Legardinier me donne le coup de grâce avec une post-face où il se livre à ses lecteurs à cœur ouvert et nous émeut un peu plus ! Comme à chaque fois, j’ai hâte de découvrir le prochain !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Zéro gaspi: La Méthode pour vivre mieux en dépensant moins! (*) de Marie-Louise Bruère et Yoneko Nurtantio aux Editions Larousse : Vous n’avez aucune idée de ce que vous dépensez en nourriture par semaine… Il vous arrive souvent de jeter des aliments à la poubelle ! Vous aimeriez bien faire baisser votre note d’électricité… Vous achetez souvent des produits dont vous n’avez pas besoin…
Avec Zéro Gaspi !, vous allez apprendre à contrôler vos dépenses et ainsi augmenter votre pouvoir d achat. Ce guide pratique et malin vous apprendra à :
– connaître vos véritables besoins pour en finir avec le gaspillage,
– revoir votre façon de consommer, pour devenir un consommateur éco-responsable !
– acheter au meilleur prix et de façon efficace, sans se laisser abuser par de fausses promos ;
– déchiffrer les étiquettes et repérer les bons produits, pour préserver votre santé et celle de votre famille !

Les auteurs mère et fille sont les créatrices du site  www.nurtantio-projects.com,  où elles partagent des astuces qui rendent la vie plus belle et plus facile, et vous font découvrir des merveilles à admirer près de chez vous ou un peu/beaucoup plus loin.

Ce petit livre est très facile d’accès il regorge de petits conseils très utiles mais aussi faciles à appliquer dans nos familles, pour tous ceux qui veulent faire attention à leur consommation et s’engager davantage dans le développement durable et la lutte au gaspillage !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Perturbateurs endocriniens: Une bombe à retardement pour nos enfants (*) de Isabelle Doumenc aux Editions Larousse : Vous ne les voyez pas, mais les perturbateurs endocriniens sont partout : dans votre dentifrice, le tissu de votre canapé, le jouet de votre enfant, la poêle que vous utilisez, l’eau que vous buvez… Bisphénol A, phtalates, parabens, triclosan, pesticides… leur liste est longue et leurs effets sur notre santé aussi ! Ces substances sont en effet capables d’interférer avec le système hormonal, d’où leur nom. Ce qui explique la recrudescence des maladies chroniques (obésité, diabète…), des cancers et des troubles de la reproduction. Par ailleurs, leurs effets sur le développement du fœtus sont redoutables  pour la santé de l’enfant à naître et même sur sa descendance, une vraie bombe à retardement.
Cet ouvrage fait le point sur les perturbateurs endocriniens les plus dangereux de notre environnement et les dérèglements qu’ils peuvent occasionner. Il propose des solutions faciles et accessibles à tous pour les remplacer et les éviter au maximum, particulièrement pour les personnes à risque : les femmes enceintes et les bébés.

Un livre très clair pour mieux comprendre les dangers des perturbateurs endocriniens. Je vous l’avoue sa lecture m’a un peu angoissée mais il a le mérite de m’avoir éclairée sur le sujet, on ressort de cette lecture avec l’envie de chasser de notre existence « ces cochonneries » et justement le livre nous donne de nombreux conseils pratiques pour les éviter que ce soit dans notre alimentation, dans les produits de toilette, les jeux, les textiles, les contenants…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le guide de survie des mamans débordées  (*) de Rim et Liliaimelenougat aux Editions Hugo et Cie : Des pages drôles et astucieuses pour s’organiser, déculpabiliser, mettre en avant son intuition, son bon sens, et garder le sourire en toutes circonstances avec sa progéniture.   Des conseils pratiques faciles à adopter pour un résultat immédiat, des astuces drôles pour déculpabiliser, des tests pour s’amuser, des do it list à compléter pour bien s’organiser, des mémo à afficher pour être au top MAIS surtout ne pas une mère parfaite !

A la lecture du titre, j’ai cru que ce livre avait été écrit pour moi ! Je ne suis pas la seule , je pense ! 😉 Les illsutrations le rendent hyper plaisant à lire, comme une bonne BD, quant au style, il est à l’image des auteures, drôle et pétillant, sachant alterner entre bons conseils mais surtout une très grosse dose d’humour, d’autodérision et de déculpabilisation ! A s’offrir ! A offrir de toute URGENCE ! Ca tombe bien c’est bientôt la fête des mères et le prix est vraiment tout doux !

L’auteur, RiM  ne trouve pas normal que les bébés ne soient pas livrés avec un mode d’emploi. Elle assume être un cliché ambulant : le stéréotype de la maman ! Chanteuse, adepte du slam, RiM a mis au point des super-techniques pour aider les parents qui paniquent, quand les enfants les font tourner en bourrique. Son blog est un concentré joyeux de conseils et sa chaîne YouTube : One Maman Show, une mise en musique de poésies slamées, rappées, chantées, beatboxées et racontées sur les petits et grands tracas d’être parents. Pour mes lectrices parisiennes, RiM, jouera ce week-end la 100ème de son spectacle le « One maman show » au Sentier des Halles. Ne ratez-pas ce grand moment !

L’illustratrice, Liliaimelenougat (son vrai nom de maman est Lise Desportes) est une maman cool et décomplexée qui travaille essentiellement sur deux univers : la petite enfance et le monde des parents. Sur son blog , elle raconte en images, avec tendresse et humour, son quotidien de maman.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Et puis je suis en plein lecture du dernier livre de Virginie Grimaldi, c’est un pur bijou, je reviens très vite vous en parler en détails !

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Montessori et nous… #10

11 Avr

Je reviens vers vous avec cette série de billets qui me tient à cœur… Montessori et nous… parce que cette pédagogie m’a beaucoup inspirée dans la petite enfance de BBB, qu’il a la chance d’être scolarisé dans une école (celle que dirige son papa) où l’on propose aux maternelles une pédagogie d’inspiration Montessori, et que dans mon travail d’enseignante spécialisée j’ai aussi très souvent recours à des activités où la sensorialité et l’autonomie sont les maîtres mots.

Je vous propose donc une série d’ouvrages ou jeux  de qualité parus depuis le début d’année autour de la pédagogie Montessori.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦


L’enfant arc-en-ciel, La pédagogie Montessori à la maison de  Gilles Diederichs aux Editions Larousse : Cet ouvrage très accessible propose des activités faciles à réaliser à la maison avec son enfant mais aussi tout l’appareil pédagogique pour les appliquer dans de bonnes conditions.  Après avoir rappelé les fondamentaux de cette pédagogie, fondée sur le respect du développement de l’enfant les phases sensibles et l’importance donnée à son éveil social, Gilles Diederichs, sophro-relaxologue,  donne aux parents des conseils pratiques pour intégrer cette pédagogie à leur quotidien. Il propose des exercices de respiration adaptés à l’enfant qui l’aideront à se concentrer et si besoin, à se relaxer, préambule nécessaire à tout apprentissage. Il met enfin à la disposition des parents une centaine d’activités basées sur l’expérimentation, faisant appel aux 5 sens de l’enfant et développant  sa créativité.

Un ouvrage pour les parents qui souhaitent se lancer dans cette pédagogie mais manque d’idées sur ce qu’ils peuvent proposer, les idées sont déclinées sur une ou deux pages et ne nécessitent pas de matériel extravaguant ! Un chouette ouvrage indispensable !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le dîner aux bougies dans la collection Mes petites histoires Montessori de Eve Herrmann et Roberta Rocchi chez Nathan : Liv et Emy ont un invité : ce soir, leur copain Tommaso dort à la maison ! Mais alors qu’ils passent tout juste à table, toute la maison se retrouve dans le noir. Une panne de courant ! Pendant que papa vérifie les fusibles, les enfants partent à la recherche de bougies.

Je vous ai souvent parlé de cette jolie collection aux histoires simples et poétiques en écriture cursive ( dans le respect de la pédagogie Montessori) inspirées de la vie réelle. Dans ce volume un petit incident du quotidien vécu de façon exceptionnel et festif par les enfants, la panne d’électricité et le dîner aux chandelles. En fin d’ouvrage, une double page apprend pas à pas aux enfants à fabriquer eux-mêmes leur bougie en cire d’abeille.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

On ne peut pas parler Montessori sans évoquer Balthazar le petit héros de Marie-Hélène Place et Caroline Fontaine-Riquier aux Editions Hatier Jeunesse et cette fois avec la collection « Bébé Balthazar » , voici le titre A table : Balthazar met la table pour manger avec son ours Pépin. Dans son étagère, il prend son assiette, sa cuillère, sa serviette… Il verse de l’eau dans son verre. Oh ! L’eau a coulé sur la table…

Bébé Balthazar est une collection de premiers livres issus de la pédagogie de Maria Montessori pour les 0-3 ans. Dès la naissance, vous pouvez lire ce livre à votre bébé. Le tout-petit va entendre la poésie des mots, observer votre bouche qui raconte, captivé. Progressivement, il va toucher les images, les mots écrits, puis voudra tenir et sentir le poids du livre, à tourner les pages…
A table intéressera le jeune enfant de 15 mois à 3 ans dont la vie sera en résonance avec le quotidien de Balthazar, et l’encouragera, quand il se sentira prêt, à participer aux activités de la vie quotidienne et à « faire seul » à vos côtés.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

On continue avec Balthazar et Le loto Montessori de Balthazar de Marie-Hélène Place et Caroline Fontaine-Riquier aux Editions Hatier Jeunesse : Les activités de ce jeu de loto ont été pensées pour stimuler le langage et le vocabulaire chez le jeune enfant et pour l’encourager à faire des classifications dans le respect de la pédagogie Montessori. Vous trouverez dans ce coffret 6 grandes planches représentant les pièces de la maison de Balthazar, cuisine, salon, chambre, salle de bains grenier, ainsi que le jardin. 48 petites cartes d’objets de la maison ou de plantes et d’animaux du jardin, et un mode d’emploi proposant différentes activités progressives à faire avec l’enfant.

3 types d’activités sont possibles avec ce jeu en fonction du niveau de compréhension de l’enfant, pour faire évoluer le jeu avec l’enfant:

  • des activités d’identification, de nomination pour favoriser le langage et enrichir le lexique des petits,
  • des activités de classification des objets de chaque pièce, pour construire les premières inférences,
  • et enfin le jeu de loto classique qui fait travailler la mémoire et l’attention !

On craque pour les graphismes désuets et si charmants, la joie qualité des matériaux et puis en respect avec la pensée Montessori ce loto est au plus près du quotidien de l’enfant.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Enfin, Mon coffret Montessori des oiseaux de Eve Herrmann et Roberta Rocchi aux Editions Nathan : Un tout nouveau coffret avec des cartes classifiées ( un matériel incontournable de la pédagogie Montessori) pour Observer, reconnaître, et écouter les oiseaux dans leur habitat.

Il contient :

• 105 cartes d’identification, avec 30 oiseaux à classer par habitat (jardin, montagne, rivière…) et des plumes à associer.
• Un livre de 48 pages avec des conseils d’utilisation pour les parents et les fiches descriptives des oiseaux.
• Un carnet de croquis pour dessiner des oiseaux.
• Un texte de la LPO pour observer les oiseaux dans la nature, avec un plan à télécharger et des conseils pour construire un nichoir.

Et puis en téléchargeant l’appli Nathan Live on peut scanner l’oiseau et écouter son chant pour encore plus d’interactivité et être incollable en ornithologie.

Et si vos enfants adhérent, je ne peux que vous recommandez de poursuivre la découverte par une visite de la maison de l’Oiseau en Baie de Somme dans ma belle région !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

 Merci aux Editions Hatier Jeunesse, Larousse et  Nathan

 

Sur le blog, vous pouvez aussi retrouver aussi un billet consacré à  mon coffret bébé Montessori ! et Montessori et nous #1, Montessori et nous #2, Montessori et nous #3, Montessori et nous #4, Montessori et nous #5, Montessori et nous #6, Montessori et nous #7  Montessori et nous #8 , Montessori et nous #9

Do you « read » English ? #01

4 Avr

Ce soir, je vous propose une petite sélection d’ouvrages

en anglais pour les petits et les plus grands !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

On commence avec les tout-petits et les Editions Gründ, qui nous proposent dans la collection Imagidoux, Mes premiers mots d’anglais de Claire Le Grand et Fani Marceau. Un gros ouvrage de plus de 200 mots pour initier les petits au vocabulaire anglais de tous les jours ( couleurs, chiffres, repas, animaux, pièces de  la maison, saisons, jeux…). Des questions et réponses simples à écouter, répéter, assimiler. Des expressions pour échanger, communiquer illustrées par de chouettes dessins colorées pour une première immersion dans la langue de Shakespeare.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Je vous l’ai souvent présenté sur le blog, car nous sommes des grands fans à la maison de ce facétieux chat imaginé par Rob Scotton , il s’agit bien sûr de Splat ! Les Editions Nathan nous proposent de le découvrir en version originale pour une première approche de l’anglais dès 5 ans. L’originalité c’est que ces histoires en anglais authentique sont accompagnées d’une version audio où le texte est lu à voix haute par un comédien anglophone, accessible à tous et facilement avec l’application Nathan Live et téléchargeable en mp3. Et puis petits bonus ( que vous verrez dans mes photos), à la fin du livre on trouve des jeux conçus par un enseignant mais aussi la traduction du texte en français.


Splat goes to the doctor : Pour Splat, c’est le jour de la visite médicale. Splat est très inquiet mais au final la docteure n’est pas si effrayante que ça et récompense même les petites patients avec de chouettes autocollants !

 

Splat, A present for Mom and Dad  : Splat prépare un cadeau pour ses parents. mais comment fabriquer le cadeau parfait ? Peut être en fabriquant un cadeau ensemble et avec tout son cœur !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

J’ai découvert très récemment les Editions Pilipop ! Pili Pop Labs est une start-up d’apprentissage de langues pour les enfants, qui a lancé plusieurs applications (Pili Pop English et Pili Pop Espanol). Ces applications ont notamment un moteur de reconnaissance de langues unique qui permet de reconnaître et améliorer la prononciation des enfants. Les applications, qui ont connu un succès à l’international, ont été téléchargées plus de 600 000 fois. Pili Pop a lancé en décembre des livres immersifs qui combine livres et applications permettant un apprentissage ludique aux enfant. Dans ces livres, les enfants découvrent une histoire passionnante écrite entièrement en anglais simple. Les grandes illustrations et les vignettes de vocabulaire les aident à comprendre les mots les plus difficiles.

Dans le livre, ils découvrent une histoire passionnante 100% en anglais, un mot-clé est mis en avant sur chaque double page, et en fin d’ouvrage l’enfant trouve des jeux variés pour s’exercer sur les notions découvertes. Grâce à l’application, ils écoutent l’histoire en anglais lue par un anglophone et il apprend à prononcer ses premiers mots avec un accent parfait !

J’ai découvert un des trois titres déjà disponibles,  The Pilis and Jamie The Painter pour découvrir le thème des COULEURS :  Les Pilis rencontrent Jamie qui travaille sur une sculpture pour une compétition d’art. Mais tout ne se passe pas comme prévu… 

Et puis chaque mois, dans le magazine Pirouette des Editions Fleurus  ( cf ce billet) , les enfants peuvent retrouver tout l’univers Pili Pop sous forme de jeux et d’histoires pour apprendre l’anglais en s’amusant.

Fleurus Presse et Pili Pop Labs proposent également un abonnement couplé unique composé d’un an d’abonnement à Pirouette (11 numéros) et 1 an d’accès aux applications Pili Pop.


♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Enfin pour les plus grands, un ouvrage des Editions Harrap’s pour s’entraîner aux épreuves du Test of English as a Foreign Language (TOEFL) ou Test d’anglais langue étrangère est un test standardisé payant qui vise à évaluer l’aptitude à utiliser et comprendre la langue anglaise dans un contexte universitaire pour ceux dont ce n’est pas la langue maternelle.

Pour tous ceux qui souhaitent se préparer à ce test de la maison, pour prétendre à une formation, une embauche à l’étranger, valoriser leurs compétences en anglais au grade universitaire.  ou tout simplement pour évaluer leur niveau d’anglais le Harrap’s Pass the Toefl est le guide qu’il vous faut ! Il comporte en effet tout pour réussir le test du TOEFL iBT

  • Il est organisé en 4 parties autour des compétences testées dans le TOEFL iBT : Reading, Listening, Speaking et Writing.
  • Des tests d’entraînement pour chacune des compétences testées, avec les solutions détaillées.
  • 2 tests complets supplémentaires en ligne, au format de l’examen, pour vous entraîner aux épreuves de compréhension écrite et orale dans les conditions réelles du TOEFL iBT.
  • Plus de 1 500 QCM et exercices pour optimiser votre score.
  • Des conseils pour réussir les différents types d’épreuves.
  • Une approche progressive et efficace pour améliorer vos performances.
  • Des astuces pour vous aider à réaliser les épreuves dans les temps impartis.

En bonus :

  • Tous les fichiers audio à télécharger en MP3 pour vous entraîner à l’épreuve Listening.
  • Le vocabulaire essentiel avec plus de 500 mots et expressions.
  • Des corrigés de tous les QCM et tests à la fin de l’ouvrage.


♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Pour vous procurer ces titres

un clic sur les titres ou les couvertures des ouvrages

Merci aux Editions Gründ, Nathan, Pilipop et Harrap’s

Nos lectures BD de Mars 2017

3 Avr

Je vous présente aujourd’hui nos dernières lectures BD !

J’aime la BD et quand je suis un peu fatiguée,

elles ont ma préférence pour les lectures du soir !

Alors ce mois-ci dans mon bilan lecture beaucoup de BD

et seulement 2 romans qui seront donc présentés avec mes lectures d’avril !

Le virus de la BD est transmis à mon ptit bonhomme de 4 ans et demi,

puisque le premier titre est une lecture commune !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Gaspard et Berlingot Tome 2 La plus belle des surprises de Silvia Vecchini et Sualzo aux Editions Jungle : Pour fêter l’anniversaire de son fils Gaspard, Berlingot va mettre tout en œuvre pour lui organiser une journée de rêve : goûter d’anniversaire avec ses amis, manèges, piscine et même un tour en montgolfière ! Mais Berlingot va vite se laisser dépasser par les évènements…

Nous avions eu un gros coup de cœur pour le Tome 1, présenté ICI, ce tome 2 le confirme, la complicité entre ce papa âne et son petit ânon est tellement pleine d’amour et de bienveillance, les graphismes sont fins et expressifs ! Pas étonnant que cette BD figure dans la sélection 2017 d’Angoulême pour le prix des écoles.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le Vélo géant de Lau Bergey et Nicolas André aux Editions La Joie de Lire : Martha vit à la campagne. Son passe-temps préféré, c’est rouler à toute allure sur les chemins de traverse au guidon de son petit vélo. Un beau jour de printemps, ses parents lui offrent le grand vélo d’adulte dont elle rêve depuis longtemps. Mais un jeune homme s’installe à la maison pour travailler dans les champs de ses parents. Martha est partagée entre son vélo tant attendu et le si mystérieux Peter et ses intrigants talents : Peter est un ouvrier singulier, il est aussi dessinateur. Tous les soirs après la journée de travail, il s’installe à la grande table sous l’auvent de sa cabane et dessine dans des carnets de toute sorte. Martha, chargée de lui porter le dîner, prend l’habitude de l’observer, fascinée par la magie du geste, et l’imaginaire graphique de Peter. Mais à la fin de l’été, Peter s’en va… Le destin n’a cependant pas dit son dernier mot. 

A proposer aux enfants à partir de 6 ans, voici une très belle BD qui rend hommage à l’amitié, à l’amour, qui force à croire au destin et en ses rêves au travers d’une histoire d’une infinie douceur mettant en lumière les arts circassiens, le dessin et l’imaginaire.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Lucie et sa licorne de Dana Simson aux Editions 404 : Lucie n’a pas beaucoup d’amis à l’école, elle est très introvertie. Mais sa vie change quand elle rencontre une licorne au bord d’un lac, piégée par son reflet dans l’eau. En lui jetant une pierre, Lucie sauve la licorne éblouie par sa propre beauté. Du coup, la petite fille a droit à un vœu, et quoi de mieux que d’avoir une licorne pour meilleure amie ? Voilà donc Lucie et Rosemarie embarquées dans des aventures aussi drôles qu’épiques !

Une BD qui plaira à vos jeunes lecteurs, mais qui est aussi à leur piquer ! J’ai beaucoup ri et passé un moment très plaisant avec Lucie et sa licorne, leurs conversations surréalistes, les situations déjantées et rocambolesques dans lesquelles elles ont un don inné pour se perdre sont à mourir de rire !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Deux mangas des éditions nobi nobi ! dans la collection Les Classiques en Manga, de très chouettes adaptations en manga de très grands classiques de la littérature. J’ai commencé par Jane Eyre, car si j’avais lu et relu pendant l’adolescence le titre de sa sœur Les hauts de Hurlevent, ce garnd classique manquait à ma culture ! J’ai tout simplement adoré ! Avec le second titre j’ai replongé dans la magie d’une histoire que je connaissais au travers d’un dessin animé de mon enfance.

Jane Eyre d’après l’œuvre de Charlotte Brontë : Jane Eyre est une orpheline recueillie par sa tante, une femme jalouse qui fait de sa vie un enfer. Aidée par le médecin de famille suite à un malaise, Jane va partir dans le pensionnat de Lowood, une école insalubre où le typhus fait beaucoup de victimes. Rescapée de cet endroit, elle trouve ensuite un emploi de gouvernante dans le manoir de Thornfield. Sa rencontre avec le maître des lieux bouleversera sa vie à tout jamais, mais l’indépendance de la jeune femme lui permettra-t-elle d’atteindre ce bonheur longtemps recherché ?

Le merveilleux voyage de Nils Holgersson d’après l’œuvre de Selma Lagerlöf : Nils est un vilain garnement qui préfère jouer des tours et embêter les animaux plutôt que d’étudier sagement. Un jour qu’il s’en prend à un minuscule lutin vivant chez lui, le voilà réduit à la même taille que celui-ci ! Il ne peut alors pas empêcher Martin, le jars de la ferme, de s’envoler avec les oies sauvages… Le jeune garçon va donc l’accompagner malgré lui pour un fabuleux voyage à travers la Suède, à la découverte de la nature et de nouveaux amis. Mais Nils pourra-t-il rentrer chez lui pour que tout redevienne comme avant ?

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Tendance chat de Dorothée de Monfreid aux Editions Hélium : Une manifestation contre la réduction du temps de coussin, des chats qui apportent une bouteille de (lait) blanc pour le dîner, un autre qui trouve que Garfield a pris un coup de vieux, un autre encore qui s’émeut devant un bébé humain sur Internet…

Je suis une grande fan de Dorothée de Monfreid, très présente dans notre bibliothèque jeunesse avec Les Toutous, c’est un plaisir de la retrouver dans ce carnet de dessins humoristiques avec des chats humains, tellement humains ! Une belle satire de notre société sous le coup de griffe tendre de Dorothée de Monfreid.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

On reste avec les chats, avec l’adaptation en BD du 3ème tome d’une série de romans jeunesse que j’adore et sur laquelle j’ai beaucoup travaillé avec mes petits élèves , il y a quelques années ! La vengeance du chat assassin de Véronique Deiss d’après Anne Fine aux Editions Rue de Sèvres : Tuffy, notre chat assassin, est de retour dans un troisième opus où il ne sera plus question de chasser les lapins des voisins. Non, ici, la maman d’Elie se met à l’art. Et Tuffy, première victime de cette nouvelle passion, ne semble pas apprécier son talent et encore moins son portrait qui trône dans le salon. Ce ne sont donc pas en tuant des petits oiseaux et autres souris que Tuffy va mettre la zizanie dans la famille cette fois-ci mais en massacrant ces prétendues « oeuvres d’art ».

Très très chouette, cette adaptation est très réussie, le caractère bien trempé, un brin présomptueux et décalé de notre héros-chat, roi de la mauvaise foi,  est parfaitement restitué sous les traits de crayon de Véronique Deiss .

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Et pour finir un gros coup de cœur ♥ avec Verte de Magali le Huche et Marie Desplechin aux Editions Rue de Sèvres : À onze ans, la petite Verte ne montre toujours aucun talent pour la sorcellerie. Pire que cela, elle dit qu’elle veut être quelqu’un de normal et se marier. Elle semble aussi s’intéresser aux garçons de sa classe et ne cache pas son dégoût lorsqu’elle voit mijoter un brouet destiné à empoisonner le chien des voisins. Sa mère, Ursule, est consternée. C’est si important pour une sorcière de transmettre le métier à sa fille. En dernier ressort, elle décide de confier Verte une journée par semaine à sa grand-mère, Anastabotte, puisqu’elles ont l’air de si bien s’entendre. Dès la première séance, les résultats sont excellents. On peut même dire qu’ils dépassent les espérances d’Ursule. Un peu trop, peut-être.

Je dois vous avouer que je partais en terrain conquis, je suis une grande fan de Marie Desplechin, avec qui j’ai eu la chance de correspondre il y a une petite quinzaine d’années dans la cadre de l’écriture de mon mémoire sur l’enfant handicapé dans la littérature jeunesse. Une auteure ouverte et pleine d’humanité dont j’ai plaisir à suivre les parutions. Je connais donc assez bien Verte qui m’inspirait déjà beaucoup de tendresse et de sympathie, Magali Le huche a sur retranscrire à merveille cet univers de femmes, mettre en lumière la complicité intergénérationnelle. La force du roman pour moi, c’était de savoir alterner les points de vue des différents personnages, cela me semblait difficile à retranscrire en BD et pourtant cette BD y réussit parfaitement ! Une sorte d’alchimie, de magie ( après tout on est dans un livre de sorcières), je trouve que les expressions de regard en disant long sur les sentiments que portent ce  3 femmes les unes sur les autres ! MAGNIFIQUE ! J’ai hâte de découvrir l’adaptation des autres tomes !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Merci aux Editions Jungle, La joie de lire,

Hélium, nobi nobi !, 404, et Rue de Sèvres 

Pour vous procurer ces ouvrages un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de janvier et février 2017

6 Mar

Je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures de janvier et février !

Comme d’habitude un peu de tout ! Je vous laisse découvrir !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

J’ai passé  beaucoup de temps sur les deux premières lectures, absolument passionnantes mais qui demandent tout d’abord le livre de Céline Alvarez, Les Lois naturelles de l’enfant aux Editions Les Arènes.

Céline Alvarez a mené une expérience dans une maternelle en « zone d’éducation prioritaire » et « plan violence », à Gennevilliers. Elle a respecté les « lois naturelles de l’enfant » et les résultats ont été exceptionnels. A la fin de la deuxième année, tous les enfants de grande section et 90% de moyenne section, étaient lecteurs et affichaient d’excellentes compétences en arithmétique. Ils avaient par ailleurs développé de grandes qualités morales et sociales. Ce livre fondateur révèle une autre façon de voir l’enfant et de concevoir son éducation à la maison et à l’école. Céline Alvarez explique de manière limpide les grands principes scientifiques qui sous-tendent l’apprentissage et l’épanouissement. Elle partage son  expérience, les activités qui peuvent aider les enfants à développer leur potentiel, ainsi que la posture appropriée de l’adulte.  La révolution de l’éducation est possible.

J’ai retrouvé dans cet ouvrage beaucoup de choses mises en place dans l’école de BBB, où les maternelles reçoivent une pédagogie très inspirée de Montessori. J’ai également beaucoup appris dans cet ouvrage dense mais passionnant, je me suis remise en cause dans mes propres pratiques, bref il y a de quoi exploiter ! Quel dommage que cette démarche ne soit pas plus exploitée de façon officielle, j’espère que notre prochain ministre de l’Education Nationale prendra le temps de lire cet ouvrage.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Pour comprendre les données scientifiques du précédent, j’ai souhaité lire le livre du Dr Catherine Guegen chez Pocket, Pour une enfance heureuse : repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveauLes dernières découvertes scientifiques sur le développement et le fonctionnement du cerveau bouleversent notre compréhension des besoins de l’enfant. Elles démontrent qu’une relation empathique est décisive pour permettre au cerveau des enfants et des adolescents d’évoluer au mieux, en déployant pleinement ses capacités intellectuelles et affectives.  Catherine Gueguen nous fait partager ces découvertes et propose des conseils éducatifs pour les parents et les professionnels. Un véritable plaidoyer en faveur d’une éducation bienveillante qui remet en cause nombre d’idées reçues. 

Un livre avec des infos scientifiques mais pourtant très accessible et très pédagogiques ! A lire et surtout à faire lire à tous ceux qui ne comprennent pas notre choix d’éducation bienveillante ! Une lecture incontournable !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Pilotez votre réussite: 15 actions pour prendre les commandes de sa vie professionnelle (*)  chez Booklis. Quel est le point commun des personnes qui rayonnent ? L’argent ? Le succès ? La célébrité ? La beauté ? Non, le point commun des personnes qui rayonnent, c’est le fait qu’elles dirigent elles-mêmes leur vie quelles que soient leurs fonctions professionnelles, leur niveau de responsabilités ou leurs revenus. Ce livre a pour objectif d’accompagner le lecteur dans sa transformation en décideur de sa vie professionnelle. L’ouvrage rassemble 15 idées clés traitées par 15 auteurs qui ont en commun d’accompagner des dirigeants d’entreprise dans le développement de leurs affaires, notamment via leur appartenance à BNI, premier réseau d’affaires au monde. Il ressort qu’il existe des valeurs partagées par un grand nombre qui lorsqu’elles sont conscientisées permettent d’asseoir votre fonctionnement, d’animer vos actions et de déboucher sur votre réussite à long terme. 

Un livre de déplacement personnel inspirant et riche en conseils. Son originalité voir le sujet traité par 15 auteurs et donc par 15 personnalités différentes dans lesquels chacun saura se retrouver. Ce découpage aussi rend facile d’accès cet ouvrage. Et puis j’ai apprécié qu’il ne soit pas que question de réussite à tout prix, plusieurs chapitres mettent en avant des valeurs humaines essentielles: la solidarité, le don, l’engagement, la générosité, la positive attitude…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Et puis je me suis détendue en BD avec tout d’abord L’intégrale de Benoît Brisefer par Peyo. Dégotée à tout petit prix sur Amazon ! (désolée elle a depuis réaugmentée ! )  aux Editions Caméléon. Une intégrale qui regroupe les 13 titres des aventures du  petit héros herculéen créé par Peyo. Benoît Brisefer est un petit garçon comme les autres. Enfin, pas tout à fait comme les autres… Il possède une force extraordinaire qui lui permet de soulever des charges très lourdes, de courir très vite, de sauter très haut et de souffler très fort. Cette particularité l’amène souvent à venir en aide aux autres. Mais Benoît a un talon d’Achille : lorsqu’il attrape un rhume, il perd toute sa force.

Mon loulou n’est pas encore en âge de le lire, mais il bave déjà dessus et le feuillette. J’ai adoré les pages en introduction expliquant les secrets de ce personnage et présentant un peu mieux ces auteurs . Un indispensable de toute bonne BDthèque.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Et puis IMMENSE- IMMENCE COUP DE COEUR ♥ ♥ pour les  2 BD de Pénélope Bagieu Culottées (tome 1 ) et Culottées ( tome 2), je vous en parlais dans Samedi en musique, j’ai découvert dans ces ouvrages des destins incroyables tantôt fantasques, tantôt tragiques ou inspirant le respect. Mes parents m’ont offert le premier pour Noël ( merci papa maman 😉 ), je n’ai pas su attendre pour découvrir le second et me le suis offert aussitôt ! Des présentations pleines d’humour, mais bien documentées, qui font des lectures de ces deux ouvrages un chouette moment à la fois ludique et didactique. A s’offrir le 8 mars par exemple 😉

Tome 1 : Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclats les préjugés.Quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin.

Tome 2 : Sonita, rappeuse afghane et exilée militante ; Thérèse, bienfaitrice des mamies parisiennes ; Nellie, journaliste d’investigation au XIXe siècle ; Cheryl, athlète marathonienne ; Phulan, reine des bandits et figure des opprimés en Inde… Les Culottées ont fait voler en éclat les préjugés. Quinze nouveaux portraits drôles et sensibles de femmes contemporaines qui ont inventé leur destin.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part  (*) de Sabrina Philippe aux Editions Eyrolles. Dans la trempe de Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une ( cf ma présentation ICI ), ce roman est à la fois un livre de déplacement personnel mais aussi un très joli roman qui m’a beaucoup touchée. J’ai été transportée par cette histoire racontée avec beaucoup de fluidité, de sensibilité et d’un brin de mysticisme. L ‘auteure Sabrina Philippe est psychologue. Chroniqueuse dans l’émission Toute une histoire, elle collabore désormais avec divers magazines et radios. J’ai été séduite par sa plume délicate et envoutante.

Elle est encore jeune, un peu connue, mais déjà lasse. Elle parle d’amour sur les plateaux de télévision, donne des conseils éclairés, mais peine à trouver du sens à sa propre histoire. Ses pas la guident malgré elle vers l’île Saint-Louis près de laquelle elle a emménagé après une rupture difficile. Dans un café de l’île, où elle a pris l’habitude de commencer ses journées, elle fait une rencontre qui va bouleverser sa vision du monde, de l’amour, et qui changera sa vie à jamais.  Elle a les cheveux blancs et les yeux clairs. Elle était journaliste. Elle a cherché l’amour dans les bras d’hommes qui l’ont plus ou moins aimée, jusqu’à ce que l’évidence d’une rencontre éclipse toutes les autres. Dans un café de l’ile Saint-Louis, elle est venue trouver la jeune femme qui parle d’amour pour lui transmettre son secret.  Lui a des boucles brunes et un regard noir. Il habite le même présent qu’elle, mais se souvient de temps anciens où ils se sont déjà rencontrés. Il sait qu’il ne peut pas l’aimer dans cette vie là, ou elle en mourra encore. Leur amour est au-delà de l’amour car elle et lui sont âmes surs. Ils se sont retrouvés dans ce café de l’île Saint-Louis, mais ils devront attendre encore toute une vie avant leur dernier voyage.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le parfum de l’Hellebore (*) de Cathy Bonidan aux Editions De La Martinière. Derrière les grilles du centre psychiatrique Falret, s’épanouissent les hellébores, ces fleurs dont on pensait qu’elles soignaient la folie. Est-ce le secret de Serge, le jardinier taciturne qui veille sur les lieux, pour calmer les crises de Gilles ? Toujours est-il que le petit garçon, autiste de onze ans, s’ouvre au monde en sa présence.  Deux jeunes filles observent leur étrange et tendre manège, loin des grandes leçons des médecins du centre. Anne a dix-huit ans, c’est la nièce du directeur. Fuyant un passé compromettant, elle a coupé tout lien avec ses proches, si ce n’est sa meilleure amie, avec qui elle correspond en cachette.  Elle se lie d’amitié avec Béatrice, malicieuse jeune fille de treize ans, qui toise son anorexie d’un œil moqueur, pensant garder le contrôle des choses.  Mais rien ne va se passer comme prévu.  Dans ce roman lumineux et plein d’espérance, les destins de chacun vont se croiser, entre légèreté et mélancolie. La vie réserve heureusement bien des surprises.

Un autre gros coup de cœur ♥. Le livre est scindé entre deux parties qui sont liées de façon très originales. La première partie nous emmène dans l’intimité de jeunes filles échangeant des lettres, écrivant un cahier secret et apportant à travers ces courriers ou écrits un témoignage sur les débuts de prise en charge de certaines maladies psychiatriques. La seconde partie se déroule longtemps après, les personnages qu’on y rencontre y sont écorchés vifs, mélancoliques, profonds et sensibles et m’ont beaucoup rappelé ceux d’Ensemble c’est Tout d’Anna Gavalda, des personnalités touchantes qui nous délivrent un message empreint d’amour et d’humanité.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les anges sans visage  (*) de Tony Parsons aux Editions de la Martinière. Nous sommes à Londres. Max Wolfe, enquêteur au coeur tendre, flanqué de sa petite fille et de son chien (un Cavalier King Charles), doit faire face de nouveau à la noirceur et la violence du Londres des beaux quartiers. Une famille aisée, bourgeoise, est retrouvée massacrée dans sa demeure du nord de la ville, le lendemain des fêtes du Premier de l’an. On retrouve les corps du père, de la mère, et de deux adolescents. Mais le plus jeune enfant manque à l’appel. A-t-il été enlevé ? Les victimes ont par ailleurs été assassinées avec un pistolet d’abattage, qui sert habituellement à tuer les gros animaux de boucherie avant qu’on ne les égorge à l’abattoir. Max Wolfe finit par retrouver la trace, grâce aux archives du Black Museum (le musée de Scotland Yard) d’un serial killer, qui, 30 ans plus tôt, utilisait cette arme pour son modus operandi. Mais « l’équarisseur » est aujourd’hui un homme grabataire, mourant. Impossible de penser qu’il a commis ces meurtres. Alors quoi, un copycat, un vulgaire imitateur ? Ou bien quelqu’un qui cherche, au contraire, à piéger l’ancien meurtrier ? 

Un thriller au suspens haletant, avec parfois certaines scènes difficiles ( âmes sensibles s’abstenir), le héros se trouve dans des situations parfois rocambolesques qui font perdre un peu de crédibilité au récit.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Un ouvrage à part et qui m’a énormément touché Mon secret (*)  de Niki de Saint-Phalle aux Editions La Différence.  Reparaît à l’identique « Mon Secret », ce court récit écrit d’une main d’enfant que l’artiste emblématique des « Nouveaux Réalistes » confia à La Différence en 1994. Niki de Saint Phalle y raconte le viol commis sur elle par son père, banquier digne et honorable, quand elle avait onze ans. Elle le raconte avec des mots simples, parce que le crime doit être dit, parce que le silence cautionne, parce que l’horreur est d’autant plus répandue quand elle est d’une manière ou d’une autre tolérée.

On ne peut qu’être sous le coup de l’émotion à la lecture de ce calvaire enduré, émotion décuplée par le fait que ‘ouvrage reproduit un cahier de l’auteure, on y retrouve une écriture pleine d’innocence, cette innocence qu’on lui a pourtant volée. Une lecture dont on ne ressort pas indemne et qui aide à mieux comprendre la personnalité et l’œuvre de l’artiste.

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Se soigner avec les plantes

27 Fév

Cet hiver n’a pas été des plus tendres avec nous entre grippe, rhume, grosse fatigue et varicelle !  J’ai donc lu avec beaucoup d’intérêt l’ouvrage suivant reçu des Editions Terre Vivante. Le sujet m’intéresse d’autant plus que pour accompagner ma perte de poids cet automne, mon médecin acupuncteur m’a prescrit un traitement homéopathique et phytothérapique qui m’a beaucoup aidée et boostée !

terre-vivante-2017-bbbsmum-3

Se soigner avec les plantes

de Sophie Bartczak

aux Editions Terre Vivante

Quatrième de couverture : Savez-vous que la tisane de ronce vient à bout du mal de gorge ? Que la valériane favorise un meilleur sommeil ? Que l’huile essentielle de romarin stimule la mémoire ? Découvrez dans cet ouvrage des solutions phyto simples et éprouvées, pour soulager plus de 30 maux : rhume, migraine, fatigue, troubles du sommeil, stress, mauvaise digestion, douleurs articulaires, problèmes de poids… Ces solutions sont proposées sous le contrôle d’une douzaine des meilleurs spécialistes en phytothérapie du moment – médecins, pharmaciens, chercheurs. Chaque conseil est facile à suivre, à partir de produits aisément disponibles. Un guide d’automédication pour toute la famille (hommes, femmes, enfants, sportifs, seniors), très accessible et indispensable au quotidien, pour avoir LA réponse phyto toujours sous la main !

L’ouvrage est construit autour de 5 chapitres, le premier est consacré aux rhumes et infections, le second au stress et à la fatigue, le 3ème aux petits maux du quotidien ( problèmes digestifs, allergies…), le 4 ème est consacré aux aides beauté ( perdre du poids, cellulite…) ainsi qu’à la trousse de secours des petits et de quoi soulager acné et eczéma. Enfin le dernier donne des conseils pour les séniors. Dans la partie consacrée à la perte de poids j’ai retrouvé le traitement que je prends (teintures mères d’orthosiphon, fucus, gurana et myrtille), j’ai ravitaillé ma pharmacie de maison avec notamment de l’huile essentielle de ravintsara, citron, eucalyptus et pin pour aborder sans rhume le printemps et mes placards d’aliments bienfaisants et protecteurs  comme les baies de goji, ail, curcuma et miel ! Je vous recommande cet ouvrage, plein d’astuces et très facile à utiliser au quotidien !

terre-vivante-2017-bbbsmum-4

Merci aux Editions Terre Vivante

Pour vous procurer cet ouvrage un clic sur la couverture ci-dessous

Miranda Chatoumiaou ( un roman sur la dyspraxie)

17 Jan

Vous le savez peut-être si vous suivez ce blog, je suis enseignante spécialisée; 17 ans que je suis enseignante, et 14 ans que je me consacre aux enfants en situation de handicap ou malades. Parmi les sujets sur lesquels j’adore échanger, il y a les troubles DYS et notamment la dyspraxie et les troubles visuo-spatiaux.  C’est avec grand intérêt que j’ai donc découvert un petit roman à proposer aux enfants dès 7/8 ans ( il fait 64 pages) présentant ce handicap invisible qu’est la dyspraxie.

miranda-chatoumiaou-58

Miranda Chatoumiaou

de Sylvie Reynard-Candie

illustré par Clerpée

aux Editions d’un monde à l’autre

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

L’histoire est racontée par Miranda Chatoumiou une chatte qui se trouve géniale, exceptionnelle et très spéciale ! Miranda est la confidente de Justine, sa petite maîtresse adorée. La fillette lui confie ses difficultés à l’école, les remarques de son enseignante sur sa lenteur et les moqueries qu’elle subit parce qu’elle est dyspraxique. A l’approche de la rentrée scolaire, Justine est triste. Heureusement, le jour J, elle fait la connaissance d’Abi, une nouvelle élève…

Ce roman aborde donc le thème des difficultés scolaires et plus spécifiquement celles dues à la dyspraxie.

J’ai été très touchée par le livre, car je l’ai trouvé à la fois drôle et tendre mais aussi sans tabous ! On parle du passé scolaire difficile de la fillette avec un cahier plein de rouge, parce que malheureusement trop d’enseignants méconnaissent ces troubles ( et là je me suis retenue de faire grrrrr croyez-moi), on réexplique à quel point ces enfants sont intelligents mais peuvent peiner dans l’alignement des calculs, on y découvre aussi de quelques astuces pour aider les enfants dyspraxiques (pas de lignage séyès, alléger les tâches d’écriture…), le tout sous fond d’une belle histoire d’amitié entre 2 fillettes, mais aussi de la complicité entre une petite maîtresse et son animal qui n’a pas s alangue dans sa poche !

En fin d’ouvrages, quelques 4 pages informatives nous expliquent la dyspraxie mais aussi les autres troubles dys.

A faire lire aux petits dys et leur entourage pour les rassurer et leur rappeler à quel point ils sont formidables et extra-ordinaires et puis à tous les autres pour les aider à comprendre ce handicap invisible.

miranda-chatoumiaou-bbbsmum-2 miranda-chatoumiaou-bbbsmum-1

Merci aux Editions d’un Monde à l’Autre

Pour vous procurer ce petit roman un clic sur le titre

%d blogueurs aiment cette page :