Archive | Les lectures de BBB’s mum RSS feed for this section

Mes lectures de maîtresse – Automne 2019

22 Oct

Je vous avais promis de vous parler de mes lectures d’enseignante spécialisée

je profite des vacances pour honorer ma promesse

d’autant que depuis cet été j’ai lu des ouvrages passionnants 

qui intéresseront autant les professionnels de l’éducation que les parents !

C’est part pour une petite revue de presse des titres à ne pas manquer !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

100 idées pour gérer sa classe de Alain Corneloup aux Editions Tom Pousse : 100 idées pour aider tous les professeurs des écoles qui rencontrent des difficultés de gestion de leur classe : qu’ils soient débutants et prennent leur première classe ou qu’ils soient expérimentés et pourtant rencontrent des difficultés ponctuelles. Chaque proposition est le fruit d’une longue expérience au sein de l’école. Chacune a été observée, pratiquée, testée et contrôlée par l’auteur dans sa pratique ou dans l’observation et l’accompagnement des professeurs qu’il a formés. Comment gérer ma classe, comment m’adapter au milieu, comment prendre en compte tous les éléments qui gravitent autour de la classe… autant de questions auxquelles ce livre tente de répondre et de provoquer une réflexion du lecteur sur sa propre pratique. 100 idées de bon sens ou fonctionnelles sous la forme de conseils, de réflexions, de savoir-faire, de savoir-être et même de moyens simples pour éviter que le professeur des écoles se trouve dans des situations où la gestion de la classe prend le pas sur la transmission de connaissances. 100 idées qui intéresseront aussi les parents et tous ceux qui prennent en charge les écoliers afin de mieux comprendre ce que l’école attend d’eux et peut leur apporter. Il est important que l’enseignant puisse compter sur l’appui et la compréhension du milieu familial pour gérer au mieux sa classe.

Alain Corneloup est aujourd’hui responsable pédagogique des journaux quotidiens pour enfants Mon Quotidien et Le Petit Quotidien). Au cours de sa carrière dans l’Éducation nationale, ses rôles de maître formateur, de conseiller pédagogique, de directeur de l’école annexe de l’IUFM de Paris et enfin de responsable pédagogique d’un IUFM privé, l’ont amené à conseiller, accompagner, former de très nombreux professeurs des écoles.

Vous aurez reconnu une collection dont je vous ai souvent parlé sur le blog. C’est clairement l’ouvrage que je recommanderai à un (e) jeune collègue en recherche d’un support pour débuter l’exercice de ses fonctions. Qu’il s’agisse de tenue de classe, d’organisation, de différenciation, de travail d’équipe, tous les sujets essentiels sont ici traités avec des clés claires et pertinentes.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

L’éducation positive dans la salle de classe de Soline Bourdeverre-Veyssiere aux Editions De Boeck Supérieur : On entend beaucoup parler de l’éducation positive et de ses vertus, réelles, mais rarement de la façon de l’appliquer concrètement dans la salle de classe. Soline Bourdeverre-Veyssiere, riche de son expérience d’enseignante et d’autrice, s’appuie sur les recherches pédagogiques et neuroscientifiques les plus récentes pour vous aider à développer une pédagogie qui s’adresse autant au cœur et aux émotions de l’enfant qu’à sa tête. Qu’est-ce que la bienveillance exactement ? Comment favorise-t-elle l’autonomie des élèves ? Comment l’appliquer en classe malgré les inévitables moments de tension ? Truffé d’exemples tirés de la vie quotidienne et de situations de classes réelles, cet ouvrage vous donne des outils pratiques pour substituer les encouragements aux punitions, rompre les dynamiques de lutte de pouvoir. Astuces et solutions ponctuent les apports théoriques de l’ouvrage.Vous, enseignants, êtes celles et ceux qui connaissez le mieux vos élèves : c’est là le point de départ de cet ouvrage qui vous donnera les clés pour appliquer concrètement les principes de l’éducation positive.

Un coup de cœur pour ce titre sur l’éducation positive qui livre avec moults exemples de nombreux conseils et dont la lecture est particulièrement agréable avec des schémas, des essentiels, des zooms, des boîtes à outils. Je n’ai pas été surprise de trouver dans la bibliographie de l’auteure des références que j’adore :  Filliozat, Akoun & Pailleau, Alvarez, Guegen

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Dessine-moi une école où il fait bon vivre – L’expérience d’un professeur qui change l’école de l’intérieur de Cédric Forcadel aux Editions Vuibert : Au travers de 15 chroniques délicieusement écrites, abordant des sujets faisant débat tels que les rythmes scolaires, la place des parents dans l’école, la formation des enseignants, les écrans… Cédric Forcadel tord le cou aux idées reçues sur l’école. Il nous invite, nous enseignants, nous parents et nous citoyens, à un voyage en pédagogie, tiré à la fois de son expérience singulière d’enseignant et de directeur d’école publique près de Rouen, ainsi que des apports des sciences de l’éducation et notamment des pédagogies alternatives. Son objectif ? Défendre une certaine vision de ce que devrait être l’école publique au quotidien : apprendre tout en s’épanouissant, apprendre tout en vivant en harmonie avec les autres, apprendre tout en s’ouvrant au monde, apprendre en contribuant à construire une société démocratique, égalitaire et fraternelle.

Un livre à la fois de réflexions et de témoignages d’un enseignant pas comme les autres ! J’ai parfois la désagréable sensation de rencontrer de plus en plus de collègues perdant foi en notre beau métier, j’ai envie de leur faire lire cet ouvrage pour leur redonner confiance et l’envie de se battre pour nos enfants et notre institution.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Transmettre l’essentiel à l’école (et à la maison): pour construire un monde sain, heureux et solidaire d’ Isabelle Servant aux Editions Eyrolles : Que devraient apprendre nos enfants à l’école ? Comment aider nos enfants à grandir et à s’épanouir sereinement, ensemble ? Que doit-on leur transmettre en priorité ? Pour quel projet de société, d’humanité ? Quel est le rôle des parents ? Et celui de l’école ? Comment mieux former, préparer, soutenir les enseignants dans ce métier si passionnant, si précieux (mais si difficile aussi !) ? Comment impliquer les parents et mieux les préparer à ce rôle de parent… d’élève ? Posé autrement, quel est cet « essentiel » ou ces essentiels (savoirs, savoir-faire, savoir-être, valeurs partagées, expériences…) qui devraient être transmis via l’école, c’est-à-dire indépendamment des différences familiales, pour leur permettre de tendre ensemble vers un monde sain ? Ce livre pose 30 compétences fondamentales et émancipantes puis donne la parole à des personnes engagées depuis longtemps dans une éducation de sens, humaniste, pragmatique. Parmi les contributeurs : Isabelle Peloux, Sophie Rabhi, Caroline Sost, Kevin Finel, Ramin Farhangi, Antonella Verdiani, Catherine Gueguen, Isabelle Pailleau et Audrey Akoun, Isabelle Filliozat, Ken Robinson, Éric Julien.

Enorme coup de ♥ pour ce titre qui met en mots l’école dont je rêve en déclinant 30 compétences  (10 permettant de développer une relation saine à soi-même, 10 sur a construction des apprentissages et 10 sur les compétences relationnelles face au monde et aux autres ). Une présentation lumineuse et ludique, de nombreux QR codes pour aller plus loin. Un ouvrage à la fois motivant et inspirant porté par le bel optimisme de sfervents défenseurs de la pédagogie positive ! ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Mon enfant est heureux à l’école: L’aider à s’épanouir de la maternelle au CE2 de Gabrielle Sebire & Cécile Stanilewicz aux Editions Eyrolles : De la maternelle au CE2, c’est-à-dire du cycle1 au cycle 2 des apprentissages, l’enfant découvre un nouveau cadre, un nouveau rythme, et vit une étape déterminante de sa scolarité. Pour vous, parent, de nombreux doutes et interrogations se font jour : comment faire pour qu’il se socialise et trouve sa place dans le groupe ? Comment l’aider à gérer ses émotions hors de la maison et construire son autonomie ? Comment lui donner confiance en lui au plan scolaire et l’accompagner dans ses apprentissages ? Cet ouvrage qui fait la part belle aux activités et exercices à effectuer en famille, a pour objectif d’accompagner l’enfant et ses parents dans cette transition afin que son parcours à l’école lui permette de s’épanouir.

Un ouvrage à destination des parents pour accompagner leur enfant dans sa scolarité avec bienveillance que ce soit dans les apprentissages, les relations aux autres ou à soi-même. Comme le précédent j’ai beaucoup apprécié la présentation colorée et très accessible. On y trouve des astuces, conseils, des témoignages d’autres parents qui rassurent et en fin d’ouvrages quelques activités ou fiches détachables qui seront bien utiles à la maison ( memo pour apprendre ou pour se concentrer, routines, missions, emplois du temps, mots à utiliser pour l’estime de soi..)

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

J’ai des DYS dans ma classe ! Guide pratique pour les enseignants de Marjorie Camus-Charron et Michel Habib aux Editions De Boeck Supérieur : Cet ouvrage explique comment les apprentissages fondamentaux, lecture, écriture et calcul, se construisent et comment répondre aux troubles dys par une pédagogie adaptée. Avoir des dys dans sa classe est tout à la fois une banalité pour certains et une énigme pour beaucoup. Premier à constater les difficultés de l’enfant, l’enseignant est aussi le mieux placé pour en informer les parents. Le rôle de l’enseignant est donc crucial dans le repérage des troubles dys d’autant qu’il est le seul capable d’amorcer les premiers ajustements pédagogiques pour préserver la progression scolaire de son élève. Mais pour les repérer et agir de façon appropriée, encore faut-il comprendre ces troubles dys ! Illustré de nombreuses situations de classe, regorgeant de solutions à adapter à votre pratique quotidienne et au cas particulier de vos élèves, ce livre vous aidera à envisager les troubles dys sans dramatiser et pour le plus grand bien de la classe.
Marjorie Camus-Charron et Michel Habib passent en revue les grands domaines où s’expriment les difficultés de l’enfant dys : lecture et écriture, langage oral, compétences numériques, mémoire, coordination, sans oublier les troubles de l’attention, l’hyperactivité et les élèves à haut potentiel.

Un ouvrage d’une très grande clarté et très complet qui apportera une aide précieuse et efficace aux enseignants accueillant des enfants dys dans leurs classes. Après un éclairage sur le diagnostic chaque chapitre se consacre à un trouble particulire pour mieux guider les enseignants. Vous y trouverez donc tout ce sont vous avez besoin si vous accueillez un enfant souffrant de dyslexie, dysorthographie, dysphasie, dyscalculie, troubles de l’attention, troubles de la mémoire, troubles mixtes des apprentissages, dyspraxie… etc

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

100 activités pour enfants DYS 100 activités pour enfants DYS de Cécile Zamorano et Françoise Chée aux Editions Nathan : Un guide pour accompagner son enfant dys dans ses apprentissages, de la maternelle au collège
1 enfant sur 10 est atteint de troubles dys. Sous ce terme générique, on regroupe l’ensemble des troubles cognitifs spécifiques ainsi que les troubles des apprentissages qu’ils induisent. Ce livre, divisé en plusieurs segments (sons, vocabulaire, motricité, écriture, lecture, vie pratique…) propose 100 activités adaptées aux enfants dys pour améliorer leur quotidien, à l’école comme à la maison. Un livre complet qui s’adresse à tous les types de dys- : dysphrasie, dyscalculie, dyslexie, dysphasie…

Je trouve ce titre très complémentaire du précédent, il est lui aussi bourré de conseils, de recommandations et contient également du matériel pédagogique à télécharger gratuitement pour une utilisation en classe ou à la maison.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

J’Eveille Mon Enfant à la Musique de Dominique Habellion aux Editions Jouvence  : L’objectif de cet ouvrage est de vous guider, vous les parents , dans l’accompagnement de vos enfants à travers la sensibilisation, l’éveil et la découverte de la musique, tout en respectant leur équilibre personnel. Rassurez-vous, vos enfants peuvent être heureux et faire de la musique même si vous n’êtes pas musiciens ! Exercice 1 : Dès la période prénatale , votre premier souci devra être de créer une atmosphère apaisante pour votre enfant et pour vous même.
Pour ce faire, il est plutôt conseillé de diffuser une musique calme et douce à des instants-clés de votre rythme familial. Cette écoute ritualisée va progressivement devenir familière donc rassurante. La musique, si épanouissante et merveilleuse soit-elle, peut parfois rebuter certains enfants, par crainte du solfège ou par lassitude d’une nécessaire répétition… Pourtant, en les sensibilisant dès leur plus jeune âge à la musique et cela dès la grossesse ! , il est possible d’inverser la tendance et de donner le goût des sons et des rythmes aux enfants, durablement. Dans cet ouvrage, l’auteur vous propose une sensibilisation musicale naturelle et sereine à travers des situations rythmiques et sonores simples et ludiques. Les « dispositifs » et les conseils qui vous sont proposés sont accessibles à tous sans aucune connaissance musicale préalable. Ils s’appuient sur votre désir de faire découvrir à votre enfant l’univers magique de la musique, à travers des jeux et des expérimentations. Organisé par tranches d’âge, ce livre suit les pas du nouveau-né, du bébé et de l’enfant, afin de l’accompagner dans sa découverte, jusqu’à, peut-être, sa décision de pratiquer un instrument en particulier, pour son plus grand bonheur et celui des oreilles de votre famille !

Parce que la musique est au cœur de notre vie de famille, j’ai eu un vif intérêt pour ce titre ! J’ay ai pioché de sidées d’activités à reproduire à la maison mais aussi auprès de mes petits élèves.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Communiquer et jouer par signes avec mon enfant: 50 activités dès la naissance de Julie Cottencin Bourgeois et Delphine Gilles Cotte aux Editions Eyrolles : Communiquer sans parler, c’est possible, grâce à la langue des signes. Ce livre d’activités vous propose de découvrir ce langage dès la naissance, en jouant avec votre enfant. Ludique, il s’articule autour de 8 chapitres thématiques. Dans chaque chapitre, l’enfant découvrira une vingtaine de signes grâce à des propositions variées : des comptines, des jeux, du bricolage, des contes… L’adulte y trouvera aussi des éléments pour se familiariser avec cette pratique : des astuces, des citations, des témoignages de parents. L’ensemble de l’ouvrage est illustré de photos et de dessins. Il présente au total environ 200 signes.

J’ai peu exploité le langage « bébé signe » avec mon fils petit mais ce mode de communication est de plus en plus au cœur de ma pratique professionnelle et mes collègues orthophonistes sont d’extraordinaires formatrices dans ce domaine. J’ai beaucoup aimé ce titre et son découpage autour de 8 thèmes chers aux tout-petits. Le petit bonus les QR codes qui permettent de découvrir des fichiers vidéos pour aller plus loin. Un ouvrage essentiel pour toux ceux qui veulent signer avec les enfants à la maison ou dans leur contexte professionnel.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les livres ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

3 albums sonores et musicaux (Editions Gründ)

15 Oct

Ce soir, je vous propose 3 jolis ouvrages sonores des Editions Gründ ! Des ouvrages qui émerveilleront les tout-petits lecteurs et musiciens en herbe et qui feront aussi de jolis cadeaux ( c’est typiquement ce que j’aime offrir pour une naissance, un baptême, un anniversaire de tout-petit…) 

 

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Mon premier livre de comptines, chansons et berceuses (avec CD) de Rosalinde BONNET, Severine CORDIER et Olivia COSNEAU : Un livre CD (+ QR code) qui regroupe 25 chansons, comptines et berceuses qui accompagneront l’enfant dans sa découverte des classiques au fil des années. On retrouve ainsi les traditionnelles  » Une souris verte  » ou  » Les crocodiles  » mais aussi des berceuses pleines de charme :  » Un grain d’or  » ou  » Dodo l’enfant do  » Les illustrations variées, tendres et drôles accompagnent ce voyage musical.

Un bonheur de retrouver des grands classiques de la chanson enfantine et de faire quelques tendre découvertes ! On aime les intercalaires qui séparent les genres présentés et la tendresse des illustrations.

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Mes premières notions sonores de Julie MERCIER : Un super imagier avec 20 puces sonores ! Au fil des pages de cet imagier unique, le tout-petit retrouve les principales notions : les couleurs, les chiffres, les formes, les lettres, les bruits en image mais aussi en son. Les 20 puces sonores l’invitent à apprendre les mots associés aux illustrations. Un excellent outil d’apprentissage illustré avec tendresse et humour par Julie Mercier.

Un imagier sonore pour enrichir le lexique et les connaissances des très jeunes enfants ! Un univers rond, doux et coloré parfait pour les tout-petits curieux !

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Mes plus belles chansons sur Paris (sonore + leds) de Aurelie GUILLEREY : Sur chaque double page, chaque scène prend vie grâce à une puce sonore qui déclenche aussi une surprise lumineuse : les lumières dansent au rythme des musiques. On débute cette journée avec « Il est cinq heures, Paris s’éveille » de Jacques Dutronc. On prend le métro avec « Le poinçonneur des Lilas » de Serge Gainsbourg. On se balade aux « Champs-Élysées » et on chante « La complainte de l’heure de pointe » avec Joe Dassin. Que serait Paris sans « La Tour Eiffel » et « I love Paris » de Cole Porter qui complètent cette journée à Paname ! Un livre  » sons et lumières  » pour une balade à Paris !

Un bel album qui rend un bel hommage à Paris ! Les lumières scintillantes sont fascinantes pour les petits ( comme pour les plus grands d’ailleurs), mais ce que j’aime par dessus tout c’est que les titres proposés sont en version originale par leurs interprètes d’origine ! Parce qu’on est pas obligé de ne faire écouter que  des comptines aux petits ! Les illustrations d’Aurélie Guillerey sont adorables et pleines de vie… comme Paris ! Mon coup de ♥ de cette sélection !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou couvertures !

Merci aux Editions Gründ
 

 

Tout le monde à table ! (Editions La Joie de Lire)

14 Oct

Ce soir, je vous propose un ouvrage qui propose de s’ouvrir au monde et aux autres en s’intéressant à leurs assiettes !

 

Tout le monde à table !

de Alexandra Maxeiner et Anke Kuhl

Editions La Joie de Lire


Après La Famille dans tous ses états et Tout le monde est là ? voici un nouveau documentaire plein d’humour sur la nourriture et notre rapport parfois compliqué avec notre assiette. Selon notre nationalité, selon où l’on se trouve dans le monde, on ne mange pas la même chose. Si en Chine, par exemple, il n’est pas rare de manger du chien, ceci est tout simplement inconcevable en Europe. Les Français, eux, mangent des grenouilles, chose qui dégoûte nos voisins. En Inde, les vaches sont sacrées alors que chez nous elles sont élevées pour être mangées. Certaines personnes sont végétariennes, ou végétaliennes, d’autres raffolent de la viande. Tout est une question de goût, de tradition, d’environnement, de culture. Les goûts d’ailleurs varient avec l’âge… Mais outre le contenu de nos assiettes, la façon de manger est très différente selon les pays et même selon les familles. Certains prennent leur repas ensemble, d’autres seuls devant la télévision, debout, sur le pouce ou par terre… Et la nourriture peut aussi être source de souffrance. Certaines maladies peuvent survenir si nous nous alimentons mal, nous pouvons aussi souffrir de problèmes digestifs. Notre mental intervient aussi beaucoup dans notre rapport à la nourriture. Bref, la nourriture est au centre de nos vies !

Un documentaire plein d’originalité à présenter aux enfants de plus de 6 ans et qui partant du thème de l’alimentation balaye des sujets très larges tels que les chaînes alimentaires, les aspects historiques, des faits culturels nous permettant de découvrir les habitudes alimentaires d’autres populations, de données écologiques, les régimes alimentaires, les goûts, les problèmes de santé ou psychologiques liés à l’alimentation… C’est une petite mine d’informations, de conseils le tout abordé avec humour et bienveillance !

Pour vous procurer cet ouvrage

un clic sur le titre ou la couverture !

Merci aux Editions La Joie de Lire
 

 

20 histoires pour vivre ensemble (Père Castor Flammarion)

12 Oct

Je vous présente un ouvrage qui intéressera autant les parents que les enseignants pour aborder avec les enfants de 8 à 10 ans des thèmes importants pour notre société et pour mieux vivre Ensemble.

 

 20 histoires pour vivre ensemble

de Pierre Gemme et Jules

Editions Père Castor Flammarion

Dans la classe de Madame Angèle, ils sont vingt. Vingt enfants aux origines et caractères divers. Au coeur des disputes, des discussions, des interrogations, il y a : Louane, en fauteuil roulant. Fatou, originaire du Cameroun. Eric, en surpoids. Brenda, qui aime bien commander…

Sexisme, racisme, harcèlement, handicap, égalité filles-garçons, défense de l’environnement, gens du voyages, relatiosn entre générations, vol, rapport aux écrans, religion, violences, droits de l’enfant… Vingt thèmes sont abordés et encouragent la tolérance, la solidarité, l’empathie… A lire comme un grand roman, ou en choisissant une histoire pour aborder un sujet en particulier.

Pour chaque thème (repéré sur le côté par une tranche de couleur), nous découvrons une petit histoire mettant en scène cette notion sur 4 à 6 pages; puis l’ouvrage nous propose d’en savoir plus avec des informations documentaires pour éclairer un peu plus cette notion, des quizz, vrai-faux, tests ou des questions ouvertes pour engager les enfants dans le débat et dans des actions pour mieux vivre ensemble. Comme je l’écrivais en préambule c’est un ouvrage qui me semble aussi intéressant à exploiter en classe qu’à la maison, qui permet de comprendre bien des choses, qui incite à réfléchir et à faire avancer nos petits vers un monde plus juste et tolérant. J’ai beaucoup apprécié la diversité des sujets traités en un seul ouvrage, le tout avec beaucoup de cohérence puisqu’on suit la même bande de copains d’histoire en histoire ! Un indispensable de toute bonne bibliothèque jeunesse !


Pour vous procurer cet ouvrage

un clic sur le titre ou la couverture !

Merci aux Editions Père Castor Flammarion
 

 

Mes lectures de septembre 2019

30 Sep

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !


Bilan  de ce moi de septembre 2019 10 ouvrages :

2 romans, 1 ouvrage parodique et 7 bandes-dessinées !

(J’ai lu également pas mal d’ouvrages plus axés sur mon travail d’enseignante,

je vous en parlerai dans un autre billet.)

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Un Ete Sous les Etoiles (*) de Cristina Triana aux Editions Jungle : Comme chaque été, Olivia passe ses vacances dans le village de ses grands-parents à sortir avec ses amis. Tout semble indiquer une année identique aux autres. Mais cet été, Olivia sent bien que rien n’est pareil… D’abord, une équipe de télévision s’est installée dans le village à la recherche d’événements surnaturels, ce qui enthousiasme Olivia, mais aussi, entre ses amis de toujours, les choses ont changé et notamment Dani, qui semble la regarder un peu différemment…

Une BD qui parlera aux adolescents puisqu’elle parle d’amitié, des premières amours, des bandes de copains, de la relation à la famille à cette période sensible, le tout avec un peu de légèreté apportée par l’énigme d’une potentielle présence extraterrestre.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Rouge passé – Histoire d’une rédemption (*) de Gonzague Tosseri et Nicola Gobbi aux Editions Steinkis : Italie, années 1970. Années de plomb. Décennie mortifère où le terrorisme d’extrême gauche répond à celui de l’extrême droite. Jeune femme révoltée, Anna Laura Braghetti rejoint les Brigades rouges en 1977, et participe, pour sa première mission, à l’enlèvement d’Aldo Moro, figure majeure de la scène politique italienne. Le 12 février 1980, la lutte armée la conduit à assassiner Vittorio Bachelet, vice-président du Conseil supérieur de la magistrature. Condamnée à perpétuité, elle entame un long chemin vers la réconciliation, aidée du père Adolfo Bachelet, le frère de sa victime…

Une BD qui m’a énormément touchée, Anna Laura semble être une jeune femme comme les autres, mais ses convictions la font basculer dans le terrorisme ! Son cheminement et surtout le pardon du frère de sa victime sont de très belles leçons de vie !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La vie hantée d’Anya (*) de Vera Brosgol aux Editions Rue de Sèvres : La vie d’Anya est un vrai cauchemar. Une famille « gênante », des rondeurs mal placées, et un accent russe qui complique considérablement son intégration au lycée. Pour couronner le tout, la voilà qui dégringole dans un puits où elle tombe nez à nez avec un fantôme. C’est Emily, tombée là elle aussi quelques décennies plus tût. En l’aidant à sortir du trou puis en lui donnant de précieux conseils, Emily devient vite la meilleure amie d’Anya. Enfin, c’est ce qu’elle croit… Les intentions d’Emily ne sont peut-être pas aussi bienveillantes qu’il ne paraît, et elle va bientôt se révéler être un fantôme bien encombrant.

Une BD originale qui mêle une histoire fantastique à une problématique d’adolescence, sur l’acceptation de soi, son intégration avec les autres ouquand le poids de sa culture d’origine semble trop lourd. J’ai aimé retrouver le trait de crayon de Vera Brogsol découverte avec Un été d’enfer.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Graines de bandits (*) de Yvon Roy aux Editions Rue de Sèvres : Nous sommes en Amérique et le calendrier affiche 1973. Par ici, la modernité vient tout juste d’arriver. Pourtant, il suffit de s’éloigner de la ville de quelques centaines de kilomètres pour reculer de plusieurs décennies. Tout est contraste, tout est neuf ou inexploré, tout semble possible. C’est dans ce contexte que deux jeunes parents quittent la ville avec leurs deux fils pour s’installer en campagne dans le but avoué de fuir la modernité. Cependant, rien ne se passe comme prévu et le climat familial se détériore rapidement. La seule option pour les deux frères est de fuir. Fuir chaque jour les violences parentales vers les champs et les bois, pour s’inventer une autre existence. Dans ce petit village perdu, à force d’aventures, de mauvais coups et d’amours d’été, c’est toute la vie qui leur sera révélée.

J’ai passé ces derniers mois de longs moments à décortiquer la précédente BD d’ Yvon Roy sur l’Autisme pour mes études. C’est donc avec grand intérêt que je découvrais ce nouveau titre. J’ai été bouleversée par ce texte, qui se présente sous des erreurs de souvenirs d’enfance et nous délivre au final un témoignage très fort mais pas pathos sur les désillusions d’un couple qui finissent par égratigner toute la famille avec parfois injustice et violence.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Chatons contre Dinosaures Tome 1 (*) de Davy Mourier , Stan Silas et Valérie Sierro aux Editions Jungle : Éva vit une vie tranquille à St Malo et aujourd’hui est un grand jour, c’est son anniversaire ! Son père adoré lui offre pour l’occasion trois chatons : Attila, Atom et Athéna. Ils sont décidément trop rigolos ces chatons… à croquer ! Mais, le lendemain matin, tout semble aller de travers : son père a disparu et des dinosaures ont envahi la ville ! Éva part donc à sa recherche, elle traverse la ville poursuivie par des dinosaures. Heureusement, les trois chatons ne sont en réalités pas de simples chats… Ensemble ils vont découvrir ce qu’il se trame…

Une BD familiale rigolote qui bien évidemment m’a été piquée par mon 7 ans ! Une BD qui a un côté manga et qui fait d’ailleurs de nombreux clins d’œil à cette culture. C’est rythmé et un brin loufoque, un chouette divertissement pour petits et grands.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les petits mythos – Tome 10 – Vainqueur par chaos (*) de Christophe Cazenove et Philippe Larbier chez Bamboo Edition : Les Petits Mythos en entendent parler presque tous les jours, mais peu ont eu l’opportunité de s’y rendre. C’est officiel, nos héros vont visiter le fameux mont Olympe et découvrir l’histoire de leurs ancêtres à tous ! Chaos, Gaia, Ouranos, Cronos, les titans et les géants sont au programme de cet atelier découverte à la sauce Mythos.

La mythologie grecque est revisitée avec un humour légendaire dans cette série ! C’est LA BD qui est passée sur nos trois chevets pendant ce mois ! Et c’est non sans mal que j’ai réussi à la récupérer quelques heures pour vous écrire cette chronique ! En effet, mon 7 ans est fasciné par ces histoires, et nous, les parents, nous régalons à redécouvrir de façon humoristique toutes ces légendes étudiées dans notre scolarité ! Une série que nous avons très envie de compléter dans notre BDthèque !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Chaplin en Amérique (Tome 1) (*) de de David François et Laurent Seksik aux Editions Rue de Sèvres : Salut, l’Amérique ! Je suis venu te conquérir ! Il n’est pas une femme, un homme, un enfant, qui n’aura pas mon nom aux lèvres ! Laurent Seksik et David François explorent la vie tumultueuse de l’un des plus grands artistes de tous les temps dans un triptyque intimiste et flamboyant.

C’est le premier tome d’une belle série annoncée en 3 tomes. On y découvre toute la complexité du personnage de Chaplin, son côté obscur mais aussi l’étendue de son talent et surtout sa ténacité incroyable pour réaliser son rêve. De Chaplin, je connaissais le gaffeur et facétieux Charlot, ou le tendre et délicat Calvero des Feux de la rampe, un film qui a marqué mon enfance. Je suis ravie d’en savoir un peu plus et j’ai vraiment très hâte de découvrir la suite annoncée pour 2020.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


ParentsProfs Tome 2 (*) de Stéphane Grulet et Boualem Aznag aux Editions Jungle : ParentsProfs s’attaque une fois de plus avec humour et dérision à des sujets brûlants dans le monde de l’éducation : enquête sur le désir pédagogique après 40 ans, zoom sur l’essor des neurosciences avec, en exclusivité, l’imagerie cérébrale d’un enseignant, utilité de l’autohypnose devant un parent mécontent. Les auteurs nous plongent dans les coulisses de révélations choc : la vérité sur le salaire des profs, les secrets du cartable d’un élève de CE1… Avec des tutos (comme le pédago faux-pas, tout ce qu’il faut pour rester tendance et plaire au ministre), un portrait intimiste de prof au bout du rouleau de PQ, des invités de prestige mais aussi des quiz pour enfin rire avec son inspecteur.

J’avais adoré le tome 1; le second est tout aussi génial ! A la manière d’un magazine entre Biba et Psychologies, cet ouvrage aux parodies absolument géniales et dénonce quelques aberrations de notre système éducatif ou des réalités des cours de récré et de salles des profs ! C’est bien simple je le conseille à tous mes proches enseignants et même parents !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

C’est simple, ma vie est compliquée de Lydie Bordenave aux Editions Vents Salés : Eva Brodemy, gourmande, au physique quelconque et à la trentaine fraîche, comble sa solitude avec ses deux nouveaux poissons rouges mais rêve du prince charmant et de mariage féérique ! Perle de naïveté et reine de l’introspection, elle doit affronter au quotidien un monde froid et bien éloigné du sien : celui de la finance et de la banque. Entre un chef d’agence autoritaire et un milieu hostile à ses idéaux, elle compose avec l’arrivée d’un séduisant stagiaire. Tout pourrait s’arrêter là, si certains de ses collègues ne semblaient pas vouloir lui gâcher la vie… ou la lui rendre plus trépidante ! Avec Apolline, sa meilleure amie parfaite mais paumée, et Chris, son ami d’enfance à l’odorat aussi développé que son goût pour les garçons, ils forment un joyeux trio qui ne manque jamais une occasion de partager un verre ! Femme fleur bleue et gaffeuse, Eva nous entraine, malgré elle, dans une enquête rocambolesque ! Une aventure des temps modernes, où l’humour et l’amour ne sont jamais bien loin !

Je suis obligée de vous dire que cet ouvrage est une pépite car l’auteure possède des photos de moi en peignoir-tongs-charlotte en mode curiste-thermal !!! :- Blague à part, j’avais très hâte de découvrir le roman de Lydie, dont j’aime l’humour,  le sens de la répartie et de l’auto-dérision ! Son roman est à son image et je l’ai véritablement adoré ! C’est frais, drôle, rythmé, l’héroïne a tout de la super copine avec qui on ferait bien des soirées Cheese & Wine, c’était un vrai bonheur de retrouver chaque soir Eva dans cet excellent Feel-Good à mettre dans vos wish-lists . Lydie je te souhaite beaucoup de succès, je croise les doigts pour qu’un éditeur publie très vite ton second roman afin que tu puisses te consacrer au troisième, j’ai tellement hâte de te relire  !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦



Avec toutes mes sympathies d’Olivia de Lamberterie aux Editions Le livre de Poche : Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire. Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste.

Je crois que je n’avais jamais lu quelque chose d’aussi délicat sur le deuil depuis Khalil Gibran. C’est un texte fort, poignant, authentique, sans concessions qui passe de la colère à la lumière. Une lecture qui vous hante quelques jours encore une fois les dernières lignes parcourues.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous trouverez bien d’autres idées, j’en suis sûre, parmi les lectures de septembre de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec  * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de juillet et août 2019

9 Sep

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !


Bilan  de cet été 2019 14 ouvrages :

dix romans et quatre bandes-dessinées !

Bon en fait c’est un petit peu plus 😉 , mais il y a eu aussi pas mal de romans ados présentés au fur et à mesure dans ma série de billets #unlivreunjourété2019bbbsmum ! N’hésitez pas à y jeter un coup d’œil !

Et maintenant, place aux présentations par ordre de lecture cet été !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Nous avant tout le reste (*) de Victoria Redel aux Editions J’ai Lu : « Nous avant tout le reste » : ce pourrait être la devise de cinq amies d’enfance, réunies pour quelques jours dans la maison de la forte tête du groupe, Anna, qui est gravement malade. L’occasion de se remémorer tout ce qu’elles ont traversé, des premières amours aux séparations, des quatre cents coups de l’adolescence jusqu’aux femmes qu’elles sont devenues – la vie et son cortège de drames et de joies. Le temps a passé mais leur amitié a survécu à tout et est plus vivante que jamais.

Un texte poignant, aussi triste que magnifique! J’en suis ressortie chamboulée et pourtant tellement heureuse de l’avoir lu et avec l’envie de serrer très fort dans mes bras mes amies chères.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le goût du bonheur (*) de Angéline Michel aux Editions J’ai Lu : Valentina coule des jours paisibles sur sa petite île au large de l’Italie avec son fidèle acolyte à quatre pattes, Ferdinand, et travaille dans un bar. A Londres, Laure fait ses premiers pas en tant que journaliste, et tous les moyens sont bons pour épater le rédacteur taciturne qui la chaperonne. Tout oppose les deux jeunes femmes jusqu’à l’apparition inopinée d’une seule et unique photographie qui va bouleverser leurs existences à jamais…

Une lecture feel-good qui porte bien son nom ! Une petite bulle de bonheur, dépaysante et pleine de fraîcheur, des personnages attachants, cette lecture était parfaite sur mon transat mais elle le sera tout autant sous votre plaid pendant les soirées automnales !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le goût de la papaye (*) de Elisa Macellari aux Editions Steinkis : « Il semblait bien qu’un certain Adolf Hitler était en train de bouleverser mes projets. » Sompong est thaïlandais. Passionné par les langues étrangères, il s’engage dans l’armée avec le voyage comme seul objectif. Au printemps 1939, il est le lauréat d’une bourse lui offrant la possibilité de poursuivre ses études militaires à Berlin. C’est le début d’un long périple… Entre épopée et quête identitaire, Le Goût de la Papaye retrace les pérégrinations de Sompong à travers une Europe déchirée par la Seconde Guerre mondiale.

J’ai beaucoup aimé cette BD sensible qui apporte aussi un regard différent sur le conflit de la seconde guerre mondiale et qui nous narre l’épopée incroyable de ce personnage très attachant.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les savoureuses enquêtes d’Hercule Poireau et du commissaire Magret (*) de Falzar et Carrère aux Editions Jungle : La populaire émission culinaire « Chef ! Oui, chef ! » fête sa dixième saison en invitant dix chefs lauréats. L’émission spéciale, diffusée en prime time, a lieu dans le refuge isolé d’une station de ski. Mais de la viande avariée est découverte dans les cuisines, puis les cadavres de candidats. Le jeune inspecteur Hercule Poireau mène l’enquête, aidé de sa mère, la commissaire Magret.

Une très chouette BD qui m’a beaucoup amusée par ses clins d’œil à la fois au monde d’Agatha Christie mais aussi aux émissions tv de concours culinaire ! Une BD familiale, à lire et à prêter à vos jeunes lecteurs dès 9/10 ans, j’espère qu’il y aura d’autres titres !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La chute, cette belle envolée (*) de Amélie Dieudonné aux Editions L’Harmattan : Elia, vingt-six ans, amoureuse, psychologue, s’épanouit dans une vie agréable. Un jour, brutalement, son quotidien chavire. Le froid s’empare de son corps, son sourire s’éteint. Dans ce roman, Amélie Dieudonné s’aventure sur les traces d’Elia, une jeune femme qui lutte pour survivre, qui lutte pour se défaire d’un job destructeur, d’une relation fanée, du carcan sociétal dans lequel elle étouffe, qui se bat pour rallumer la flamme au creux de son cœur : être soi, explosive, étincelante.

Un très joli roman sur la chute, le burn-out, les violences institutionnelles… J’ai été touchée parce que ce roman a fait écho en moi et a ravivé des souvenirs passés, mais le titre est si juste et plein d’espoir ! A retenir !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Après la fête (*) de Lola Nicolle aux Editions Les Escales : Dans le Paris d’aujourd’hui, Raphaëlle et Antoine s’aiment, se séparent, se retrouvent… pour mieux se séparer et s’engouffrer dans l’âge adulte. En quête de sens, ils ont du mal à trouver leurs repères. Un premier roman d’une grâce absolue. Une écriture éblouissante et sensorielle. La force d’un roman générationnel.

Un roman écrit avec beaucoup de finesse et de délicatesse sur un couple qui s’éloigne et se sépare, sur la passage de la vie estudiantine à celle de jeunes actifs. J’ai aimé l’histoire mais j’ai surtout été subjuguée par l’écriture classieuse de l’autrice ! Si vous ne devez lire qu’un seul roman de la rentrée littéraire, choisissez-le !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Au bord du monde (Dix semaines à Kaboul) (*) Patrick Clervoy et Samuel Figuiere aux Editions Steinkis : De quoi est fait le quotidien des soldats en opération ? Quelles sont leurs motivations, leurs peurs ? Comment fonctionne une équipe médicale internationale ? Qui sont les médecins qui vivent la guerre au quotidien ? Quels sont leurs liens avec la population civile ? Pourquoi des psychiatres sont-ils envoyés sur le terrain ? Médecin militaire, psychiatre, Patrick Clervoy a rejoint de nombreux théâtres d’opération au cours de ses missions. Au bord du monde est le récit des dix semaines qu’il a passées À l’hôpital militaire de Kaboul. Basé sur son journal de bord écrit sur le vif, au fil des événements, il pose un regard précis et sans concession sur les enjeux de la guerre et sa réalité quotidienne .

Une BD qui vous bouleverse, ce journal de bord se révèle être une lecture terrible avec des passages insoutenables mais aussi tellement nécessaires pour mieux comprendre l’atrocité de la guerre et les sentiments parfois ambivalents de ceux qui s’engagent. Une lecture qui marque, qui émeut, qui questionne.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le fils de l’Ursari (*) de Xavier-Laurent Petit, Isabelle Merlet et Cyrille Pomès aux Editions Rue de Sèvres : Quand on est le fils d’un montreur d’ours, d’un Ursari comme on dit chez les Roms, on sait qu’on ne reste jamais bien longtemps au même endroit. Harcelés par la police, chassés par des habitants, Ciprian et sa famille ont fini par relâcher leur ours et sont partis vers une nouvelle vie à Paris où, paraît-il, il y a du travail et plein d’argent à gagner. Cependant leurs rêves se fracassent sur une réalité violente. À peine installés dans le bidonville, chacun se découvre un nouveau métier. Daddu, le montreur d’ours, devient ferrailleur, M man et Vera sont mendiantes professionnelles, Dimetriu, le grand frère, est « emprunteur » de portefeuilles et Ciprian son apprenti. Un soir, Ciprian ne ramène rien de sa « journée de travail ». C’est qu’il a découvert le paradis, le jardin du « Lusquenbour » où il observe en cachette des joueurs de lézecheck. Le garçon ne connaît rien aux échecs mais s’aperçoit vite qu’il est capable de rejouer chaque partie dans sa tête. C’est le début d’une nouvelle vie pour le fils de l’Ursari.

Cette BD m’a elle aussi beaucoup touchée, il s’agit de l’adaptation du roman jeunesse éponyme. Un roman et une BD initiatiques terriblement humains qui nous parlent de déracinement et des difficultés à se reconstruire dans un pays inconnu et hostile, mais qui est aussi plein d’Espoir et incite à porter un autre regard, par delà la misère apparente.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


iLove (*) de Marion Michau aux Editions J’ai Lu : La dernière histoire de coeur d’Anouk s’est soldée par un aquaplaning dans l’eau de boudin. Un de plus. Retour à la case célibat, à l’âge critique où l’on espère tomber enceinte avant même de tomber amoureuse. Quand elle découvre dans la mémoire de son téléphone les photos d un bel inconnu, son gène de midinette prend aussitôt le contrôle de sa personnalité. Aidée par sa meilleure amie (tombée, elle, dans une routine métro-boulot-doudou), elles vont partir à la recherche de cet homme providentiel jusque sous le soleil de Barcelone. Au cours de cette quête improbable, chacune va trouver ce qu’elle ne pensait plus chercher : elle-même.

Un autre feel-good particulièrement sympathique léger mais rythmé, aussi drôle que rafraîchissant, avec une héroïne un peu fo-folle à la Bridget Jones qui pourrait tout à fait être votre bonne copine !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La jeune fille et la nuit de Guillaume Musso aux Editions Le livre de Poche : Un campus prestigieux figé sous la neige. Trois amis liés par un secret tragique Une jeune fille emportée par la nuit

Côte d’Azur – Hiver 1992 : Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des plus brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien ». Personne ne la reverra jamais.

Côte d’Azur – Printemps 2017 : Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime – les meilleurs amis de Vinca – ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études. Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour construire un autre bâtiment. Dès lors, plus rien ne s’oppose à ce qu’éclate la vérité.


Un appartement à Paris de Guillaume Musso aux Editions Pocket : Paris, un atelier d’artiste au fond d’une allée verdoyante. Madeline, une ex-flic londonienne, y est venue pour panser ses blessures. Gaspard, un auteur misanthrope, l’a loué pour écrire dans la solitude. À la suite d’une méprise, ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelque temps. Dans l’atelier, où plane encore le fantôme de l’ancien propriétaire, Madeline et Gaspard vont mettre au jour un secret terrifiant. Et cette découverte glaçante va les forcer à affronter leurs propres démons dans une enquête vertigineuse qui les changera à jamais.

C’est mon petit plaisir de l’été, lire un Musso et bien cette année, j’en ai enchaîné deux ! Et je n’ai pas été déçue ! Voici deux thrillers haletants que j’ai eu du mal à poser ! Une petite préférence peut-être pour l’intrigue du premier; le second ayant pas mal perturbé mes nuits de maman en mettant en scène la disparition d’un petit garçon.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les douze travaux d’Emeraude Kelly qui voulait changer sa vie (*) de Carole-Anne Eschenazi aux Editions J’ai Lu : Nom : Kelly Prénom : Émeraude Cheveux : roux Yeux : verts Âge : 33 ans Profession : chef de produit marketing pour la société Dulac Arrosoirs Situation sentimentale : à l’heure actuelle, néant ! Hobbies : lire des livres, voir des films, caresser mon chat Péché mignon : le chocolat blanc Emmy ne le dit pas dans sa fiche signalétique, mais elle attend tellement plus de la vie ! Fort heureusement, en acceptant les 12 défis proposés par la mystérieuse Maud, sa vie risque bien de changer rapidement…

Un roman feel-good de développement personnel. C’est frais, léger, plein de bons sentiments, mais malgré tout, les conseils et travaux soumis à l’héroïne m’ont interpellée et j’y ai pioché quelques astuces pour travailler la confiance en soi.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu aux Editions Actes Sud : Août 1992. Une vallée perdue quelque part dans l’Est, des hauts-fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a quatorze ans, et avec son cousin, pour tuer l’ennui, il décide de voler un canoë et d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence. Avec ce livre, Nicolas Mathieu écrit le roman d’une vallée, d’une époque, de l’adolescence, le récit politique d’une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt. Quatre étés, quatre moments, de Smells Like Teen Spirit à la Coupe du monde 98, pour raconter des vies à toute vitesse dans cette France de l’entre-deux, des villes moyennes et des zones pavillonnaires, de la cambrousse et des ZAC bétonnées. La France du Picon et de Johnny Hallyday, des fêtes foraines et d’Intervilles, des hommes usés au travail et des amoureuses fanées à vingt ans. Un pays loin des comptoirs de la mondialisation, pris entre la nostalgie et le déclin, la décence et la rage.

La déception de l’été… Si j’ai trouvé ce roman (qui a obtenu le Goncourt en 2018) très bien écrit, je l’ai aussi trouvé glauque, désabusé, désenchanté sans le moindre espoir… J’ai certes souri aux clins d’œil à ma période adolescente avec toutes ces références des années 90, mais je ne me suis absolument pas retrouvée dans ces héros de ma génération au langage crû, aux multiples addictions, flirtant avec la délinquance, sombrant dans la noirceur et au manque cruel d’ambition. J’ai vraiment eu l’impression que le récit traitait avec mépris les enfants issus du milieu ouvrier… au point de me blesser personnellement…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Changer l’eau des fleurs de Valérie Perrin aux Editions Le livre de poche : Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se confier et se réchauffer dans sa loge. Avec la petite équipe de fossoyeurs et le jeune curé, elle forme une famille décalée. Mais quels événements ont mené Violette dans cet univers où le tragique et le cocasse s’entremêlent ?

Mon énorme coup de ♥ de l’été ! Il rentre dans le top 5 de mes livres préférés, et pas qu’à cause des clins d’œil aux films de Lelouch et en particulier Le courage d’aimer que j’aime beaucoup. Cette histoire est incroyable, elle vous retourne, vous émeut, vous surprend, nous décrit l’humain dans ce qu’il a de plus beau mais aussi de plus abject.  J’ai ralenti le rythme en fin d’ouvrage pour rester un peu plus longtemps auprès de Violette, qui est pour moi un personnage solaire malgré elle ! Une pépite, un bijou, une merveille qui a reçu le Prix Maison de la Presse 2018.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous trouverez bien d’autres idées, j’en suis sûre, parmi les lectures de l’été de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec  * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Eté 2019 Un livre Un jour #48 : Comment mon été est parti en fumée (Hugo et Cie)

24 Août

Pour cet été 2019, j’ai décidé de changer de formule, vous ne retrouverez donc pas de sélections de l’été par thèmes ou âge comme les années précédentes mais chaque jour je mettrai à l’honneur un livre à glisser dans les valises des petits et grands lecteurs !

Bel été et belles lectures à tous !

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Comment mon été est parti en fumée

de Jennifer Salvato Doktorski

aux Editions Hugo New Way

Rosie a toujours été impulsive. Mais sûrement pas au point de mettre le feu à la voiture de Joey, son ex qu’elle a surpris en train de la tromper. Ça non, jamais ! Ni d’appeler ce traître toutes les dix minutes pour lui expliquer ce qu’elle pense de lui… 
En tout cas, la voilà qui écope d’une ordonnance restrictive qui l’empêche d’approcher Joey à moins de cinquante mètres. Alors, quand son ami Matty annonce à ses parents qu’il part pour l’été en road-trip avec deux copains, ils ont la bonne idée de l’incruster dans l’aventure, histoire de l’éloigner un peu. 
L’enfer ! Au début, Rosie n’a qu’une idée en tête : s’enfuir illico, faire du stop et rentrer scruter le moindre des mouvements de Joey. Mais l’air de la route, les expériences inédites et les nouveaux amis lui font vite voir la vie sous d’autres horizons…

Aujourd’hui un roman pour les ados et Young adults ( à leur piquer bien évidemment), c’est un road trip rythmé qui nous parle des premières amours, des premiers chagrins, et du passage de l’adolescence à la vie d’adulte. Des choix à faire que la vie nous propose ou parfois nous impose, des amitiés, de ce que les épreuves et aventures nous apprennent sur nous et sur les autres. Derrière l’héroïne se cache un caractère fort, mais on découvrira que cette impulsivité cache beaucoup de sensibilité et de sincérité. Le décor quant à lui fait rêver , on aimerait bien être du voyage pour profiter des paysages époustouflants décrits et de l’incroyable route 66. C’est une lecture qui se dévore un feel-good parfait pour une douce fin d’été.


 

Pour vous procurer cet ouvrage

un clic sur le titre ou la couverture !

Merci aux Editions Hugo et Cie
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

 

Mes lectures de juin 2019

7 Juil

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !


Bilan  de ce mois de juin 2019 11 ouvrages :

deux romans et neuf bandes-dessinées/romans graphiques !

Comme je l’expliquais le mois dernier, je lis toujours autant, mais certaines de mes lectures étaient plus en rapport avec mes études ! Dans ce billet je présente mes lectures personnelles du soir, avec comme vous pouvez le constater beaucoup de BD ce mois-ci, ce que je préfère et qui me ressource vraiment quand je suis épuisée ! et en plus j’en ai reçu de magnifiques pour mes 42 printemps !

En fin de billet, je vous montre également mes 2 derniers livres de cuisine (lectures de mes petits déj’ en solitaire à 6h du mat’).  🙂

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Beaux Étés – tome 2 -La Calanque : Dans ce deuxième tome des Beaux Étés, Zidrou et Lafebre remontent le temps : les Faldérault et leur 4L rouge ont quatre ans de moins. 1969, cap au Sud ! Le Sud, certes, mais le voyage sur les petites routes a aussi toute son importance : le dernier café avec Pépé Buelo avant le départ, le champagne pour les 100 000 km de Mam’zelle Estérel, les pauses pipi, les pique-niques, le camping… avant de rejoindre les calanques paradisiaques de la Méditerranée ! Des moments précieux pour lesquels il est bon de prendre son temps…


Les Beaux Étés – tome 3 – Mam’zelle Estérel : 1992, les années ont passé, le jeune couple est maintenant à la retraite, la petite Pépète est devenue une jeune fille et la 4L est à vendre… L’occasion de se remémorer l’année 1962, leurs toutes premières vacances à son bord en compagnie… des beaux-parents. Les vacances avec Yvette-la-parfaite et Gros-Papy seront plus gastronomiques que bucoliques… en direction de Saint-Étienne !


Les Beaux Étés – tome 4 – Le Repos du Guerrier : Dans ce 4e tome, nous retrouvons les Faldérault au complet : Pierre, Madeleine et leurs quatre enfants, auxquels s’est joint Jean-Manu, le petit ami de Nicole. Cet été sera celui du grand changement : Pierre est devenu copropriétaire d’une villa toute neuve, clé sur porte, dans la campagne provençale ! En route ! La clé, ils l’ont – mais où diable se trouvent la porte et la villa ?… Plus que jamais, l’aventure est au programme, et c’est avec bonne humeur que la famille se serre les coudes. L’été des Faldérault, c’est sacré ! Et celui-là va drôlement marquer les mémoires…

J’ai découvert cette BD de de Zidrou et Jordi Lafebre chez Dargaud aux 48h BD, et j’ai eu un véritable coup de cœur pour les aventures de cette tribu familiale ! Chouette, mes parents m’ont offert les 3 tomes suivants pour mon anniversaire ! Les albums ne suivent pas un ordre chronologique mais ce côté flash back m’a beaucoup plu, c’est bourré de tendresse, d’humour, de réparties et bons mots d’enfants, de soleil et de nostalgie ! Bref, je confirme un énorme coup de cœur ! Vivement le tome 5 !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Nager aide à vivre (et rend intelligent) (*) de Cathy Karsenty aux Editions Hélium : De ses débuts en sport, qui se résumaient à aller fumer des clopes en douce derrière les buissons pendant les cours d’endurance au lycée, jusqu’à sa découverte tardive et extrêmement réfractaire des bienfaits de la natation 10950 jours plus tard, l’auteure-illustratrice narre ce parcours sans longueurs, de manière hilarante, à l’aide de son trait vif et très observateur. Tout y passe : le rapport au corps, aux autres, à soi-même, et surtout à la nage, parce que « nager, c’est pas vraiment du sport ».

Un chouette témoignage plein d’anecdotes chlorées et rigolotes, qui nous raconte comment l’auteure est passée d’une reprise d’activité sportive à une addiction ! J’ai eu envie de me jeter à l’eau palmes aux pieds une fois refermé !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Simone Veil : L’Immortelle de Pascal Bresson et Hervé Duphot aux Editions Marabulles : Cet album est un vibrant hommage à Simone Veil, figure féministe populaire et discrète. Le récit s’attache aux temps forts de sa vie, de la loi pour l’IVG défendue à l’assemblée nationale, à son enfance à Nice avant d’être déportée avec sa famille. Simone Jacob est née en 1927 à Nice. À 17 ans elle est déportée à Auschwitz, avec toute sa famille. Ses sœurs et elle reviendront du camp de concentration. Cette période l’a marquée à jamais. En 1946, elle épouse Antoine Veil. Magistrat, elle devient en 1974, ministre de la Santé de Valéry Giscard d’Estaing, chargée de défendre la loi sur l’IVG. En 1993, elle occupe à nouveau la fonction de ministre des Affaires sociales et de la Santé dans le gouvernement d’Édouard Balladur. Simone Veil a également été députée européenne et membre du Conseil constitutionnel. Elle était présidente d’honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. Cette femme de conviction s’est très peu confiée. Le grand public ne connaissait que sommairement son parcours de déportée. Elle a attendu d’avoir 80 ans pour écrire ses mémoires (Une Vie, Ed. Stock). Elle raconte que c’est une kapo, sans doute une prostituée Polonaise, qui lui a sauvé la vie en lui disant : «Tu es trop belle pour mourir ici…». Chez nous comme dans tant de familles juives françaises, la mort a frappé tôt et fort.

Une biographie bouleversante de cette grande dame à qui nous devons tant ! Je savais que je serai émue des passages racontant les camps de concentration; je ne pensais pas que je le serai tout autant par la dureté de son combat pour défendre la loi sur l’IVG et sa droiture exemplaire face à ses convictions ! A lire, à faire lire absolument, pour ne pas oublier ! Merci ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Ma vie d’artiste de Mademoiselle Caroline aux Editions Delcourt : Tout a commencé par la découverte du carton à dessin de Marie-Thérèse, la tante de la petite Caroline. Le dessin devient alors son passe-temps favori. Plus tard, elle ne doit pas ménager ses efforts pour persuader sa famille de la laisser s’engager dans des études artistiques. Et une fois le diplôme de l’école Peninghen obtenu, le plus dur est de se faire une place dans le milieu professionnel.

J’adore Melle Caroline, mais il me manquait cet ouvrage à ma collection, merci ma belle Audrey ♥ L’auteure nous raconte une part de son histoire et comment elle s’est construite en tant que dessinatrice en parallèle de sa vie de femme ! Enormément d’humour et de bonne humeur comme dans tous ses ouvrages, et une connivence avec le lectorat dont elle a le secret ! J’ai adoré !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

L’obsolescence programmée de nos sentiments de Zidrou et Jongh Aimée aux Editions Dargaud : Lui, il s’appelle Ulysse. Il est veuf depuis plusieurs années et lorsqu’il perd son travail de déménageur, à 59 ans, une grande solitude s’empare de lui. Impossible même de s’entourer de ses enfants : sa fille est morte dans un accident à l’âge de 16 ans et son fils est très pris par son travail. Elle, c’est Mme Solenza. Méditerranée de son prénom, 62 ans au compteur. Ancien modèle (elle a fait la couverture de Lui dans sa jeunesse !), elle ne s’est jamais mariée et tient la fromagerie de sa mère qui vient de décéder après une longue maladie. Si leurs jours s’écoulent tristement et leurs occupations ne suffisent pas à masquer l’isolement qui est le leur, c’était sans compter un miracle émotionnel. Car entre cette femme et cet homme va se tisser une histoire d’amour d’autant plus belle qu’elle est tardive, et merveilleusement porteuse d’avenir…

La couverture et le titre de cette BD avaient attiré mon regard en librairie, et Sophie m’a fait la surprise de me l’offrir pour mon anniversaire. J’ai été très touchée par cette histoire d’amour entre deux personnes d’âge mur, par la délicatesse des illustrations et puis je me suis laissée surprendre par la fin un peu dérangeante mais terriblement touchante et porteuse d’espoir et qui donne envie d’en savoir plus sur le devenir de ce couple.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Cahiers d’Esther – Histoires de mes 13 ans (tome 04) de Riad Sattouf aux Editions Allary : Ça y est, Esther est ado ! La série Les Cahiers d’Esther a été́ initiée par Riad Sattouf en 2015 avec une idée un peu folle : se faire le porte-voix d’une jeune fille d’aujourd’hui pour assister, année après année, à ses transformations, et montrer l’évolution de notre société́ à travers ses yeux. Chaque semaine, la jeune fille anonyme qui se cache derrière Esther se confie à Riad Sattouf. Elle lui raconte son quotidien, ses états d’âme, sa vision du monde. Riad Sattouf les met ensuite en mots et en images pour composer une planche de bande dessinée, prépubliée dans L’Obs. Les planches correspondantes à une année scolaire sont réunies en albums. Le premier tome, consacré à l’année de CM1 et aux 10 ans d’Esther, est sorti en 2016.La série se poursuit avec la sortie du quatrième tome : Esther est en 5e, c’est l’année de ses 13 ans, elle quitte l’enfance et entre dans l’adolescence… Le dernier tome sortira en 2024, l’année de ses 18 ans. Histoires d’enfants pas forcément pour les enfants, témoignage sur notre époque : le lecteur suit, pendant neuf ans, les métamorphoses d’une enfant en adulte.

Auto-cadeau obligé dès sa sortie ! Je suis toujours aussi fan ! Chaque titre est un savant mélange de naïveté d’enfant, de franchise d’ados et d’une génération sans tabous. Comme je l’écrivais précédemment : C’est très drôle, fin, tout est livré sans filtre comme le font les enfants mais rien n’est jamais caricatural, et puis en tant que parent ces ouvrages permettent de mieux comprendre le monde dans lequel évolue nos loulous et la façon dont ils le perçoivent.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les quatre sœurs March (*) de Rey Terciero et Bre Indigo aux Editions Jungle : Leur père étant en intervention militaire et leur mère faisant des heures supp à l hôpital pour subvenir aux besoins de la famille, les quatre s urs March doivent compter essentiellement sur elles-mêmes. Entre les prises de bec du quotidien et les problèmes à l école, elles se découvrent peu à peu. Alors qu elles tombent amoureuses ou qu’elles luttent pour leurs droits, il y a une chose que les quatre s urs continuent de croire : elles seront toujours là les unes pour les autres. Suivez Meg, Jo, Beth et Amy, quatre jeunes new-yorkaises qui se découvrent et réalisent leurs rêves.

Je crois que les 4 filles du Dr March (qui est un de mes livres préférés) est celui que j’ai le plus lu et relu ! Un bonheur de le retrouver ici dans une adaptation très moderne, transposée dans une histoire de famille recomposée et pourtant tellement fidèle à l’ouvrage original de Louisa May Alcott. Super moment de lecture ! A offrir à vos ados pour mieux leur piquer 😉

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose (*) de Diane Ducret aux Editions J’ai Lu : Après avoir été quittée par téléphone, Enaid se rend à l’évidence : les fées qui se sont penchées sur son berceau ont ont dû s’emmêler les pinceaux. Comment expliquer, sinon, la sensation qu’elle a depuis l’enfance qu’il lui a toujours manqué quelqu’un ? Mais dans la vie, on a le choix : on peut se laisser choir ou faire le saut de l’ange. Etre boiteux ou devenir un flamant rose. Sur ses jambes fragiles, tenir en équilibre avec grâce par le pouvoir de l’esprit, un humour décapant et le courage de rester soi. Comment s’aimer soi-même quand la vie fait tout pour l’empêcher ?

Je n’ai pas lu beaucoup de roman ce mois-ci mais j’ai eu un énorme coup de cœur pour celui-ci ! Une belle leçon de vie tantôt poignante, tantôt drôle, parfois caustique mais souvent tendre et surprenante. C’est plein d’espoir, de fragilité, de délicatesse, de combattivité ! A mettre dans vos wish-list d’été !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦



Le Traité des 7 Lotus (*) de Eric Boisset aux Editions Plon : Lorsque Timothée, jeune garçon amateur de skateboard et d’ésotérisme, tombe par hasard sur un exemplaire du mythique Traité des Sept Lotus dans la librairie de son vieil ami monsieur Balsamo, il n’en croit pas ses yeux. Écrit deux siècles plus tôt par le fameux yogi hindou Paramahansa Jojoba, cet ouvrage divulgue une série de postures que, dans leur grande sagesse, les Rishis de l’Inde antique avaient toujours tenues secrètes, et pour cause : elles ne peuvent être réalisées sans dommage que par une élite d’initiés.
Pressé d’acquérir les pouvoirs extraordinaires que confèrent ces exercices, Timothée en essaye successivement plusieurs et finit par projeter son esprit hors de son corps. Piégé dans la  » doublure du monde « , incapable d’entrer en contact avec ses proches, qui ne le voient ni ne l’entendent, l’apprenti yogi va devoir user de malice et déployer des trésors d’imagination pour obtenir de l’aide. Heureusement, il pourra compter sur celle de son meilleur ami, Badis Gougassian, un cartésien endurci doté d’un solide bon sens, mais aussi sur un autre soutien, beaucoup plus inattendu : celui de Paramahansa Jojoba en personne, resurgi du fond des temps pour venir en aide à son disciple fourvoyé. Timothée apprendra alors à ses dépens que les grands Maîtres spirituels ne sont pas toujours aussi sages qu’on pourrait le croire.

Encore un roman à piquer à vos ados ! Une histoire mêlant amitié, fantastique et passion des livres ! Les situations cocasses s’enchaînent dans un récit aussi sympathique que rythmé avec des personnages haut en couleur ! A découvrir !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Et je profite de ce billet pour vous montrer

les deux nouveaux livres accueillis par notre cuisine

Ces ouvrages sont issus de la collection C’est décidé je m’y mets ! de Larousse Cuisine. Le mois dernier j’avais eu un vrai coup de cœur pour 2 autres titres Bye Bye le sucre et Stop au gras, les deux petits nouveaux qui les rejoignent sont tout aussi géniaux ! La présentation très tendance est absolument magnifique et les photos donnent vraiment envie de se lancer dans des recettes bien-être ! Comme pour les précédents il n’y a pas que des recettes mais aussi plein de conseils pour manger mieux et plus sain. Cette année nous avons essayé de faire un maximum de goûter maison, mais je dois bien avouer que nous avons alterné entre 4/5 recette fétiches, ce premier ouvrage va donc nous permettre de renouveler un peu plus les propositions faites à notre loulou. Le second m’intéresse plus particulièrement pour tenter de perdre les quelques kilos qui se sont installés en période de stress pendant cette année où j’ai jonglé entre le boulot, la fac, la maison et mon mémoire.



Mes petits déj et goûters mini sucre (*) de Adélaïde d’Aboville et Séverine Augé  : Préparer des petits déjeuners et des goûters à la fois sains et gourmands représente pour vous un challenge ? Vous souhaitez vous éloigner des produits trop sucrés du commerce ? Vous aimeriez que vos enfants décrochent de leur paquet de céréales ? Alors ce livre vous est destiné ! À travers des explications pratique, des astuces et 45 recettes aussi savoureuses que variées, Adélaïde et Séverine vous invitent à redécouvrir ces deux repas pour mieux les comprendre et composer des menus adaptés à vos goûts et besoins. Pour contrôler votre alimentation et vous assurer une santé en béton, misez sur des petits déj’ et des goûters faits maison !


La cuisine à IG bas, c’est bon pour moi ! (*) de Sarah Kdouh  : Vous voulez gagner en énergie, ne plus connaître de fringales, perdre du poids ou améliorer vos performances sportives ? Alors familiarisez-vous avec la notion d’index glycémique (IG). Vous découvrirez que les aliments qui ont un IG élevé causent des pics de taux de sucre dans le sang auxquels notre organisme réagit en stockant des graisses et en nous poussant à manger davantage. Lancez-vous, adoptez une alimentation basée sur les IG bas. À l’opposé des régimes restrictifs, très variée, saine et goûteuse, elle convient à tout le monde et à n’importe quel âge. Découvrez ses principes et régalez-vous avec plus de 50 recettes healthy à base de céréales, légumes et fruits, légumineuses, farines complètes, oléagineux…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous trouverez bien d’autres idées, j’en suis sûre, parmi les lectures de juin de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec  * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de mai 2019

10 Juin

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

( avec beaucoup de retard ce mois-ci pour cause d’écriture de mémoire 🙂 )

Bilan  de ce mois de mai 2019 6 ouvrages :

un roman, un recueil de nouvelles, deux livres pratiques et deux bandes-dessinées/roman graphique  !

Bon en vérité il y en a beaucoup plus, puisque depuis décembre j’ai lu plus de 100 ouvrages jeunesse et adultes dans le cadre de mon mémoire, alors que je vous en ai présenté à peine une dizaine sur le blog ! Autant vous dire que je me donne le vertige à moi-même ; et je pense que vous comprendrez aisément pourquoi je suis moins assidue sur le blog mais toujours aussi passionnée de lectures  !

En fin de billet, je vous montre également mes 4 derniers livres de cuisine (lectures de mes petits déj’ en solitaire à 6h du mat’).  🙂

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Zoé, fantastique ! de Luce Michel aux Editions Pygmalion : « Mais arrête! Tu est superbe, comme dirait Alice. Tu as le corps d’une femme qui donne, qui offre, qui pardonne. Tu resplendis, ta générosité se lit sur tes courbes. Quand on te voit, on n’a qu’une envie: être dans tes bras pour être consolée, dorlotée et que tu prennes tout en charge. Et c’est ce à quoi tu te consacres, te charger des autres! Zoé, tu es solaire, tu dégages une énergie et une bonté rares. Tu es ronde, et alors? Tu es ronde comme un coeur est immense, ronde parce que rien en toi n’est petit, ratatiné ou mesquin. Le reste, on s’en fout! ».
Oui, si l’on en croit Lola, Zoé est la plus équilibrée de la bande. Et ce n’est pas Alice qui va la contredire. Mariée depuis toujours, mère de trois enfants, éco-responsable et gérant un emploi du temps de ministre, Zoé semble un roc qu’aucune tempête ne peut ébranler. Et pourtant. Une seule petite phrase va bouleverser toutes ses certitudes. Ses livres de développement personnel lui seront-ils d’un quelconque secours dans ces eaux agitées ?

Un roman feel good à la fois drôle et sensible où il est question de la fameuse crise de milieu de vie ! C’est exactement ce que j’avais besoin le soir en ce mois chargé pour me détendre et passer un bon moment, avec une héroïne qui pourrait être une bonne copine ! Ce roman est le 3ème tome d’une trilogie, mais il n’est pas essentiel d’avoir lu les précédents; bon par contre je vous avoue ils sont désormais dans ma wish-list !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Je te donne. Quatre auteurs qui s’engagent pour le don de sang de Agnès Ledig, Martin Winckler, Baptiste Beaulieu et Laurent Seksik chez Librio littérature :
«Ils auraient donné leur propre vie pour sauver celle de leur fils, mais personne n’en voulait parce que ce n’est pas comme ça que ça marche.»
« Le don de sang ne va pas de soi. Parler souvent de ce sujet, avec enthousiasme et bienveillance : voilà l’objectif de ce recueil. Des histoires courtes, des histoires de partage, de lumière, d’espoir. Puissent-elles susciter l’envie de parler à votre tour du don de sang. Puissent-elles être le déclic pour devenir vous-même donneur régulier. »
Comment le décès d’une jeune Américaine, Rebecca, entraîne un incroyable mouvement de solidarité. Comment la rencontre entre Gaëlle et Julien, autour d’un café, ne se déroule pas de la façon attendue. Comment Rachel, soixante-dix ans, transmet un peu de son histoire à sa petite-nièce. Comment les « liens du sang » dont parle Dimitri dans sa verve adolescente ne sont pas ceux qu’on imagine…

Quatre auteurs de talent qui ont pour point commun de venir du monde médical, nous livrent ici quatre nouvelles bouleversantes ! Avec un petit coup de cœur supplémentaire pour celle de l’humaniste Baptiste Beaulieu qui est juste incroyable ! Achetez le absolument, il ne coûte que 3 euros , et pis n’hésitez pas donner si vous le pouvez votre sang, votre plasma, vos plaquettes ! D’ailleurs si vous allez à l’EFS (Etablissement Français du Sang) le 14 juin à l’occasion de la journée mondiale des donneurs de sang, vous devriez recevoir une petite surprise en lien avec cet ouvrage !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

L’éducation inclusive de Jacques Joguet aux Editions Tom Pousse : Cet ouvrage rappelle les exigences qui favorisent pour un jeune l´accès au statut d´élève, en mettant en exergue le respect et la reconnaissance de l´individu comme prémices à l´apprentissage. Faisons fi des critères éculés de répartition entre « bons » et « mauvais » élèves qui aboutissent trop souvent à la stigmatisation et au rejet. Je propose un positionnement non ségrégatif de chaque élève, face aux apprentissages, en lien avec son potentiel. Parmi les outils pédagogiques, je mets en avant pour chacun d´eux les enjeux dont ils sont porteurs, avant de décrire dans le détail un mode d´utilisation rigoureux pour éviter un usage défectueux, voire contreproductif. L´éducation inclusive est un projet ambitieux où chacun a sa place. Au fil de ce livre, les différents acteurs de l´école jusqu´aux responsables institutionnels sont questionnés et sollicités à partir de propositions concrètes pour enfin mettre en place l´école de « l´excellence pour tous ».

J’attendais beaucoup de cet ouvrage, car l’inclusion est au centre de mes missions; et pourtant je n’ai pas du tout reconnu la réalité du terrain et je n’ai pas trouvé les pistes soutenantes que j’attendais, peut-être suis-je trop experte sur le sujet…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Parents dans un monde d’écrans de Catalina Briceno et Marie-claude Ducas aux Editions de l’Homme : Guide d’accompagnement pour les adultes ayant la responsabilité de veiller au bien-être des enfants. Ce livre fait le tour des enjeux actuels concernant les jeunes et les technologies (jeux en ligne, cyberdépendance, utilisation compulsive du téléphone, d’Instagram, fascination pour les youtubeurs, téléphone en classe, etc … ). 
Le livre est fait en 3 parties : La 1ère partie aborde l’état de la famille moderne et l’onmiprésence des technologies, la 2ème partie aborde la petite enfance ( 0 / 4 ans) + 5/11 ans et la 3ème aborde les enjeux liés à l’adolescence.
Il fournit des pistes de réflexion, des conseils et des outils pour encadrer plus efficacement ces pratiques. Destiné d’abord aux parents, il intéressera aussi tous ceux qui s’impliquent dans l’éducation (enseignants, intervenants, psychologues).

Comme beaucoup je suis très inquiète de l’omniprésence des écrans dans nos vies comme dans celle de nos enfants. Je suis toujours à la recherche de conseils dans ma propre gestion des écrans à la maison mais aussi pour donner des pistes en tant que professionnelle aux famille que j’accompagne. Un chouette ouvrage très complet mais facile d’accès que je recommande.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le Blog de Léonie de Béka et Grégoire Mabire chez Bamboo Edition : Entre journal intime 2.0 et bande dessinée. Durant leurs vacances à Paris, Nina et Charlotte découvrent la passion de leur amie Léonie : le geocaching. Grâce à son nouveau blog, Léonie les tiendra ainsi au courant des autres « caches aux trésors » qu’elle découvrira dans les rues de la capitale… Mais alors qu’elle cherche une nouvelle cache, elle fait la connaissance d’un jeune migrant isolé qui erre dans les rues, sans foyer. Elle décide, avec son ami Philémon, de l’aider à retrouver sa famille en activant leur réseau de geocaching à travers toute la France.

J’ai adoré cette BD que je rachéterai sans hésiter pour faire un cadeau à une préado. C’est le 3ème tome de la série Blog de… dont le premier volume a remporté en 2017 le Grand Prix des Lecteurs du Journal de Mickey. C’est frais, moderne, c’est une belle histoire d’amitié qui intègre avec beaucoup d’intelligence la problématique des migrants et des mineurs isolés étrangers et met à l’honneur le geocahing ! A découvrir absolument ! Coup de ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Jolis sauvages de Lise Desportes aux Editions Steinkis : Une année sans école ? Quelle idée ! Et pourtant, Lise, Joël et leurs deux enfants, Léon et Ella, l’ont fait ! Partagés entre doutes et envies, ils tentent l’aventure de l’instruction en famille (IEF), favorisant les apprentissages guidés par l’envie, l’enthousiasme et le rythme des enfants. Sans chercher à convaincre, Lise partage, informe et discute de cet autre chemin possible – le unschooling – pas contre l’école, mais en parallèle. Un récit instructif dans lequel Lise livre sans filtre les joies et les difficultés de l’IEF.

Cela fait un petit moment que je suis Lise Desportes alias Lili aime le nougat. Je suis fan de son coup de crayon et j’étais ravie de découvrir cette première BD . Un chouette moment de lecture, ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est que Lise ne cherche absolument pas à nous convaincre ( ni à nous dissuader d’ailleurs) de la suprématie de l’IEF, elle reste tout le long fidèle à cette volonté d’apporter un témoignage objectif c’est à dire avec ses joies, ses doutes, ses galères avec humour, tendresse et humilité !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Et je profite de ce billet pour vous montrer

les quatre nouveaux livres accueillis par notre cuisine

et que nous avons beaucoup apprécié Chéri-Mari et moi

Une fois n’est pas coutume je commence par vous donner mon avis sur ces ouvrages avant de vous les présenter. J’étais très intéressée de lire ces 4 titres, car comme beaucoup d’entre vous, depuis un petit moment nous sommes plus attentifs à ce que nous mangeons, dans un but de santé, en essayant de nous nourrir le plus sainement, en cuisinant un max et en achetant un peu bio mais surtout local, le tout en pensant à nous mais aussi à notre planète ! Choisir les bons gras, éviter les sucres blancs, on essaie, mais pas toujours évident, les deux premiers ouvrages sont clairement devenus des bibles car ils ne contiennent pas seulement des recettes mais un tas de conseils et d’explications ! Je sais enfin la différence entre le Rapadura et le muscovado ! Petit + Esthétiquement ils sont superbes !  Le troisième est parfait pour varier un peu mes « gamelles » du midi au boulot, Marie Chioca me bluffe car au final ses idées sont assez simples au niveau des ingrédients, mais hyper originales par les associations et surtout toujours de saison ce qui est plutôt chouette pour utiliser le panier de légumes que nous récupérons chaque semaine. Le dernier est né de l’envie d’utiliser un peu plus la fonction varoma de mon Thermomix et d’utiliser davantage ce mode de cuisson pour manger savoureux et léger ! Bref voici 4 chouettes références que je vous recommande !


Stop au gras (ou presque) de Vincent Amiel et Marie-Laure André aux Editions Larousse : Vous souhaitez réduire votre consommation de gras au quotidien sans pour autant vous lancer dans un régime trop contraignant ? « Bon gras », oméga-3, graisses insaturées… cela vous parle mais vous aimeriez en savoir plus pour pouvoir mieux agir ? Marie-Laure et Vincent nous proposent ici un cheminement simple vers une consommation plus raisonnée des matières grasses et une alimentation plus équilibrée ! Découvrez 45 recettes savoureuses à teneur réduite en graisses, des dizaines d’astuces et de nombreuses explications pratiques pour comprendre les effets du gras sur notre santé et notre corps, et adopter facilement un mode de vie plus sain mais toujours aussi gourmand, sans culpabilité et sans pression !


Bye bye le sucre (ou presque) de Séverine Augé et Sabrina Debusquat aux Editions Larousse : Plouf, plouf, plouf… Si plusieurs morceaux de sucre tombent chaque jour dans votre café malgré vos tentatives d’en réduire le nombre, alors vous devriez ouvrir ce livre ! Car malgré son pouvoir addictif, il est possible de dire bye-bye au sucre de façon durable et sans frustration (ou presque). Laissez-vous guider pour comprendre comment le sucre agit sur votre santé, découvrir ses alternatives et repenser votre quotidien en adoptant des solutions simples. Régalez-vous avec 45 recettes low sugar : gâteaux classiques revisités, desserts superlight, encas anti-fringale, douceurs pour enfants, petits déjeuners pas (toujours) sucrés… Découvrez comment vous passer du sucre blanc et par quoi le remplacer !



Ma petite saladerie à la maison de Marie Chioca aux Editions Terre Vivante : Une tomate, un reste de laitue, quelques herbes et morceaux de fromage… Fan de salades mais en panne d’inspiration ? Découvrez toutes les recettes fétiches et secrètes de Marie Chioca et mettez un peu de joie dans vos salades ! 50 créations originales de salades « made in Vercors » pour les 4 saisons : peu d’ingrédients, des associations réfléchies pour une véritable harmonie, de la simplicité. Chaque recette de salade est accompagnée d’une sauce qui viendra révéler toutes les subtilités de ses ingrédients pour une explosion de saveurs. La Bergère, la Pagnol, la Sauvageonne, la Mandoline, la Dolce Vita, la Popeye, la Chaperon rouge, la Canicule, l’Alpine, la Brocéliande, la Corsica, l’Arverne et même la Junk… que de noms évocateurs, « comme au bistrot », pour vous mettre l’eau à la bouche !


Tout à la vapeur douce: Pourquoi et comment? de Christine Bouguet-Joyeux et Bernadette Jastrebski aux Editions du Rocher : Un guide de cuisson à la vapeur douce et 125 recettes familiales et conseils pour le quotidien. La cuisson à la vapeur est la meilleure méthode de cuisson pour la santé. Elle est très rapide et préserve et développe le goût des fruits, légumes, viandes et condiments.Elle est l’idéal pour notre santé, elle ne détériore pas les aliments et permet d’éliminer les produits toxiques. Avec ces recettes, vous faciliterez la digestion et l’absorption des aliments ainsi que l’élimination des déchets, vous lutterez efficacement contre le surpoids, la fatigue et la déprime, et gagnerez plus de tonus et une meilleure immunité… Mangez mieux et meilleur : avec la vapeur douce et courte, vous préservez la qualité nutritionnelle et gastronomique de vos plats.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous trouverez bien d’autres idées, j’en suis sûre, parmi les lectures de mai de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures d’avril 2019

5 Mai

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

( avec un peu de retard ce mois-ci pour cause de 40 ans de Chéri-Mari 🙂 )

Bilan  de ce mois d’ avril 2019 12 ouvrages :

trois merveilleux romans, un livre pratique et un livre de témoignage,  et sept bandes-dessinées  !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous me permettrez de commencer avec mon CHOUCHOU du mois, une nouvelle pépite de

Quand nos souvenirs viendront danser (*) de Virginie Grimaldi aux Editions Fayard : « Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six : Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline. Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. » À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

ATTENTION ! PEPITE-BIJOU-CHEF d’OEUVRE !!!! Du grand Virginie Grimaldi, un savant mélange d’humour, d’humanité, de tendresse ! Quand Il est grand temps de rallumer les étoiles est sorti l’an passé, Tu comprendras quand tu seras plus grande a dû lui faire une petite place sur la première marche de mon podium … et bien désormais j’ai trois préférés. Le sujet m’a une nouvelle fois touchée en plein cœur; le temps qui passe, les destinées familiales, nos aînés qui vieillissent bien trop vite… les mots de Virginie ont ravivé des questionnements de plus en plus ancrés en moi. Il y a des extraits qui m’ont bouleversée, et notamment une déclaration d’Amour de Marceline à son Anatole, si riche de sens sur ma vision du couple, des anecdotes qui m’ont donné le sentiment que ce livre parlait des miens. J’ai une nouvelle fois ri aux éclats des dizaines de fois avant de laisser perler quelques larmes un instant après. Cette fois, la fin ne m’a pas surprise car je l’avais anticipée; elle est exactement celle que j’attendais mais dite avec tellement de délicatesse, de justesse et d’amour. Je suis complètement sous le charme de ce nouveau roman et tellement admirative du talent et de la plume de Virginie ! Je ne cesse de faire les louanges à mes proches de cette PEPITE ! Merci infiniment Ginie ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Poste restante à Locmaria de Lorraine Fouchet aux Editions Le livre de Poche : Élevée dans le culte d’un père mort avant sa naissance, Chiara découvre, à l’âge de vingt-cinq ans, qu’elle est peut-être la fille d’un marin breton. Sous le choc de cette révélation, elle embarque pour l’île de Groix et fait la connaissance de Gabin, prête-plume d’écrivains célèbres, qui devient son compagnon de fortune. Mais ce séduisant jeune homme, arrivé comme elle de la « grande terre », est-il vraiment celui qu’il prétend être ? Et Chiara reviendra-t-elle indemne de son enquête insulaire ? Lorraine Fouchet signe un roman breton où la tendresse ne reste pas poste restante, où le bateau du courrier est porteur de bien des surprises, où les boîtes aux lettres recèlent des secrets inattendus.

Un autre très joli roman ! L’autrice met une nouvelle fois au premier plan son île chéri, et je dois vous dire que le livre reposé, on n’a qu’une envie : s’y réfugier sur la trace de ces héros si touchants. Un roman sensible sur la quête des origines, la construction de soi, la galerie de personnages est très touchante entre ces jolies rencontres, faites d’authenticité et d’une foi inébranlable en l’être humain et d’autres plus sombres peinant à sortir de leurs failles. Il en ressort un roman lumineux et aussi vivifiant que les embruns.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Une dose de douleur nécessaire (*) de Victoire de Changy aux Editions J’ai Lu : C’est un drôle de ballet qui se joue à Bruxelles. Elle est jeune, songeuse, tout à lui. Il a une vie ailleurs et le double de son âge. Rencontre insolite, séduction musicale, retrouvailles fugaces… Au fil d’instantanés amoureux alliant la sensibilité de Marguerite Duras à la fantaisie de Michel Gondry, Une dose de douleur nécessaire nous emporte dans une passion singulière.

Un texte magnifiquement écrit mais douloureux comme l’indique le titre. Dans un premier temps, ce livre m’a beaucoup fait pensé au roman Je l’aimais d’Anna Gavalda. Ces deux titres évoquent en effet l’amour adultérin… et puis je me suis éloignée de cette première impression, happée par le style vraiment original de l’autrice pour finir scotchée et décontenancée par le dénouement aussi sensible que tragique.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Raph Story – Croire au-delà de l’impossible (*) de Pierre Duplessis aux Editions Un monde différent : Recevoir un diagnostic d’autisme pour son enfant chamboule l’univers. Plusieurs pères ne résistent pas à ce choc et choisissent la fuite, déchirés entre l’abandon de leur enfant et la perspective d’une vie dans laquelle ils ne pourront jamais s’accomplir. Pierre Duplessis a vécu cette décharge, mais il a décidé de rester et d’y croire. Il était loin de se douter que cette décision allait l’entraîner dans une aventure incroyable, avec ses moments de joie intenses et ses recoins sombres, tout en lui permettant de devenir un père rempli de fierté. C’est pourquoi il a choisi de raconter son parcours à travers celui de son fils ; pour montrer que l’espoir est toujours là, dans le détour, quand on s’y attend le moins. Peuplé d’anecdotes savoureuses, parsemé d’un humour multipliant les références à la culture pop, Pierre Duplessis nous transporte dans le récit coloré de son fils autiste.

Il y a bien évidemment ce mois-ci encore eu beaucoup de lectures jeunesse ou adultes sur l’autisme, voici celui que je voulais absolument vous présenter ! Pas forcément évident de parler de l’autisme avec à la fois authenticité et humour, et pourtant l’auteur réussi ce pari. Un livre de témoignage formidable, réaliste mais optimiste et plein d’espoir avec plein de clins d’œil explicités en fin d’ouvrage !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Maigrir en bonne santé : Mincir sans sucre oui, mais pas en faisant n’importe quoi ! (*) de Jean-Michel Cohen aux Editions J’ai lu : Mincir oui ! mais pas en faisant n’importe quoi ! Avec le Dr Jean-Michel Cohen, apprenez ou réapprenez les bases de l’alimentation et appliquez sa nouvelle méthode pour perdre du poids. Avec les menus et idées de recettes, vous serez guidé au quotidien ! Une perte de confiance ? Une baisse de moral ? Visionnez les vidéos du Dr Cohen grâce aux QR codes inclus dans le livre : vous serez remotivés comme jamais !

C’est notre défi 2019 commun avec chéri-mari : réduire le sucre ! Pas évident pour moi en ce moment car mes soirées passées sur l’ordinateur à étudier, analyser, écrire mon mémoire m’ont fait retrouver la route du chocolat ! Cet ouvrage est donc arrivé au bon moment et m’a bien aidé !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Et puis pas moins de 7 BD ce mois-ci, typique d’un mois où je suis débordée et fatiguée ! J’y puise des petits moment de bonheur avec des lectures faciles et plaisantes et j’y fais surtout de très belle découvertes !

Les enfants de l’été : Bienvenue en centre de loisirs (*) de Milena aux Editions Vraoum : Milena est une lycéenne qui ne vit que pour les concerts, mais qui n’a pas le sou. Alors qu’arrivent les vacances, plutôt qu’aller à l’usine, sa mère lui suggère une idée : et si elle travaillait en centre de loisirs ? Super ! ça ne doit pas être bien compliqué…
On passe le BAFA et hop ! Bienvenue dans la vie d’une jeune animatrice qui découvre le quotidien du travail au milieu des enfants : les drames à la cantine, les cacas, les doudous perdus, les siestes, les crises, les pipis, re-les crises et les parents qui n’aident pas, mais aussi les grandes joies, les amitiés et les câlins.

J’ai travaillé pendant des années (de 17 ans à 31 ans) tous les étés en centre de loisirs ou colonies ! Autant vous dire que le sujet me parlait, sans pour autant m’identifier à l’héroïne, parce que peut-être un peu plus dans mon élément qu’elle ( les câlins et les pipis ne m’ont jamais effrayée). Quoiqu’il en soit je me suis bien amusée à me replonger dans cet atmosphère, à me remémorer mes propre souvenirs d’échanges avec les animateurs ou les enfants, les projets, les sorties, les grands jeux, et le sentiment d’être infiniment riche une fois la paye reçue !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

March comes in like a lion (tome 1) (acheté lors de l’opération 48h BD) de Umino Chica aux Editions Kana : Rei Kiriyama est lycéen, il habite seul dans un quartier populaire de Tokyo. Malgré son jeune âge il est joueur professionnel de shôgi. Enfant, il a perdu toute sa famille dans un accident et depuis il vit dans une grande solitude. Un jour, il fait la connaissance de trois soeurs : Akari, Hinata et Momo. A leur contact, Rei change peu à peu… Une histoire chaleureuse dans laquelle des personnes vont peu à peu retrouver ce qu’elles avaient perdu.

Un choix fait un peu à l’aveugle lors de l’opération 48h BD qui s’est révélée être une jolie surprise ! Les héros de ce manga sont très touchants, le jeune Rei nous bouleverse par son atypisme, sa solitude et sa mélancolie et les 3 sœurs si solaires sont tout aussi attachantes, j’ai découvert le shôgi que je ne connaissais pas. J’ai très envie de lire les tomes suivants !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La Vie compliquée de Léa Olivier BD T01: Perdue (acheté lors de l’opération 48h BD) de Alcante, Catherine Girard Audet et Ludo Borecki aux Editions Kennes : Ce premier tome de « La Vie compliquée de Léa Olivier » nous emmène à Montréal, en compagnie de Léa, 14 ans, qui vient tout juste d y emménager avec ses parents. Séparée de sa meilleure amie Marilou et de son amoureux Thomas, elle peine un peu à se faire à son nouvel environnement. Il faut dire qu’entre les maladresses de Thomas, pas très doué pour les relations à distance, les filles du lycée qui la prennent de haut et son frère Félix qui joue les beaux gosses, Léa se sent parfois un peu seule. Heureusement, il y a Marilou, à qui elle raconte tout, par mail et par chat. Laquelle la tient au courant de la vie de leur village, des faits et gestes de Thomas et des aléas de sa vie amoureuse…

Pleine de fraîcheur et de légèreté, cette BD est plutôt destinée aux jeunes filles puisqu’elle raconte les péripéties d’une ado suite à son déménagement. Un style très moderne, avec une omniprésence des réseaux sociaux, des échanges par mails ou chats, et puis on s’amuse beaucoup avec les différences de vocabulaire entre Le Québec et le France !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Un été d’enfer ! (*) de Vera Brosgol aux Editions Rue de Sèvres : Arrivée de Russie, Vera veut à tout prix s’intégrer dans sa nouvelle vie à New York mais elle se rend compte très vite que ce n’est pas facile. Ses amies vivent dans des maisons luxueuses et leurs parents peuvent se permettrent beaucoup de choses comme de les envoyer dans les meilleures colonies de vacances du pays. Vera et sa mère n’ont pas les mêmes moyens et ne peuvent pas se permettre ces privilèges. Mais cette année, elle part dans une colonie de vacances russe où elle compte bien en profiter. Cependant, rien ne se passera comme Vera l’avait prévu.

Si Les enfants de l’été m’a ramenée à mes souvenirs d’animatrice, cet ouvrage m’a lui évoquée mes souvenirs d’enfant de jeune colon ! Comme l’héroïne j’ai été confrontée à un groupe de « pestouilles » et aux difficultés de la vie sous tente, mais j’y ai aussi fait à 10 ans une jolie rencontre, toujours dans ma vie 32 ans plus tard. L’ouvrage parle aussi du déracinement, de l’immigration, des différences culturelles et de la difficulté à trouver sa place quand on ne se sent pas complètement ni de son pays d’origine, ni de son pays d’adoption. Les dessins sont très expressifs et le côté « souvenir » enrichi par un bel effet de tonalités désuettes dans les dominantes de vert.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Ernest & Rebecca – tome 1 – Mon copain est un microbe (acheté lors de l’opération 48h BD) de Guillaume Bianco et Antonelle Dalena aux Editions Le Lombard : Elle s’appelle Rebecca, elle a six ans, bientôt et demi. Ses défenses immunitaires sont un peu faibles, mais elle ne compte pas se laisser faire: elle va prouver au monde qu’elle n’est pas une puce. Partie chasser la grenouille par temps de pluie, Rebecca attrape finalement Ernest, un drôle de microbe qui n’a pas la langue dans sa poche. Le genre d’ami bien utile à l‘heure où les parents se perdent dans leurs disputes de grands. Un nouvel album-jeunesse des plus originaux qui marie un graphisme très moderne avec une grande sensibilité dans le scénario.

Il s’agit cette fois du choix de mon 6 ans et demi lors des 48hBD, je ne connaissais pas du tout, alors j’ai voulu me plonger dedans avant de lui donner. J’ai beaucoup ri avec cette facétieuse petite fille malade mais pas sans ressources et son inséparable ami imaginaire : un microbe ! Le livre aborde les thèmes de la maladie et de la différence mais aussi la question des difficultés de couple avec habileté sans nonchalance ni dramatisme.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le Réseau Papillon, Tome 3 : Rester libre (*) de Nicolas Otéro et Franck Dumanche aux Editions Jungle : Janvier 1941―L’hiver s’est installé sur le petit village de Normandie où vivent Gaston, Elise, Doc et Bouboule. Le village vit au ralenti et la guerre s’immisce dans le quotidien de chacun. Mais tout s’accélère le jour où Samba, tirailleur sénégalais en fuite, croise la route de Gaston qui décide, coûte que coûte, de l’aider. Plongés dans l’effroi du nazisme, nos quatre amis vont apprendre que la guerre change bien des choses.

On adore cette série avec mon mari, et si ce nouveau tome confirme notre coup de cœur, il ne nous a pas épargnés. Plus on avance dans la lecture des différents tomes, plus l’engagement de nos jeunes héros est fort, ets on reste très impressionné par leur courage et leur détermination malgré les épreuves parfois terribles.  L’ouvrage se termine une fois encore par quelques pages documentaires particulièrement intéressantes ( en particulier sur les tireurs sénégalais dans ce tome 3). Une façon intéressante de parler de la seconde guerre avec les enfants à quelques jours des commémorations du 8 mai.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les Beaux Étés – tome 1 – Cap au Sud ! (acheté lors de l’opération 48h BD) de Zidrou et Jordi Lafebre aux Editions Dargaud : Août 1973. Zidrou et Lafebre nous font une place dans la 4L rouge Esterel de la famille Faldérault : entre les parents et les 4 enfants, nous voici en route vers le Midi pour de « beaux étés » ! Chaque année, les mêmes rituels : Pierre, le père, rend ses planches de B.D. en retard, les chansons de vacances, l’étape pique-nique… Un mois pour oublier le quotidien, le couple qui bat de l’aile, Tante Lili malade. Des souvenirs à engranger qui font que la vie est plus belle, des moments précieux pour se rappeler l’essentiel. Cap au sud !

Ma plus belle découverte de l’opération 48h BD, c’est bien simple je les veux tous désormais ! Il y a là la même tendresse que dans Les vieux fourneaux, on plonge avec nostalgie dans les souvenirs faits d’amour et de simplicité de cette famille, c’est drôle et poignants car si les petits bonheurs sont glanés avec délectation, la vie ne les épargne pas non plus. Les clins d’œil aux années 70 vous feront sourire et cette tribu si attachante saura toucher votre cœur et votre sensibilité.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous trouverez bien d’autres idées, j’en suis sûre, parmi les lectures d’avril de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

%d blogueurs aiment cette page :