Archive | Les lectures de BBB’s mum RSS feed for this section

Mes lectures de mai 2019

10 Juin

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

( avec beaucoup de retard ce mois-ci pour cause d’écriture de mémoire 🙂 )

Bilan  de ce mois de mai 2019 6 ouvrages :

un roman, un recueil de nouvelles, deux livres pratiques et deux bandes-dessinées/roman graphique  !

Bon en vérité il y en a beaucoup plus, puisque depuis décembre j’ai lu plus de 100 ouvrages jeunesse et adultes dans le cadre de mon mémoire, alors que je vous en ai présenté à peine une dizaine sur le blog ! Autant vous dire que je me donne le vertige à moi-même ; et je pense que vous comprendrez aisément pourquoi je suis moins assidue sur le blog mais toujours aussi passionnée de lectures  !

En fin de billet, je vous montre également mes 4 derniers livres de cuisine (lectures de mes petits déj’ en solitaire à 6h du mat’).  🙂

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Zoé, fantastique ! de Luce Michel aux Editions Pygmalion : « Mais arrête! Tu est superbe, comme dirait Alice. Tu as le corps d’une femme qui donne, qui offre, qui pardonne. Tu resplendis, ta générosité se lit sur tes courbes. Quand on te voit, on n’a qu’une envie: être dans tes bras pour être consolée, dorlotée et que tu prennes tout en charge. Et c’est ce à quoi tu te consacres, te charger des autres! Zoé, tu es solaire, tu dégages une énergie et une bonté rares. Tu es ronde, et alors? Tu es ronde comme un coeur est immense, ronde parce que rien en toi n’est petit, ratatiné ou mesquin. Le reste, on s’en fout! ».
Oui, si l’on en croit Lola, Zoé est la plus équilibrée de la bande. Et ce n’est pas Alice qui va la contredire. Mariée depuis toujours, mère de trois enfants, éco-responsable et gérant un emploi du temps de ministre, Zoé semble un roc qu’aucune tempête ne peut ébranler. Et pourtant. Une seule petite phrase va bouleverser toutes ses certitudes. Ses livres de développement personnel lui seront-ils d’un quelconque secours dans ces eaux agitées ?

Un roman feel good à la fois drôle et sensible où il est question de la fameuse crise de milieu de vie ! C’est exactement ce que j’avais besoin le soir en ce mois chargé pour me détendre et passer un bon moment, avec une héroïne qui pourrait être une bonne copine ! Ce roman est le 3ème tome d’une trilogie, mais il n’est pas essentiel d’avoir lu les précédents; bon par contre je vous avoue ils sont désormais dans ma wish-list !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Je te donne. Quatre auteurs qui s’engagent pour le don de sang de Agnès Ledig, Martin Winckler, Baptiste Beaulieu et Laurent Seksik chez Librio littérature :
«Ils auraient donné leur propre vie pour sauver celle de leur fils, mais personne n’en voulait parce que ce n’est pas comme ça que ça marche.»
« Le don de sang ne va pas de soi. Parler souvent de ce sujet, avec enthousiasme et bienveillance : voilà l’objectif de ce recueil. Des histoires courtes, des histoires de partage, de lumière, d’espoir. Puissent-elles susciter l’envie de parler à votre tour du don de sang. Puissent-elles être le déclic pour devenir vous-même donneur régulier. »
Comment le décès d’une jeune Américaine, Rebecca, entraîne un incroyable mouvement de solidarité. Comment la rencontre entre Gaëlle et Julien, autour d’un café, ne se déroule pas de la façon attendue. Comment Rachel, soixante-dix ans, transmet un peu de son histoire à sa petite-nièce. Comment les « liens du sang » dont parle Dimitri dans sa verve adolescente ne sont pas ceux qu’on imagine…

Quatre auteurs de talent qui ont pour point commun de venir du monde médical, nous livrent ici quatre nouvelles bouleversantes ! Avec un petit coup de cœur supplémentaire pour celle de l’humaniste Baptiste Beaulieu qui est juste incroyable ! Achetez le absolument, il ne coûte que 3 euros , et pis n’hésitez pas donner si vous le pouvez votre sang, votre plasma, vos plaquettes ! D’ailleurs si vous allez à l’EFS (Etablissement Français du Sang) le 14 juin à l’occasion de la journée mondiale des donneurs de sang, vous devriez recevoir une petite surprise en lien avec cet ouvrage !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

L’éducation inclusive de Jacques Joguet aux Editions Tom Pousse : Cet ouvrage rappelle les exigences qui favorisent pour un jeune l´accès au statut d´élève, en mettant en exergue le respect et la reconnaissance de l´individu comme prémices à l´apprentissage. Faisons fi des critères éculés de répartition entre « bons » et « mauvais » élèves qui aboutissent trop souvent à la stigmatisation et au rejet. Je propose un positionnement non ségrégatif de chaque élève, face aux apprentissages, en lien avec son potentiel. Parmi les outils pédagogiques, je mets en avant pour chacun d´eux les enjeux dont ils sont porteurs, avant de décrire dans le détail un mode d´utilisation rigoureux pour éviter un usage défectueux, voire contreproductif. L´éducation inclusive est un projet ambitieux où chacun a sa place. Au fil de ce livre, les différents acteurs de l´école jusqu´aux responsables institutionnels sont questionnés et sollicités à partir de propositions concrètes pour enfin mettre en place l´école de « l´excellence pour tous ».

J’attendais beaucoup de cet ouvrage, car l’inclusion est au centre de mes missions; et pourtant je n’ai pas du tout reconnu la réalité du terrain et je n’ai pas trouvé les pistes soutenantes que j’attendais, peut-être suis-je trop experte sur le sujet…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Parents dans un monde d’écrans de Catalina Briceno et Marie-claude Ducas aux Editions de l’Homme : Guide d’accompagnement pour les adultes ayant la responsabilité de veiller au bien-être des enfants. Ce livre fait le tour des enjeux actuels concernant les jeunes et les technologies (jeux en ligne, cyberdépendance, utilisation compulsive du téléphone, d’Instagram, fascination pour les youtubeurs, téléphone en classe, etc … ). 
Le livre est fait en 3 parties : La 1ère partie aborde l’état de la famille moderne et l’onmiprésence des technologies, la 2ème partie aborde la petite enfance ( 0 / 4 ans) + 5/11 ans et la 3ème aborde les enjeux liés à l’adolescence.
Il fournit des pistes de réflexion, des conseils et des outils pour encadrer plus efficacement ces pratiques. Destiné d’abord aux parents, il intéressera aussi tous ceux qui s’impliquent dans l’éducation (enseignants, intervenants, psychologues).

Comme beaucoup je suis très inquiète de l’omniprésence des écrans dans nos vies comme dans celle de nos enfants. Je suis toujours à la recherche de conseils dans ma propre gestion des écrans à la maison mais aussi pour donner des pistes en tant que professionnelle aux famille que j’accompagne. Un chouette ouvrage très complet mais facile d’accès que je recommande.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le Blog de Léonie de Béka et Grégoire Mabire chez Bamboo Edition : Entre journal intime 2.0 et bande dessinée. Durant leurs vacances à Paris, Nina et Charlotte découvrent la passion de leur amie Léonie : le geocaching. Grâce à son nouveau blog, Léonie les tiendra ainsi au courant des autres « caches aux trésors » qu’elle découvrira dans les rues de la capitale… Mais alors qu’elle cherche une nouvelle cache, elle fait la connaissance d’un jeune migrant isolé qui erre dans les rues, sans foyer. Elle décide, avec son ami Philémon, de l’aider à retrouver sa famille en activant leur réseau de geocaching à travers toute la France.

J’ai adoré cette BD que je rachéterai sans hésiter pour faire un cadeau à une préado. C’est le 3ème tome de la série Blog de… dont le premier volume a remporté en 2017 le Grand Prix des Lecteurs du Journal de Mickey. C’est frais, moderne, c’est une belle histoire d’amitié qui intègre avec beaucoup d’intelligence la problématique des migrants et des mineurs isolés étrangers et met à l’honneur le geocahing ! A découvrir absolument ! Coup de ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Jolis sauvages de Lise Desportes aux Editions Steinkis : Une année sans école ? Quelle idée ! Et pourtant, Lise, Joël et leurs deux enfants, Léon et Ella, l’ont fait ! Partagés entre doutes et envies, ils tentent l’aventure de l’instruction en famille (IEF), favorisant les apprentissages guidés par l’envie, l’enthousiasme et le rythme des enfants. Sans chercher à convaincre, Lise partage, informe et discute de cet autre chemin possible – le unschooling – pas contre l’école, mais en parallèle. Un récit instructif dans lequel Lise livre sans filtre les joies et les difficultés de l’IEF.

Cela fait un petit moment que je suis Lise Desportes alias Lili aime le nougat. Je suis fan de son coup de crayon et j’étais ravie de découvrir cette première BD . Un chouette moment de lecture, ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est que Lise ne cherche absolument pas à nous convaincre ( ni à nous dissuader d’ailleurs) de la suprématie de l’IEF, elle reste tout le long fidèle à cette volonté d’apporter un témoignage objectif c’est à dire avec ses joies, ses doutes, ses galères avec humour, tendresse et humilité !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Et je profite de ce billet pour vous montrer

les quatre nouveaux livres accueillis par notre cuisine

et que nous avons beaucoup apprécié Chéri-Mari et moi

Une fois n’est pas coutume je commence par vous donner mon avis sur ces ouvrages avant de vous les présenter. J’étais très intéressée de lire ces 4 titres, car comme beaucoup d’entre vous, depuis un petit moment nous sommes plus attentifs à ce que nous mangeons, dans un but de santé, en essayant de nous nourrir le plus sainement, en cuisinant un max et en achetant un peu bio mais surtout local, le tout en pensant à nous mais aussi à notre planète ! Choisir les bons gras, éviter les sucres blancs, on essaie, mais pas toujours évident, les deux premiers ouvrages sont clairement devenus des bibles car ils ne contiennent pas seulement des recettes mais un tas de conseils et d’explications ! Je sais enfin la différence entre le Rapadura et le muscovado ! Petit + Esthétiquement ils sont superbes !  Le troisième est parfait pour varier un peu mes « gamelles » du midi au boulot, Marie Chioca me bluffe car au final ses idées sont assez simples au niveau des ingrédients, mais hyper originales par les associations et surtout toujours de saison ce qui est plutôt chouette pour utiliser le panier de légumes que nous récupérons chaque semaine. Le dernier est né de l’envie d’utiliser un peu plus la fonction varoma de mon Thermomix et d’utiliser davantage ce mode de cuisson pour manger savoureux et léger ! Bref voici 4 chouettes références que je vous recommande !


Stop au gras (ou presque) de Vincent Amiel et Marie-Laure André aux Editions Larousse : Vous souhaitez réduire votre consommation de gras au quotidien sans pour autant vous lancer dans un régime trop contraignant ? « Bon gras », oméga-3, graisses insaturées… cela vous parle mais vous aimeriez en savoir plus pour pouvoir mieux agir ? Marie-Laure et Vincent nous proposent ici un cheminement simple vers une consommation plus raisonnée des matières grasses et une alimentation plus équilibrée ! Découvrez 45 recettes savoureuses à teneur réduite en graisses, des dizaines d’astuces et de nombreuses explications pratiques pour comprendre les effets du gras sur notre santé et notre corps, et adopter facilement un mode de vie plus sain mais toujours aussi gourmand, sans culpabilité et sans pression !


Bye bye le sucre (ou presque) de Séverine Augé et Sabrina Debusquat aux Editions Larousse : Plouf, plouf, plouf… Si plusieurs morceaux de sucre tombent chaque jour dans votre café malgré vos tentatives d’en réduire le nombre, alors vous devriez ouvrir ce livre ! Car malgré son pouvoir addictif, il est possible de dire bye-bye au sucre de façon durable et sans frustration (ou presque). Laissez-vous guider pour comprendre comment le sucre agit sur votre santé, découvrir ses alternatives et repenser votre quotidien en adoptant des solutions simples. Régalez-vous avec 45 recettes low sugar : gâteaux classiques revisités, desserts superlight, encas anti-fringale, douceurs pour enfants, petits déjeuners pas (toujours) sucrés… Découvrez comment vous passer du sucre blanc et par quoi le remplacer !



Ma petite saladerie à la maison de Marie Chioca aux Editions Terre Vivante : Une tomate, un reste de laitue, quelques herbes et morceaux de fromage… Fan de salades mais en panne d’inspiration ? Découvrez toutes les recettes fétiches et secrètes de Marie Chioca et mettez un peu de joie dans vos salades ! 50 créations originales de salades « made in Vercors » pour les 4 saisons : peu d’ingrédients, des associations réfléchies pour une véritable harmonie, de la simplicité. Chaque recette de salade est accompagnée d’une sauce qui viendra révéler toutes les subtilités de ses ingrédients pour une explosion de saveurs. La Bergère, la Pagnol, la Sauvageonne, la Mandoline, la Dolce Vita, la Popeye, la Chaperon rouge, la Canicule, l’Alpine, la Brocéliande, la Corsica, l’Arverne et même la Junk… que de noms évocateurs, « comme au bistrot », pour vous mettre l’eau à la bouche !


Tout à la vapeur douce: Pourquoi et comment? de Christine Bouguet-Joyeux et Bernadette Jastrebski aux Editions du Rocher : Un guide de cuisson à la vapeur douce et 125 recettes familiales et conseils pour le quotidien. La cuisson à la vapeur est la meilleure méthode de cuisson pour la santé. Elle est très rapide et préserve et développe le goût des fruits, légumes, viandes et condiments.Elle est l’idéal pour notre santé, elle ne détériore pas les aliments et permet d’éliminer les produits toxiques. Avec ces recettes, vous faciliterez la digestion et l’absorption des aliments ainsi que l’élimination des déchets, vous lutterez efficacement contre le surpoids, la fatigue et la déprime, et gagnerez plus de tonus et une meilleure immunité… Mangez mieux et meilleur : avec la vapeur douce et courte, vous préservez la qualité nutritionnelle et gastronomique de vos plats.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous trouverez bien d’autres idées, j’en suis sûre, parmi les lectures de mai de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures d’avril 2019

5 Mai

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

( avec un peu de retard ce mois-ci pour cause de 40 ans de Chéri-Mari 🙂 )

Bilan  de ce mois d’ avril 2019 12 ouvrages :

trois merveilleux romans, un livre pratique et un livre de témoignage,  et sept bandes-dessinées  !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous me permettrez de commencer avec mon CHOUCHOU du mois, une nouvelle pépite de

Quand nos souvenirs viendront danser (*) de Virginie Grimaldi aux Editions Fayard : « Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six : Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline. Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. » À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

ATTENTION ! PEPITE-BIJOU-CHEF d’OEUVRE !!!! Du grand Virginie Grimaldi, un savant mélange d’humour, d’humanité, de tendresse ! Quand Il est grand temps de rallumer les étoiles est sorti l’an passé, Tu comprendras quand tu seras plus grande a dû lui faire une petite place sur la première marche de mon podium … et bien désormais j’ai trois préférés. Le sujet m’a une nouvelle fois touchée en plein cœur; le temps qui passe, les destinées familiales, nos aînés qui vieillissent bien trop vite… les mots de Virginie ont ravivé des questionnements de plus en plus ancrés en moi. Il y a des extraits qui m’ont bouleversée, et notamment une déclaration d’Amour de Marceline à son Anatole, si riche de sens sur ma vision du couple, des anecdotes qui m’ont donné le sentiment que ce livre parlait des miens. J’ai une nouvelle fois ri aux éclats des dizaines de fois avant de laisser perler quelques larmes un instant après. Cette fois, la fin ne m’a pas surprise car je l’avais anticipée; elle est exactement celle que j’attendais mais dite avec tellement de délicatesse, de justesse et d’amour. Je suis complètement sous le charme de ce nouveau roman et tellement admirative du talent et de la plume de Virginie ! Je ne cesse de faire les louanges à mes proches de cette PEPITE ! Merci infiniment Ginie ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Poste restante à Locmaria de Lorraine Fouchet aux Editions Le livre de Poche : Élevée dans le culte d’un père mort avant sa naissance, Chiara découvre, à l’âge de vingt-cinq ans, qu’elle est peut-être la fille d’un marin breton. Sous le choc de cette révélation, elle embarque pour l’île de Groix et fait la connaissance de Gabin, prête-plume d’écrivains célèbres, qui devient son compagnon de fortune. Mais ce séduisant jeune homme, arrivé comme elle de la « grande terre », est-il vraiment celui qu’il prétend être ? Et Chiara reviendra-t-elle indemne de son enquête insulaire ? Lorraine Fouchet signe un roman breton où la tendresse ne reste pas poste restante, où le bateau du courrier est porteur de bien des surprises, où les boîtes aux lettres recèlent des secrets inattendus.

Un autre très joli roman ! L’autrice met une nouvelle fois au premier plan son île chéri, et je dois vous dire que le livre reposé, on n’a qu’une envie : s’y réfugier sur la trace de ces héros si touchants. Un roman sensible sur la quête des origines, la construction de soi, la galerie de personnages est très touchante entre ces jolies rencontres, faites d’authenticité et d’une foi inébranlable en l’être humain et d’autres plus sombres peinant à sortir de leurs failles. Il en ressort un roman lumineux et aussi vivifiant que les embruns.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Une dose de douleur nécessaire (*) de Victoire de Changy aux Editions J’ai Lu : C’est un drôle de ballet qui se joue à Bruxelles. Elle est jeune, songeuse, tout à lui. Il a une vie ailleurs et le double de son âge. Rencontre insolite, séduction musicale, retrouvailles fugaces… Au fil d’instantanés amoureux alliant la sensibilité de Marguerite Duras à la fantaisie de Michel Gondry, Une dose de douleur nécessaire nous emporte dans une passion singulière.

Un texte magnifiquement écrit mais douloureux comme l’indique le titre. Dans un premier temps, ce livre m’a beaucoup fait pensé au roman Je l’aimais d’Anna Gavalda. Ces deux titres évoquent en effet l’amour adultérin… et puis je me suis éloignée de cette première impression, happée par le style vraiment original de l’autrice pour finir scotchée et décontenancée par le dénouement aussi sensible que tragique.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Raph Story – Croire au-delà de l’impossible (*) de Pierre Duplessis aux Editions Un monde différent : Recevoir un diagnostic d’autisme pour son enfant chamboule l’univers. Plusieurs pères ne résistent pas à ce choc et choisissent la fuite, déchirés entre l’abandon de leur enfant et la perspective d’une vie dans laquelle ils ne pourront jamais s’accomplir. Pierre Duplessis a vécu cette décharge, mais il a décidé de rester et d’y croire. Il était loin de se douter que cette décision allait l’entraîner dans une aventure incroyable, avec ses moments de joie intenses et ses recoins sombres, tout en lui permettant de devenir un père rempli de fierté. C’est pourquoi il a choisi de raconter son parcours à travers celui de son fils ; pour montrer que l’espoir est toujours là, dans le détour, quand on s’y attend le moins. Peuplé d’anecdotes savoureuses, parsemé d’un humour multipliant les références à la culture pop, Pierre Duplessis nous transporte dans le récit coloré de son fils autiste.

Il y a bien évidemment ce mois-ci encore eu beaucoup de lectures jeunesse ou adultes sur l’autisme, voici celui que je voulais absolument vous présenter ! Pas forcément évident de parler de l’autisme avec à la fois authenticité et humour, et pourtant l’auteur réussi ce pari. Un livre de témoignage formidable, réaliste mais optimiste et plein d’espoir avec plein de clins d’œil explicités en fin d’ouvrage !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Maigrir en bonne santé : Mincir sans sucre oui, mais pas en faisant n’importe quoi ! (*) de Jean-Michel Cohen aux Editions J’ai lu : Mincir oui ! mais pas en faisant n’importe quoi ! Avec le Dr Jean-Michel Cohen, apprenez ou réapprenez les bases de l’alimentation et appliquez sa nouvelle méthode pour perdre du poids. Avec les menus et idées de recettes, vous serez guidé au quotidien ! Une perte de confiance ? Une baisse de moral ? Visionnez les vidéos du Dr Cohen grâce aux QR codes inclus dans le livre : vous serez remotivés comme jamais !

C’est notre défi 2019 commun avec chéri-mari : réduire le sucre ! Pas évident pour moi en ce moment car mes soirées passées sur l’ordinateur à étudier, analyser, écrire mon mémoire m’ont fait retrouver la route du chocolat ! Cet ouvrage est donc arrivé au bon moment et m’a bien aidé !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Et puis pas moins de 7 BD ce mois-ci, typique d’un mois où je suis débordée et fatiguée ! J’y puise des petits moment de bonheur avec des lectures faciles et plaisantes et j’y fais surtout de très belle découvertes !

Les enfants de l’été : Bienvenue en centre de loisirs (*) de Milena aux Editions Vraoum : Milena est une lycéenne qui ne vit que pour les concerts, mais qui n’a pas le sou. Alors qu’arrivent les vacances, plutôt qu’aller à l’usine, sa mère lui suggère une idée : et si elle travaillait en centre de loisirs ? Super ! ça ne doit pas être bien compliqué…
On passe le BAFA et hop ! Bienvenue dans la vie d’une jeune animatrice qui découvre le quotidien du travail au milieu des enfants : les drames à la cantine, les cacas, les doudous perdus, les siestes, les crises, les pipis, re-les crises et les parents qui n’aident pas, mais aussi les grandes joies, les amitiés et les câlins.

J’ai travaillé pendant des années (de 17 ans à 31 ans) tous les étés en centre de loisirs ou colonies ! Autant vous dire que le sujet me parlait, sans pour autant m’identifier à l’héroïne, parce que peut-être un peu plus dans mon élément qu’elle ( les câlins et les pipis ne m’ont jamais effrayée). Quoiqu’il en soit je me suis bien amusée à me replonger dans cet atmosphère, à me remémorer mes propre souvenirs d’échanges avec les animateurs ou les enfants, les projets, les sorties, les grands jeux, et le sentiment d’être infiniment riche une fois la paye reçue !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

March comes in like a lion (tome 1) (acheté lors de l’opération 48h BD) de Umino Chica aux Editions Kana : Rei Kiriyama est lycéen, il habite seul dans un quartier populaire de Tokyo. Malgré son jeune âge il est joueur professionnel de shôgi. Enfant, il a perdu toute sa famille dans un accident et depuis il vit dans une grande solitude. Un jour, il fait la connaissance de trois soeurs : Akari, Hinata et Momo. A leur contact, Rei change peu à peu… Une histoire chaleureuse dans laquelle des personnes vont peu à peu retrouver ce qu’elles avaient perdu.

Un choix fait un peu à l’aveugle lors de l’opération 48h BD qui s’est révélée être une jolie surprise ! Les héros de ce manga sont très touchants, le jeune Rei nous bouleverse par son atypisme, sa solitude et sa mélancolie et les 3 sœurs si solaires sont tout aussi attachantes, j’ai découvert le shôgi que je ne connaissais pas. J’ai très envie de lire les tomes suivants !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La Vie compliquée de Léa Olivier BD T01: Perdue (acheté lors de l’opération 48h BD) de Alcante, Catherine Girard Audet et Ludo Borecki aux Editions Kennes : Ce premier tome de « La Vie compliquée de Léa Olivier » nous emmène à Montréal, en compagnie de Léa, 14 ans, qui vient tout juste d y emménager avec ses parents. Séparée de sa meilleure amie Marilou et de son amoureux Thomas, elle peine un peu à se faire à son nouvel environnement. Il faut dire qu’entre les maladresses de Thomas, pas très doué pour les relations à distance, les filles du lycée qui la prennent de haut et son frère Félix qui joue les beaux gosses, Léa se sent parfois un peu seule. Heureusement, il y a Marilou, à qui elle raconte tout, par mail et par chat. Laquelle la tient au courant de la vie de leur village, des faits et gestes de Thomas et des aléas de sa vie amoureuse…

Pleine de fraîcheur et de légèreté, cette BD est plutôt destinée aux jeunes filles puisqu’elle raconte les péripéties d’une ado suite à son déménagement. Un style très moderne, avec une omniprésence des réseaux sociaux, des échanges par mails ou chats, et puis on s’amuse beaucoup avec les différences de vocabulaire entre Le Québec et le France !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Un été d’enfer ! (*) de Vera Brosgol aux Editions Rue de Sèvres : Arrivée de Russie, Vera veut à tout prix s’intégrer dans sa nouvelle vie à New York mais elle se rend compte très vite que ce n’est pas facile. Ses amies vivent dans des maisons luxueuses et leurs parents peuvent se permettrent beaucoup de choses comme de les envoyer dans les meilleures colonies de vacances du pays. Vera et sa mère n’ont pas les mêmes moyens et ne peuvent pas se permettre ces privilèges. Mais cette année, elle part dans une colonie de vacances russe où elle compte bien en profiter. Cependant, rien ne se passera comme Vera l’avait prévu.

Si Les enfants de l’été m’a ramenée à mes souvenirs d’animatrice, cet ouvrage m’a lui évoquée mes souvenirs d’enfant de jeune colon ! Comme l’héroïne j’ai été confrontée à un groupe de « pestouilles » et aux difficultés de la vie sous tente, mais j’y ai aussi fait à 10 ans une jolie rencontre, toujours dans ma vie 32 ans plus tard. L’ouvrage parle aussi du déracinement, de l’immigration, des différences culturelles et de la difficulté à trouver sa place quand on ne se sent pas complètement ni de son pays d’origine, ni de son pays d’adoption. Les dessins sont très expressifs et le côté « souvenir » enrichi par un bel effet de tonalités désuettes dans les dominantes de vert.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Ernest & Rebecca – tome 1 – Mon copain est un microbe (acheté lors de l’opération 48h BD) de Guillaume Bianco et Antonelle Dalena aux Editions Le Lombard : Elle s’appelle Rebecca, elle a six ans, bientôt et demi. Ses défenses immunitaires sont un peu faibles, mais elle ne compte pas se laisser faire: elle va prouver au monde qu’elle n’est pas une puce. Partie chasser la grenouille par temps de pluie, Rebecca attrape finalement Ernest, un drôle de microbe qui n’a pas la langue dans sa poche. Le genre d’ami bien utile à l‘heure où les parents se perdent dans leurs disputes de grands. Un nouvel album-jeunesse des plus originaux qui marie un graphisme très moderne avec une grande sensibilité dans le scénario.

Il s’agit cette fois du choix de mon 6 ans et demi lors des 48hBD, je ne connaissais pas du tout, alors j’ai voulu me plonger dedans avant de lui donner. J’ai beaucoup ri avec cette facétieuse petite fille malade mais pas sans ressources et son inséparable ami imaginaire : un microbe ! Le livre aborde les thèmes de la maladie et de la différence mais aussi la question des difficultés de couple avec habileté sans nonchalance ni dramatisme.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le Réseau Papillon, Tome 3 : Rester libre (*) de Nicolas Otéro et Franck Dumanche aux Editions Jungle : Janvier 1941―L’hiver s’est installé sur le petit village de Normandie où vivent Gaston, Elise, Doc et Bouboule. Le village vit au ralenti et la guerre s’immisce dans le quotidien de chacun. Mais tout s’accélère le jour où Samba, tirailleur sénégalais en fuite, croise la route de Gaston qui décide, coûte que coûte, de l’aider. Plongés dans l’effroi du nazisme, nos quatre amis vont apprendre que la guerre change bien des choses.

On adore cette série avec mon mari, et si ce nouveau tome confirme notre coup de cœur, il ne nous a pas épargnés. Plus on avance dans la lecture des différents tomes, plus l’engagement de nos jeunes héros est fort, ets on reste très impressionné par leur courage et leur détermination malgré les épreuves parfois terribles.  L’ouvrage se termine une fois encore par quelques pages documentaires particulièrement intéressantes ( en particulier sur les tireurs sénégalais dans ce tome 3). Une façon intéressante de parler de la seconde guerre avec les enfants à quelques jours des commémorations du 8 mai.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les Beaux Étés – tome 1 – Cap au Sud ! (acheté lors de l’opération 48h BD) de Zidrou et Jordi Lafebre aux Editions Dargaud : Août 1973. Zidrou et Lafebre nous font une place dans la 4L rouge Esterel de la famille Faldérault : entre les parents et les 4 enfants, nous voici en route vers le Midi pour de « beaux étés » ! Chaque année, les mêmes rituels : Pierre, le père, rend ses planches de B.D. en retard, les chansons de vacances, l’étape pique-nique… Un mois pour oublier le quotidien, le couple qui bat de l’aile, Tante Lili malade. Des souvenirs à engranger qui font que la vie est plus belle, des moments précieux pour se rappeler l’essentiel. Cap au sud !

Ma plus belle découverte de l’opération 48h BD, c’est bien simple je les veux tous désormais ! Il y a là la même tendresse que dans Les vieux fourneaux, on plonge avec nostalgie dans les souvenirs faits d’amour et de simplicité de cette famille, c’est drôle et poignants car si les petits bonheurs sont glanés avec délectation, la vie ne les épargne pas non plus. Les clins d’œil aux années 70 vous feront sourire et cette tribu si attachante saura toucher votre cœur et votre sensibilité.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous trouverez bien d’autres idées, j’en suis sûre, parmi les lectures d’avril de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de mars 2019

31 Mar

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !


Je ne partage ici que mes lectures « adultes »; 

mais si j’ajoute les ouvrages jeunesse et ados lus dans le cadre de mon mémoire

je frôle la cinquantaine d’ouvrages ! ( j’en ai le vertige moi-même)

Vous comprendre un peu mieux pourquoi je suis moins présente sur la blogosphère !  🙂

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦



La Cerise sur le gâteau(*) d’Aurélie Valognes aux Editions Mazarine : La vie est mal faite : à 35 ans, on n’a le temps de rien, à 65, on a du temps, mais encore faut-il savoir quoi en faire…
Bernard et Brigitte, couple solide depuis 37 ans, en savent quelque chose. Depuis qu’elle a cessé de travailler, Brigitte profite de sa liberté retrouvée et de ses petits-enfants. Pour elle, ce n’est que du bonheur. Jusqu’au drame : la retraite de son mari ! Car, pour Bernard, troquer ses costumes contre des pantoufles, hors de question. Cet hyperactif bougon ne voit vraiment pas de quoi se réjouir. Prêt à tout pour trouver un nouveau sens à sa vie, il en fait voir de toutes les couleurs à son entourage ! Ajoutez à cela des enfants au bord de la crise de nerfs, des petits-enfants infatigables, et surtout des voisins insupportables qui leur polluent le quotidien… Et si la retraite n’était pas un long fleuve tranquille ?

J’ai reçu ce roman grâce à une opération Babelio me proposant de découvrir ce titre en avant-première puis de participer à la soirée de lancement en compagnie de l’auteur. Malheureusement en dernière minute, une contrainte professionnelle m’a privée de ce moment privilégié ! La déception passée il me reste un excellent souvenir de lecture. Aurélie Valognes, une fois encore, soigne ses personnages et nous régale de situations mêlant humour, tendresse et un brin de loufoquerie. Les relations humaines et familiales, les changements de vie sont au cœur de ce récit. C’est aussi pour moi le roman le plus engagé de l’auteur qui éveille notre conscience écolo mais taquine aussi gentiment ( avec auto-dérision)  les extrémistes du zéro déchet !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les phrases interdites si vous voulez rester en couple (*) de Pascale et Gilles Legardiner aux Editions J’ai Lu : « Du premier regard jusqu’aux noces d’or, les mots construisent nos couples… ou les détruisent !
Découvrez – et déjouez dans la bonne humeur – les pièges qui menacent une aventure à deux. Explorez les points de vue pour mieux comprendre l’autre et dialoguer autour de ce qui peut agacer. Dans une époque qui oppose trop souvent femmes et hommes, un vrai couple pose enfin un regard croisé, positif et plein d’humour, sur la façon dont chacun fonctionne, jusque dans ses travers… Voici la plus abordable et la plus joyeuse des thérapies de couple. Riez de ces redoutables petites phrases, évitez de les prononcer, et vivez heureux ensemble ! »

Un ouvrage construit autour de chapitres reprenant les phrases qu’il vaut mieux éviter en couple :  » Tu ne m’as jamais parlé comme ça », « Ta mère a bien raison à ton sujet »,  » T’as tes règles ou quoi ? »… avec beaucoup d’humour et on le sent pas mal d’expérience, Gilles et Pascale prennent tour à tour la parole pour nous expliquer pourquoi exclure certaines phrases pour vivre heureux à 2 ! Vous verrez beaucoup de situations sont très très parlantes 😀  ! C’est pour moi le cadeau idéal pour le futur enterrement de vie de jeune fille d’une de mes amies 😉

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Ce que j’aimerais te dire : si je savais trouver les mots, si j’avais plus de temps, si… (*) d’Emeric Lebreton aux Editions Orien’Action : Un titre qui sonne comme une confidence, un murmure susurré dans le creux de l’oreille. Mais qu’on ne s y trompe pas : nul secret ici qui ne doive être dissimulé et ne puisse être répété. Car ce qu’a à nous dire Emeric Lebreton dans ce nouvel ouvrage concerne le plus grand nombre c’est-à-dire le genre humain. Humain trop humain comme disait Nietzche, humain aux prises avec toutes ses contradictions, ses élans passionnés et ses doutes mortifères. Humain en proie à l exaltation et au découragement, ce qu’il est de grandeur, de lâchetés et de peurs. Et pourtant, le bonheur est là, à portée de main, il est en nous, il s appelle confiance, il s’appelle envie et dépassement de soi. Emeric Lebreton n’aime rien tant que prendre le contrepied de son époque : ainsi la réussite n’est plus une ambition égoïste mais devient un moyen d’être heureux, le véritable antidote à la morosité ambiante, le secret du bonheur. Tel un défi lancé aux hommes et à lui-même, il nous invite à considérer le monde avec un regard neuf : non, la fin ne saurait « justifier les moyens » comme il put être dit ; seuls les moyens que nous mettons en œuvre pour réussir nos vies justifient notre existence sur terre. D’une grande sensibilité, émaillé de poèmes, de contes et d’expériences vécues, Emeric Lebreton signe avec ce livre une partition originale et inspirée.

Un livre de développement personnel très facile d’accès, pour nous guider il propose à la fois des conseils, des histoires (témoignages et paraboles), des petits exercices. Y sont abordées les notions de deuil, de confiance en soi, de conflit, du temps qui passe, des épreuves de la vie. Une douce lecture à la fois apaisante et bienfaisante !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La pleine conscience à l’école de 5 à 12 ans (*) sous la direction de Ilios Kotsou aux Editions De Boeck et Van In : Cet ouvrage propose aux enseignants toute une série d’ateliers et d’activités de pleine conscience, à réaliser en classe avec les élèves dès 5 ans. La pleine conscience est une pratique laïque, moderne, dont les effets bénéfiques font, depuis une trentaine d’années, l’objet de nombreuses études scientifiques. De plus en plus d’études mais aussi de témoignages d’enseignants démontrent les bénéfices de la pratique de la pleine conscience, en particulier pour mieux gérer le stress et développer le sentiment de mieux-être à l’école. Cet ouvrage propose aux enseignants toute une série d’ateliers et d’activités pour pratiquer la pleine conscience en classe, avec des élèves à partir de 5 ans. Ces activités sont organisées par types et par thèmes, pour faciliter la manipulation de l’ouvrage. Elles sont accompagnées de nombreux conseils et explications.

Un ouvrage très complet à destination des enseignants qui nous aide à mieux comprendre les émotions de l’enfant, afin de les aider à gérer leur stress, gagner en attention, en concentration, en confiance en soi; et qui propose 39 exercices variés, détaillés dans des fiches explicatives permettant leur mise en œuvre en classe. Les exercices s’accompagnent de pistes audio à télécharger grâce à un QR code dans le livre. Ce livre donne vraiment envie de se lancer en classe dans les activités de pleine conscience, je pense expérimenter cela dans ma pratique à la prochaine rentrée.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


100 idées pour mieux discerner difficultés et besoins spécifiques dès la maternelle (*) de Florence Cabellan aux Editions Tom Pousse : Chaque année, dans chaque classe de maternelle, un petit nombre d’élèves nécessite une attention très particulière du fait de leur comportement ou de leurs problèmes de mémorisation et de concentration. A chacun son lot de difficultés que l’enseignant se doit de prendre en compte et d’examiner précisément pour comprendre. Or, quelle que soit l’expérience de l’enseignant, il n’y a pas d’explications toutes faites face à des manifestations parfois déroutantes au sein d’un groupe pas toujours facile à gérer. Aussi, il est nécessaire de trouver rapidement des pratiques pédagogiques efficaces dans l’organisation de la classe et la gestion de l’espace, afin que ces élèves puissent progresser dans les apprentissages. 100 idées qui apportent des aides concrètes pour mieux accompagner au quotidien ces élèves de maternelle en difficulté. 100 idées pour formuler des hypothèses axées sur l’observation, comprendre le contexte, tenter de discerner les difficultés et les besoins spécifiques de chacun et détecter les indices qui doivent alerter. 100 idées décrivant les outils pédagogiques qu’il est possible de mettre en place. 100 idées pour établir un partenariat avec les parents et chercher les réponses que peuvent apporter parfois des professionnels de la santé. 100 idées pour trouver vers qui s’orienter selon les difficultés. 100 idées destinées aux enseignants du 1er degré, aux auxiliaires de vie scolaire, parents et à tous ceux qui prennent en charge les élèves en difficulté.

Je vous ai déjà présenté pas mal de titres de cette collection, que j’adore ! C’est comme toujours une mine de conseils très clairs, efficaces. Des ouvrages dans lesquels on peut aller rechercher des idées régulièrement face aux difficultés de certains enfants ! On s’y repère très facilement car les conseils sont groupés par types de difficultés ( attention, mémorisation, expression, praxies, acte de la vie quotidienne…) Il est pour moi indispensable à chaque enseignant de maternelle mais aussi pour les AVS souvent démunis et en manque de formation.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le Voleur de brosses à dents d’Eglantine Eméyé aux Editions J’ai Lu : « Mille fois, j’en ai eu assez. Assez de toi, Samy, assez de ceux qui ne comprennent rien, de la société qui ne fait rien. Assez. Et puis mille fois, j’ai espéré, mille fois, j’ai ri et pleuré avec toi, mille fois, je t’ai serré dans mes bras. Alors j’ai écrit ce livre pour toi, mon petit bonhomme si différent, pour moi, et pour ton frère, afin qu’il n’oublie pas tous ces fous rires qui émaillent aussi notre drôle de vie. J’ai écrit ce livre pour toutes ces familles dont personne ne voit le désarroi, pour témoigner de notre quotidien. J’ai écrit ce livre en n’épargnant personne, parce que personne ne nous épargne. C’est l’histoire de notre combat, c’est l’histoire de notre amour. » Le récit d’une jeune femme confrontée au handicap, le cri d’amour d’une mère.

Evidemment des lectures sur l’Autisme ce mois-ci encore, j’ai été bouleversée par ce témoignage et le courage incroyable de cette maman face au polyhandicap de son enfant. Je vous conseille de le lire et de regarder le reportage qu’elle a réalisé pour mieux comprendre les difficultés auxquelles sont confrontées les familles encore aujourd’hui tant dans le quotidien avec leur enfant que face aux aberrations administratives pour l’orientation et les soins nécessaires à ces enfants.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Gabin sans limites de Laurent Savard aux Editions Petite Bibliothèque Payot : Gabin a deux ans et demi et il ne parle toujours pas. La pédiatre ne s’inquiète pas pour lui. « Peut-être n’a-t-il rien à dire ? » suggère-t-elle. Elle prend Gabin et le pose sur la balance. « Alors, voyons voir combien tu pèses. Non, mon lapin, arrête de bouger. Ah, un futur sportif, l’animal ! A la louche, on va dire douze kilos cinq. Allez, treize, ça porte bonheur ! ». Un fils autiste, un père artiste, et le livre de leur vie. Drôle, tendre, grinçant, zébré de poésie et d’énergie. Bourré d’amour. Laurent Savard et Gabin y mettent le feu aux préjugés.

Ici aussi un témoignage très fort, terriblement dur, tendre et drôle à la fois pour raconter les combats du quotidien avec un enfant autiste. Une belle leçon d’optimisme !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Autisme : décoder les mystères de la vie en société – Pourquoi jouer avec les enfants du quartier alors que je voudrais compter les grains de sable ? (*) de Temple Grandin et Sean Barron aux Editions De Boeck sup : Temple Grandin et Sean Barron abordent toutes les difficultés auxquelles les individus avec autisme sont confrontés dans le domaine de l’interaction sociale et élaborent des lignes directrices permettant de vivre avec les autres. Pour les personnes avec autisme, comprendre comment réagir aux contacts avec les autres est particulièrement compliqué. Temple Grandin et Sean Barron ont pourtant réussi à bien s en sortir, à en juger leur vie sociale épanouie et leur réussite professionnelle. Temple, elle, pense en images. Au contact de nombreux adultes et enfants, elle est arrivée à stocker une véritable base de données dans son cerveau. Son esprit logique a ainsi été en mesure de lui dicter ses comportements sociaux. Ceux de Sean, en revanche, ont longtemps été contrôlés uniquement par ses émotions. Dérouté par les règles sociales, seul, sans amis, il a imaginé ses propres règles et les a imposées aux autres. Néanmoins, ils ont tous deux fini par accepter le monde tel qu’il était et ont réussi à y trouver leur place. En se basant sur leur propre histoire, les deux auteurs abordent les difficultés auxquelles les personnes avec autisme sont confrontées. Et surtout, ils nous donnent les clés pour aider chaque personne avec autisme ou son entourage à vivre, comprendre, s adapter et travailler avec les autres.

Un ouvrage très dense et très complet qui nous explique l’autisme à travers le témoignage de deux autistes célèbres. Il permet de mieux comprendre certaines difficultés auxquelles ils sont confrontés et notamment dans le domaine de l’interaction sociale. Le livre s’adresse plutôt à un public averti, on est parfois un peu déroutés par des paragraphes redondants, mais l’objectif est que le lecteur puisse avoir également accès à une lecture partielle par points-clés. Un livre qui m’a beaucoup éclairée dans mes recherches estudiantines.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Devenir papa (*) d’ Anna Machin aux Editions Larousse : Devenir père est l’une des expériences les plus courantes mais aussi l’une des plus profondes qui puissent changer la vie d’un homme. Il y a cinquante ans encore, on supposait que le rôle du père était d’aller travailler, de rapporter la paie et d’incarner l’autorité dans le foyer. Aujourd’hui, on découvre toute la complexité de la paternité, et les nombreux questionnements des nouveaux papas :  La paternité va-t-elle me changer ? Comment les autres hommes remplissent-ils ce rôle ? Comment puis-je aider mon enfant à devenir un adulte en bonne santé et heureux ? Dans Devenir papa, Anna Machin s’appuie sur ses recherches et sur les récentes découvertes en génétique, en neurosciences et en psychologie pour raconter la paternité. Elle explique les changements physiologiques extraordinaires qu’un homme subit lorsqu’il devient père, comment les gènes d’un homme influencent le papa qu’il sera, et comment un père apporte une contribution unique au développement de son enfant, à sa protection et à son éducation. Tout au long du livre, l’auteur retranscrit également des témoignages attachants et nous donne des informations fascinantes sur les pères du monde entier.

Parce que la parentalité ce n’est pas que l’affaire des mamans ! 😉  Voici un beau livre à offrir à tous les papas et futurs papas. Il ne s’agit pas d’un livre pratique sur la gestion d’un enfant et de la biberonnerie, c’est un ouvrage psychologique, vibrant hommage à l’instinct paternel, qui aide à mieux appréhender les émotions ressenties lorsqu’on accueille un enfant avec des témoignages particulièrement touchants.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Trucs magiques des supers papas (*) de Sophie Nanteuil aux Editions Larousse : Pas besoin d’être un papa poule pour être un papa cool ! S’occuper de ses enfants, les emmener à l’école, leur préparer le repas, surveiller les devoirs… cela fait partie (ou presque !) du lot quotidien des papas d’aujourd’hui. Mais ce n’est pas toujours facile ! Découvrez dans cet ouvrage les astuces de nombreux papas (testées et approuvées) pour gérer les multiples aléas de la vie de parents : de la musique pour se réveiller dans la bonne humeur, une course contre la montre pour s’habiller en un temps record, des recettes ludiques (et stratégiques) pour manger de tout sans rechigner, des petits massages pour se relaxer le soir et aller se coucher dans le calme… Classés selon les moments de la journée (semaine, week-ends et vacances), ces trucs magiques vont vous simplifier la vie ! 100 % testés et approuvés par leur petite tribu !

C’est l’ouvrage qui complète à merveille le précédent, puisque cette fois les papas trouveront plein d’astuces pour gérer leur petite ou grande tribu. Sophie Nanteuil, après Les trucs magiques des super mamans, ( chroniqué ICI il y a un an)  regroupant des astuces récupérées via le groupe Facebook Trucs de mamans, récidive en faisant appel aux super papas de cette communauté. La présentation est très sympathique et colorée, il y a fort à parier que papa et maman se disputent l’ouvrage !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le guide des antidouleurs naturels : Alimentation, médecines traditionnelles, neurosciences… : les secrets d’un médecin pour lutter contre vos douleurs aiguës ou chroniques (*) du Dr Yann Rougier et Sophie Borrel aux Editions Leduc.S : Ça tire, ça brûle, ça tape, ça vrille, ça pique, ça pulse… Bref, ça fait mal ! Personne n’est épargné. Un migraine, une rage de dents, une douleur articulaire, un mal au dos ou au ventre… La douleur fait partie de notre vie et, même avec la meilleure volonté du monde, nous ne pourrions pas l’éradiquer. Au-delà des médicaments, que l’on peut réserver aux moments d’urgence ou aux très fortes douleurs, la médecine traditionnelle regorge de produits et de techniques efficaces et sans danger. Des conseils pratiques, validés par la science, faciles à mettre en œuvre au quotidien pour soulager toutes les douleurs courantes.

Un livre que j’avais envie de lire pour apporter quelques conseils à l’un de mes proches souffrant de douleurs chroniques particulièrement sévères. En pratique je n’ai pas encore testé ( ou fait tester) ces conseils, mais ils sont faciles à mettre en place s’agissant notamment de beaucoup d’aliments ou de méthodes naturels ( froid, argile, tisanes, huiles essentielles, massages, techniques de yoga ou réflexologie, épices, aliments le moins acides possibles…) , à tenter rapidement !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous trouverez bien d’autres idées, j’en suis sûre, parmi les lectures de mars de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de février 2019

1 Mar

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan  de ce mois de février 2019  :

11 ouvrages ce mois-ci 

(dont seulement 2 BD)

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Où passe l’aiguille (*) de Veronique Mougin aux Editions J’ai Lu : Tomi est indomptable. Espiègle, têtu, malin, rebelle, bref, Tomi a 14 ans. Du haut de son arbre préféré, il rêve de filles, d’avenir, de gloire. Mais nous sommes en Hongrie et en 1944. L’adolescent, juif, est déporté avec son père et son meilleur ami. Pour échapper à la mort, il se dit tailleur : le voilà affecté au raccommodage des uniformes rayés. Son coup de bluff se transforme alors en coup de foudre : Tomi tombe fou amoureux de la couture, vocation qui sauvera sa peau et illuminera son destin. Du camp de concentration au sommet de la haute couture française, Où passe l’aiguille retrace une histoire incroyable mais vraie – une vie romanesque comme le XXe siècle a su si bien en fabriquer. Un destin exceptionnel inspiré d’une histoire vraie.

Un récit très fort et prenant ! Une véritable leçon de vie, il y a des scènes terribles à lire sur le quotidien abominable et intolérable au sein des camps de concentration et pourtant ce roman est un hymne à la vie, avec des moments très forts quand il faut réapprendre à vivre pour soi et pour ceux qui ne sont pas revenus. La lecture est très agréable puisqu’entre les chapitres narrés par le petit héros se mêlent les visions des personnages secondaires. Une mention PEPITE !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Gros sur le coeur de Carene Ponte aux Editions Michel Lafon : C’est l’histoire d’une adolescente sans doute un peu trop ronde, sans doute un peu trop fragile.
C’est l’histoire d’un nouveau lycée, des yeux qui dévisagent, des yeux qui jugent.
C’est l’histoire d’un professeur d’allemand qui séduit.
Mélissa, 17 ans, suit ses parents dans une nouvelle ville, un nouveau lycée.
Année de terminale sur la corde raide. Année charnière entre dégoût de soi, et renaissance.

J’ai dévoré en une seule traite ce roman ( que vous trouverez au rayon jeunesse) quelques heures après l’avoir acheté, je n’arrivais pas à laisser Mélissa ; j’ai été très émue par cette histoire de harcèlement. A faire lire de toute urgence à tous les ados, ceux qui souffrent, comme ceux qui pourraient pencher vers le statut de harceleur, ou ceux qui ferment les yeux… aux parents, aux adultes qui gravitent autour des adolescents… Le ton est moins léger que dans ses précédents ouvrages, et l’on sent derrière les mots si bien posés de Carène, sa malheureuse connaissance du sujet, on devine sa souffrance, et on replonge soi-même dans des souvenirs parfois douloureux de cette période où rien n’est épargné. Merci Carène pour cet ouvrage !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Chaussures à son pied : Une nouvelle vision de Cendrillon (*) de Marianne Levy aux Editions Pygmalion : Ressembler à Hugh Grant ? Sur le papier, c’est un peu le fantasme de tous les célibataires… dans la réalité, c’est, disons, compliqué à assumer. Surtout quand on s’appelle Samuel, qu’on vit à Londres, que sa colocataire a décidé que l’une de ses missions sur Terre était de vous caser pour démontrer que Cendrillon est plus qu’un conte de fées. Et qu’on désire devenir le nouveau Shakespeare. Il ne pouvait pas prévoir que pour réaliser son rêve, il serait obligé de jouer les princes charmants. Soit son pire cauchemar…

Un Bridget Jones au masculin pour réécrire une version de Cendrillon ! Si si c’est possible ! Un roman feel-good très drôle avec une galerie de personnages atypiques, et une écriture surprenante ( un récit à l’intérieur du récit ! qui donne beaucoup d’originalité ! Super moment de lecture ! Et Merci à Marianne Levy pour la dédicace ! 🙂

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Sais-tu pourquoi je saute ? de Naoki Higashida aux Editions J’ai Lu : Pour la première fois, un enfant atteint d’autisme sévère nous raconte l’autisme de l’intérieur. Il répond aux questions que les parents se posent : Pourquoi fuis-tu le contact visuel ? Est-il vrai que tu détestes qu’on te touche ? Pourquoi répètes-tu la même question sans arrêt ? Pourquoi sautes-tu en tapant des mains ?, etc. David Mitchell, l’un des meilleurs écrivains anglais de sa génération et père d’un enfant autiste, a découvert ce texte qui fut pour lui une révélation, une sorte de Scaphandre et le Papillon de l’autisme : « J’ai eu l’impression, pour la première fois, que notre fils nous racontait ce qui se passait dans sa tête. » Il a décidé de le traduire du japonais avec sa femme KA Yoshida : « Ce livre est bien plus qu’une somme d’informations, il apporte la preuve qu’il y a, emprisonné à l’intérieur du corps autistique, apparemment impuissant, un esprit aussi curieux, subtil et complexe que le vôtre, le mien, celui de n’importe qui. »

Je lis énormément sur le sujet en ce moment ( beaucoup de livres jeunesse mais pas que ! ). Un ouvrage vraiment différent puisque l’auteur s’exprime grâce à un moyen de communication alternatif. Le ressenti émotionnel des personnes autistes, leurs particularités relationnelles ou sensorielles y sont expliqués de façon très claire et donne des pistes pour aller à la rencontre de ces enfants extraordinaires.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le meilleur des astuces de Maman travaille (*) de Marlène Schiappa aux Editions Leduc.S : « Je trouvais difficile de concilier harmonieusement la vie de famille avec le travail. Alors je suis allée demander leurs secrets à des femmes brillantes qui ont trouvé leur équilibre vie pro/vie perso. Les voici pour vous ! »

Marlène Schiappa a créé et présidé pendant une dizaine d’années Maman travaille, « le 1er réseau de mères actives », à l’origine notamment du pacte Transparence crèches sur l’attribution des places en crèches. Élue locale, conférencière et romancière, elle est depuis mai 2017 secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations. Et bien sûr, elle est surtout mère de deux enfants !

– Y a-t-il une bonne façon d’annoncer à mon boss que je suis enceinte ?
– Comment réussir à combiner sorties d’école et carrière ?
– Est-ce que télétravailler peut remplacer une nounou ?
– Dois-je forcément moins travailler si j’ai plusieurs enfants ?
– Pour concilier vie pro et vie familiale sans basculer dans la schizophrénie ni passer par la case burn-out, voici les 250 meilleurs conseils d’experts pour les 10 ans de l’association Maman travaille : coachs, sociologues, psychologues, présidents d’organismes, DRH mais aussi des astuces de mamans qui travaillent !

Cet ouvrage est sorti pour les 10 ans de l’Association maman travaille. L’avant-propos donne le ton en citant les pires conseils ! Bref c’est un guide plein d’humour mais de vraies astuces aussi, de celles qu’on se passe entre copines. Beaucoup de ces conseils sont illustrés de témoignage ! Bien évidemment, bien que maman et femme (très active) je n’appliquerai pas tout au pied de la lettre, mais voilà un livre qui fait du bien et où piocher un peu de guidance te de réassurance dans notre quotidien de working-mum !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le coaching parental avec les enfants, ça marche ! (*) de Delphine Tordjman Bourdet illustré par Clémence Lallemand aux Editions Le courrier du Livre : Le coaching parental vous aidera à prendre confiance en vous et vos ressources pour créer des relations harmonieuses avec votre enfant. Cet ouvrage très joliment illustré explique de manière pratique comment fixer des règles rassurantes, donner des repères, pour révéler le potentiel de votre enfant et lui permettre de déployer ses ailes afin qu’il se sente valorisé, sans être dans la toute-puissance. Riche de son expérience de coach et de maman, l’auteure vous invite à sortir de la culpabilité et de l’idéal du parent parfait, à prendre du temps pour vous, à apprendre à lâcher prise et vous ressourcer…

Dans cet ouvrage, vous découvrirez :

– de très nombreux conseils et astuces pour renforcer l’entente et la complicité ;

– des exercices de coaching et de méditation, ludiques et structurants, pour enrichir la relation parent-enfant et répondre avec justesse à chaque situation ;

– un CD MP3 de méditations guidées (49 minutes)

Un ouvrage d’éducation positive, qui prône une bienveillance sécurisante mais aussi une volonté de pousser l’enfant à grandir dans l’estime et la confiance. Pour cela l’auteur utilise à la fois le coaching et la médiation, une médiation avec des exercices à destination des parents et d’autres à destination des enfants. La lecture est plaisante car aérée, colorée, illustrée d’exemples, de témoignages ou de petits exercices à faire !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

L’homme parfait est une connasse de Anne-Sophie Girard et Marie-Aldine Girard aux Editions Flammarion : Après avoir déconstruit le mythe de la femme parfaite et avoir fait déculpabiliser toute une génération de femmes, Anne-Sophie et Marie-Aldine Girard s’attaquent aujourd’hui à l’«homme parfait » (parce qu’il n’y a pas de raison qu’il soit épargné…). Avec l’humour et l’autodérision qui ont fait le succès de La Femme parfaite est une connasse !, les soeurs Girard abordent ici des thèmes universels, tels que : Comme savoir qu’on a été friendzoné ? La théorie du « je te garde sous le coude ». Ou encore, le concept du « mec kryptonite ». À travers des listes, des théories et des observations au plus près du sujet étudié, ce livre sera LE guide indispensable pour toutes celles qui cherchent le prince charmant. Parce que… (attention, spoiler) l’homme parfait n’existe pas ! Et c’est tant mieux.

Comme pour les deux précédents titre, j’ai beaucoup gloussé sous la couette à la lecture de ce livre ! Beaucoup d’humour, des notes d’auteures absolument géniales et sans mauvaise foi ou presque ! Aussi drôle, léger et grisant qu’un apéro entre copines ! Un chouette cadeau de Noël, merci Tonton !

 

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Exit la charge mentale ! : 7 clés pour une vie de couple égalitaire (*) de Marie-Laure Monneret aux Editions J’ai Lu : La charge mentale, ce sont ces pensées et ces to do list qu’on a plein la tête et qui nous épuisent nerveusement et physiquement. Comment s’en libérer ? Aujourd’hui, la plupart des hommes sont très investis dans les tâches ménagères et l’éducation des enfants. Alors pourquoi nous, les femmes, nous sentons-nous encore souvent les seules responsables du bon fonctionnement du foyer et du bien-être de toute la famille ? Cet ouvrage vos propose 7 pistes de réflexion très pratiques et concrètes pour mieux répartir cette charge et devenir ainsi un couple égalitaire où les responsabilités sont partagées.

On entend beaucoup parler de la charge mentale (cf. mon billet du mois précédent avec la BD d’Emma parue chez J’ai Lu également), voici un guide qui re-définit cette notion apparue dans les années 70 puis qui pose le cadre pour la combattre avec 7 clés. Un ouvrage très facile d’accès et illustré de nombreux exemples qui parleront à beaucoup de femmes.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La maison (*) de Vanessa Savage aux Editions De La Martinière : La maison où Patrick a passé toute sa jeunesse n’est pas une demeure comme les autres. Quinze ans plus tôt, elle a été le théâtre d’un drame inconcevable : toute une famille y a été retrouvée, massacrée. Patrick garde pourtant des souvenirs irremplaçables dans ces lieux, comme seule l’enfance sait en créer. Il décide de la racheter. Sa femme, Sarah, et leurs deux enfants s’y installent à contrecœur. Le délabrement, l’atmosphère sinistre qui colle à la maison oppressent Sarah. Ses psychoses reprennent, de plus en plus sombres. Des voisins épient chacun de ses mouvements. La tension monte.
​Dans ce roman tortueux, imprévisible, Vanessa Savage braque la lumière sur chacun des personnages, tour à tour. Patrick, Sarah – et le lecteur – sauront-ils résister à cette infernale spirale du doute et de l’enfermement ? Et jusqu’où les entraînera-t-elle ?

Vos nuits risquent d’être un brin agitées après la lecture de cette excellent thriller. Les personnages sont terrifiants et si complexes par leurs profils psychologiques. Un livre sombre qui vous tiendra en haleine tant la tension monte crescendo jusqu’à ce que la maison révèle son mystère insoupçonnable …

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Freaky mouse (*) de Gyom, Mista Blatte et Alexandre Arlène aux Editions Jungle : Cette bande dessinée à l’humour fin et subtil, empreinte de poésie et de romantisme a été écrite, dessinée, colorisée, imprimée et façonnée pour votre plaisir uniquement. Pour personne d’autre. Pas même pour la personne qui se tient à côte de vous (d’ailleurs, on ne l’aime pas beaucoup, il serait judicieux de vous en éloigner.) C’est donc là le concentré – pas du tout – intégral des célèbres films d’animation en un livre d’une dimension tout à fait respectable de 21 par 10 centimètres. Un concentré des films de notre enfance, et même, ça déborde un peu.

Une BD à l’humour noir, plutôt trash qui égratigne l’univers Disney ! C’est terrible, piquant, ouvertement sanguinolent mais malgré tout très drôle !Attention, on range bien cet ouvrage, très très haut dans la bibliothèque, on ne le laisse pas traîner près du journal de Mickey des petits au risque de les traumatiser à vie  !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La Venin, Tome 1 : Déluge de feu (*) de Laurent Astier aux Editions Rue de Sèvres : Dans le train qui la mène à Silver Creek, petite ville perdue aux confins du Colorado. Emily se souvient du destin tout tracé qu’elle a fui. Elle ne voulait pas devenir comme sa mère, et vendre ses charmes à des hommes de passage dans le quartier chaud de La Nouvelle-Orléans. Mais lorsque celui qui devait vous épouser ne se présente pas à la gare et que vous êtes une jolie jeune femme seule et sans le sou dans une ville minière des Rocheuses. Que vous reste-il comme option ? Le patron du saloon aura bien une petite idée en tête … A moins qu’Emily ne coure après autre chose et que la venue prochaine du gouverneur favori aux élections sénatoriales ne soit pas qu’une simple coïncidence. Car, en cette année 1900 dans l’Ouest encore sauvage, les règlements de comptes sont légion, les fuites et les cavalcades infinies. Sans compter les détectives de I ’agence Pinkerton qui vous traquent sans relâche pour pouvoir toucher la prime mise sur votre tête. Survivre dans les montagnes, les déserts ou traverser les territoires indiens semble alors peu de chose, face aux autres dangers qui guettent.

Un premier tome très prometteur pour cette BD western annoncée en cinq tomes, dont l’héroïne est un mélange de Calamity Jane et Scarlett O’Hara .Elle garde encore bien des mystères, sachant tenir le lecteur en haleine tout en gagnant sa sympathie. Les dessins sont particulièrement travaillés et réussis et le rythme très soutenu ! Vivement le tome 2 !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous trouverez bien d’autres idées, j’en suis sûre, parmi les lectures de février de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de janvier 2019

1 Fév

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan  de ce mois de janvier 2019  :

11 ouvrages ce mois-ci (tous des coups de ♥ )

dont seulement

7 bandes-dessinées ou romans graphiques

3 romans et 1 livre de témoignages

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les carnets de Cerise et Valentin de Joris Chamblain et Aurèlie Neyret aux Editions Soleil : Appel aux agents Cerise et Valentin : un extraterrestre de race inconnue s’est crashé sur notre planète durant la nuit des perséides. Votre objectif : retrouver sa trace, mesurer le danger et endiguer la menace. A la veille de leur long voyage autour du monde, Cerise et Valentin, son petit frère par alliance, partent pour une mission de la plus haute importance. L’occasion pour eux de faire plus ample connaissance, de se laisser aller à quelques confidences… et surtout de partager un nouveau carnet !

Quand la série s’est des carnets  de Cerise s’est terminée, j’étais très émue de laisser là ce petit bout de femme ! Dès le premier tome, j’ai eu un énorme coup de cœur pour ces histoires comme pour ce graphisme juste sublime ! Après les 5 tomes de Cerise,  voici donc une nouvelle série. Je dois avouer que si j’étais ravie de retrouver Cerise, le charme a un peu moins opéré, la complicité des deux enfants m’a touchée, mais l’omniprésence du carnet, et le manque d’alternance avec la bd m’a un peu moins séduite ! Ca n’en reste pas moins une très jolie lectures à partaer avec vos ados et pré-ados .

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Sissi  : une femme au-delà du conte de fées (*) de Giorgia Marras aux Editions SteinkisElisabeth de Bavière, ou Sissi, n’a pas connu la vie romancée que le septième art a bien voulu lui prêter. En avance sur son temps, indépendante, belle et cultivée, l’impératrice suscitera tour à tour admiration et indignation à la Cour de Vienne et dans l’Europe entière. Loin des clichés, la vie de Sissi est rythmée par les drames, les voyages et son engagement politique en faveur de la Hongrie. Au-delà du conte de fées, Sissi nous raconte le destin complexe et tourmenté d’une femme éprise de liberté.

Une très jolie BD, on s’éloigne de la Sissi incarnée par Romy Schneider pour mieux comprendre l’impératrice, son destin incroyable ponctué de tant de drames et désillusions, et surtout le contexte politique qui a marqué son époque. Absolument passionnant !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Speak (*) d’Emily Carroll d’après Laurie Halse Anderson aux Editions Rue de Sèvres : « J’aimerais faire un voeu mais je ne sais pas lequel… J’essaie de ravaler la boule que j’ai dans la gorge. Je pourrais leur raconter ce qui est arrivé. Comment réagiraient-ils ?  » Melinda a 15 ans. Ce soir d’été, au beau milieu d’une fête, la jeune fille est victime d’un drame. Elle appelle la police. Personne ne saura jamais pourquoi elle a lancé cet appel, ni ce qu’il lui est arrivé cette nuit-là. Tout simplement parce que Melinda, murée dans son silence, ne parvient pas l’exprimer…

Un roman graphique dense et intense qui bouleverse, on y découvre le parcours d’une jeune fille dans les jours, les semaines, les mois après le drame, sa douleur, son mutisme, sa reconstruction aidée par l’art et un professeur atypique. Une sorte de journal intime qui décrit avec beaucoup de réalisme le bouleversement psychologique des victimes. Une pépite pour un sujet terriblement glaçant…

 

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les rois de la mode (*) de Stella Lory et Camille Monge aux Editions Vraoum : C’est l’histoire d’une belle endormie… Une grande maison de mode parisienne qui ne demande qu’un peu de sang neuf pour renaitre et flamboyer !

Après l’ambiance pesante de la BD précédente, j’avais besoin d’humour et de légèreté ; Les rois de la mode ont remplis cette mission ! Une satire hilarante, avec un personnage haut en couleur, Berlingo, inuit nain, directeur artistique aussi tyrannique que déjanté ! Savoureusement drôle, voici le monde de la mode « rhabillé » ! 😉

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦
Les 3 suivants font partie des BDs de poche des Editions J’ai Lu ;

ce sont des rééditions de romans graphiques ou BD dans un format plus petit

et au prix réduit, sur le principe des romans poches !

Juste génial pour les petits budgets ou tous ceux qui dévorent comme moi !

Un autre regard, Tome 2 : (*) de Emma aux Editions J’ai lu : Dans ce nouvel opus, Emma nous sensibilise à la cause féministe à travers 5 histoires de femmes. Fort est à parier qu’en les lisant, vous vous direz : « C’est exactement ce qui m’est arrivé !  » ou « C’est exactement ce qui lui est arrivé ! « . Emma libère la parole de toutes les femmes et sensibilise la société à la maltraitance qu’elle peut encore leur infliger.

J’avais lu le tome 1 ( cf cette chronique ) que j’avais apprécié , le trouvant sympathique, drôle et militant ! Un peu dans l’esprit du magazine Causette ! Mon tout petit bémol :  j’avais acheté cet ouvrage après avoir entendu parler de l’auteure et de ses planches sur la charge mentale et j’avais été déçue de ne pas les trouver ! Chouette elles sont dans ce tome 2, encore bien meilleur que le 1 !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


A cause de la vie (*) de Joann Sfar et Veronique Ovalde aux Editions J’ai Lu : Un immeuble du XVIIIe arrondissement de Paris au début des années 1980. Une adolescente, Nathalie ― qui préfère qu’on l’appelle Sucre de Pastèque ―, attend que le chevalier Tunepouvaispas Mefaireplusplaisir vienne la délivrer de son ennui. Un jour, Eugène, son jeune voisin, sonne à sa porte. Il est immédiatement et irrémédiablement fasciné par elle. Mais encore faut-il qu’il lui prouve son mérite. Pour cela, Nathalie va lui lancer des défis improbables, nous rappelant l’amour courtois au temps de l’adolescence.

Un roman rempli de poésie et très richement illustré ! C’est une belle histoire d’amitié entre deux enfants singuliers, qui se reconnaissent dans leurs différences. Il y a là beaucoup de tendresse mais aussi de gravité, et un brin de nostalgie face à l’enfance ! On s’émeut devant ce rapport preux chevalier/ princesse transposé à la vie d’immeuble.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La boucherie (*) de Bastien Vives aux Editions J’ai Lu : Autopsie d’une histoire d’amour, La Boucherie raconte ces instants qui font et défont la vie d’un couple. De la surprise des débuts à la douleur de la séparation, Bastien Vivès esquisse, tout en douceur et au crayon de couleur, toute la complexité du rapport amoureux et signe là un ouvrage d’une grande finesse teintée de poésie. Parce que les histoires d’amour finissent mal en général !

Tantôt drôles, tantôt très caustiques, ces chroniques de la vie de couple sauront tour à tour vous rappeler des moments vécus ou vous surprendre ! Très original !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Oubliés du dimanche de Valérie Perrin aux Editions Le livre de poche : Justine, vingt et un ans, vit chez ses grands-parents avec son cousin Jules depuis la mort de leurs parents respectifs dans un accident. Justine est aide-soignante aux Hortensias, une maison de retraite, et aime par-dessus tout les personnes âgées. Notamment Hélène, centenaire, qui a toujours rêvé d’apprendre à lire. Les deux femmes se lient d’amitié, s’écoutent, se révèlent l’une à l’autre. Grâce à la résidente, Justine va peu à peu affronter les secrets de sa propre histoire. Un jour, un mystérieux « corbeau » sème le trouble dans la maison de retraite et fait une terrible révélation.
À la fois drôle et mélancolique, un roman d’amours passées, présentes, inavouées… éblouissantes.

PEPITE ! MERVEILLE ! Pas étonnant que ce roman ait reçu le Prix Choix des libraires Littérature 2018. On se laisse emporter par le récit, au point qu’il est difficile de le lâcher. Le roman alterne entre le récit de Justine aide soignante en maison de retraite, une histoire ancrée dans le présente mais aussi dans le passé de ses parents disparus,  et les pages qu’elle écrit pour raconter l’histoire d’Hélène pendant la seconde guerre mondiale. C’est magnifiquement construit ( pas étonnant quand on sait que Valérie Perrin est la scénariste de Claude Lelouch ♥). C’est un bijou qui nous tient en haleine, nous émeut, nous rappelle le devoir d’attention envers nos aînés. Immense coup de cœur !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦



De tes nouvelles d’ Agnès Ledig aux Editions Pocket : Anna-Nina, pétillante et légère, est une petite fille en forme de trait d’union. Entre Éric, son père, et Valentine, qui les a accueillis quelques mois plus tôt, un soir d’orage et de détresse. Maintenant que les peurs et les peines de chacun ont été en partie apprivoisées, une famille se construit, jour après jour, au rythme des saisons. Un grain de sable pourrait cependant enrayer les rouages de cet avenir harmonieux et longtemps désiré…

Ce titre est la suite de On regrettera plus tard, j‘étais très heureuse de retrouver Anna-Nina, Eric et Valentine, mais cette dernière m’a fait pas mal de frayeurs au fil de la lecture !!!! Je ne vous en dis pas plus ! Mais je vous recommande chaudement cet ouvrage comme tous les titres d’Agnès Ledig ! Une petite mention pour le personnage de Gael qui tient une place un peu plus importante et qui m’a beaucoup touchée.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La collectionneuse de ciels de Cynthia Kafka auto-édité : Louise, 32 ans, blogueuse voyage, monte à bord d’un avion pour un vol qui ponctue son dernier séjour professionnel. Finie la vie de testeuse d’hôtel, terminées les vacances au bout du Monde, elle a décidé de raccrocher. En rentrant à Bordeaux, elle emménagera avec Guillaume, un dentiste gentil et prêt à s’engager, à défaut d’être fougueux. Ce dernier ne fait pas l’unanimité auprès de ses deux tarées de copines, mais elle est persuadée de faire le bon choix. Pourtant, le vol va réserver à Louise quelques surprises… et de fortes turbulences ! Entre flash backs, humour, émois et pensées (presque) philosophiques, suivez la maladroite et attachante Louise dans ses aventures, et dans sa quête du bonheur !

Cynthia fait partie de ces quelques blogeuses pour qui j’éprouve une profonde affection ! Nature, sincère, drôle et authentique, elle cumule en plus le fait d’avoir une maman aussi géniale qu’elle et d’avoir longtemps vécu dans la plus belle région de France ( la mienne !!!!!), avant de fuir de façon irrationnelle vers le Périgord ! J’avais très hâte de lire son roman, et si comme pour les livres de Virginie je partais avec très certainement déjà un partie pris lié à ma fan-attitude, ce fût une très très belle surprise. C’est un feel-good ultra-frais et des plus sympathiques, j’ai beaucoup aimé l’écriture à la fois soignée et drôle de Cynthia, les personnages sont extrêmement attachants ! Un doux moment ! Vivement le prochain !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Portrait d’Zep: Cinq années à l’école de la cité (*) de Sophie D’Aix aux Editions L’Harmattan : Portrait d’ZEP est une incursion dans le quotidien d’une école primaire de cité. Portraits d’élèves, enjeux, situations inattendues ou à risque… Apparaissent en filigrane les joies et douleurs de chacun, la sensibilité, la confiance malgré la violence, l’engagement des enseignants. L’auteur, qui a enseigné cinq ans en Réseau d’Éducation Prioritaire, parle intégration, laïcité positive, islamisme, harcèlement.

Des petites chroniques que j’ai dévoré en une soirée ! On est parfois désemparé devant tous ces problèmes communautaires, d’éducation, de violence auquel l’auteure et ses collègues doivent faire face ! Mais on est aussi très touchée par la passion, l’écoute et la bienveillance de cette professionnelle.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Besoin d’autres suggestions lectures ? Retrouvez  les lectures de janvier de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de décembre 2018

30 Déc

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan  de ce mois de décembre 2018  :

8 ouvrages ce mois-ci

dont seulement

1 bande-dessinée

Ma présentation sera donc un poil plus courte que d’habitude, mais

il faut dire que j’ai lu pas mal lu aussi pour ma reprise d’études

et des romans ados qui vous ont été présentés

dans le calendrier littéraire de l’avent tout au long du mois de décembre

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Et puis Colette de Sophie Henrionnet et Mathou aux Editions Delcourt : Anouk, trentenaire parisienne enfermée dans la routine, vient d’apprendre le décès de sa soeur. Pire, celle-ci l’a désignée tutrice de Colette, 7 ans, ceinture noire de maturité et de mélancolie. Alors que la jeune femme craint de se faire dévorer par cette responsabilité imprévue, la petite fille va bousculer toutes ses certitudes. Saura-t-elle être à la hauteur de cette nouvelle relation ?

Enorme coup de cœur ! Certes la lecture du synopsis en révèle beaucoup, mais en aucun cas cela m’a empêchée d’être gagnée par l’émotion et touchée d’assister à la naissance de la complicité entre Colette et sa tata. Et puis les dessins de Mathou sont si doux et expressifs, tout en rondeur et tut en humanité  ! Je l’ai reçu à Noël et le 25 au soir il était déjà dévoré, que j’aimerai une suite !  ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Noël à la petite boulangerie de Jenny Colgan aux Editions Pocket : Maisons en pain d’épice, brioches aux fruits confits, feuilletés au miel… À l’approche des fêtes de fin d’année, Polly est débordée ! Accaparée par sa petite boulangerie, la jeune femme ne souhaite qu’une chose : passer un réveillon romantique avec Huckle, bien au chaud dans leur grand phare. Mais les bourrasques qui balaient la petite île de Mount Polbearne pourraient bien emporter les doux rêves de Polly et faire resurgir du passé des souvenirs qu’elle croyait enfouis à jamais… Entre mensonges, surprises et trahisons, Noël s’annonce finalement très mouvementé !

J’avais envie d’une lecture de Noël et j’ai craqué pour ce titre en faisant mes courses de réveillon ! Je n’avais pas lu les deux précédents tomes de La petite boulangerie, mais cela n’a pas gêné ma compréhension du texte ! Une lecture douce mais rythmée, pleine de jolis valeurs et de fraîcheur , qui vous fera  passer un doux moment à savourer sous un plaid devant son sapin, un thé de Noël à la main !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


A demain, Lou (*) de Marie-Claude Vincent aux Editions J’ai Lu : Elisabeth, Lou, la petite Laura et leurs parents forment une famille heureuse et unie. Jusqu’au jour où Eli part passer un week-end chez une amie pour ne jamais revenir. Intimidée par le silence des adultes, Lou n’ose pas poser de questions. C’est sur cet événement qu’elle revient à la veille de ses seize ans, l’âge d’Eli à sa disparition. Comment continuer à vivre sans cette grande soeur qu’elle chérissait tant ? Grâce à son écriture épurée, Marie-Claude Vincent restitue admirablement l’univers de l’enfance dans ce roman lumineux et délicat dont on ressort chaviré d’émotion. 

Un roman qui aborde avec une profonde justesse le thème du deuil vécu dans la fratrie, la question des non-dits, la douleur d’accepter de grandir, quand sa grande sœur restera à tout jamais une petite fille. C’est un texte sublime, fort qui m’a tiré quelques larmes, mais c’est tout de même une très jolie ode à la vie qui continue, et à l’amour qui perdure par delà la mort.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Je ne sais pas dire je t’aime de Nicolas Robin aux Editions Le livre de Poche : Paris, tu l’aimes ou tu la quittes. C’est une injonction quotidienne pour qui se retrouve la joue écrasée contre la vitre d’un métro bondé ou se fait bousculer sur le trottoir par un type mal dégrossi. Dans ce tohu-bohu parisien, Francine déterre un passé longtemps enseveli devant un guichet d’état civil ; Juliette rêve d’avoir la beauté fulgurante d’une actrice qui éclate de rire sur un tapis rouge ; Joachim devient célèbre malgré lui en se faisant larguer en direct à la télé ; Ben essaie de ne pas finir comme ceux qui picorent leurs petits pois, le nez dans l’assiette, sans adresser un mot à l’autre. Un chassé-croisé plein d’humour et de tendresse au cœur d’une ville, épicentre de l’amour, où il est parfois difficile de se dire je t’aime.

Voici bien longtemps que je souhaitais découvrir cet auteur, j’avais repéré Roland est mort, mais c’est finalement ce titre que j’ai choisi chez mon libraire. On y découvre des histoires contrastées de 4 personnages aux vies ordinaires et pourtant aux histoires pas banales. Bien évidemment leurs destinées sont liées et ce qu’on découvre au fil de la lecture. C’est drôle, parfois cinglant, mais aussi pudique, bouleversant et tendre. A découvrir !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


100 idées pour enseigner la grammaire autrement (*) de Brigitte Mahillon et France Tillieu aux Editions Tom pousse : Silence ! a crié la maîtresse, si vous continuez tous comme va. nous allons faire de la grammaire… Qui n’a pas souri en lisant cette menace dans Le Petit Nicolas de Sempé et Goscinny ? Les professeurs avouent qu’enseigner la grammaire se fait hélas très souvent sans plaisir et sans joie. Quant aux élèves, c’est une matière rébarbative dont ils se demandent à quoi elle peut bien leur servir. Enseignants, confirmés ou débutants, orthophonistes / logopèdes, ou parents désireux d’aider leur enfant trouveront dans cet ouvrage essentiellement pratique :

  • 100 pistes de travail, toutes expérimentées dans des classes au fil de 30 années de recherche pour enseigner la grammaire dans l’objectif de la faire comprendre et non répéter par coeur.
  • 100 idées pour permettre aux enfants de 8 à 14 ans de voir que la grammaire est une matière qui a du sens, étroitement liée à la lecture et à l’écriture, au langage oral et écrit, à la littérature.
  • 100 idées qui les invitent à en découvrir par eux-mêmes ses mécanismes en « manipulant » : découper, mimer, transformer, permuter, effacer. comparer, construire, déconstruire… formuler des hypothèses, les vérifier…
  • 100 idées pour que les enfants rebutés par la grammaire traditionnelle réfléchissent au fonctionnement d’une phrase avec le même plaisir que le mécanicien qui monte et démonte un moteur.
  • 100 idées qui conduisent du plaisir d’agir au plaisir de penser et de comprendre les lois qui régissent le langage.

Je vous ai déjà présenté plusieurs fois cette collection que j’aime beaucoup, j’ai plusieurs titres plutôt consacrés aux enfants extraordinaires ( dys, autistes, trisomiques, tdah, précoces…etc); cette fois-ci la collection s’attaque à un champ disciplinaire plutôt mal-aimé la grammaire. Pour aborder chaque classe grammaticale et leurs fonctions, il nous donne un tas de pistes et d’activités de manipulation qui vont aider les enfants à mieux appréhender ses concepts. Je le recommande à mes amis et lecteurs enseignants.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Organiser un Syjunta: Atelier créatif entre copines (*) de Anne Ventura et Anne Loiseau aux Editions Dessain et Tolra : Le Syjunta, vous connaissez ? Directement importé de la tradition suédoise, ce mot mystérieux désigne un goûter créatif où l’on se retrouve avec son ouvrage en cours. Un véritable moment de détente et de partage autour du plaisir de faire soi-même !

Amatrices de belles matières et de bons moments, les créatrices Anne Loiseau et Anne Ventura vous proposent dans cet ouvrage 10 ateliers créatifs et gourmands, à partager entre copines autour d’un verre, en famille au moment des fêtes, avec vos enfants pour un goûter d’anniversaire… Et, parce que le Syjunta, c’est avant tout de belles rencontres, elles ont également invité des créatrices talentueuses, comme Vanessa des Gambettes Sauvages, Alice Hammer ou encore Aurélia de chez Henry & Henriette, pour vous faire découvrir leurs univers, leurs savoir-faire et leurs bonnes idées.

Customisation, tricot, couture, papier découpé, couronne végétale, bijoux, céramique… à chaque atelier sa technique ! Débutant(e) ou confirmé(e), pas besoin d’être un(e) spécialiste lors d’un Syjunta : l’essentiel est de participer, de partager et de s’entraider ! Pour chaque atelier, découvrez un univers poétique et coloré illustré de nombreuses photos pour vous inspirer, ainsi qu’une création originale expliquée pas à pas et une recette gourmande et conviviale.

Retrouvez aussi tous les conseils et astuces de nos deux auteures pour organiser votre propre Syjunta et partagez de bons moments de détente entre amis, autour de la création et de la gourmandise !

Je rêve d’organiser un Syjunta depuis que j’ai lu cet ouvrage avec me copines créatives ! ( Sophie si tu me lis, je rêve d’un genre de réunion de ce type ensemble avec nos crochets, laines et tes Kannelbular !!! ) c’este une mine d’idées je rêve tout autant de l’atelier broches et bracelets que des ateliers laines, cuisine ou customisations ! Ce livre est esthétiquement magnifique et les diy sont bien expliqués étapes par étapes, petit bonus en fin d’ouvrage un chouette carnet d’adresses !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La couleur des repentirs (*) d’Aurore Fernandes aux Editions L’Harmattan : Un changement de vie ne s’improvise pas. Sauf quand c’est une évidence… Peut-on parier sur une autre destinée alors que les fondations originelles sont déjà érigées ? Le coeur ou la raison : vers lequel faut-il s’infléchir ? Mathilde, Inès, Sophie et Églantine ont entre 33 et 50 ans. Ces quatre femmes ont raconté à coeur ouvert le jour où elles se sont trouvées face à ce dilemme : poursuivre leurs vies ou tout quitter. Tout laisser. Lâcher prise…

Un livre qui se présente un peu comme un livre de confessions sur le divan du psy. Les 4 histoires sont très touchantes et ont comme point commun la délicate question du choix de vie et du virage qu’il peut faire prendre à notre destinée. Un ouvrage qui questionne sur ses propres choix tout en sachant rappeler les nécessaires indulgence et  bienveillance envers soi-même.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


On ne sait pas ce que nous cache la vie (*) de Noursonne aux Editions Persée : Martha a suivi les études que ses parents avaient tracées pour elle, puis elle a accepté le poste dans l’entreprise que ses parents avaient choisi pour elle. C’est grâce à Martha que des emplois sont protégés et que des entreprises voient un retour des bénéfices. C’est avec beaucoup de tendresse et de courage qu’elle favorise le bien-être des autres avant le sien. Jusqu’au jour où certaines mésaventures l’obligeront à apprendre à dire non, à ne plus se sacrifier constamment pour le bien-être des autres. Elle prend alors conscience qu’elle a toujours dit oui. En décidant de dire non, elle se rend compte qu’elle aussi a le droit de réaliser ses objectifs personnels. Au retour d’une mission, usée par son écart par rapport à la société, elle n’a plus qu’une seule idée en tête : tout faire pour retrouver sa vie sociale. Et comme tout le monde, Martha va avoir du mal à suivre cette nouvelle résolution car les devoirs et les obligations restent…

Un sujet très intéressant abordé par le biais du roman, mais j’ai parfois trouvé le ton de l’auteur un peu trop détaché. Il m’a manqué un peu d’émotion pour complétement adhérer à son propos. Ce n’est donc pas mon préféré de cette sélection mais si vous l’avez lu n’hésitez pas à me donner votre avis.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Besoin d’autres suggestions lectures ? Retrouvez dès début janvier les lectures de décembre de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Idées cadeaux Noël 2018 #04 : pour les passionnés d’histoire

9 Déc

Ce soir deux idées cadeaux pour les férus d’histoire 

ou les nostalgiques du temps passé !

Je savais que ces deux ouvrages plairaient à la gente masculine de notre famille, 

pas loupé, BBB’s Dad est tombé sur le second et se l’est octroyé avec délice !


La France d’antan à travers la carte postale ancienne (Version Luxe) de Sarah Finger aux Editions Hervé Chopin : Près de 900 cartes postales anciennes de La France à la Belle Époque regroupées dans une nouvelle édition luxe reliée sous jaquette. La France d’antan, celle de 1900, n’est pas réservée aux seuls nostalgiques qui aiment répéter que  » c’était mieux avant « . La France d’antan présentée dans cet ouvrage de plus de 400 pages est une France inventive et dynamique qui prend fièrement le virage de la modernité. Ainsi se côtoient, à l’aube du xxe siècle, les paysans et leurs coutumes ancestrales qui découvrent et inventent les nouvelles techniques et machines agricoles, les ouvriers qui forment une nouvelle classe populaire et contribuent à la révolution industrielle, les nouveaux capitaines d’industrie qui – de Michelin à La Redoute, d’Alstom aux biscuiteries LU – ont compris qu’une nouvelle ère s’ouvrait et qu’ils comptaient bien y participer.

Après dix années de recherches et de rencontres de collectionneurs, antiquaires et conservateurs ayant donné naissance à la collection  » Images d’antan « , cet ouvrage présente les plus belles cartes postales anciennes sur la France au début du xxe siècle. Témoins uniques d’une période charnière dans l’histoire du pays, ces clichés n’ont pas leur pareil pour retranscrire une journée de moisson dans la Beauce, un débarquement de poisson sur le port de Marseille ou du Havre, la descente d’un cheval à la mine, une sortie d’usine à Baccarat, le travail d’un rémouleur sur la place d’un village, la construction du métro à Paris, les premières joies des skieurs et skieuses en robes longues et les toutes nouvelles stations balnéaires, symboles s’il en est de celle que l’on surnomme la Belle Époque.

Un ouvrage dense et très complet dans lequel chacun retrouvera des images qui évoqueront des souvenirs familiaux. Je me rappelle d’une boîte en fer chez mes grands-parents où  étaient précieusement consignées de telles cartes, qui une fois sorties étaient l’occasion de nous raconter mille et une histoires fascinantes ou anecdotiques du temps passé. Un beau cadeau qui je le sais ravira les papis de mon ptit garçon et qui pourra leur permettre de transmettre à leurs tours les souvenirs entendus ou vécus de leur passé de notre histoire.

 


Amiens à travers la carte postale ancienne de Kaltoume Dourouri aux Editions Hervé Chopin

Marchés sur l’eau, expositions et festivals, une cathédrale haute en couleurs… Amiens est sans nul doute une ville d’art et d’histoire. Mais la belle cité, presque dévastée par les guerres mondiales, n’a pu grandir et s’épanouir comme d’autres villes. Elle a pourtant su se relever, poursuivant sa reconstruction jusqu’à nos jours. La force esthétique et historique des clichés d’antan témoigne de ce qu’était Amiens avant les bombardements. 1910. L’urbanisation est en marche : création de nouvelles artères, arrivée du chemin de fer, foison des commerces, des brasseries, avènement des grands magasins, mais aussi édification de luxueux hôtels en centre-ville. À la Belle Époque, l’antagonisme quartiers bourgeois, du nord au sud, et quartiers ruraux, à l’ouest, est fort. Amiens est une ville aux multiples facettes. Considérée comme la petite Venise industrielle du Nord, notamment grâce au textile, la cité conserve un charme notoire avec le quartier populaire de Saint-Leu. En 1900, elle est en quelque sorte la capitale des tisserands, des tanneurs et des hortillons sur leurs « jardins flottants ». Bien que les Amiénois soient d’humbles travailleurs, ils aiment se divertir à la Hotoie, poumon vert de la cité. Ainsi, fêtes et jeux font partie intégrante de leur quotidien, mais aussi le héros Lafleur, les arts culinaires et la réderie. Jules Verne a eu bien raison de s’y installer pour s’inspirer de ses récits imaginaires ! Regroupant près de 400 cartes postales du début du siècle, Amiens à travers la carte postale ancienne nous invite à redécouvrir la belle cité amiénoise, avant les bombardements massifs des deux grandes guerres… L’ouvrage s’articule autour de 4 chapitres géographiques : Le centre-ville, Amiens la petite Venise du Nord, Amiens du nord au sud, Amiens et ses quartiers ouest. Un dernier chapitre est consacré au quotidien et à l’art de vivre des Amiénois en 1900. Au-delà de l’iconographie exceptionnelle, issue de la collection de Pierre Chevin, les textes racontent l’histoire et la vie d’Amiens à la Belle Époque.

Le titre coup de cœur de mon mari, amoureux passionné de l’histoire de notre ville. Nous nous sommes amusés à réimaginer aux mêmes endroits la ville telle que nous la connaissons désormais et enthousiasmés de voir de jolies traditions picardes perdurer ! La collection de Pierre Chevin est véritablement incroyable par sa richesse, sa diversité et ce joli témoignage qu’elle nous offre sur notre patrimoine local. Kaltoume Dourouri quant à elle, nous apporte un éclairage avec une plume claire, informative et un brin nostalgique !

Merci aux Editions Hervé Chopin
Pour vous procurer ces ouvrages, un clic sur les titres ou couvertures

Mes lectures de novembre 2018

30 Nov

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan  de ce mois de novembre 2018  :

12 ouvrages ce mois-ci

dont seulement

3 bandes-dessinées 

et en bonus une lecture de BBB’s dad ( d’où 13 livres sur la photo)

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Fragrances : La création d’un parfum (*) de Elodie Font et Andréa Gandolfo aux Editions Jungle : De l’Antiquité à aujourd’hui, le parfum a traversé les époques pour devenir un accessoire indispensable de notre quotidien. Fruité, fleuri ou musqué, il est parfois même le reflet de notre personnalité. D’où vient ce rapport si particulier que nous entretenons avec les odeurs ? Quelles sont les étapes essentielles qui permettent de transformer les matières premières en philtres capiteux ? A travers un reportage passionnant, Elodie nous emmène dans un univers insoupçonné. Vous rencontrerez les artisans de ces senteurs qui nous accompagnent toute notre vie : Constant Viale, cultivateur de fleurs à parfum et poète à ses heures, Stéphane Piquart, chasseurs de nouvelles odeurs, Dominique Ropion, célèbre nez ou encore Pierre Dinand, designer de flacons devenus iconiques. Des champs de la ville de Grasse au flacon en passant par la distillation, venez découvrir les dessous de la création d’un parfum.

Je garde un doux souvenir des visites des usines Fragonard et Molinard à Grasse et Eze, et cette BD m’a permis de les revivre ! On rêve devant ces métiers d’exception autour de ce merveilleux élixir mélange de chimie et de poésie ! Une BD esthétiquement raffinée et très pédagogique qui nous entraîne pour un merveilleux voyage de la fleur à l’absolue  !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Salinger : Avant L’Attrape-coeurs (*) de Valentina Grande et Eva Rossetti aux Editions SteinkisAvant de devenir l’auteur mondialement acclamé de L’Attrape-coeurs, classique de la littérature du XXe siècle, J. D. Salinger était Jerome, sergent américain dans une Europe aux plaies béantes, amoureux de Sylvia Welter, jeune ophtalmologiste allemande au passé énigmatique… Salinger fut un auteur extrêmement secret. Débuté comme une enquête autour de l’insaisissable Sylvia, Valentina Grande a tenté, à travers ce roman graphique, de percer le mystère de cette histoire d’amour. Avec Eva Rossetti, elle reconstitue les arcanes de leur intimité et fait de ce fragment de vie un roman, éclairant d’un jour nouveau la personnalité de cet auteur majeur.

Bien qu’ayant lu l’attrape-cœurs je méconnaissais la vie de son auteur. Si bien des msytères demeurent autour de la biographie de Salinger, on découvre ici, un fragment de sa vie, l’histoire atypique d’un couple mêlé à la grande Histoire et à ses côtés sombres.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦



Avez-vous lu les classiques de la littérature ? (*)  de Soledad Bravi et Pascale Frey aux Editions Rue de Sèvres : Vous n’avez pas encore lu Le Père Goriot ou Le vieil homme et la mer ? Vous ne savez plus comment se termine Au Bonheur des dames ! ? Ou combien y a-t-il de tomes dans A la recherche du temps perdu… En quelques cases une synthèse d’une vingtaine de grands classiques de la littérature française et étrangère devrait vous éclairer et sans doute vous donner envie de les lire ou les relire… Pascale Frey et Soledad croquent : La princesse de Clèves, Bel ami, Belle du Seigneur, Au bonheur des dames, La promesse de l’Aube, L’Amant, Les Hauts de Hurlevent, Le père Goriot, Chéri A la recherche du temps perdu, Les Misérables, Les malheurs de Sophie, Out of Africa, Le vieil homme et la mer, Gatsby le magnifique, La métamorphose Mort sur le Nil, Le malade imaginaire, Autant en emporte le vent … Une BD tout Public.

J’adore le ton de Soledad Bravi tant dans ses ouvrages pour enfants que pour ceux pour adultes ! Ces synthèses en BD sont pleines d’humour, et m’ont permis de revivre de chouettes moments de lectures, ou encore de comprendre une œuvre abandonnée ( Belle du seigneur, le seul livre que je n’ai jamais réussi à finir).

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Remèdes anciens : Fabuleuses histoires de plantes et secrets de fabrication (*) aux Editions Terre Vivante :  Nous avons tous une petite nostalgie des remèdes que nous confectionnait nos grand-parents. Fruit d’observations affinées de générations en générations, ce livre raconte les histoires qui se cachent derrière ces remèdes anciens. Et ces remèdes ont beaucoup à nous dire sur leur époque ! Sources de petites anecdotes ou partie prenante de grands moments historiques, ils nous transmettent à leur façon des pages de notre histoire. 50 remèdes anciens qui ont marqué des générations et/ou l’histoire médicinale… Baume de Sébastopol, Coaltar sapopiné, Corricide Le Diable, Eau d’Émeraude, Élixir de la Grande Chartreuse, Hépatoum, Huile de Haarlem, Sinapisme Rigollot : leurs noms sont des légendes, promesses d’histoires et d’anecdotes savoureuses…Redécouvrez ces recettes médicinales remises au goût du jour et préparez vous-même ces remèdes grâce à leur recettes dévoilées. Réveillez l’apothicaire qui dort en vous !

Le premier souvenir de remède ancien qui me vient en tête est la célèbre pastille Valda, petite madeleine de Proust que je dégustais chez mes grands-parents quand elles étaient de sortie du buffet de la belle vaisselle du dimanche  ou que je chipais dans la boîte à gants de la voiture de mon papi ! Dans cet ouvrage vous retrouverez des produits connus, oubliés ou pas, puisque personnellement certains sont dans ma salle de bain comme la crème du Dr Ducharme, les fleurs de Bach ou encore le Vicks Vaporub ! On y apprend la recette, ses principes botaniques actifs mais aussi l’histoire de ce produit, son évolution et ses vertus ! Aussi utile qu’informatif, un chouette ouvrage pour tous ceux qui aiment se soigner autrement, en misant sur les bienfaits des plantes.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦



La Mort est une femme comme les autres (*) de Marie Pavlenko aux Editions J’ai Lu : Imaginez un monde où personne ne s’éteint. Imaginez un service de soins palliatifs où plus personne ne succombe. Imaginez un univers où la mort en a ras-la-faux et fait un burn-out. Emm n’en peut plus. Un matin, elle s’arrête et s’assoit. Ses bras sont de plomb, elle pèse une tonne, impossible de se lever. Elle rencontre Suzie, jeune femme dont la gentillesse va l’émouvoir. Commence alors un périple extraordinaire, au cours duquel Emm découvre la richesse et la complexité de la nature humaine.

Surprenant, fantaisiste, désopilant, cynique, un brin angoissant, rythmé, voilà un roman que je ne pourrai comparer à aucun autre ! Derrière un sujet grave traité avec humour, en utilisant les codes du fantastique et du surnaturel, il y aussi une réflexion plus philosophique sur la vie éternelle.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


L’Amour, c’est… par 200 auteurs textes illustrés par Jack Koch chez Le livre de poche : Illustrateur très actif sur les réseaux sociaux, Jack Koch a invité 200 auteurs, connus et moins connus, français et étrangers, issus de tous les genres littéraires, à offrir leur définition de l’amour, qu’il a ensuite illustrée. Le résultat : 400 pages empreintes de poésie et d’humour.

Une merveille à glisser sous la sapin ! Les textes s’alternent et ils nous surprennent tous, de jolies poésies, en déclarations, de textes humoristiques , chaque auteur y a mis son cœur et sa patte. La préface de Baptiste Beaulieu m’a émue; quant aux dessins de mon Jack Koch ils sont comme toujours fabuleux, tantôt tendres, tantôt malicieux et toujours justes !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Chère Mamie de Virginie Grimaldi coédité par Fayard et Le livre de poche : Chère mamie, J’espère que tu vas bien, et surtout que tu es assise. Il y a plus d’un an, j’ai commencé à t’écrire des petites cartes sur les réseaux sociaux. Des chroniques du quotidien décalées, rédigées en gloussant. Je ne m’attendais pas à ce que mes aventures deviennent un vrai rendez-vous… Alors une idée a germé : et si ces rires partagés devenaient utiles ? J’ai immédiatement pensé à l’association CéKeDuBonheur, dont j’aime la philosophie et l’engagement. Dans ce livre, tu trouveras plein d’inédits. Des photos pour illustrer. Des grands bonheurs, des petits malheurs, de la vie. Tu m’as donné l’amour des mots, j’ai hâte que tu découvres ceux qui te sont destinés. Gros bisous à toi et à papy, Ginie

L’association CéKeDuBonheur aide les services pédiatriques à améliorer les conditions de vie des enfants séjournant à l’hôpital à travers de multiples actions.

Virginie est vous le savez si vous suivez ce blog, l’auteure que j’admire ( après avoir été la blogeuse que j’admire le plus), on retrouve son talent indéniable d’écrivain, qui sait nous faire passer du rire aux larmes. Je connaissais beaucoup de ces cartes pour les avoir lues au fur et à mesure de leurs publications sur les réseaux sociaux, mais quel bonheur de les voir ici réunies ! Et puis la cause défendue par cet ouvrage me touche particulièrement, moi qui travaille en service de pédiatrie. Alors s’il vous plait ACHETEZ ce livre, OFFREZ-le ( il ne coûte que 5 euros), évitez de l’emprunter ou de le réserver en bibliothèque, faites ce petit geste pour les enfants hospitalisés, et glissez-en plein d’exemplaires sous le sapin, vous allez faire des heureux !!!

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Vigile (*) de Hyam Zaytoun aux Editions La Tripode : Un bruit étrange, comme un vrombissement, réveille une jeune femme dans la nuit. Lorsqu’elle allume la lampe, elle découvre que l’homme qu’elle aime est en arrêt cardiaque. Avec une intensité rare, Hyam Zaytoun confie son expérience d’une nuit traumatique et des quelques jours consécutifs où son compagnon, placé en coma artificiel, se retrouve dans l’antichambre de la mort. Comment raconter l’urgence et la peur ? la douleur ? une vie qui bascule dans le cauchemar d’une perte brutale ? Écrit cinq ans plus tard, Vigile bouleverse par la violence du drame vécu, mais aussi la déclaration d’amour qui irradie tout le texte. Récit bref et précis, ce livre restera à jamais dans la mémoire de ceux qui l’ont lu.

Un texte incroyable qui m’a coupé le souffle, il faut dire que l’on s’identifie facilement au destin de cette mère de famille face à cette terrible épreuve où il faut faire preuve à la fois de présence, de combativité, où il faut entretenir l’espoir malgré le sentiment d’impuissance. Un livre fort qui nous montre comment la vie peut parfois basculer en une fraction de seconde, une formidable leçon d’amour.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les devoirs à la maison sans stress – Primaire 6/10 ans (*) de Caroline Moka aux Editions Nathan : Un outil d’aide et d’accompagnement rassurant pour encourager et redonner confiance à ses enfants.
Un guide complet pour répondre à toutes les questions que se posent les parents sur l’aide aux devoirs :

– Comment aider son enfant à faire ses devoirs à la maison ?
– Comment créer un climat de confiance et éviter les conflits ?
– Quelles sont les clés de la motivation ?
– Quelle est la bonne organisation ?
– Comment maintenir le lien avec l’école ?
Un ton dédramatisant pour retrouver le calme au moment des devoirs à la maison.

Dans cette même collection, je vous avais déjà présenté deux ouvrages dans cette même collection présentant aux parents les programmes de l’école primaire et du collège, je vous avais fait part de mon enthousiasme face à ces deux titres très faciles à lire, très bien construits et complets ! Je réitère mon avis pour ce nouveau titre qui est bourré de conseils sur l’organisation et la méthodologie; pour que le temps des devoirs ne soient pas redoutés par les enfants comme par leurs parents. Un petit guide au mini-prix qui vous sera d’un grand secours !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Elle s’appelait Emma (*) de Alain Thiesse aux Editions Mareuil : » C’était ma fille. Mon seul et unique enfant. Mon trésor, mon amour. 720 grammes, 30 centimètres… Elle n’a attendu que 5 mois de grossesse pour venir voir à quoi ressemblait le monde. Un bébé né trop tôt. En état de mort apparente. Elle sera réanimée par les médecins de l’unité de néonatologie à la naissance. Sans qu’on me demande mon avis. Je les avais prévenus. « 

J’ai pris un peu d’avance en vous présentant cet ouvrage courant du mois, à l’occasion de la journée mondiale de la prématurité. Ma chronique est ICI !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


After Anna (*) de Alex Lake aux Editions J’ai lu : Anna, cinq ans, disparaît à la sortie de l’école. La police n’a aucun indice sur l’identité de son ravisseur, pas la moindre piste sérieuse. La presse s’empare de l’affaire et ne recule devant rien. Ses parents, Julia et Brian, vivent l’épreuve la plus effroyable qui soit. Quand leur petite fille leur est rendue une semaine après l’enlèvement, elle est indemne mais n’a aucun souvenir des jours qui viennent de s’écouler. Et pour Julia, le pire reste à venir.

Évidemment le sujet est douloureux lorsque l’on est maman et l’auteur sait jouer avec nos nerfs et nous faire frissonner d’effroi dans ce thriller psychologique bien ficelé ! Le récit alterne des passages raconté du point de vue de la famille et d’autres du point e vue du ravisseur ! Glaçant mais génial ! Alex Lake est le pseudonyme d’un écrivain britannique à succès. After Anna est son premier roman publié sous ce nom. Dès sa sortie, il s’est classé parmi les meilleures ventes au Royaume-Uni.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Enseigner les mathématiques à l’école primaire : Une démarche positive pour des apprentissages réussis (*) de Thierry Dia aux Editions Magnard : A travers des notions théoriques, des conseils pratiques et des exemples concrets, cet ouvrage permet aux professeurs des écoles de construire et de consolider les connaissances nécessaires pour enseigner sereinement et efficacement les mathématiques. Les principales difficultés, langagières ou mathématiques, notamment celles liées à la construction du nombre, sont présentées et analysées en lien avec les pratiques des enseignants ainsi qu’avec les avancées des recherches en didactique et les apports des neurosciences.  » Tous les élèves ont un potentiel pour apprendre en mathématiques. » En modifiant l’image trop souvent négative que l’on a de la discipline, Enseigner les mathématiques à l’école incite à faire des mathématiques avec plaisir, favorisant ainsi la réussite de tous !

Pas de lecture du mois, sans un ouvrage un peu plus centré sur mon travail 😉 Une présentation de la mise en pratique de la pédagogie positive dans un enseignement disciplinaire : les mathématiques. Un ouvrage accessible qui à mon avis deviendra vite un incontournable pour tous mes collègues professeurs des écoles. Le découpage en neuf chapitres rend la lecture très claire et permet de s’y référé rapidement selon les notions étudiées. Petit bonus l’auteur se met à la disposition des enseignants pour échanger avec lui sur sa page facebook !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La bataille de France (*) de Louis Madelin aux Editions Perrin : Libérée à l’Est par la révolution d’Octobre, l’armée allemande bénéficie au printemps 1918 d’un avantage numérique qui semble d’autant plus décisif que l’entrée en guerre des Etats-Unis n’a pas encore fait ressentir ses effets. Sous l’autorité d’Hindenburg et de Ludendorff, elle lance fin mars une offensive massive dans les Flandres, puis dans l’Aisne et dans l’Oise afin de briser la résistance franco-anglaise. S’ensuivent trois mois de combats dantesques à l’issue desquels Foch – qui a plié sans rompre – peut lancer une contre-offensive qui s’avérera victorieuse et permettra de remporter la victoire finale, acquise en octobre avant d’être concrétisée par l’armistice du 11 Novembre. Au final, une succession de batailles sur un front de 400 kilomètres mobilisant près de sept millions d’hommes ; des combats acharnés conjuguant la geste héroïque des combattants avec la modernité technologique incarnée par l’emploi massif de l’aviation et des chars. Fort de son sens du récit, qui a fait de lui un des plus grands historiens français, Louis Madelin raconte les combats et dépeint les événements avec force et limpidité. Une leçon d’histoire immédiate, publiée dès 1920, et qui n’avait jamais été rééditée.

C’est donc BBB’s Dad féru d’histoire qui a lu cet ouvrage très dense en pleine période de commémoration de la fin de la grande guerre. Il a apprécié les descriptions pointues, présentées non pas sous le regard des soldats mais du point de vue des officiers, de la stratégie et de la tactique puisque l’auteur n’était pas qu’historien, il était membre de l’état-major. Un ouvrage intéressant à mettre en parallèle des Paroles des Poilus pour avoir un regard global sur cette période historique.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Dès demain samedi, retrouvez aussi les lectures de novembre de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Journée mondiale de la prématurité : Elle s’appelait Emma

17 Nov

La date du 17 novembre  a été retenue pour célébrer la première journée mondiale de la prématurité, à l’initiative de SOS Préma. Une association que je vous ai déjà présentée sur le blog en participant deux années consécutives à une collecte de bodies ( cf ICIet LA).

Cette journée internationale est avant tout  l’occasion de parler des naissances prématurées, et recueillir des fonds pour améliorer la préventionde la prématurité, le suivi des grossesses et la prise en charge des familles. Chaque année, ce sont pas loin de 65.000 enfants qui naissent prématurément en France, soit plus de 8 % du total des naissances, sachant qu’on qualifie habituellement de prématurée une naissance avant la fin du 8° mois de grossesse.

Pour célébrer cette journée, j’ai pour ma part choisi

de vous partager une de mes dernières lectures :


Elle s’appelait Emma

d’Alain Thiesse

aux Editions Mareuil 

Elle s’appelait Emma est l’histoire émouvante d’un bébé né trop tôt, grand prématuré, que l’on n’arrivera pas à sauver et qui s’éteindra dans sa sixième année. Son père, Alain Thiesse, est journaliste à l’Est Républicain. Dans un vibrant hommage à sa fille Emma, il raconte son calvaire entre espoir et désespoir, réanimation, acharnement thérapeutique et handicap.

À l’heure où les débats sur la fin de vie des grands prématurés commencent à trouver un large écho, ce livre poignant a le mérite de poser les vraies questions : celles qui dérangent mais qui sont nécessaires à la prise en compte d’une meilleure communication et de plus d’humanité et d’écoute de la part du monde médical envers les patients et leur famille.

Dans cette édition actualisée, Alain Thiesse raconte dans un nouveau chapitre comment, après le décès d’Emma, lui et sa compagne continuèrent à mener un combat judiciaire acharné : douze ans de batailles, de procédures pénales et administratives. Douze ans de lutte effrénée. C’est deux fois plus de temps temps qu’il ne put en passer avec Emma.

Une lecture vraiment bouleversante ! Je pense qu’il est impossible de se mettre à la place des parents qui vivent cette épreuve, mais ce livre, témoignage terriblement factuel, permet d’appréhender le parcours du combattant des parents d’enfants prémas. Bien évidemment le sujet me touche particulièrement car un certain nombre de mes petits protégés du CAMSP du CHU sont d’anciens grands prémas et que je connais quelques unes des séquelles évoquées dans l’ouvrage et leurs conséquences. L’ouvrage ouvre le débat sur l’acharnement thérapeutique et rappelle aussi le fossé entre les recommandations des hautes autorités et la réalité du terrain dans certains services de néonatalité ou de réa pédiatrique. On frisonne à la lecture de ces mots, des larmes perlent aux paupières, on a le souffle coupé, on respire avec autant de difficultés qu’Emma et ses parents, face au manque de soutien, d’empathie, et de bienveillance, la rencontre d’une seconde équipe plus à l’écoute nous apaise mais la fin de terrible de la petite Emma nous bouleverse à jamais. Un témoignage essentiel qui certes ne nous épargne pas, mais aussi une formidable leçon d’Amour, de courage, de patience et de détermination.

Si cette cause vous touche et que vous souhaitez faire un don à l’association We love Prema, cliquez ICI . Petit rappel : 66% de votre don sont déductibles de votre impôt sur le revenu.

Livre offert, merci.

Mes lectures d’octobre 2018

1 Nov

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan  de ce mois d’ octobre 2018 ( très BD vous le verrez ) :

1 roman,

13 bandes-dessinées ou romans graphiques

et 3 livres pratiques 

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le vertige des falaises (*) de Gilles Paris aux Editions J’ai lu : Marnie de Mortemer vit avec sa mère et sa grand-mère sur une ile sauvage balayée par le vent et recouverte d’herbes hautes, de sentiers escarpés et de falaises abruptes… Entre ces trois femmes aux caractères bien trempés se joue un jeu de dupes où les masques tombent peu à peu. Et si la seule personne qui détenait tous les secrets de cette famille décidait de s’en libérer enfin ?

Le seul roman de ce mois, mais quel roman ! Une galerie de personnages incroyable : des solaires, des écorchés, des rugueux mais tendres, des terrifiants ! Une histoire familiale déclinée autour de trois générations de femme racontée avec une plume intelligente, vive et mystérieuse. Et puis de nombreux rebondissements qui vous coupent le souffle ! Un livre lourd en secrets sombres et pourtant terriblement lumineux !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Parentalité Affirmée – Et si le Capitaine du navire familial, c’était vous ? (*) de Charlotte Uvira aux Editions Happyologie : Qui a dit que l’éducation positive était laxiste et permissive? De nombreux parents se sentent désarmés devant les comportements de leurs enfants et rejettent la parentalité positive qu’ils accusent d’être laxiste, permissive et incapable de répondre à leurs besoins. Est-ce vrai? La Parentalité Affirmée offre aux parents une boussole qui met le cap sur la famille de leur rêve. Elle développe les valeurs de respect, humilité, responsabilité, autonomie, confiance en soi et empathie dans un cadre affirmé, favorable au bien-être et au plaisir de tous. Des outils simples et accessibles à tous pour créer le renouveau des pratiques d’éducation positives. Un témoignage authentique, plein de sagesse et d’humilité, d’une maman coach formatrice et conférencière reconnue dans le domaine de l’éducation positive. Dans ce livre, vous trouverez des clés essentielles pour: – Mieux déjouer les pièges classiques de l’éducation positive, Adopter un modèle éducatif affirmée sans laxisme ni permissivité, Vivre et mettre votre famille sur le chemin des valeurs qui sont les vôtres, Construire et partager un cadre familial qui créé l’enthousiasme et l’adhésion de tous, Obtenir plus de respect tout en restant dans la bienveillance éducative, Communiquer avec succès, Développer l’autonomie de votre enfant, Savoir vous affirmer et mieux vous positionner en cas de désaccord, Mieux comprendre et gérer vos responsabilités de parents, Développer plus d’empathie dans la relation avec votre enfant. Pour accéder a encore plus d’outils, rendez-vous sur www.tepapo.com, le site des Techniques de Parentalité Positives.

Le sujet de la parentalité positive est un thème qui me tient à coeur et que j’ai souvent décliné dans cette rubrique, j’ai lu beaucoup de titres sur le sujet qui m’ont guidé dans mon éducation, toutefois j’ai parfois sentie des failles avec la peur d’être trop permissive ou dominée par mon fils, cherchant comment introduire un peu d’autorité tout en restant dans la bienveillance,  je continue donc à me laisser guider par ce genre de lecture et je dois dire que ce titre m’a particulièrement aidée et rassurée. L’auteure y présente  le concept de parent-PHARE (Positif Humble Affirmé, Responsable et Empathique) et les moyens de le devenir ! Un ouvrage très concret, et puis il y a le ton qui m’a beaucoup plu, j’avais l’impression d’échanger avec une amie, de glaner dans ses propos des conseils sans pour autant recevoir une leçon d’ une experte-es-parentalité et pédagogie positives ! Bref l’écriture est aussi bienveillante que le propos ! A lire sans hésiter par tout parent  ( ou enseignant/éducateur…)

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Qui commande ici ? Conseils aux parents victimes d’enfants tyrans (*) de Marcel Rufo et Philippe Duverger aux Editions Anne Carrière : Ce livre est né d’un constat : les enfants qui viennent actuellement en consultation de pédopsychiatrie ne ressemblent pas à ceux des années 1960 à 1980. On y rencontre notamment un nombre significatif d’enfants tyrans, qui formaient autrefois l’exception. Les enfants tyrans sont ces enfants autoritaires et hyper exigeants qui n’hésitent pas à recourir à la violence physique, à la menace ou au chantage pour obtenir de leurs parents la satisfaction de leurs moindres désirs. Les professeurs Marcel Rufo et Philippe Duverger, qui appartiennent à deux générations de pédopsychiatres, s’interrogent : cette situation est-elle la conséquence d’une éducation trop permissive à la maison, à l’école ? Faut-il y voir la faillite, depuis quelques décennies, d’une évolution qui, à force de vouloir comprendre les enfants, leur a accordé tous les droits et a renoncé à leur inculquer les vertus de l’obéissance, la politesse, le respect des adultes ? À travers plusieurs cas relatés, les auteurs questionnent les liens entre tyrannie et précocité, tyrannie et intolérance à la frustration ; ils se demandent surtout comment aider les parents à surmonter leur désarroi pour aller chercher assistance auprès de professionnels. Enfin, ils restaurent la valeur éducative de l’autorité et redéfinissent la place de l’enfant au sein de la famille.

Allez je vous l’avoue un écrit très intéressant mais avec le quel j’ai un peu moins accroché que le précédent ! Peut-être parce que je l’ai lu en second, peut-être par ce que je l’ai trouvé plus autoritaire. Il n’empêche qu’il mérite aussi d’être découvert, les témoignages et l’analyse des experts suscitent beaucoup d’intérêt et permettent de cheminer un peu plus.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Se cultiver en faisant caca ou pipi (ou tout ce que vous voulez) (*) de Julien Duménil aux Editions J’ai Lu : Qui a décrété que les toilettes devaient être un lieu sérieux, voire ennuyeux ? Dans la tradition des livres de cabinet, Se cultiver en faisant caca ou pipi (ou tout ce que vous voulez) a recueilli : Le meilleur de l’humour (juif, bien sûr) Le meilleur des citations (de Coluche à Marc Levy) Le meilleur des lettres célèbres (de Kafka à Marlene Dietrich) Le meilleur du New Yorker (les fameux dessins de presse, drôles et fins)… … et bien d’autres informations utiles, légères, intelligentes et divertissantes. Installez-vous confortablement !

Dois-je vous préciser où Chéri-Mari et moi avons lu cet ouvrage ? C’est vraiment très sympa ! On rit, on en apprend, on est surpris, le format et le découpage permettent de le lire en picorant au fil des pages ! On cherche parfois une petite idée cadeau sympa pour surprendre, amuser, c’est le genre de titre sur lequel vous pouvez vous jeter les yeux fermés !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Je commence la rubrique BD/romans graphiques avec 2 mangas les tomes 6 et 7 de la série Une Sacrée Mamie de Yoshichi Shimada et Saburo Ishikawa aux Editions Delcourt Tonkan. Je vous ai déjà présenté en juin et septembre les volumes précédents, je dois cette jolie découverte à ma chère Madame ♥ comme prévu j’ai agrandi ma collection et je suis vraiment très fan de cette série à la fois drôle et touchante. C’est l’adaptation en manga d’un roman autobiographique qui a réveillé dans le cœur des Japonais les souvenirs d’un passé où les relations étaient plus humaines, Saburo Ishikawa réussit à nous décrire un monde rural à la fois rude et solidaire, mais aussi plein d’affection. On craque pour l’espièglerie et la candeur du jeune héros, et la nonchalance de la mamie qui cache infiniment de sagesse et d’Amour ! Cette série mérite une PEPITE ! Cette lecture se destine aussi aux enfants, à partir de 8 ans je dirai, je garde précieusemet ma toute nouvelle collection pour mon loulou !

Une Sacrée mamie Vol.6 : Akihiro a bien des (petits) soucis : comment dépenser intelligemment des étrennes confiées par les dieux eux-mêmes ? Comment clouer le bec aux élèves de sa classe qui se moquent de son incapacité à siffler ? Comment récupérer discrètement une tranche de jambon tombée par terre ? Comment aider un ancien voleur à arrêter un confrère ? Et surtout, comment remonter dans le temps pour retrouver sa maman adorée ?

Une Sacrée mamie Vol.7 : Un ogre rouge débarque à Saga ?! Cette créature terrifiante se révèle être un ethnologue américain venu découvrir le cœur du Japon rural. Akihiro et sa grand-mère vont l’initier aux vertus des traditions et à la grandeur d’âme des habitants de Saga, en l’accueillant chez eux et en luttant avec lui pour préserver des vieux arbres sacrés…

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Chroniques d’une survivante (*) de Catherine Bertand aux Editions De La Martinière : Bon, ben j’étais au Bataclan…
Mais ça va, hein. Je suis vivante, j’vais pas me plaindre. Le quoi ? Le stress post-traumatique ? Connais pas. Si ça a bouleversé ma vie ? Non, pas du tout, pourquoi ? 
J’ai fait quelques dessins pour raconter tout ça, une sorte de journal, quoi. Peut-être bien que tu te retrouveras dans certaines pages. Tu veux y jeter un oeil ? Ou les deux ?

Catherine Bertrand est passionnée de dessin depuis toujours, désormais reconvertie dans le graphisme et l’illustration. Elle était au Bataclan le 13 novembre 2015 et fait partie de l’association de victimes d’attentats, Life for Paris. Elle a réalisé seule ce livre, avant de le confier à un éditeur.

Je ne vais pas vous surprendre si je vous dis que j’ai été très touchée par ce roman graphique; mais malgré tout il est important de souligner que si l’auteure nous raconte les faits avec beaucoup de réalise elle ne sombre ni dans le pathos, ni dans l’apitoiement sur son malheur ! C’est une belle leçon qui nous parle de drame, de reconstruction, et du pouvoir de l’écriture pour extérioser et faire face à l’Après.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Audacieuses ! : 50 femmes pionnières (*) de Yannick Resch et Sheina Szlamka aux Editions Eyrolles : Initiatrices souvent invisibles, les femmes n’ont pas fini de nous surprendre… Ce livre est le fruit d’une rencontre éditoriale entres deux auteures engagées et talentueuses qui ont décidé de produire un doux manifeste pour sortir de l’ombre une cinquantaine de personnalités remarquables. A chacune, elles prêtent une histoire et un visage, qu’elles conçoivent comme un diptyque. Le choix a porté sur les XIXème et XXème siècles, sur tous les continents, dans les domaines de la littérature, de la politique, des sciences, des arts et de l’action.

Il s’agit de courts portraits de femmes incroyables  ( sur chaque double page un texte et un portrait illustré) ! Je venais de finir cet ouvrage quand je suis allée au cinéma voir Dilili à Paris au cinéma avec mon fils, et j’ai adoré recroiser dans le film beaucoup de ces femmes d’exception racontées dans cet ouvrage ! Un ouvrage fascinant à offrir aux femmes de votre vie , et aux hommes aussi bien évidemment ! L’illustratrice sera à la Foire du Livre de Brive la semaine prochaine en dédicace. Mais aussi le 05/11 à la librairie Lardanchet et le 15/11 à la librairie du Drugstore Publicis à Paris.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Si je t’oublie, Alexandrie (*) de Jérémie Dres aux Editions Steinkis : « Des vieilleries » ! A l’évocation de leur passé en Egypte, c’est la seule réponse que Jérémie Dres obtient de ses grands-parents… Jusqu’au jour où il découvre une valise pleine de vieilleries. Une première brèche vers leur passé. Il ressent alors le besoin d’en savoir plus sur ses origines et part mener l’enquête du Caire à Alexandrie. Avec sa rigueur journalistique et sa savoureuse autodérision, Jérémie Dres fait de la recherche de ses origines, un véritable reportage d’investigation qui exhume une mémoire en voie de disparition, celle d’un monde arabe cosmopolite.

Une BD témoignage d’un jeune homme qui cherche à en savoir plus sur ses racines et qui nous aide à mieux appréhender la complexité des conflits au Moyen-Orient. En lisant cet ouvrage j’ai beaucoup pensé à une phrase de l’album Jeunesse de Thierry Dedieu ( Le Caillou) :  Les hommes sans passé n’ont pas d’avenir.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Symphonie carcérale : Petites et grandes histoires des concerts en prison (*) de Romain Butter et Bouqé aux Editions Steinkis : Romain est derrière les barreaux depuis plus de dix ans… mais rentre chez lui tous les soirs. Coordinateur culturel au sein du Centre Pénitentiaire de Fresnes l’un des plus grands et des plus connus du pays , il raconte, dans ce témoignage plein d’humour et sans concession, son combat quotidien pour permettre aux personnes incarcérées d’avoir accès à la culture. Et notamment à des concerts. De son expérience dans une prison du Honduras, parmi des membres du gang de la Mara Salvatrucha, à celle qu’il poursuit désormais à Fresnes ; de la performance mémorable de Johnny Cash à Folsom en 1968 aux concerts qu’il organise aujourd’hui en détention, suivez-le dans un univers méconnu en compagnie des artistes qui contribuent à faire résonner cette Symphonie carcérale et offrent des perspectives d’évasion… musicale, bien entendu !

Quel pouvoir a la musique !!! Ces expériences musicales par delà les barreaux sont à la fois drôles et touchantes ! Un ouvrage qui nous questionne aussi sur la vie en détention et ce qui est fait pour faciliter la réinsertion.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Edmond (*) de Léonard Chemineau d’après la pièce d’Alexis Michalak aux Editions Rue de Sèvres : Paris, décembre 1897, Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Après l’échec de La princesse lointaine, avec Sarah Bernhardt, ruiné, endetté, Edmond tente de convaincre le grand acteur en vogue, Constant Coquelin de jouer dans sa future pièce, une comédie héroïque, en vers. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de coeur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit mais qui deviendra la pièce préférée des français, la plus jouée du répertoire jusqu’à ce jour.

J’avais adoré la pièce vue cet hiver au théâtre, ce fût un bonheur de se replonger dans la BD qui reconstitue à merveille l’ambiance de ce que j’ai vu sur scène ! L’histoire est riche en rebondissements, on s’attache eu personnage de Rostand et à l’histoire incroyable qui le mena à l’écriture de sa pièce à succès Cyrano ! Génial ! A lire et faire lire aux enfants ! Me concernant il est déjà sur ma liste d’achat de Noel afin de l’offrir à ma meilleure amie qui avait adoré comme moi la pièce !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Bécassine baby-sitter de Corbeyran et Béja d’après l’œuvre de Caumery et Pinchon aux Editions Gautier-Languereau : Bécassine embarque pour les Etats-Unis ! Loulotte, sa protégée, a besoin d’elle : son tournage commence bientôt et elle n’a personne pour veiller sur son bébé Lilou. Bécassine s’improvise donc à nouveau nounou, enchaînant bévue sur bévue pendant son séjour, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

J’ai craqué lorsque j’ai vu ce titre en librairie, il faut dire que j’étais une grande fan de ces bds petite et adolescente et que je garde précieusement ma collection !  J’ai été agréablement surprise de voir que les auteurs qui ont succédé à  Caumery et Pinchon sont restés fidèles à l’esprit initial. C’est très drôle de voir la petite Loulotte grandir et devenir maman, comme si elle avait grandi avec moi ! Un chouette moment au goût de Madeleine de Proust.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Pome (*) de Marie Desplechin et Magali Le Huche aux Editions Rue de Sèvres : Souvenez-vous. Nous avions laissé Verte, l’apprentie sorcière rebelle, rayonnante. Entourée de femmes, comme depuis toujours : sa mère Ursule et sa grand-mère Anastabotte. Mais aussi, c’était nouveau pour elle, quelque hommes : Soufi, le garçon de sa classe grâce auquel elle avait retrouvé son père, et celui-ci, Gérard, l’entraîneur de foot. Les choses pourraient être simples désormais. Bien sûr, elle ne le seront pas. Soufi déménage et Gérard a un père, lui aussi : Raymond, un ancien commissaire de police. Verte pleure, Verte rit, Verte est très entourée soudain et pourtant elle se sent seule. Heureusement, une fille vient d’emménager avec sa mère dans le bâtiment B. C’est Pome. Verte se dit que c’est un nom parfait pour une alter ego, une future meilleure amie, une pareille en tout. En tout ? Même en sorcellerie ?

Après Verte, j’avais très hâte de découvrir l’adaptation des autres tomes ! Je vous l’ai déjà avoué par ici, je partais en terrain conquis, je suis une grande fan de Marie Desplechin, avec qui j’ai eu la chance de correspondre il y a une petite quinzaine d’années dans la cadre de l’écriture de mon mémoire sur l’enfant handicapé dans la littérature jeunesse. Une auteure ouverte et pleine d’humanité dont j’ai plaisir à suivre les parutions. Je connais donc assez bien ses écrits et je suis émerveillé par leur mise en images Magali Le huche ! Une BD jeunesse à offrir à vos loulous et à leur piquer !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les 2 BD suivantes sont des adaptations de romans très célèbres. En effet les Editions Jungle nous proposent une toute nouvelle collection Jungle Pépites qui adapte des romans classiques et contemporains prescrits par l’Education Nationale; l’objectif étant de proposer aux lecteurs une nouvelle version du récit, de susciter davantage l’envie de lire et de séduire les enseignants avec un support pédagogique encore trop peu utilisé. Si j’ai eu plaisir à redécouvrir Oscar Wilde, je n’avais jamais lu le premier titre de Mourlevat et ce fût une belle découverte pour moi ! Les ambiances graphiques sont vraiment très différentes sur ces deux titres mais collent parfaitement à l’identité de chaque écrit. En terme de compréhension des écrits, je pense en tant qu’enseignante que la BD est un support très aidant, offrant une mémorisation bien plus visuelle et rendant plus ludique l’acte de lire, et ce notamment pour les enfants dits « petits lecteurs »

La rivière à l’envers (*) de Maxe L’Hermenier et Djet d’après le roman de Jean-Claude Mourlevat aux Editions Jungle : Dans une contrée lointaine se trouve Tomek, notre héros, qui possède l’unique épicerie d’un petit village. On y trouve de tout et tout le monde vient s’y servir. Malgré une vie idéale, Tomek s’ennuie et rêve d’aventures. Un jour, une jeune fille franchit le seuil de l’épicerie : elle achète un simple sucre d’orge et pose une question à Tomek : trouve-t-on de l’eau de la rivière Qjar dans son épicerie ? C’est une rivière qui s’écoule à l’envers et celui qui boira de son eau ne mourra jamais. Tomek n’en a jamais entendu parler, et la jeune fille repart, déçue. Pour sa part, le garçon est tombé irrémédiablement amoureux de l’inconnue.

Le fantôme de Canterville (*) de Elléa Bird d’après Oscar Wilde aux Editions Jungle : Lord Canterville s’apprête à vendre son manoir à une famille venue d’Amérique, les Otis. Malgré les mises en garde de l’aristocrate britannique, ces derniers refusent que la demeure est hantée. Jamais, au cours des trois siècles de sa longue est brillante carrière, le fantôme de Canterville n’a été autant ridiculisé!

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les improbablologies (*) de Zoé Thouron d’après les chroniques de science improbable de Pierre Barthélémy aux Editions Jungle : Comment fonctionne l’estomac d’un ogre ? Quelle est la meilleure position pour étudier ? Peut-on se saouler par les pieds ? Toutes ces questions apparemment loufoques et saugrenues sont bonnes à poser, et la science improbable sert précisément à y répondre. Suivez les expériences du Doc et de son assistante Nadine qui tenteront de vous apporter des réponses avec humour et délectation. Et ensuite à vous d’y réfléchir (ou pas…).

De situation complètement farfelues ou insolites , l’auteur nous délivre des explications scientifiques mais pas toujours académiques ! C’est à mourir de rire ! Mais derrière cet humour et cet fraîcheur on est aussi quand même impressionné par le travail de recherches derrière ces chroniques.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Darnand, le bourreau français, Tome 2 : (*) de Fabien Bedouel et Patrice Perna aux Editions Rue de Sèvres : Nous sommes en 1943, Ange a été recruté par la Résistance française qui connaît ses liens historiques avec Joseph Darnand. Il se voit confier une mission délicate, infiltrer la milice française pour approcher Darnand et le persuader de la quitter pour rejoindre les troupes alliées. Comme le prévoyait la Résistance, Ange a été repéré et arrêté par la Milice. Tout se déroule comme prévu, alors qu’il y subit des interrogatoires « musclés », Ange ne tarde pas à avoir la visite de Darnand. Les retrouvailles et la force des événements vécus ensemble ne suffisent à « retourner » Darnand, est homme de principe qui suit des valeurs qui lui sont propres. Qu’à cela ne tienne, c’est désormais sa peau qui est en jeu et comme on n’est jamais mieux trahi que par les siens…c’est Ange qui est chargé de l’éliminer. Manipulation, trahison, quand deux destins se jouent à travers des faux-semblants.

Comme pour le premier tome c’est BBB’s Dad qui a lu en premier cette BD, féru d’histoire, il a beaucoup apprécié le parti pris pour livrer la biographie de ce personnage trouble de notre histoire. Des planches très sombres et dessinées tout en force retranscrivent les horreurs de ces deux guerres et font de cette BD un témoignage historique aussi captivant qu’angoissant. Personnellement je trouve cette histoire très dure mais pourtant terriblement réaliste.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

%d blogueurs aiment cette page :