Archive | Les lectures de BBB’s mum RSS feed for this section

Mes lectures de Mars 2021

10 Avr

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ce mois de Mars 2021

9 ouvrages :

8 romans et 1 BD  !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Anne d’Avonlea (*) de Lucy Maud Montgomery aux Editions Monsieur Toussaint Louverture : Avec Anne d’Avonlea, Lucy Maud Montgomery continue de déployer sous nos yeux ébahis l’univers enchanteur qu’elle a créé autour d’Anne Shirley, l’orpheline aux cheveux de feu adoptée par erreur. Entre les amis de toujours et les nouveaux venus, les idées saugrenues et le bon sens qui pointe son nez, Anne nous entraîne dans les aléas de la vie douce et enchanteresse d’un village hors du temps. Avec ses yeux gris qui brillent comme les étoiles du soir et ses cheveux roux toujours aussi mordants que son tempérament, Anne, désormais âgée de seize ans, a su gagner l’affection des habitants d’Avonlea. Alors qu’elle prend ses fonctions d’institutrice, son caractère se dévoile tout en nuances et envolées idéalistes. Elle fera de nouvelles rencontres, comme Monsieur Harrison, leur voisin à Green Gables, ou Mademoiselle Lewis, qui vit dans le Pavillon aux échos. Il y a également Paul, un élève fascinant et, à n’en pas douter, une future âme sœur, ou les jumeaux Dora et Davy qui débarquent à Green Gables histoire d’épicer le quotidien enfin paisible de Marilla. Alors qu’Anne devient une jeune femme, les péripéties de son existence nous enchantent toujours autant qu’elles nous touchent. À travers les joies et les peines qui font la trame du quotidien, le style si frais et poétique de Lucy Maud Montgomery porte la voix d’Anne dans les aventures, les rêveries et les moments de tendresse. 

C’est le 2ème tome  de cette magnifique saga qui comme je vous le disais dans la chronique du tome 1 a un goût de petite madeleine de Proust ! Un fois encore les Editions Toussaint Louverture ont sublimé l’objet livre ! C’est une lecture cocooning parfaite en cette période pour les ados, préados, adultes de tendresse, de douceur et d’authenticité !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Florida (*) de Olivier Bourdeaut aux Editions Finitude :  Tout commence comme un conte de fées. Pour ses sept ans, Elizabeth a reçu une robe de princesse et quand elle gagne le concours de mini-miss auquel sa mère l’a inscrite, on pose une couronne sur sa tête. C’est le début de l’enfer, le début d’une enfance volée. D’autant qu’Elizabeth ne gagnera plus. Elle a un physique de deuxième, elle n’y peut rien, et c’est le drame de sa mère. Elizabeth se met à détester le monde entier et, avec l’adolescence, rien ne s’arrange. Son corps devient son ennemi. Le maîtriser c’est maîtriser son destin, alors elle décide de le mettre au service de sa vengeance, le transforme, le sculpte, le déforme. Elle ne sera plus jamais la Petite Princesse de personne…

J’avais adoré En attendant Bojangles, je suis tout aussi conquise par ce roman atypique, qui dénonce le culte du corps mais aussi l’hypersexualisation des enfants. Le personnage d’Elizabeth est absolument fascinant pour ses différentes facettes si ambiguës. Le ton est cash, souvent tragique mais parfois comique, il m’a complètement happée jusqu’au final aussi déstabilisant que surprenant !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Sous un ciel d’or (*) de Laura Wood aux Editions PKJ : 1929. Lou, dix-sept ans, vit dans une ferme des Cornouailles. Elle est fascinée par la magnifique demeure des Cardew, vide depuis des années. Écrivaine en herbe, elle y passe des après-midi seule, en cachette, à lire et à se rêver membre de la prestigieuse famille qu’elle épie dans les revues mondaines. Quand, à la faveur de l’été, les propriétaires investissent les lieux, Lou est soudain transportée dans le monde luxueux et pétillant de l’aristocratie anglaise. Au centre, un frère et une soeur époustouflants, dont elle devient de plus en plus proche. Tandis qu’un amour inattendu s’éveille en elle, Lou découvre que le champagne, le jazz et le charleston cachent de sombres secrets.

Gros coup de cœur pour ce roman young adult que j’ai dévoré en un dimanche après-midi. J’ai adoré l’ambiance Charleston, les personnages, le mystère de l’intrigue ! Et puis cette lecture s’est prolongée par un second moment magique avec les éditions PKJ pour un Book Club en visio très sympathique et particulièrement apprécié en cette période un peu tristounette. Comme je l’ai écrit le soir du Book Club, Lou est pour moi un mélange de mes héroïnes de jeunesse préférées  Jo Marc (avec qui elle partage la passion de l’écriture) et Anne aux pignons verts (présentée un peu plus haut dans ce billet). J’attends avec grande impatience la suite ! En attendant foncez le découvrir !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le tatoueur d’Auschwitz (*) de Heather Morris aux Editions J’ai Lu : L’histoire vraie d’un homme et d’une femme qui ont trouvé l’amour au coeur de l’enfer. Sous un ciel de plomb, des prisonniers défilent à l’entrée du camp d’Auschwitz. Bientôt, ils ne seront plus que des numéros tatoués sur le bras. C’est Lale, un déporté, qui est chargé de cette sinistre tâche. Il travaille le regard rivé au sol pour éviter de voir la douleur dans les yeux de ceux qu’il marque à jamais. Un jour, pourtant, il lève les yeux sur Gita, et la jeune femme devient sa lumière dans ce monde d’une noirceur infinie. Ils savent d’emblée qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Dans cette prison où l’on se bat pour un morceau de pain et pour sauver sa vie, il n’y a pas de place pour l’amour. Ils doivent se contenter de minuscules moments de joie, qui leur font oublier le cauchemar du quotidien. Mais Lale fait une promesse à Gita : un jour, ils seront libres et heureux de vivre ensemble.

Je l’ai souvent dit dans ces chronique j’ai une passion pour les romans et BD sur cette période historique qu’est la seconde guerre mondiale. J’ai été conquise par cette histoire qui mêle l’Amour à l’Horreur ! Un livre qui raconte une histoire vraie, une leçon de vie, un roman fort, bouleversant et terriblement essentiel pour le devoir de mémoire.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Nous étions nés pour être heureux (*) de Lionel Duroy aux Editions J’ai Lu : Depuis trente ans, Paul a fait du désastre de son histoire familiale la matière même de ses romans. Une démarche que ses frères et sœurs n’ont pas comprise, au point de ne plus lui adresser la parole. Et puis arrive le temps de la réconciliation. Paul décide de réunir pour un déjeuner, chez lui, tous les protagonistes de sa tumultueuse existence : ses neuf frères et sœurs, leurs enfants et les siens, et même ses deux ex-femmes. Viendra qui voudra. Et advienne que pourra. Avec sa profondeur psychologique habituelle et l’élégance de son style, Lionel Duroy livre ici un récit vibrant de vérité sur les liens indestructibles de l’enfance, la résilience et la paix enfin retrouvée.

Le pitch m’a beaucoup plu, d’autant que je connaissais en partie l’oeuvre de cet auteur dont on sait qu’il met beaucoup de lui dans ses récits. Je n’ai pas été déçu et j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup d’intelligence et de finesse dans ce titre qui explore le thème de la réconciliation et des liens familiaux.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Son plus joli défaut (*) de Fanny André aux Editions J’ai Lu : Maman solo, charge mentale, linge sale et autres réjouissances !Cléa Matisse, mère célibataire, vit au rythme de sa petite Merrylou. Son quotidien ? Élever seule sa fille, courir à droite et à gauche, régler les factures qui s’accumulent et dormir quelques heures. En parallèle, elle est l’autrice d’un premier roman à succès qui sera adapté au cinéma. Le scénariste pressenti : Nate Keenan, un écrivain spécialisé dans les polars et les thrillers, que Cléa adore. Ce dernier semble bien peu enthousiaste à l’idée de travailler sur un « feel good à tendance romance ». Leur rencontre est explosive et fait retomber comme un soufflé tous les espoirs de Cléa. Mais la jeune femme au caractère bien trempé n’a pas dit son dernier mot. Elle tient fermement à être impliquée dans le projet, et elle le sera !

Un roman feel good très sympathique et dans la tendance « body postive », bref un livre qui fait du bien, déculpabilisant, frais et plein d’humour ! A offrir aux wondermums de votre entourage !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


L’âme du violon (*) de Marie Charvet aux Editions J’ai Lu : Un artisan luthier au XVIIᵉ siècle consacre sa vie et son talent à un célèbre atelier italien quand un drame le force à passer la main ; un tzigane orphelin vit de sa musique et sillonne les routes de France dans les années 1930 en rêvant d’Amérique ; une jeune femme bohème enchaîne les petits boulots et espère voir un jour ses toiles exposées dans le Paris contemporain ; un P-DG infatigable, dont le cœur n’est touché que par les airs classiques qui résonnent dans son bureau new-yorkais, fait une rencontre qui réenchante sa vie…Si différentes soient-elles, ces quatre destinées sont liées par un violon singulier dont l’âme traverse le temps et l’espace.

Un titre absolument magnifique ! Il s’agit d’un roman choral, on y découvre au fil des chapitres, 4 personnages, 4 époques, seul point commun un violon… Le lien entre ces 4 histoires nous le découvrons à la toute fin du livre, et ce que je peux vous dire, sans spoiler, c’est qu’il est tout en émotion ! J’ai énormément pensé au roman La tresse de Laetitia Colombani en lisant ce roman de toute beauté !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦
Mademoiselle de Maupassant je vous épouse ! (*) de Claude Buisson aux Editions Du Panthéon : Dans ce témoignage poignant et sincère, Claude Buisson conte sa rencontre et sa vie auprès de mademoiselle Catherine de Maupassant. Prédit par une voyante qui s’avérera avoir vu juste sur toute la ligne de vie, ce destin sera celui d’un amour sans failles malgré les remous et les frasques familiales. De belles mémoires, un fabuleux hommage à une femme d’exception préfacé par Olivier de Funès.

L’auteur profite du confinement pour mettre en mots son passé, une vie haute en couleurs, un destin hors norme marqué par un tarin de vie effréné, des désillusions, la prison mais avant tout par une belle histoire d’amour.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Invincibles – Au pays du Dalaï-Lama (*) de Sofia Stril-Rever et Kan Takahama aux Editions Massot :
Paris, 8 septembre 2018. Un attentat ébranle la capitale. Parmi les nombreux blessés se trouve Maya, une adolescente de 16 ans, qui se réveille du coma amputée de la jambe gauche. Elle doit désormais vivre avec une prothèse. Peut-on, si jeune, accepter un tel sort ? Comment trouver la force de continuer à vivre ? L’adolescente trouvera des réponses à ses questions grâce à Sofia, une enseignante de médiation qui l’initie au bouddhisme et l’emmène à la rencontre du Dalaï-lama et des Tibétains exilés à Dharamsala. De Paris aux monastères et aux sommets de l’Himalaya, ce roman graphique basé sur des faits réels, nous plonge au cœur de la tragédie du Tibet, la résistance non violente de son peuple, mais il nous montre aussi la force de résilience et de pardon présents en chacun de nous. Un appel à devenir à notre tour des Invincibles.

Seule BD du mois, ce manga inspiré d’une histoire vraie est une très belle découverte. Une leçon de vie, de courage, de résilience et j’ai beaucoup pensé à tous ces enfants et adolescents handicapés qui ont gravité autour de moi dans mon univers professionnel. Je suis sûre que cette histoire leur ferait beaucoup de bien. Quant à moi, le livre m’a beaucoup questionné sur le thème du pardon.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

D’autres idées lectures sont à retrouver chez ma copinet Mathilde !

Les livres avec un « * »

ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de Février 2021

3 Mar

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ce mois de Février 2021

12 ouvrages :

6 romans ou recueils de nouvelles 

(dont 1 sur la Kindle)

4 BD  et 2 ouvrages pratiques sur les toubles dys et visuo spatiaux    !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Je commence avec mes deux coups de cœur du mois ! Bien évidemment vous pourriez y voir un peu de chauvinisme puisque l’autrice Lisa Balavoine est professeur documentaliste dans ma ville.  Voilà très longtemps que je la suis sur Instagram et que j’avais envie de la lire, la sortie en poche d’Eparse son premier roman a été l’élément déclencheur pour me plonger dans son écriture fabuleuse !

Eparse de Lisa Balavoine aux Editions Le livre de Poche : « Je fais ce que je peux avec mes erreurs à réparer. Je fais ce que je peux avec mes peurs à affronter. Je fais ce que je peux avec mes liens à renouer. Je fais ce que je peux avec mes décisions à prendre. Je fais ce que je peux avec mes vides à remplir. Je fais ce que je peux avec mes pleins à vider. Je fais ce que je peux. » En faisant le tour de son existence comme on fait le tour du propriétaire, Lisa Balavoine signe un roman espiègle et nostalgique. À travers l’inventaire de ses doutes et de ses fiascos se dessine, sur fond de culture pop, l’itinéraire d’une fille, d’une mère, d’une amante. Et tandis qu’elle rassemble les morceaux de son puzzle sentimental, c’est chacun de nous qui peut se redécouvrir lui-même.

J’avais lu beaucoup de jolies choses sur ce roman et notamment chez Olivia de Lamberterie, j’attendais donc beaucoup de sa lecture ! J’ai été conquise et bluffée ! C’est à la fois un roman, de la poésie, un journal avec ses fragments de vie, un écrit introspectif, le tout posé avec délicatesse mais aussi avec une franchise sans tabous, il y a là infiniment de sensibilité, de sincérité et une ambiance glam-rock, c’est à dire sobre, chic et rebelle ! Bref, j’ai reçu bien plus que ce que je m’attendais, c’est une merveille ! A lire absolument ! ♥ ♥ ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Un garçon c’est presque rien de Lisa Balavoine chez Rageot Editeur : Une chambre d’hôpital. Dans le lit, un garçon. À côté, une fille, qui attend qu’il se réveille. Au travers du coma de Roméo, son histoire : pourquoi, comment, la vie l’a-t-elle amené là ?

J’ai enchaîné avec ce deuxième titre de cette grande autrice amiénoise. Cette fois-ci c’est un roman ado qu’elle nous propose, mais très sincèrement il est à lire à tout âge ! Il aborde le thème du harcèlement. Un harcèlement qui peut être continu, sournois, presque invisible aux yeux de l’extérieur, mais un harcèlement qui peut aussi être soudain, massif, au goût de vengeance par l’utilisation calomnieuse des réseaux sociaux. Il est question aussi des secrets familiaux et de la quête d’identité des ados. Le tout est raconté sur un ton original et poétique en chapitres très courts ! C’est un titre lui aussi magnifiquement écrit, et j’oserai même dire indispensable, à faire lire à nos ados, à lire en tant que parents ou éducateurs ! Une pépite dans l’univers de la littérature jeunesse !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Mamma Maria de Serena Giuliano aux Editions Pocket : Sous le coup d’une déception amoureuse, Sofia a quitté Paris pour son petit village natal de la côte amalfitaine. Là, la jeune traductrice respire enfin. Attablée à sa place habituelle, sur la terrasse du Mamma Maria, le bonheur est simple comme un espresso au soleil ou une chanson d’Adriano Celentano… Ce cafè, c’est le cœur du village, le rendez-vous des jeunes, des vieux, dans le généreux giron de la patronne, Maria, leur mère à tous. Or ce matin-là, pour la première fois depuis des lustres, il s’est glissé comme une fausse note dans la partition. Le vieux Franco ne s’est pas présenté pour son éternelle partie de scopa… La fin de la dolce vita ?

Je vous avoue que j’avais passé un moment distrayant et sympathique à la lecture du premier roman de Séréna mais qu’il ressemblait trop à son blog pour me séduire véritablement ! Et bien cette fois, je suis conquise avec ce titre généreux et drôle ! Une belle histoire d’humanité et une plongée dans une Italie qu’on a envie de découvrir tant Séréna la raconte si bien !

Lu sur la Kindle d’où absence sur la photo

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Graines de héros ( Unicef) aux Editions Le livre de poche : Jorge vit en Equateur. Tous les jours il plante des graines de kapokier là où une compagnie forestière américaine a eu l’autorisation d’exploiter l’or vert d’Amazonie. Pour chaque arbre déraciné, Jorge dépose une graine dans l’espoir de combattre la déforestation massive de son pays. Jusqu’à ce que le couperet tombe : Jorge et son père sont contraints de quitter leur maison.
A la manière d’un cadavre exquis, douze auteurs engagés se sont passé le témoin sur la plateforme d’écriture collaborative LES ARBRES INEDITS pour écrire trois suites à l’histoire inventée par Mathias Tripard, le lauréat du concours organisé par UNICEF. 1 LIVRE ACHETE = 1,50 EUROS REVERSE A L’UNICEF

J’aime beaucoup ce genre d’ouvrages collectifs, surtout quand ils desservent une jolie cause ! J’ai bien apprécié ce titre où les auteurs se succèdent chapitres après chapitres, répartis en 3 groupes pour raconter 3 histoires ! Original et rapide à lire, un bon moment de lecture pour une très belle action !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Tout le monde ne raffole pas de brocolis (*) de Camille Choplin aux Editions J’ai Lu : Corinne, quinquagénaire fraîchement divorcée, vit à cent à l’heure. L’écologie ? Elle a déjà du mal à prendre soin d’elle, alors s’occuper de la planète, très peu pour elle ! Sa fille Amandine se sent perdue depuis qu’elle est en école de commerce : gagner beaucoup d’argent, pour quoi faire ? Elle cherche à donner un sens à sa vie. Reste à savoir lequel… Jeune maman, leur voisine Charlotte est une écolo engagée, à tendance radicale. Chez elle, tout est bio, local, de saison, zéro déchet… Mais pendant qu’elle met sa famille au vert, son compagnon ne verrait-il pas rouge ? Au fil des rencontres et des saisons, chacune va découvrir qu’une autre façon de vivre est possible. Parfois, il suffit d’un rien pour être en harmonie avec la nature, les autres… et soi-même !

Belle surprise également, un roman école, qui réussit le pari de distiller des conseils pour une vie plus saine et tendant vers le zéro déchet, tout en nous embarquant dans les tranches de vie de personnages très attachants ! J’ai aimé la place prédominante du roman, malgré le militantisme; et cet esprit très positif et en aucun cas donneur de leçons ! Un feel good green que je vous recommande !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Quand la reine chante les abeilles dansent (*) de Véronique Maciejak aux Editions Eyrolles : Marie aimerait être une mère qui assure. Une maman qui n’élève jamais la voix, qui se fait obéir sans punir, qui trouve toujours du temps pour ses enfants… Sauf que du temps, elle n’en a plus. Depuis qu’elle a décidé de quitter son travail pour se consacrer à sa famille, rien ne va. Elle est épuisée et débordée par les contraintes du quotidien. Alors elle crie, elle punit et ne parvient plus à gérer son ado précoce, son cadet hypersensible et sa petite dernière énergivore. À l’aube de ses 40 ans, Marie frôle le burn-out parental. Mais a-t-elle le droit de se plaindre, elle qui a choisi d’être « au foyer » ? Et existe-t-il une recette pour devenir un parent parfait ?  Un formidable roman-coach, dédié à tous les parents ! On y découvre, avec Marie, un lieu unique qui nous enseigne l’essentiel : être heureux pour rendre les autres heureux… Plus de 30 outils pour : désamorcer les crises de colère, se faire obéir sans crier, gérer les disputes, motiver ses enfants à l’école, communiquer avec son ado…

Sur le même principe que le titre précédent, il s’agit d’un roman qui derrière l’histoire qu’il nous raconte distille un message et des conseils sur le thème de la parentalité. C’est frais et très rapide à lire, les héroïnes sont attachantes et à travers leur parcours vers une éducation bienveillante, on redécouvre bien des conseils lus chez Isabelle Filliozat par exemple. Le ton est particulièrement sympathique et déculpabilisant, et rappelle une chose essentielle, faire le choix de la bienveillance, ne veut pas dire que le parcours soit si facile tous les jours.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Carnets d’aventures ordinaires – Les Potes T01 de Mademoiselle Caroline aux Editions Delcourt : En vacances, à la maison, à la terrasse des cafés, ils sont partout et c’est tant mieux même si parfois il faut bien le dire ils font des trucs étranges, agaçants, insupportables. Il leur arrive aussi parfois d’être drôles, touchants ou attentionnés et puis s’ils sont toujours là quand on s’y attend le moins ils le sont aussi quand on a le plus besoin d’eux : bref, on a les amis qu’on mérite !

Bien évidemment je ne pouvais pas passer à côté d’un nouvelle BD de Melle Caroline ! Un bonheur, joyeux, savoureux, drôle mais toujours beaucoup trop court ! Vivement le prochain !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Chaplin, Tome 2 :Prince d’Holllywood (*) de Laurent Seksik et David François aux Editions Rue de SèvresAlors qu’il vient de perdre à la naissance, le fils de sa première épouse Mildred, Charlie tourne Le Kid, l’histoire de cet enfant qu’il n’aura pas vu grandir. Le film est un immense succès. Charlie reconnu par le tout Hollywood comme l’un des plus grands artistes de son époque savoure son ascension et œuvre déjà pour son prochain film, La Ruée vers l’or qui sera un véritable triomphe. A 35 ans, il épouse en secondes noces la très jeune Lita déjà enceinte de leur premier enfant.  Pourtant, après quatre ans d’union et deux enfants, Lita, maintes fois trahie, demandera le divorce avec pertes et fracas dégradant au passage l’image de Chaplin dans l’opinion publique. Tandis que les premiers films parlants font leur apparition… 1928, son film Le Cirque, est annoncé comme un échec. Le statut et la carrière de Charles Spencer Chaplin commenceraient-ils à vaciller dans cette Amérique puritaine ?

La BD est vraiment un moyen pour moi de découvrir des biographies de grands personnages et de découvrir d’autres facettes de ces personnages mythiques ! Comme le tome 1, ce nouvel opus sur Chaplin m’a conquise ! Comme je l’écrivais sur le blog après la lecture du premier volet, je suis vraiment captivée par ce que je découvre de la complexité de ce personnage. Fascinant !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Ne m’oublie pas de Alix Garin aux Editions Le Lombard : La grand-mère de Clémence souffre de la maladie d’Alzheimer. Face à son désespoir, elle prend la décision de l’enlever de la maison de retraite et de prendre la route en quête de l’hypothétique maison d’enfance de sa mamie. Une fuite, une quête, un égarement, l’occasion de se retrouver ? À moins que ce ne soit plutôt des adieux…

J’ai lu énormément de jolies critiques sur cette BD, et il est clair que c’est une merveille ! L’histoire est magnifique, terriblement touchante et délicate, racontant sans tabous une fin de vie sous le spectre d’Alzheimer ! Un titre tout en émotion qui mérite lui aussi une mention pépite !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les vrais sages sont des rebelles – De l’Antiquité à aujourd’hui, ce que les philosophes ont encore à nous apprendre (*) de Chiara Pastorini et Perceval Barrier aux Editions Nathan : Une histoire de la philo en BD ! Les vrais sages sont des rebelles. De l’Antiquité à aujourd’hui, ce que les philosophes ont encore à nous apprendre. Une plongée vivante et pleine d’humour dans la vie quotidienne des grands philosophes pour comprendre leur vie, leurs questions, leurs réponses et comprendre comment elles peuvent encore nous parler aujourd’hui. Un livre pour découvrir en quoi la philosophie peut nous éclairer sur la façon de conduire notre vie, nous permettre d’acquérir un esprit critique et de fournir des outils pour se construire une sagesse personnelle ! Une autre façon de parler de philo aux enfants, plus incarnée, à travers des histoires personnelles, des anecdotes, de l’humour.

Une bande-dessinée pour les petits et grands pour découvrir de façon ludique les courants de pensées des grands  philosophes , un écrit très accessible au ton joyeux ! Chouette découverte autour du thème de la philo !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Troubles visuo-spatiaux, leur impact sur les apprentissages (*) du Dr Michèle Mazeau aux Editions Tom pousse : Les troubles « visuo-spatiaux », souvent méconnus, ont un impact important, mais plus ou moins masqué dans de nombreuses activités de la vie quotidienne et des apprentissages scolaires. Ces termes sont souvent employés par les médecins ou les ergothérapeutes (voire les orthoptistes), soit de façon isolée, soit le plus souvent dans le cadre du diagnostic d’une dyspraxie dite « visuo-spatiale ». Ils désignent un trouble dys- qui touche spécifiquement l’analyse cérébrale des informations spatiales fournies par la vision. Cette atypie développementale affecte l’exploration visuelle de l’environnement, le repérage et le déplacement dans l’espace, la manipulation d’outils, d’objets et la réalisation de schémas, de constructions. Ce livre, pensé comme un outil de formation, propose de comprendre les troubles visuo-spatiaux, de savoir les repérer, d’expliciter les aides et les compensations efficaces à toutes les personnes concernées : parents, enseignants et professionnels du soin.

Je suis une fan absolue du Dr Mazeau, que j’ai eu la chance d’avoir en cours lors de ma formation d’enseignante spécialisée il y a 20 ans. C’est pour moi LA référence en France sur la dyspraxie et les troubles visuo-spatiaux. Elle a signé plusieurs titres chez Tom Pousse, et nous propose cette fois un titre court dans la collections Les tutos pour mieux comprendre, diagnostiquer, remédier, compenser ce trouble du neurodéveloppement ! A mettre entre les mains  du grand public ( en particulier les parents) comme pour les professionnels de l’éducation ou du soin.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Troubles dys- : Ensemble, allons à l’essentiel (*) du Dr Alain Pouhet aux Editions Tom pousse : Mieux prendre en charge les situations de dys-. Par leur fréquence, les situations de troubles d’apprentissage spécifiques, ou troubles dys-, sont devenues en quelques décennies une préoccupation majeure de santé publique. Elles concernent les professionnels de l’Éducation nationale et souvent ceux de l’évaluation et du soin. Les élèves et leur famille sont souvent étonnés par le nombre de bilans effectués contrastant avec l’insuffisance de diagnostics fiables, consensuels. Mais ce sont surtout les réponses fonctionnelles à la situation de handicap que vit l’élève en classe tous les jours qui leur font défaut. De fait, on s’éparpille, on ne va pas à l’essentiel. Au mieux, on applique au petit bonheur la chance des recettes glanées sur Internet, au pire, on reste dans un attentisme stérile ou un refus délétère des aides. Or, il ne s’agit ni de ne rien faire ni de rechercher désespérément la panacée, le « bon outil miracle ». Il convient de s’entendre sur les restrictions de participation en classe (situation de handicap), tout en prenant en compte la souffrance psychique en lien avec la situation singulière de chaque enfant dys- et de chaque famille. Pour chaque dys-, se poser les bonnes questions au bon moment permet de viser l’essentiel, de hiérarchiser les propositions d’aides faites à l’enfant et d’arrêter de noyer les enseignants sous d’interminables listes de préconisations stéréotypées, sans lien logique entre les troubles d’apprentissage et la cause cognitive de ces troubles.

Un livre simple, visuel et interactif, accompagné de vidéos accessibles par QRcode, qui répond à toutes les grandes questions concernant la prise en charge des troubles dys-. Il présente d’abord ces troubles dys, puis dans une seconde partie ce qu’elles entraînent comme difficultés précises en classe puis guide pour la construction du projet de ces enfants ! Là aussi c’est un indispensable pour moi pour tout enseignant, puisque même dans une carrière en milieu ordinaire on se retrouve forcément confronté à ces troubles.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

D’autres idées lectures sont à retrouver chez ma copinet Mathilde !

Les livres avec un « * »

ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de Janvier 2021

2 Fév

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ce mois de Janvier 2021

14 ouvrages :

6 romans ou recueils de nouvelles 

(dont 2 sur la Kindle)

7 BD  et 1 cahier humoristique   !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La vie rêvée des chaussettes orphelines de Marie Vareille aux Editions Charleston : En apparence, Alice va très bien (ou presque). En réalité, elle ne dort plus sans somnifères, souffre de troubles obsessionnels compulsifs et collectionne les crises d’angoisse à l’idée que le drame qu’elle a si profondément enfoui quelques années plus tôt refasse surface. Américaine fraîchement débarquée à Paris, elle n’a qu’un objectif : repartir à zéro et se reconstruire. Elle accepte alors de travailler dans une start-up dirigée par un jeune PDG fantasque dont le projet se révèle pour le moins… étonnant : il veut réunir les chaussettes dépareillées de par le monde. La jeune femme ne s’en doute pas encore, mais les rencontres qu’elle va faire dans cette ville inconnue vont bouleverser sa vie. Devenue experte dans l’art de mettre des barrières entre elle et les autres, jusqu’à quand Alice arrivera-t-elle à dissimuler la vérité sur son passé ?

Marie Vareille m’avait particulièrement émue avec Le syndrome du spaghetti, une nouvelle fois elle m’a bouleversée avec ce roman et en particulier son dénouement ! C’est une histoire incroyable qui vous happe et vous fait passer du rire aux larmes !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Noces de coton de Mélanie Lacroix (autoédition) : Issue d’une famille aisée, Hermine a toujours fait ce que l’on attendait d’elle. Elle a suivi le chemin tout tracé par ses parents : écoles privés, études sérieuses, amis de bonnes familles, mariage avec un bon parti… Mais le jour de ses noces de coton, elle va prendre une décision qui va tout remettre en question. Et si elle se décidait enfin à vivre comme ELLE l’entend?

Voilà un petit moment que j’avais envie de découvrir la plume de Mademoiselle Farfalle, que je suis en tant que blogueuse. Je n’ai pas été déçue avec ce roman feel-good dont l’écriture est intéressante car elle nous livre les points de vue des différents personnages. Et puis bien évidemment j’ai adoré que l’histoire se passe dans les Hauts de France.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Cherche ton bonheur partout de Agnès Abécassis aux Editions J’ai Lu (*) : Régine et Tom s’aiment. D’ailleurs, ils vivent ensemble. Presque. Quasiment. Disons qu’ils se fréquentent. Enfin, ils se fréquentent… Où en est leur relation, exactement, quand Tom veut du concret, et que Régine refuse de s’engager ? Mais un événement imprévu va la forcer à prendre une décision. Et elle choisit : la panique. Et la fuite, au volant de sa voiture. Tout plaquer, pour jouir de sa liberté, tant qu’elle le peut encore. Sauf qu’en voulant filer à l’anglaise, elle va se faire happer par le pire des pots de colle : Olga, la mère de Tom… Monique a la soixantaine, et autant de complexes. Plus de mari, des enfants partis vivre leur vie, aussi s’est-elle résolue à finir la sienne en tête à tête avec son chat. Mais la solitude, c’est d’un ennui… Alors, quand son amie Lutèce propose de la convier à une soirée de célibataires, elle accepte. Mais était-ce une si bonne idée? L’amour, c’est pas facile tous les jours. Mais le bonheur, ça se cherche. Partout.

Un roman qui m’a fait passé un agréable moment grâce à son humour subtil  ! Une belle galerie de personnages dont certains ne m’étaient pas inconnus pour avoir déjà lu cette autrice !  Frais et pétillant !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les folles années ! de Didier Pihet aux Editions du Panthéon (*) : Cet ouvrage regroupe trois nouvelles qui, des Années folles à aujourd’hui, racontent des tranches de vie, des morceaux d’enfance comme des moments en apparence anodins mais qui vont bouleverser le cours d’une existence. De Marseille à Rouen, d’un monastère à un commissariat, l’auteur invite ses lecteurs à apprécier des instants du quotidien.

Une belle surprise avec ses 3 nouvelles qui m’ont autant surprise qu’attendrie, j’ai aimé les dénouements et surtout le fait que les histoires se passent à des époques différentes et en particulier la dernière très contemporaine en pleine pandémie !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Déconfinez-moi !aux Editions J’ai Lu (*) : Et si le confinement était prétexte au rire, à la légèreté et au romantisme ? En mars 2020, le confinement est officiellement décrété en France. Durant plusieurs mois, notre appartement, notre maison, nos quatre murs sont notre unique environnement. Nos plantes, nos animaux de compagnie et autres espèces étranges que sont nos enfants, maris, conjoints, parents, voisins ou encore colocs deviennent quant à eux nos seuls compagnons. Et si la période était l’occasion, outre les chamailleries et tracas divers, de se retrouver, se découvrir, s’aimer plus encore ? Cécile Chomin, Georgia Caldera, Angéline Michel, Fanny Gayral, Lise Syven et Fanny André ont toutes imaginé une histoire rigolote. De la comédie romantique au feel good, chacune, dans son style, évoque le confinement avec humour. Six nouvelles aussi gaies que touchantes: de l’épouse à la mère de famille en passant par la célibattante !

Six autrices pour 6 nouvelles qui m’ont beaucoup amusée et m’ont permis d’appréhender la multiplicité des vécus face à cette expérience inédite qu’a été le confinement du printemps dernier ! Chaque nouvelle est très différente mais toutes sont absolument savoureuses !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


L’incroyable vie normale de Joséphine de Angéline Michel aux Editions J’ai Lu (*) : Joséphine a un rêve : décrocher un prix Nobel, comme son idole Marie Curie. Avec sa mère et son meilleur acolyte – leur chien Pitch -, elle vit en Bretagne, où elle passe le plus clair de son temps libre sur le très sérieux site Doctissimo. Seulement voilà, à la suite d’une étude menée par la meilleure scientifique qu’elle connaisse – elle-même -, Jojo est formelle: Pitch va mourir. Ni une ni deux, elle débarque au cabinet voisin, où elle fait la connaissance d’Alek. Ce jeune vétérinaire la rassure, devient son allié et accepte même qu’elle fasse un stage d’observation à ses côtés. Au fil de ses rencontres, et à la lueur des valeurs qui l’animent telles que le respect du vivant et de la nature, Joséphine se construit, imaginant un futur radieux. Mais le passé de son nouvel ami Alek pourrait bien ternir l’idée qu’elle se fait du monde idéal.

Petit bonbon ! Voilà l’expression qui me vient quand je pense à ce roman et en particulier l’adorable petite heroine ! Trois personnages principaux extrêmement attachants qui vous embarquant dans leurs vies, leurs rêves, leurs galères, leurs zones d’ombre et leurs espoirs, une lecture complétement addictive qui m’a complétement emballée !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Sous les déchets, la musique de Hua Lin Xierelate aux Editions Steinkis (*) : Cateura, un quartier pauvre d’Asunción, la capitale du Paraguay, enfants et adolescents n’ont que les déchets auxquels se raccrocher. Situé à quelques mètres d’une décharge à ciel ouvert, le bidonville n’offre à ses 25 000 habitants que misère, chômage et délinquance et
comme unique perspective d’avenir, le recyclage. Lorsque Favio Chávez entreprend de donner des leçons de musique aux jeunes de Cateura, il se heurte rapidement à un obstacle: il ne dispose pas de suffisamment d’instruments pour ses élèves. La solution à ce problème est pourtant sous ses yeux. Aidé de Nicolás Gómez, menuisier et bricoleur de génie, il va créer des instruments à partir des déchets qui s’amoncellent dans la décharge. Naît alors l’Orchestre des instruments recyclés. Depuis 2006, l’orchestre se produit partout dans le monde. 

Une histoire absolument incroyable qui montre ce qu’il y a de plus beau chez l’être humain ! Les pouvoir de l’ingéniosité, de l’entraide, de l’amour de l’autre et de la musique sont au coeur de cette histoire inspirée de faits réels ! Une magnifique leçon de vie !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les fiancées du califat de Marc Trévidic , Matz et Giuseppe Liotti aux Editions Rue de Sèvres (*) : « Nous avons besoin de toutes les forces que nous pouvons trouver, Cheikh. Et puis, les mécréants ne se méfient pas des femmes. N’est-ce pas toi qui m’as dit qu’il fallait utiliser les points faibles de nos ennemis ? » Le célèbre ex-juge antiterroriste Marc Trévidic et Matz livrent un nouveau thriller haletant, magnifiquement mis en scène par Giuseppe Liotti.

Une BD qui vous coupe le souffle, un thriller sur le terrorisme qui semble tellement réel qu’il vous captive autant qu’il vous fait frissonner ! Il y a des passages difficiles, mais c’est là aussi un énorme coup de cœur !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Malgré tout de Jordi Lafebre aux Editions Dargaud : Maintenant que je t’ai retrouvé, j’aimerais tellement te réserver une petite place dans ma vie. Une place remplie de mouettes, avec vue sur la mer.

Magnifique ! C’est une fois encore Moka Milla qui m’a donné envie de lire ce petit bijou ! Je vous laisse découvrir son billet qui parle si bien de la nostalgie et de la douce mélancolie de cette histoire d’amour ou d’amourS racontée à rebours.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le Grimoire d’Elfie – vol. 01 : L’île presque de Audrey Alwett, Christophe Arleston et Mini Ludvin aux Editions Bamboo (*) : Elfie et Magda vivent depuis la mort de leur mère chez une tante acariâtre. Mais un jour leur sœur aînée revient de Londres : elle a transformé un bus anglais en librairie ambulante pour aller de village en village. Une nouvelle vie commence ! Leur première étape les amène dans une île bretonne où de vieilles rancœurs secouent la population, pour un mystérieux timbre perdu. Mais surtout, Elfie découvre qu’elle a hérité des talents de sorcière de sa mère, et d’un grimoire qu’elle doit nourrir de ses écrits.

Il sort demain, et nul doute qu’il fera parler de lui. Il s’agit de littérature jeunesse et pourtant bon nombre d’adultes sauront l’apprécier comme ils ont apprécié Les Carnets de Cerise. J’ai personnellement pour Elfie la même tendresse que pour Cerise, et j’ai très hâte de découvrir les prochains tomes. Ma sensibilité à la différence a également été touchée de trouver le sujet du handicap moteur chez l’adolescent avec le personnage de Magda.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les indésirables de Kiku Huhes aux Editions Rue de Sèvres (*) : Kiku a 16 ans. Americano-japonaise, elle se sent déconnectée de son héritage japonais et en sait peu sur l’histoire de sa famille qui cultive le secret. Alors qu’elle est en vacances avec sa mère à San Francisco, elle se retrouve brusquement dans les années 1940, propulsée dans un des camps qui a fleuri sur le territoire américain au lendemain de Pearl Harbor. Parquée, Kiku partage le quotidien de
sa jeune grand-mère et de 120 000 citoyens nippo-américains déchus de tous leurs droits civiques par leur propre gouvernement, car accusés d’être des ennemis de la nation…

Une part de l’histoire que je méconnaissais complètement je l’avoue (ou que j’avais oublié) pourtant 120 000 civils ressortissants japonais et américains d’origine japonaise ont été déportés dans des centres de relogement précaires et éloignés suite à l’attaque de Pearl Harbor qui a exacerbe le sentiment anti-japonais. Si les conditions de vie ne sont pas aussi inhumaines que dans les camps de concentration allemands, elles étaient aussi particulièrement rudes, elles ont séparé des familles et les ont déracinées. Une BD qui fait figure de devoir de mémoire sur cette période bien complexe qu’elle la seconde guerre mondiale.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Un bébé si je peux de Marie Dubois co édition Massot et revue XXI (*): PMA, FIV : un parcours de combattante raconté en bande-dessinée. C’est un pays dont on tait le nom. Une jungle de sigles et de termes scientifiques. On pensait ne jamais y échouer. On s’y sent seul, incompris. Parfois même honteux. On y éprouve sa féminité, sa masculinité, son estime de soi, sa libido. Ce pays, c’est l’infertilité. 20 % de la population le traverse, un couple sur cinq. Marie Dubois y a passé sept ans. Sept longues années de montagnes russes émotionnelles pour tenter d’avoir un bébé.  » C’est dans ta tête ! « , lui disait-on. L’auteure démonte cette idée reçue qui culpabilise, et révèle avec intelligence et humour comment l’infertilité est devenue un problème de santé publique. Cette bande dessinée est un voyage intime. C’est aussi une enquête journalistique nécessaire pour briser un tabou.

A mettre dans vos wish-list BD il sort à la fin du mois, c’est une BD très complète qui raconte avec moults détails et sans tabous le parcours d’un couple face à l’hypofertilité. Quand on connaît le nombre de personnes touchées, cet album bascule directement dans les écrits d’utilité publique et devrait être recommandé par les gynécologues, sages-femmes et services de santé publique.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


L’Arabe du futur – Tome 1 de Riad Sattouf aux Editions Allary : Un roman graphique où Riad Sattouf raconte sa jeunesse dans la Libye de Kadhafi et la Syrie d’Hafez al-Assad. Né en 1978 d’un père syrien et d’une mère bretonne, Riad Sattouf grandit d’abord à Tripoli, en Libye, où son père vient d’être nommé professeur. Issu d’un milieu pauvre, féru de politique et obsédé par le panarabisme, Abdel-Razak Sattouf élève son fils Riad dans le culte des grands dictateurs arabes, symboles de modernité et de puissance virile. En 1984, la famille déménage en Syrie et rejoint le berceau des Sattouf, un petit village près de Homs. Malmené par ses cousins (il est blond, cela n’aide pas…), le jeune Riad découvre la rudesse de la vie paysanne traditionnelle. Son père, lui, n’a qu’une idée en tête : que son fils Riad aille à l’école syrienne et devienne un Arabe moderne et éduqué, un Arabe du futur.

Après avoir lu Les Cahiers d’Esther, j’avais très envie de découvrir cette saga autobiographique ! Passionnant et drôle, ce fut pour moi une véritable leçon d’histoire, racontée à travers le regard naïf d’un enfant, j’ai hâte de m’offrir les autres tomes. Le père Noel ne m’ayant offert que le 1 ! 😛

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Mon super Cahier insolent ParentsProfs – Pour se sortir les doigts de la trousse de Boualem Aznag et Stephane Grulet aux Editions Jungle (*) : Un carnet d’activités et de défis, créatif et impertinent, pour les profs et les parents !
Tu as survécu à l’école à la maison, entre les erreurs 404 et la télévision soviétique éducative. Il paraît que tu étais prêt(e) pour l’enseignement à distance qui s’est résumé à expliquer en slip et en visio le report de la division depuis ton Nokia 3310. Grâce à notre Super Cahier insolent, tu vas pouvoir tourner en dérision les discours officiels du gouvernement, customiser le T-shirt du papa à Jason, refaire une beauté à ton visage tout lessivé, ou encore occuper tes réunions en lançant des défis à tes collègues. Et, cerise sur le gâteau, tu pourras même photographier le résultat de tes plus belles créations et les partager sur les réseaux sociaux de ParentsProfs !

Je vais le lire et le relire, et le racheter pour l’offrir tant c’est un immense bonheur ! Une bouffée de bonne humeur, d’ironie, d’humour, bref c’est exactement ce que tout prof a besoin en ce moment ! Je vous mets quelques extraits, j’ai un gros crush pour le jeu à la Burger Quizz Bienveillant/Malveillant ou les 2 ! 🙂  Mais vous apprécierez aussi de relooker l’IEN ou d’écrire une lettre à Minou (le ministre Jean-Michel B) ! A offrir de toute urgence à tous les enseignants de votre entourage !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

D’autres idées lectures sont à retrouver chez ma copinet Mathilde !

Les livres avec un « * »

ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de Décembre 2020

5 Jan

Tout d’abord je vous présente mes meilleurs vœux pour 2021 !

Le blog a fêté ses 8 ans le 31 décembre, et vous continuez à être nombreux à me lire ici

alors MERCI de votre fidélité et votre soutien !

N’hésitez pas non plus à me rejoindre sur Instagram

où j’annonce chaque billet du blog !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ce mois de décembre 2020

8 ouvrages : 5 romans ou recueils de nouvelles sur le thème de Noël  🙂

dont un sur la Kindle offerte par le père Noël 

, 1 BD  et 2 livres pratiques   !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Noël actually de la Team RomCom aux Editions Charleston : Pour Noël, Elsa se retrouve coincée dans un ascenseur avec pour seule compagnie son voisin et deux bouteilles de champagne, Mira fait l’acquisition d’un vêtement qui semble avoir des pouvoirs magiques et Isabelle se rend jusqu’en Bretagne pour adopter un labrador. Louison, elle, décide de se lancer dans un relooking complet, pendant que Juliet tente de renouer avec sa meilleure amie à qui elle a caché un lourd secret pendant seize ans. Quant à Joséphine, elle prend l’Eurostar pour passer Noël à Londres en compagnie de sa grand-mère excentrique.

Comme chaque année, je m’offre pour l’Avent le recueil de la #TeamRomCom ! C’est toujours un grand bonheur de découvrir les nouvelles de Noeel écrites par ces six romancières. Cette année le fil rouge était THE film de Noël  à savoir la cultissime comédie romantique Love Actually et son mythique All I Want for Christmas Is You ! J’ai été conquise une nouvelle fois par et notamment par le final !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


P.-S. : Joyeux Noël  (*) aux Editions J’ai lu : Sept auteures, six nouvelles, un thème : Noël. Filez vous mettre au chaud sous la couette ou au coin du feu, armez-vous de chaussettes en pilou et d’un thé aux épices fumant et, enfin, embarquez pour un voyage hivernal et littéraire, qui vous emmènera du Londres enneigé jusqu’à l’incontournable chalet montagnard… Toute situation n’est-elle pas propice aux quiproquos et aux réjouissances en tout genre ? Et si Noël était justement l’occasion de s’évader pour se retrouver, d’envoyer valser pour mieux renouer, de se disputer pour se réconcilier ? À travers nos six héroïnes, fortes et fragiles à la fois, douces et acerbes si on les pique, plongez au coeur de l’hiver pour découvrir ce qui les attend. Un romantique baiser sous le gui sera-t-il au rendez-vous ? Mystère… et boules de Noël ! Ce volume contient : Sapins blancs et mouton noir, Fanny Gayral Le Cercle des Pères Noël Disparus, Georgia Caldera Du pain d’épices et des photos de famille, Fanny André Qui veut remplacer le père Noël ?, Angéline Michel Le réveillon des Émotifs Anonymes, Amélie C. Astier & Mary Matthews De l’autre côté du miroir : mission, talons, flocons, Cécile Chomin

Sur le même principe que le titre précédent un recueil de nouvelles autour du thème Noël, de la fraîcheur, de la douceur, de l’humour, bref là aussi un effet papillote chez moi ( effet papillote = délice du chocolat + le côté pétillant du pétard + la douceur bienveillante de la p’tite citation).

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


L’Italienne qui ne voulait pas fêter Noël (*) de Jérémie Lefèbvre aux Editions J’ai lu : Les films d’horreur commencent toujours par une situation anodine. Thésarde à la Sorbonne, fraîchement débarquée de sa Sicile natale, Francesca vit pleinement son indépendance nouvelle. Un soir, pour prouver à un ami que le soi-disant « sentiment d’appartenance familiale » n’est qu’un cliché sur les Italiens, elle accepte de relever un défi : annoncer à ses proches qu’elle ne passera pas Noël avec eux. Après tout, ses parents ne sont-ils pas athées, de gauche, respectueux de la liberté de chacun ?

Cette fois-ci, un livre un peu anti-Noël ! J’ai adoré l’humour, le côté déjanté des personnages et cependant c’est aussi un livre qui fait réfléchir sur notre attachement aux valeurs familiales et leurs raisons d’être.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Vous faites quoi pour Noël ? de Carène Ponte aux Editions Pocket : Plongez Pauline dans une fête de Noël très arrosée au bureau. Pimentez d’un dérapage torride dans le parking de son immeuble avec l’assistant du DRH. Ajoutez un enregistrement de vidéosurveillance. Et vous comprendrez que Pauline peut dire adieu à ses vacances pépères, genre siestes en pyjama licorne et comédies romantiques à gogo. L’urgence : se rapprocher de celui qui détient la vidéo si compromettante pour sa réputation, le séduisant gardien de son immeuble ! Celui-ci lui propose un marché. En tout bien tout honneur. Pauline n’a d’autre choix que d’accepter, mais sait-elle vraiment ce qui l’attend ?

J’adore l’écriture de Carène Ponte (et en particulier sa façon de s’adresser au lecteur avec ses notes de bas de pages), je guettais donc la sortie poche de ce roman ! Je l’ai adoré et dévoré très vite, c’est aussi drôle que tendre, parfait pour un vrai moment cocooning de Noël . C’était cependant impossible d’attendre un an pour lire la suite, qui a donc été mon premier achat en version Kindle, le père Noeel m’ayant offert une liseuse.


Vous faites quoi pour Noël ? On se marie ! de Carène Ponte aux Editions Michel Lafon : Retour à Santa-les-Deux-Sapins, où Pauline et David viennent passer Noël, et aussi assister au remariage d’Hélène, la mère de David, laquelle a pris en charge la participation de Santa-les-Deux-Sapins au concours international du Meilleur Village de Noël. Beaucoup d’émotions, et beaucoup de travail ! Heureusement, sa fille Maddie a promis de s’occuper de l’organisation du mariage… Sauf que Maddie, déjà accaparée par sa fille de un an,  » La Grinchette « , est tout sauf organisée ; que les relations restent tendues entre David et Donovan, son frère qui a essayé de lui piquer Pauline l’an dernier ; que Lise, dont David était fou amoureux au lycée, a été bizarrement conviée à la noce ; et qu’un encombrant invité débarque sans crier gare, bien décidé à ajouter son grain de sel !

Une suite à la hauteur du premier tome ! Les personnages sont terriblement attachants, c’est une joyeuse comédie de Noël qui vous réserve bien des surprises tout en rires et émotions !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Ta vie ne sera plus jamais la même ! (*) de Queen Mama aux Editions Jungle : Une BD feel-good et humoristique sur le bouleversement d’une vie : l’arrivée des enfants ! Comment affronter les trois premiers mois de grossesse sans se faire démasquer par ses collègues, distinguer un bébé zombie d’un bébé qui fait ses dents, oser le blanc avec son enfant, ou encore décrypter le langage de son ado… Queen Mama plonge avec malice dans la grande aventure de la vie de parent et célèbre avec bonne humeur les mamas dans toute leur diversité. Parce que nous sommes toutes des queens du quotidien ! Un concentré de 128 pages d’humour, de dessins et de textes inédits. En bonus, des reprises d’illustrations qui ont fait le succès du blog, remise au goût du jour pour le plus grand plaisir des lecteurs.

C’est ma seule Bd du mois, mais un vrai régal ! Bien évidemment quand on est maman on s’y reconnaît beaucoup !!!! voir beaucoup beaucoup !!! Bref on passe un chouette moment de lecture qui en plus d’être drôle, est à la fois réconfortant et déculpabilisant ! A offrir à toutes les mamans ou mamans en devenir !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Votre enfant devant les écrans : ne paniquez pas – Ce que disent vraiment les neurosciences (*) de Nicolas Poirel aux Editions De Boeck Sup : Riche d’exemples concrets, ce livre fait le point sur ce qu’il faut éviter et ce qu’il faut encourager, selon l’âge de l’enfant et les situations quotidiennes. À la maison ou à l’école, les écrans (TV, ordinateurs, tablettes, etc.) peuvent devenir vos alliés si vous les utilisez correctement. Alors, au lieu de laisser les autres vous dire que « tu le laisses regarder les dessins animés ? C’est terrrrrible ! », écoutez plutôt le professeur Nicolas Poirel… qui joue aux jeux vidéos et est pourtant docteur en psychologie du développement.

Depuis le rapport Tisseron on a cessé de culpabiliser les parents vis à vis de l’exposition aux écrans. A tel point que dans mon travail on a fini par oublier l’intérêt des écrans pour certains types de handicaps ou comme remédiation pour développer des capacités latentes. J’étais donc très intéressée pour entendre (ou lire) un « autre son de cloche ». Il n’est pas ici de surexposer les enfants aux écrans mais plutôt de les utiliser de façon intelligente, de façon raisonnée et pour optimiser au maximum leurs atouts . A lire !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le grand livre des prédictions 2021 (*) de Claude Alexis aux Editions Exergue : Que va-t-il se passer en 2021, en France et à l’étranger, dans les sphères de l’économie, de la politique, de l’environnement et du showbiz ? Que va-t-il se passer en 2021 pour chacun d’entre vous, dans le domaine sentimental, professionnel, de la santé ou encore financier ? Découvrez ce que vous réserve l’année à venir, signe par signe et mois par mois, mais aussi les points forts de votre personnalité zodiacale et ceux de votre entourage. En suivant la route des astres, vous ferez des planètes vos meilleures alliées pour optimiser vos chances de réussite, décupler vos forces et dynamiser vos faiblesses. Les prédictions de Claude Alexis seront également une aide précieuse afin d’anticiper les hauts et les bas, de conseiller vos proches et de les accompagner dans certains domaines de leur vie.

Durant les vacances de noël, j’ai deux pêchés mignons en terme de lecture : les romances de Noël et les prévisions astrologiques ! Il y a un côté magique, un peu déroutant qui peut se montrer à la fois rassurant ou vous donnez l’envie de mettre les atouts de votre côté pour faire face aux prévisions moins rigolotes ! En tout cas si vous cherchez une lecture dans cette thématique, cet ouvrage est hyper complet, passionnant et surprenant !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

D’autres lectures de décembre sont à retrouver chez ma copinet Mathilde !

Les livres avec un « * »

ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de Novembre 2020

30 Nov

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ce mois de novembre 2020

9 ouvrages : 6 romans ou recueil, 2 BD  et 1 livre de cuisine !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Instants (*) de Bruno Combes aux Editions J’ai lu : Tendres, optimistes, nostalgiques, graves… Les ouvertures de chapitres des romans de Bruno Combes se lisent comme des poémes. Ce recueil réunit celles qui vous ont le plus marqués afin de vous accompagner.

Malheureusement ce livre n’est pas en vente, mais j’espère que beaucoup d’entre vous pourront le recevoir par leurs libraires (avec le magnifique tote-bag) . J’ai souvent chroniqué dans cette rubrique les livres de Bruno Combes en vos disant à quel point j’aimais « sa patte » qui consiste à ouvrir les chapitres sur des pensées toujours terriblement touchantes ! Mon rêve est réalisé les voici réunies dans ce magnifique recueil ! Je remercie les Editions J’ai Lu car ce cadeau solaire m’a été très précieux et m’a infiniment touchée dans cette période difficile.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Anne de Green Gables -(Nouvelle traduction d’Anne…la maison aux pignons verts) (*) de Lucy Maud Montgomery aux Editions Monsieur Toussaint Louverture : Vendu à 60 millions d’exemplaires à travers le monde, adapté des dizaines de fois , aimé par des générations de lecteurs, Anne de Green Gables de Lucy Maud Montgomery est un hymne à la joie et au pouvoir de l’imagination. Magnifiquement écrit, construit autour d’une héroïne parfaitement imparfaite, féministe involontaire et romantique impénitente, ce roman empreint de poésie et d’humour est bien plus que la vie d’une orpheline qui va bousculer le calme de son nouveau foyer. C’est un autre monde, fait d’une nature enchanteresse et d’idées saugrenues qui se déploie à travers les yeux de l’incroyable Anne. Littérature solaire et intemporelle, ce roman unique est une parenthèse magique, un souffle chargé d’énergie, un élan à vivre pleinement nos amitiés et nos passions.

Magique ! J’avais lu ce roman quand j’étais enfant, je l’ai redécouvert avec délice ! Un goût de petite madeleine de Proust ! Les Editions Toussaint Louverture ont fait de ce livre un objet magnifique ! Je lisais en parallèle avec mon fils Fifi Brindacier dans son livre de lecture de l’école, et je dois avouer que j’ai trouvé beaucoup de points communs entre ces deux héroïnes dont l’obstination n’est en fait qu’un mélange de bon sens et de candeur maladroite. C’est une bouffée de tendresse, de légèreté, d’innocence et de valeurs vraies et saines ! Une chouette idée de cadeaux de Noel pour les enfants comme pour les adultes !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Ne t’éteins pas (*) de Sophie Di Paolantonio aux Editions J’ai lu : Angèle, jeune étudiante en droit, mène son existence comme elle l’entend, partageant son quotidien et ses plus grands rêves avec Amélie, sa meilleure amie. Mais un soir de novembre, son destin bascule : elle est victime d’une attaque terroriste. Alors qu’elle est persuadée de vivre ses dernières heures, Angèle croise le chemin de Rémi, prêt à tout pour s’en sortir.
Confrontés au pire, ils devront apprendre à se connaître pour tenter de survivre…

J’ai évoqué ce livre sur Instagram lors d’un anniversaire douloureux, celui du drame du Bataclan le 13 novembre. Parce que 5 ans après nous n’oublions pas. J’ai d’ailleurs lu ce livre à cette date pour me recueillir, me rapprocher un peu des victimes et porter nos valeurs de liberté et de non acceptation de l’abominable. L’auteure à surmonter sa peine, sa peur et son traumatisme en écrivant ce texte poignant. C’est un roman dur, terrible mais qui porte également une histoire de résilience, de reconstruction, de courage. Ne passez pas à côté !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Frangine(*) de Marion Brunet aux Editions J’ai lu : Pour Joachim, la terminale s’annonce plutôt bien : entre ses amis, sa copine et le basket, il mène une vie ordinaire d’ado ordinaire… A ceci près que sa petite soeur Pauline et lui sont nés par procréation médicalement assistée : ils ont deux mères qu’ils adorent, ça n’a jamais posé de problème à personne, et il n’y a pas de raison que cela change. Sauf que tout change, justement, quand Pauline entre au lycée et se frotte à une réalité autrement plus dure ― la tolérance, manifestement, ça ne coule pas dans toutes les veines. Alors que sa soeur se mure dans le silence, le ton monte à la maison et Joachim se met en tête de tout faire pour empêcher son ciel sans nuages de virer à l’orage… Dans ce premier roman lumineux sur l’homoparentalité, Marion Brunet défie l’intolérance avec force et tendresse.

Un coup de cœur également, c’est une belle histoire familiale, il y est question d’homoparentalité mais ce n’est pas le seul sujet, puisque l’ouvrage aborde également les tumultes de la vie adolescente qui peut se montrer terriblement mordante. Et puis il ya infiniment d’amour et de tendresse dans ce texte formidable. Un livre tout en émotion pour lever définitivement les préjugés.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


L’Ivresse des libellules de Laure Manel aux Editions Le livre de Poche : Quatre couples d’amis décident de s’octroyer des vacances sans enfants dans une luxueuse bastide. Mais l’ambiance qui promettait d’être insouciante et idyllique ne tarde pas à se charger d’électricité. La faute aux caractères (et petites névroses) de chacun et chacune, aux modes de vie différents, à l’usure et à la routine qui guettent les amoureux quand s’invite le quotidien, et à des parents qui ont oublié ce qu’était leur existence lorsqu’ils ne l’étaient pas encore… Quand débarque une jeune et jolie célibataire, le groupe est plus que jamais au bord de l’implosion.

Ma déception du mois, j’ai adoré tous les romans de Laure Manel, mais je n’ai pas du tout accroché avec celui-ci. J’ai trouvé les personnages infectes et égocentrés. J’avoue que leurs états d’âme m’ont plus agacée que touchée… Dommage

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


J’aimerais bien être autiste (*) de Héloïse Breuil aux Editions L’atelier du poisson soluble : Témoignage. Récit à deux voix. Une mère se souvient de son enfant qu’elle croyait connaître, qu’elle croyait semblable aux autres enfants, de ses difficultés face au système scolaire, du long parcours jusqu’au diagnostic. Son fils se souvient de ses premiers énervements, du regard des autres, de son regard sur les autres, de tous les tests psychologiques qu’on lui a fait passer. Poignant, juste, jamais impudique ni inutilement sentimentaliste, ce texte parlera aux familles confrontées à une situation similaire, aux professionnels de l’enfance et finalement à tout le monde.

Je suis de très près l’actualité des parutions sur l’autisme, et j’ai été très touchée par ce texte d’une très grande justesse qui s’adresse aussi bien aux adolescents et adultes. Le témoignage à 2 voix est vraiment très intéressant et le parcours de cette mère et de son fils inspire respect et sympathie ! Le fils exprime son ressenti face à ses troubles dans les interactions sociales souvent mal comprises et interprétées par les personnes extérieures et en particulier l’école. La maman relate son parcours du combattant, ses désespoirs et certitudes de maman. Si vous voulez mieux comprendre ou faire connaître ce trouble neurodéveloppemental n’hésitez pas à le lire et le faire lire.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Chroniques de San Francisco – tome 1 (*) de Isabelle Bauthian et Sandrine Revel d’après les romans d’Armistead Maupin aux Editions Steinkis : L’adaptation en BD des romans best-seller d’Armistead Maupin ! San Francisco, fin des années 1970. Mary Ann Singleton débarque dans la baie après avoir coupé le cordon ombilical et quitté son Ohio natal. Elle trouve refuge dans une pension familiale au 28 Barbary Lane. La propriétaire, Madame Madrigal est, disons, pittoresque mais materne ses locataires avec une inépuisable gentillesse. Et ils en ont tous bien besoin, car  » s’il ne pleut jamais en Californie, les larmes en revanche peuvent y couler à flots « . Mary Ann va devoir s’adapter à cette nouvelle vie, Mona vient de perdre son emploi, Michael cherche l’homme de sa vie…

J’étais en manque de BD ce mois-ci quand celle-ci est arrivée dans ma boîte aux lettres ! Gros coup de cœur ! On se plonge avec bonheur dans l’ambiance du San Francisco des années 70 avec des personnages incroyables  en quête de LIBERTE qui sauront vous toucher. De l’humour, de la tendresse parfois de la tragédie, des héros (touchants pour certains, écœurants pour d’autres) qui cheminent et qu’on a hâte de retrouver dans un prochain tome.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les voyages de Lotta – tome 1 Les renards de feu (1) (*) de Zimmer et Ofride aux Editions Jungle : Le voyage fabuleux de deux sœurs dans les légendes nordiques ! Depuis la mort de sa femme Esther, Olaf, éleveur de rennes en Laponie, vit seul avec ses deux filles de quinze ans, Lotta et Solveig. Bien que jumelles, elles sont pourtant très différentes. Solveig est d’allure très fragile, mutique, enfermée dans son monde et ne communique quasiment pas avec son entourage. Lotta parle pour deux. Dynamique et déterminée, elle est très attachée à sa sœur et la protège contre les éventuels dangers extérieurs. Lotta veut devenir chamane. Mais une longue et difficile formation attend l’adolescente qui devra affronter plusieurs dangers. Lotta n’espère qu’une chose : entrer en relation avec les esprits et retrouver celui perdu de Solveig. Arrivera-t-elle à mener à bien sa formation ? Et pourra-t-elle ramener facilement l’esprit perdu de sa sœur ?

Une BD de saison puisqu’elle nous emmène en Laponie. C’est une BD jeunesse mais je me suis régalée à la découvrir ! Un duo de petites-filles qui vous émeut, un côté mystique et des dessins sublimes, des thèmes forts comme celui du deuil, bref un voyage enneigé dépaysant et très plaisant ! Une vraie réussite !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Bowls objectif minceur: Bowl cakes, Bouddha bowls, Poke Bowls … (*) de Amandine Bernardi aux Editions Larousse : Bowl cakes, bouddha bowls, smoothie bowls, porridges… Leur point commun ? Ils sont équilibrés, délicieux et se dégustent dans un bol ! Découvrez 45 recettes saines et gourmandes de bowls, vos nouveaux alliés minceur : des bouddha bowls et poke bowls pour la pause déjeuner ou le dîner, des bowl cakes et açaï bowls pour le petit déjeuner ou le goûter… Faites le plein de vitamines et savourez ces bols complets et rassasiants, parfaits pour les gourmets qui veulent prendre soin de leur ligne !

Un livre alléchant et plein de bonnes idées, il m’a pas mal inspirée pour renouveler un peu mes « gamelles » pour les déjeuners quotidiens au travail ! On s’aperçoit au final que les bols en plus d’être sains et complets sont très faciles à réaliser, à transporter et permettent aussi de bien gérer les quantités ! Les photos sont superbes et donnent envie de tout tester !

 

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

D’autres lectures de novembre sont à retrouver chez ma copinet Mathilde !

Les livres avec un « * »

ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures d’Octobre 2020

1 Nov

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ce mois d’ octobre 2020

16 ouvrages : 5 romans, 5 BD ou romans graphiques , 2 magazines et 4 livres pratiques !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La Part des Anges (*) de Bruno Combes aux Editions Michel Lafon : Lisa a perdu le goût de vivre depuis la mort accidentelle de son fils. Avec son mari et sa fille, elle quitte Paris pour s’installer dans une ferme isolée au fin fond du Périgord, La Part des Anges, dans l’espoir de se reconstruire. En vain…
Jusqu’au jour où Lisa découvre, niché dans le grenier de la vieille bâtisse, le journal d’Alice qui a vécu à La Part des Anges quatre-vingts ans auparavant. Page après page, Alice y raconte toutes les épreuves que la Seconde Guerre mondiale lui a fait traverser, de son mari déporté en Allemagne aux pires souffrances qu’elle a dû endurer pour assurer la sauvegarde de sa famille. Deux âmes égarées vont ainsi se rencontrer à l’abri des murs de ce lieu mystérieux. Devant le courage d’Alice, Lisa trouvera-t-elle la force de se reconstruire ?
DEUX EPOQUES- DEUX FEMMES – UNE LEÇON DE VIE ET D’ESPOIR…

Je suis très fan des romans de Bruno Combes, et tous ses écrits m’ont profondément émue, mais peut-être celui-ci un peu plus encore. Une belle histoire de reconstruction à l’épreuve du deuil, un beau témoignage d’espoir.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La vie n’est pas un téléfilm de Noël de Lydy Williams (autoédition) : Au cœur du Londres des affaires, Margot, photographe culinaire Française, a réussi à créer en quelques années une entreprise florissante. Business woman accomplie, elle fait désormais partie des gens qui ont réussi. Avec son associé et futur mari Stephen, Margot file également le parfait amour. Mais le rythme qu’elle s’impose pour maintenir tous ses objectifs l’entraine un matin à pousser la porte du Tea-Tattoo. Dans cet étrange salon de thé, elle va devoir ouvrir les yeux sur sa vie. Sa rencontre avec Alice et Jack va la mener loin du confort de son loft Londonien. Dans le petit village de Riverdove, simplicité et magie de Noël vont provoquer une véritable tempête de neige sur le chemin de Margot. Car même si la vie n’est pas un téléfilm de Noël, elle peut parfois devenir plus douce au détour d’un cottage anglais. Inclut des recettes gourmandes pour un Noël 100% authentique ! A travers une douce romance de Noël, Lydy Williams explore les méandres du burn-out, des relations toxiques et du besoin de se retrouver lorsque l’on s’oublie sur le chemin de la vie.

Mon premier roman de Noël de la saison 2020, en cette période morose, il m’a apporté tout ce que j’attendais de lui, une intrigue originale, de la romance saisonnière qui sent bon le thé épicé, et des personnages qui ne manquent pas de caractère. Une fois de plus la plume de Lydy ne m’a pas déçue ! A mettre de toute urgence dans votre PAL !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Fa(m)ille (*) d’Audrey Dana aux Editions J’ai Lu : Adorée par son père qu’elle rêve d’épouser mais ne voit jamais, élevée par Mary, sa mère excentrique et ultra-laxiste, la narratrice mène une vie fantasque à « Maryland » ― une grande maison délabrée en plein coeur de la Beauce que le père a laissée à sa famille pour mieux se consacrer au jeu et aux femmes. Mais ce « coin de paradis » se transforme rapidement en gigantesque capharnaüm : Mary y accueille des marginaux et des enfants de la DDASS pour arrondir ses fins de mois, tandis que ses quatre enfants, livrés à eux-mêmes, déploient des efforts de courage, de malice et d’amour pour trouver leur place dans cet extravagant tableau…

Une histoire captivante pour une famille atypique et tellement désarçonnante qui explique le jeu de mots du titre ! On finit la lecture très ému en pensant aux blessures et aux conséquences d’une telle enfance hors-norme.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Chère Mamie au pays du confinement de Virginie Grimaldi aux Editions Le livre de Poche :

Chère mamie,
J’espère que tu vas bien et que papy aussi.
Pendant 55 jours, pour se protéger du Covid-19, nous avons dû rester confinés chez nous. J’avais besoin de conjurer l’angoisse, alors chaque jour je t’ai écrit. La vie se chargeait de me fournir l’inspiration, et je ne manquais pas de grossir le trait, pour te distraire, pour me distraire. Aujourd’hui, je vais partager ces lettres avec tout le monde. C’est très émouvant de penser que l’on a tous vécu la même chose au même moment. Il faut que je te prévienne : tous les bénéfices seront reversés à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, qui soutient ceux qui ont porté le pays à bout de bras pendant deux mois. C’est un moyen
de se sentir un peu utile, après s’être trouvé bien impuissant.
Gros bisous à toi et à papy,
Ginie

Vous savez à quel point j’aime profondément Virginie et sa plume. Quel bonheur de voir ce recueil publié, même si j’en connaissais le contenu, puisque les publications de ces chroniques ont accompagné des moments particulièrement difficiles du premier confinement quand j’étais au plus mal, terriblement affaiblie par ce covid. Vous allez rire, vous allez être émus et en plus le livre sert une belle cause, il est donc OBLIGATOIRE 😉 de l’acheter !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La mère parfaite est une connasse ! (*) de Anne-Sophie Girard et Marie-Aldine Girard aux Editions J’ai Lu : Après La femme parfaite est une connasse ! , voici la version tant attendue consacrée aux mamans et aux futures mamans, car quoi de plus important que de les déculpabiliser ? ! Anne-Sophie et Marie-Aldine Girard nous livrent de grandes théories comme  » Les mensonges de mamans « ,  » Mon fils est mieux que ton fils  » ou  » Au secours, ma fille a éternué deux fois « , mais aussi des questionnements universels tels que  » Comment savoir qu’on n’aime pas ses enfants ? « ,  » Pourquoi pas accoucher sur un cheval ?  » ou encore  » Tu veux voir une photo de son caca ?  » (il fallait bien que quelqu’un en parle un jour). Ce livre est LE guide de survie de la maternité . Il convient aussi à toutes celles et tous ceux qui côtoient des mamans, afin de mieux les comprendre.

J’ai eu la chance de pouvoir faire gagner ce titre à 5 lectrices du blog sur instagram, j’espère qu’elles riront autant que moi en le découvrant ! Auto-dérision nécessaire si vous êtes maman ! Une bouffée de bonne humeur er d’humour à déguster sans modération !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


À volonté: Tu t’es vue quand tu manges ? de Mathou et Melle Caroline aux Editions Delcourt : « Avortez. », « Il va falloir faire un autre sport, votre fille n’est pas assez gracieuse pour la danse. », « On ne va pas avoir votre taille en rayon. », « T’as de la chance d’être grosse, au moins t’existes. »… Les journées de Mathou et Mademoiselle Caroline sont remplies de ces petites phrases, parfois anodines mais toujours assassines à propos de leur poids. Si l’une essaie désormais de s’accepter, l’autre fera toujours en sorte d’essayer de mincir mais ensemble, les deux autrices nous livrent leurs expériences et nous font prendre conscience que la grossophobie est un mal sociétal.

Une BD essentielle sur le thème de la grossophobie. Qu’on lutte contre l’obésité ou contre quelques rondeurs, on se retrouve énormément dans cet ouvrage aussi sensible et émouvant, que drôle et sans concession ! Merci mesdemoiselles pour cette BD indispensable pour remettre quelques pendules à l’heure ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le Printemps Suivant – Tome 1 – Vent Lointain de Margaux Motin aux Editions Casterman : Après une vie de mère célibataire un peu chaotique mais libre et indépendante, Margaux replonge à pieds joints dans la vie de couple. Mais cela ne se passe pas sans heurts et des perturbations se profilent à l’horizon. Et si c’était l’occasion de chercher à comprendre ce qui provoque ces nuages qui viennent de si loin ? Sept ans après La Tectonique des plaques, Margaux Motin reprend avec humour et émotion le fil du récit de son parcours de femme moderne toujours en quête d’épanouissement personnel et de connaissance de soi.

Je l’attendais avec impatience, le nouvel album de Margaux Motin ! L’humour est omni-présent mais j’ai surtout fini très touchée de voire l’auteure se livrer ainsi et nous montrer dans ce premier tome les fameuses contradictions féminines, les obsessions, les doutes… Vivement la suite !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Avez-vous lu les classiques de la litterature ? Tome 3 (*) de Soledad Bravi aux Editions Rue de Sèvres  : L’idée d’affronter Cent ans de solitude vous effraie au point de vous réfugier dans Crime et châtiment ou d’envisager de plonger à Vingt mille lieues sous les mers en compagnie de Martin Eden ? Voici la réponse à tous vos désarrois ! Grâce aux talentueuses Pascale Frey et Soledad Bravi, ce nouveau recueil au ton pétillant va vous permettre d’aborder sur un rythme tonique plus de vingt classiques de la littérature.

Je vous avais déjà présenté les tomes précédents ! Je confirme mon coup de coeur avec ce tome 3, une BD géniale pour découvrir de petites synthèses en BD qui ne manquent pas d’humour de grandes œuvres littéraires de notre patrimoine ! Une façon de les redécouvrir ou d’élargir un peu sa culture voir de donner envie de se lancer dans les lectures intégrales de œuvres originales.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La Venin, Tome 3 : Entrailles (*) de Laurent Astier aux Editions Rue de Sèvres : Ohio, octobre 1900. Emily, toujours traquée par les deux Pinkerton, continue son chemin de vengeance. Accompagnée de la petite Claire et de Susan, une esclave affranchie qu’elle a sauvée des griffes du Klan, elle arrive à Oil Town, une ville-chantier où l’on fore la terre à la recherche du précieux or noir. Mais après deux meurtres qui ont défrayé la chronique, les choses risquent bien de se compliquer pour elle… Et la rage qui secoue ses entrailles ne va-t-elle pas lui faire perdre pied ?

Une série addictive, je suis de plus en plus fan de tome en tome (et mon mari aussi). Je sors de ma zone de confort avec cette lecture qui me déstabilise, me coupe le souffle par son scénario sans répit, mais j’en redemande encore ! Un gros coup de coeur !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Profs – L’Album des 20 Ans (*) chez Bamboo Edition : En 2000 sortait le premier tome des Profs chez Bamboo. 20 ans et plusieurs millions d’albums vendus plus tard, après deux films au cinéma, on peut sans problème dire que les personnages de Pica et Erroc font partie du patrimoine de la bande dessinée. Pour fêter cet anniversaire, quoi de mieux qu’un album unique rempli de surprises !

Sortie en juin, tout le monde me l’a empruntée ! J’ai enfin pu la découvrir pendant ces vacances ! Une chouette série  comique incontournable du paysage BD français, et qui mérite pleinement son succès succès ! Humour et dérision pour montrer qu’on peut aussi caricaturer les profs !!!

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Débranchez votre mental ! (*) de Jean-Christophe Seznec et Sophie Le Guen aux Editions Leduc : Une approche originale pour arrêter de ressasser et rester maître de son esprit ! Qui n’a pas déjà ressenti le besoin impérieux de débrancher son mental face au flot ininterrompu de pensées qui l ‘assaillent tout au long de la journée ? Ce livre nous donne de précieux conseils pour passer un coup de balai dans notre tête et redonner du sens à notre vie. On découvre la méthode ACT (thérapie de l’acceptation et de l’engagement, illustrée de nombreux témoignages, pour: comprendre les ruminations et les conséquences néfastes qu’elles peuvent procurer (anxiété, troubles du sommeil, procrastination, perfectionnisme, mélancolie, troubles de l’humeur, etc. repérer les « pensées hameçons » qui vont à la pêche de notre attention pour vampiriser notre esprit accueillir nos émotions sans les juger et apprendre à les exprimer s’ancrer dans le moment présent et prendre soin de soi grâce à de nombreux exercices pratiques simples à appliquer au quotidien.

La morosité ambiante m’a fait réactiver mon application de méditation et l’envie de découvrir cet ouvrage qui m’attendait sagement dans ma PAL depuis un petit moment. Un livre ressource facile d’accès, bien argumenté et riche en ressources et témoignages.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


100 idées pour développer l’autonomie des enfants grâce à l’ergothérapie (*) de Juliette Lequinio et Gwendoline Janot aux Editions Tom Pousse : 100 idées destinées aux familles, aux enseignants, et aux professionnels accompagnant les enfants. L’ergothérapie est une profession paramédicale qui a pour mission d’aider les enfants en difficulté à relever les défis qu’ils rencontrent dans leur quotidien. Les ergothérapeutes les accompagnent pour développer leur potentiel, les amener à repenser leurs activités et a optimiser leur environnement. L’efficacité de leurs interventions a été validée par le biais d’études rigoureuses. Les ergothérapeutes partagent une vision concrète des besoins de l’enfant (et de sa famille) pour lui permettre de : jouer et développer sa motricité, ses sens, ses capacités de réflexion ; encourager son autonomie à la maison et dans ses loisirs en multipliant les expériences positives ; apprendre sereinement à l’école et acquérir de nouvelles compétences ; s’ouvrir aux autres et mieux communiquer ; trouver et valoriser son rôle dans la société. Un livre qui vous fournira astuces et outils pratiques pour grandir et s’épanouir dans son quotidien. Son objectif est de faciliter la participation de l’enfant dans ses occupations à la maison, à l’école et dans la société.

C’est une de mes collections préférées pour les ouvrages qui me servent dans ma pratique professionnelle. Une fois encore ce titre contentera autant les professionnels que les parents. Son découpage autour de 100 questions thématiques permet d’y piocher des informations ciblées en fonction de ses propres besoins.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Croix de bois, croix de fer, être parent c’est pas l’enfer ! (*) de Caroline Sagory chez Intereditions : Dois-je rester cool ou ne rien laisser passer ? Tout lui expliquer ou dire « c’est comme ça et puis c’est tout » ? Le laisser se tromper ou lui montrer la voie ? Être parent est le métier le plus difficile qui soit, et pourtant personne ne nous l’apprend. Nous avons besoin de soutien, de réconfort et de solutions au quotidien. Parents de jeunes enfants, ce livre vous accompagne, sans jugement mais avec bienveillance et bonne humeur, dans l’accomplissement de votre rôle. Il vous aide à trouver les bonnes réponses à vos petites et grandes questions sur la parentalité. Et à (re)prendre confiance en vous.
• Gérer une crise au supermarché
• Lui faire choisir ou non ses habits et ses repas
• Le laisser faire ses devoirs en autonomie
Et bien d’autres situations du quotidien décryptées…

Un guide parental dans la mouvance de l’éducation bienveillante au ton résolument optimiste et encourageant ! J’ai aimé les petits tests de mise en situation et la présentation très moderne et sympathique !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


J’aide mon enfant à développer son estime de soi (*) de Petra Krantz Lindgren aux Editions Eyrolles : Aptitude fondamentale à partir de laquelle toutes les autres se développent, l’estime de soi est à placer au centre de tout projet éducatif. Car un enfant qui s’accepte et qui s’aime, un enfant dont l’estime de soi est saine deviendra une personne qui saura écouter ses besoins, mais aussi ceux des autres. Il osera tracer son propre chemin dans la vie, s’indigner contre les injustices, assumer ses erreurs, recevoir la critique de façon constructive. En s’appuyant sur des témoignages et sur des exemples, ce livre donne des outils concrets aux parents qui veulent encourager et favoriser l’estime de soi au quotidien. Il aidera chaque éducateur à communiquer différemment pour gagner en sérénité et en confiance partagées.

L’ouvrage est construit autour de 2 grandes parties, la première plus théorique pour mieux comprendre l’importance de l’estime de soi et la seconde qui offre des outils pour communiquer avec son enfant. Le contenu est formidable et très intéressant mais les Editions Eyrolles nous ont habitué à mieux en terme de présentation qui est un peu tristounette et manque de ludicité et de peps.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous avez sûrement entendu parler comme moi du magazine Cocottes sur les réseaux sociaux, j’ai acheté un numéro pour tester, et gros coup de coeur, de ce fait j’ai craqué pour un abonnement ! Un ton qui change, des sujets originaux et dans mes centres d’intérêt, un ton plein d’humour mais aussi de connivence, pas de sélections shopping à 100 000 dollars ou de pub de parfums toutes les 2 pages ! Bref j’ ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Autre style mais autre coup de cœur, la revue Hors cadre proposée par L’Atelier du poisson soluble. C’est une revue où la BD et l’album jeunesse sont chroniqués par les auteurs eux-mêmes. Dans ce numéro 26, le dossier thématique, consacré ici aux relations ambiguës des images à la musique, est complété de multiples chroniques dessinées originales d’auteurs. Fans de littérature, de BD, de littérature jeunesse vous ne pouvez qu’être conquis ! Pour ma part j’ai particulièrement aimé le papier d’Anna Gavalda mais aussi l’article consacré à Un amour exemplaire  de Daniel Pennac et Florence Cestac.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

D’autres lectures d’octobre sont à retrouver chez ma copinet Mathilde !

Les livres avec un « * »

ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Pépite 2020 : Le syndrôme du spaghetti de Marie Vareille (PKJ)

26 Oct

J’avais prévu de commencer cette semaine avec une sélection de lectures ados et young adults mais j’ai fini hier un roman qui bien que pouvant s’inclure dans cette sélection méritait un billet pour lui tout seul ! Une pépite !

 

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ Le syndrôme du spaghetti

de Marie Vareille

aux Editions PKJ

Quand la vie prend un virage aussi terrible qu’inattendu, comment se réinventer et garder espoir dans l’avenir ?

Léa a 16 ans, un talent immense et un rêve à réaliser. Entraînée par son père, qui est à la fois son modèle, son meilleur ami et son confident, elle avance avec confiance vers cet avenir tout tracé.
À 17 ans, Anthony, obligé de faire face à l’absence de son père et aux gardes à vue de son frère, ne rêve plus depuis longtemps.
Ils se sont croisés une fois par hasard ; ils n’auraient jamais dû se revoir.
Pourtant, lorsque la vie de Léa s’écroule, Anthony est le seul à pouvoir l’aider à se relever.
Leurs destinées s’en trouvent à jamais bouleversées.

Comme vous pouvez le voir sur la photo, j’ai eu l’immense chance de recevoir ce titre dans un colis surprise, et c’est en progressant dans le lecture que j’ai compris le pourquoi de certains petits cadeaux ! C’est un titre poignant, le paquet de mouchoirs était effectivement très utile avec un sujet qui me touche et m’a beaucoup fait penser à une ancienne élève, pour autant on ne sombre pas dans le pathos et c’est plutôt une émotion qui vous grandit comme elle grandit l’héroïne.  Je déborde d’envie de vous convaincre absolument de lire ce roman sensible et pourtant je cherche mes mots en écrivant ce billet car je ne veux pas gâcher votre lecture en vous en livrant trop ! C’est certes un éditeur jeunesse qui publie cette pépite, mais il se destine autant aux ados qu’aux adultes ! Plus que jamais faites moi confiance et mettez ce titre dans vos wish-lists et vos PAL !

Pour vous procurer cet ouvrage

un clic sur le titre ou la couverture !

Merci aux Editions PKJ
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

 

Mes lectures de Septembre 2020

9 Oct

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ce mois de septembre 2020

12 ouvrages : 2 romans, 7 BD ou romans graphiques  et 3 livres pratiques !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les manipulateurs sont parmis nous – Nouvelle édition (*) de Isabelle Nazare-Aga aux Editions de L’Homme : Apprenez à repérer les manipulateurs, à comprendre leurs méthodes et à leur résister !
 » Il me pompe toute mon énergie.  » / » Dès que je lui parle au téléphone, je me sens mal.  » / » J’étais bien, loin d’elle, pendant mes vacances.  » Si vous ressentez un tel malaise avec une personne de votre entourage, c’est peut-être qu’une personnalité manipulatrice est en train de prendre le contrôle de votre vie. Derrière des masques aussi divers que la gentillesse, la séduction, la générosité ou la timidité, les manipulateurs sont habiles pour vous culpabiliser, communiquer de manière floue, mettre en doute vos capacités, utiliser la flatterie pour parvenir à leurs fins et se poser en victimes quand cela leur est utile. Comment repérer ces rongeurs d’énergie, démasquer leur fonctionnement et leur résister ? Grâce à ce livre, prenez conscience de l’étendue des dégâts que causent les manipulateurs, apprenez à communiquer avec eux avec une certaine indifférence (la contre-manipulation) et gagnez en détermination pour vous affirmer et parvenir à vous libérer de leur emprise.

Un ouvrage qui explique bien le fonctionnement des manipulateurs et/ou pervers narcissiques mais qui propose aussi des clés pour se sortir de leur emprise et se protéger des rencontres du même type. A mettre en toutes les mains de ceux qui sont en souffrance, aux hypersensibles, aux trop gentils bien souvent cibles de ces personnes mal-intentionnées..

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Quand on était petits (*) de Soledad Bravi aux Editions Rue de Sèvres : « Soledad nous offre un regard original et intime sur des épisodes inoubliables de son enfance. Dans ces chroniques autobiographiques, pastilles en bichromie glanées dans sa mémoire auxquelles viennent s’entrelacer les souvenirs des jeunes années de ses filles, l’écriture singulière du récit fait résonner, au gré des pages, nos propres aventures en un écho universel. Une tendre madeleine concoctée avec amour, à savourer jusqu’à la dernière miette. « 

Une petite madeleine de Proust comme l’indique la présentation de l’éditeur ! Si vous avez grandi dans les années 70/80 comme moi, vous risquez de beaucoup vous retrouver ! et Si ce n’est pas votre cas, vous serez aussi sous le charme de cette BD pleine d’humour, de nostalgie et de tendresse ! Comme je l’avais écrit pour C’était mieux avant de la mêm autrice, c’est un véritable livre-doudou ! ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Un autre regard, Tome 4 : Des princes pas si charmants : Et autres illusions à dissiper ensemble (*) de Emma aux Editions J’ai lu : Dans ce nouvel ouvrage, Emma revient sur le concept de charge mentale, qui a fait sa notoriété, et illustre comment les inégalités subies dans le privé sont un reflet de la société et du système dans lesquels nous vivons. Elle y aborde des sujets très politiques, comme les privilèges masculins, l’histoire de l’exploitation et de la division en classes, la galanterie comme forme de pouvoir… Ce livre est le fruit d’observations et de réflexions mises en images au fil de l’actualité. Une autre façon de voir notre monde pour aboutir, collectivement, à une autre façon de le faire tourner.

Toujours très juste, la blogeuse Emma raconte en dessins nos vies de FEMMES ! Sympathique, drôle et militant ! Un peu dans l’esprit du magazine Causette ! J’avoue avoir trouvé que le tome 1 n’était pas assez approfondi, mais les 3 autres tomes dont celui-ci ont complétement répondu à mon attente ! A lire et faire lire à nos hommes !  😉

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le meilleur rôle de ma vie de Cynthia Kafka (autoédition) : Ellie Lobster a 24 ans, un sens de la répartie incroyable, un don pour se mettre dans des situations inextricables et un rêve : quitter la ferme où elle vit avec une famille aussi nombreuse qu’étouffante et abandonner son improbable nom de famille pour devenir actrice. Pourtant, malgré sa détermination et son optimisme à toute épreuve, elle court de casting en déconvenue et d’échec en catastrophe. Sa vie sentimentale sent le roussi et son entourage désespère de la voir faire quelque chose de sa vie.Alors qu’elle se résigne à embrasser une carrière sans paillettes à l’usine, un casting raté lui offre une opportunité peu commune… en Californie !
Et si, entre deux gaffes et autant de quiproquos, confidences et lecture de tarot, Ellie interprétait enfin le meilleur rôle de sa vie ? Plongez avec Ellie Lobster dans une aventure aussi vibrante qu’hilarante !

C’est mon gros coup de cœur du mois ♥ Cynthia m’a apporté avec ce roman toute la légéreté, l’évasion, la bonne humeur dont j’avais besoin en ce mois-compliqué ! C’est très drôle, à mi-chemin entre le road-trip et la comédie romantique, le scénario rebondit tout le temps grâce à l’imagination débordante de cette autrice de talent ! Je l’ai déjà écrit sur le blog ou mon instagram, mais sincèrement j’espère qu’une grande maison d’édition proposera très vite un contrat à Cynthia car ses romans méritent davantage de visibilité en librairie et qu’elle a toute sa place dans le top ten des auteurs français de feelgood.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Je transmets des valeurs positives : Parité, écologie, respect de la différence : cela s’apprend ! (*) de Carla Schiappa-Burdet aux Editions Eyrolles : Respect des autres, des valeurs civiques, des différences… Respect de l’autre sexe, de l’écologie, mais aussi respect de soi … tout cela s’apprend à l’école mais aussi en famille, dès le plus jeune âge. Cet ouvrage invite les parents à aborder une éducation engagée : de la reconnaissance des émotions à l’apprentissage des notions essentielles au bien vivre ensemble, il accompagne les parents à la transmission des valeurs qui feront de leur enfant une personne épanouie, en lien avec les autres et consciente de son rôle sur la planète.

Ces guides de chez Eyrolles me plaisent toujours autant, tant dans leur contenu que dans leur présentation ludique et moderne ! Cet ouvrage a la particularité d’être très complet puisqu’il aborde l’éducation positive, l’écologie, le féminisme et la parité, les droits et règles du vivre ensemble et de la citoyenneté; bref c’est THE guide parental du moment selon moi !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La saveur du printemps (*) de Kevin Panetta et Savanna Ganucheau aux Editions Jungle : Y a-t-il une recette pour découvrir qui l’on est et ce qu’on veut dans la vie ? Fraîchement diplômé du lycée, Ari rêve de fuir sa province pour tenter sa chance avec son groupe de musique – si seulement son père voulait bien le laisser quitter la boulangerie familiale au creux de la vague… Petit, Ari adorait travailler là ; mais il ne peut s’imaginer passer sa vie coincé entre pains au levain et fours brûlants. Alors qu’il se cherche un remplaçant, il fait la connaissance d’Hector, un jeune homme avenant, passionné de cette pâtisserie qu’Ari tente désespérément de fuir. La température monte dans le fournil, l’amour semble prêt à éclore… enfin, si Ari be gâche pas tout au passage.

Une BD délicate qui raconte la naissance d’une belle histoire de complicité puis d’amour entre deux jeunes hommes et aborde avec beaucoup de justesse les appréhensions face au regard des proches ou du monde extérieur sur l’homosexualité.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Et si on réinventer l’éducation des garçons ? – Petit manuel pour dépasser les stéréotypes et élever des garçons libres et heureux – (*) de Christine Castelain-Meunier aux Editions Nathan : La parole des femmes se libère, l’éducation des filles progresse, réjouissons-nous ! Mais quid des garçons ?
On a beau s’insurger, le sexisme est toujours bien ancré partout, y compris dans l’éducation que nous leur donnons. Alors que faire pour que nos fils deviennent des hommes respectueux et ne rejoignent jamais les #. Un essai réjouissant et militant !

Alors que l’actualité se focalise sur « la tenue républicaine », il m’a semblé (comme à beaucoup si j’en crois mon fil IG) que le vrai sujet était plus celui de l’hypersexualisation et du regard empreint de patriarcat que peuvent porter nos jeunes garçons sur leurs camarades filles; c’est dans ce contexte que j’ai lu cet ouvrage qui m’a beaucoup intéressée et qui éveille les consciences face à l’éducation de nos garçons ! Un ouvrage nécessaire dans ce débat actuel.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Nellie Bly (*) de Luciana Cimino et Sergio Algozzino aux Editions Steinkis : Découvrez l’histoire incroyable et trépidante d’une des premières femmes journaliste. En 1885, au Pittsburgh Dispatch, un journal de Pennsylvanie, une missive amère envoyée par une jeune femme de 21 ans. Dans un courrier signé « l’orpheline solitaire », Elizabeth Jane Cochran dézingue un article misogyne appelant les femmes à rester à la maison. La lettre est tellement bonne que le rédacteur en chef du Dispatch l’embauche, pour 5 dollars la semaine. L’orpheline devient alors Nellie Bly, son nom de plume. Mais les rubriques pour dames l’ennuient. Elle part s’installer au Mexique, tient six mois avant de fâcher les autorités et file à New York pour rejoindre le New York World de Joseph Pulitzer. Là, elle devient la pionnière du reportage clandestin, en infiltrant une usine de boîte de conserves, un cabinet de recrutement de domestiques, un asile psychiatrique, et en effectuant un tour du monde en 72 jours qui la rendit mondialement célèbre… Bref une journaliste intrépide, une femme fascinante… et un authentique modèle !

J’avais découvert l’histoire de Nellie Bly dans le tome 2 de la BD Culottées de Pénélope Bagieu. Ce titre va plus loin dans son histoire, et c’est absolument passionnant ! Quelle féministe, quelle héroïne des temps modernes !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Freaky Mouse – Il en faut peu pour étriper ! (tome 2) (*) de Alexandre Arlene, Gyom et Mista Blatte aux Editions Jungle : Grâce à vous, nous avons changé ! Chers lecteurs, Merci d’avoir râlé à propos du premier tome de « Freaky mouse », d’avoir posté des commentaires désobligeants, de l’avoir trouvé trop sanglant, trop cruel envers vos personnages préférés. Vos insultes sur les réseaux sociaux et vos reproches d’avoir sali votre enfance nous sont bien parvenus.

Second tome pour ce titre horriblement drôle qui nécessite d’avoir une bonne dose de second degré ! Comme je l’écrivais pour le tome 1 , on est dans le registre de l’humour noir, plutôt trash qui égratigne l’univers Disney ! C’est terrible, piquant, ouvertement sanguinolent mais malgré tout très drôle ! Attention, une nouvelle fois je vous mets en garde, on range bien cet ouvrage, très très haut dans la bibliothèque, on ne le laisse pas traîner près du journal de Mickey des tout-petits au risque de les traumatiser à vie  ! 😉

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Carnets d’aventures ordinaires – La Lose de Mademoiselle Caroline aux Editions Delcourt : Le deuxième sujet des carnets d’aventures ordinaires de Mademoiselle Caroline parle à chacune et chacun d’entre nous. Car personne n’échappe à ces micro-problèmes qui ont le don de nous gâcher la vie…
Bien sûr, Mademoiselle Caroline n’échappe pas à la règle de l’emmerdement maximum et subit comme tout le monde ces petites contrariétés qui peuvent transformer une banale journée en un véritable calvaire. Mais pour notre bonheur, elle possède aussi ce petit quelque chose qui change tout, l’aptitude à l’autodérision qui lui permet de faire émerger de chaque situation vécue la part la plus drôle.

Mademoiselle Caroline est clairement une de mes autrices de BD préférées ! Elle a accompagné ma vie de femme enceinte et de jeune maman avec 2 de ses précédents ouvrages, et dans la Lose, c’est moi femme de la quarantaine qu’elle raconte avec tout l’humour et le franc parler qu’on lui connaît ! Le mois prochain je vous proposera un autre titre d’elle absolument formidable que je viens de lire en ces premiers jours d’octobre !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Pour un instant d’éternité (*) de Gilles Legardinier aux Editions J’ai Lu : Vincent sait mieux que personne ce qu’est un secret. Spécialiste des passages dérobés, c’est à lui que les riches et les puissants font discrètement appel pour dissimuler leurs trésors ou s’aménager des issues indétectables. Alors que Paris célèbre l’Exposition universelle et sa phénoménale tour Eiffel, Vincent et son équipe deviennent soudain la cible de tentatives d’assassinat. Un de leurs clients cherche-t-il à effacer ce qu’ils savent de lui ? Sont-ils traqués par des pouvoirs occultes ? Dans une époque bouleversée, confronté à des mystères surgis d’un autre temps, Vincent va tout faire pour déjouer la menace et sauver les siens. Ses découvertes feront voler en éclats ce qu’il croyait savoir du monde…

Un roman historique passionnant et tellement bien documenté ! Ce roman est un pavé (640 pages) et pourtant il se dévore ! Allez je vous l’avoue malgré tout, même si j’ai beaucoup aimé c’est tout de même dans le feel-good que je préfère Gilles Legardiner.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La guerre des mondes (*) de Thilo Krapp d’après H.G.Wells aux Editions Jungle1894. Des astronomes sont témoins d’étranges activités à la surface de Mars, comme des éclairs ou des explosions de gaz incandescent. Des météores venant de la planète rouge se dirigent bientôt vers la Terre. Des cylindres s’écrasent et libèrent des engins mécaniques contrôlés par des créatures tentaculaires installées à l’intérieur. Ces tripodes, armés de leur rayon ardent et d’un gaz toxique appelé  » fumée noire « , se dirigent vers Londres en désintégrant tout sur leur passage. L’armée britannique réplique. Mais rapidement, la lutte tourne à l’avantage des envahisseurs. Commence alors une fuite dans un monde ravagé…

Je ne suis pas une grande fan de science-fiction à la base, et si j’ai lu le classique de H.G. Wells au lycée, j’en ai gradé que peu de souvenirs ! J’étais donc curieuse de réveiller dans ma mémoire cette histoire par le biais de son adaptation en BD. Je trouve très chouette de redécouvrir un titre classique de cette ampleur en une petite soirée de lecture grâce à ce format BD !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

D’autres lectures de septembre sont à retrouver chez ma copinet Mathilde !

Les livres avec un « * »

ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de Juillet et Aout 2020

9 Sep

 

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ces 2 mois de juillet et aout 2020

16 ouvrages : 8 romans, 7 BD et 1 livre de naturopathie !

Petite présentation par ordre de lecture durant l’été !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Prénoms épicènes d’Amélie Nothomb aux Editions Albin Michel : Les prénoms épicènes peuvent être à la fois masculins et féminins. A ce nom savant on préfère souvent le terme de prénoms mixtes.
Derrière le titre d’Amélie Nothomb, l’histoire d’une relation père fille.

Voilà très longtemps que je n’avais pas lu un Amélie Nothomb, je me suis régalée avec ce court roman. Toujours aussi fantasque et percutante, l’écriture de l’autrice m’a une nouvelle fois conquise dans ce titre qui aborde la sphère familiale, et la vengeance.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Vent mauvais (*) de Cati Baur aux Editions Rue de Sèvres : Béranger est en crise, depuis son dernier succès au cinéma, il y a quinze ans, il est aussi peu inspiré dans son travail de scénariste que dans sa vie de divorcé, père de deux adolescentes Lison et Violette. Il peine à écrire la suite que lui réclame son agent et décide de quitter Paris … pour s’installer à la campagne à côté d’un champ d’éoliennes face auxquelles il semble trouver l’inspiration. Sur place, il vit une idylle avec Marjolaine, une fille un peu décalée, la trentaine, qui conduit le bibliobus du village. Quand elle ne joue pas au scrabble, elle s’occupe de ses vieux parents, enterre les oiseaux morts et rêve d’ouvrir sa librairie. Alors que Béranger reprend goût à l’écriture, les saisons passent et apportent leurs lots de mauvaises nouvelles. Il glisse alors doucement vers la dépression. Marjolaine spectatrice malgré elle de la situation sera contre tout attente, celle sur laquelle ils pourront s’appuyer…

Une BD où j’a eu plaisir à retrouver le trait de crayon de Cati Baur que j’aime beaucoup. Ce titre est incroyable car il aborde de nombreux thèmes : l’écologie, le mal-être adolescent, les envies de retour à davantage de ruralité et d’authenticité, les relations amoureuses, le burn-out… J’ai vraiment été happée et je l’ai lu d’une traite ! A noter dans vos wish-lists.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Naturopathie, le guide saison par saison (*) de Loïc Ternisien aux Editions Flammarion : Une méthode complète, pour protéger et renforcer votre corps tout au long de l’année, grâce à la naturopathie. Retrouvez dans ce guide : – Les principes de base de la bonne santé en naturopathie : Définissez votre tempérament, les aliments à privilégier pour prendre soin de vos systèmes (immunitaire, digestif, respiratoire…), les bonnes pratiques d’hygiène de vie à adopter au quotidien pour avoir un terrain robuste… – Des conseils ciblés, saison par saison : Nutriments et plantes à cibler pour prévenir tous les déséquilibres, rituels saisonniers, étirements ou encore cures d’intersaison… – Des fiches remèdes : En cas de petits bobos, des fiches pratiques vous indiquant comment répondre naturellement aux rhumes hivernaux, aux allergies printanières ou encore aux coups de soleil de l’été… Toutes les clés pour garder la forme toute l’année !

Un ouvrage pratique très complet sur cette thématique ! La lecture est plaisante et facilitée par le cloisonnement par saison. On se rend compte qu’au final nous disposons souvent dans nos frigos et placards de quoi se soigner naturellement !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Ursula – Mon père, cet enfer… (*) de Sandra Nelson et Hape aux Editions Miss Jungle : Ursula est une jeune fille pleine de vie et d’énergie. Passionnée par la fabrication de la slime, la musique et son chat Zizou, sa vie bascule le jour où, sa mère et son beau-père partent trois mois en Amazonie pour leur travail de botaniste. C’est décidé, Ursula ira vivre chez son père. Mais comment gérer ce dernier, qui adore les listes et les objectifs, quand en plus on fait sa première rentrée au collège ! Ursula va devoir affronter cette nouvelle vie et appréhender ce père qu’elle connaît si peu…

Une BD rythmée à proposer aux ados (et à leur piquer bien évidemment !!!) C’est très drôle, les collégiens et leurs parents s’y reconnaîtront sans mal,  mais c’est aussi très touchant quand cette petite fille et son papa finissent par enfin se rencontrer !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Esmée – Envoyée d’outre-tombe (tome 1) (*) de Christine Naumann-villemin et Maelle Schaller aux Editions Miss Jungle : Un fantôme qui découvre la vie d’adolescente au 21ème siècle. Durant des centaines d’années, les morts du cimetière des Bosquets ont pu reposer en paix. Mais depuis quelques temps, leur tranquillité est troublée : ils reçoivent des appels de vivants ! Et des appels incompréhensibles, en plus ! Après avoir délibéré, ils décident d’envoyer un des leurs enquêter sur ces étranges phénomènes. Ce sera Esmée, une adolescente morte au XVIIIe siècle. Elle seule pourra intégrer la cité scolaire Simone Veil sans attirer l’attention. Stupéfaite, émerveillée, horrifiée mais aussi fascinée, Esmée va découvrir la vie des ados d’aujourd’hui. Sa vie, ou plutôt sa mort va en être bouleversée…

Je l’ai souvent dit sur le blog, j’ai beaucoup de mal  être touchée par le fantastique ! Et bien, cette BD m’a conquise ! Cette héroïne venant du passé est terriblement touchante par sa crédulité et le cocasse des situations qu’elle découvre plongée dans une époque qu’elle ne connaît pas m’ont fait passer un agréable moment !  J’ai très envie de lire la suite ! Là aussi c’est une BD accessible aux pré-ados mais qu’on peut lire avec plaisir bien au-delà !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Le Réseau Papillon – Les combattantes de l’ombre (tome 4) (*) de Franck Dumanche et Nicolas Otero aux Editions Jungle : Gaston, Élise et François vont devoir faire preuve de ruse pour aider Jacques à se cacher et tenter de sauver les résistants arrêtés… 1941. Le soir de l’anniversaire de Gaston, Jacques, un petit garçon juif, est reccueilli chez les papillon. Mais il ne peut pas rester, le village est surveillé. Il faut vite lui trouver un endroit où se cacher, car des rumeurs de déportation circulent et la méfiance règne au sein de Mortrée…
D’ailleurs, de nouveaux élèves ont rejoint la classe de nos amis, notamment une certaine Claudine. Son rapprochement vis-à-vis de Gaston pourrait presque paraître suspect…

Le réseau papillon, c’est LA série de chez Jungle pour laquelle nous nous disputons la primeur de la lecture BBB’s dad et moi, il y a fort à parier que notre 8 ans va vite devenir accro lui aussi. Pourquoi cette série nous plaît autant ? Parce qu’elle aborde avec beaucoup de justesse cette période historique et que ses jeunes héros sont particulièrement bouleversants de courage et de sincérité.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Saisis Ta Chance, Calypso ! de Valérie Lavallé aux Editions Charleston : Ne jamais, jamais, l’avoir rencontré. Voilà ce que voudrait Calypso, en ce beau matin de novembre, alors qu’elle pense à sa récente rupture avec Yann. Yann est l’homme de sa vie et il l’a quittée. Brutalement. Une blessure qui jette une ombre sur tout le reste de sa vie si parfaite. Plongée dans ses pensées, Calypso ne voit pas venir la voiture qui la percute violemment. Cela pourrait être la fin de l’histoire… Ce n’est que le début. Car le choc l’a projetée six mois plus tôt, dans une vie à laquelle Yann n’appartient pas encore. Tout est donc encore possible et Calypso va devoir saisir sa chance pour tenter de réécrire l’histoire, son histoire. Une merveilleuse comédie romantique au ton enjoué, vif et résolument moderne, dans laquelle amour et amitié tiennent des places essentielles. Irrésistible Calypso !

J’avais très envie de lire le roman de Allo Maman Dodo et j’ai profité de l’offre All Stars 2020 sur Amazon pour l’acquérir au format Kindle. Ce fut d’ailleurs ma première lecture de roman sur écran, et finalement je me questionne sur l’acquisition d’une liseuse. Bref, revenons en au roman; c’est frais, pétillant, drôle, sincère à l’image de l’autrice ! Un très bon feel-good au scénario original !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Dans la Combi de Thomas Pesquet de Marion Montaigne aux Editions Dargaud : Le 2 juin 2017, le Français Thomas Pesquet, 38 ans, astronaute, rentrait sur Terre après avoir passé 6 mois dans la Station spatiale internationale. La réalisation d’un rêve d’enfant pour ce type hors-norme qui après avoir été sélectionné parmi 8413 candidats, suivit une formation intense pendant 7 ans, entre Cologne, Moscou, Houston et Baïkonour. Dans cette bande dessinée de reportage, Marion Montaigne raconte avec humour, sa marque de fabrique, le parcours de ce héros depuis sa sélection, puis sa formation jusqu’à sa mission dans l’ISS et son retour sur Terre.

Depuis que j’ai vu le film sur Thomas Pesquet au futuroscope il y a 2 ans, je rêvais de lire cette BD ! Je n’ai pas été déçue, absolument passionnant avec plein d’anecdotes surprenantes !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Même les méchants rêvent d’amour de Anne-Gaëlle Huon aux Editions Le livre de Poche : Jeannine a 85 ans passés. Elle aime : les bals musette, les costumes des patineuses artistiques et faire un six aux petits chevaux. Elle n’aime pas : le sucre sur le pamplemousse, les films d’horreur et les gens qui postillonnent. Le jour où on lui annonce que sa mémoire s’apprête à mettre les voiles, Jeannine est déterminée à ne pas se laisser faire. Alors elle fait des listes. Toutes sortes de listes. Et elle consigne dans un carnet tous les bonheurs qui ont marqué sa vie. Quand Julia, sa petite-fille, la rejoint en Provence, elle découvre ce que sa grand-mère n’a jamais osé raconter. L’histoire d’un secret, d’un mensonge. Entourée d’une bande de joyeux pensionnaires, Julia va tenter de faire la lumière sur les zones d’ombre du récit. Et s’il n’était pas trop tard pour réécrire le passé ?

D’un sujet grave : la perte de mémoire et la fin de vie, Anne-Gaëlle Huon réussit le pari de faire un livre à la fois tendre, drôle et pas du tout pathos. C’est sensible, bouleversant, on verse quelques larmes mais l’ensemble est tellement positif et lumineux ! A lire sans la moindre hésitation.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Dans la rue de l’école de Anouk F. aux Editions Cherche Midi : La rue de l’école, elle monte. Ou elle descend, c’est selon. En haut, les façades des immeubles sont un peu noires. Plus bas, les villas s’ouvrent sur des allées de graviers blancs. Ici, les habitants trimballent leur passé et bricolent leur présent. Au n° 7, Karine et son fils, Naël, essaient de repartir de zéro, ou plutôt de ne plus y rester. Juste au-dessous, Kamel apprend à être seul avec ses filles, Siryne et Nour. Au n° 24, Julie, la maman parfaite et quadra bien sous tous rapports, se cherche dans cette maison trop grande, dans ce confort qui l’encombre. Au milieu, au n° 12 : l’école publique. Nour disparaît un jour. Qu’ils viennent du haut ou du bas de la rue, les voisins se mobilisent pour la retrouver. Peut-être aussi pour se trouver. L’histoire d’une rue, d’un quartier, d’une société fissurée que l’on peine à rafistoler.

Merci Sabine pour ce roman ! Je pense que beaucoup d’enseignant en quartier sensible s’y retrouveront. La galerie de personnages est très émouvante (même les moins tendres, qu’on devine tellement écorchés). Un récit sans concession qui aborde avec franchise et un regard objectif bien des thèmes sociétaux de la vie des quartiers.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


D’ici là, porte-toi bien de Carène Ponte aux Editions Pocket : Quoi de mieux que quelques jours dans un hôtel de luxe tout neuf pour se remettre d’aplomb ? Elles sont six femmes à s’y rendre pour cette semaine d’inauguration. Elles ne se connaissent pas, n’ont pas le même âge, pas la même vie, mais elles vont se croiser, parler, partager leurs émotions, s’épauler parfois au cours de ce séjour si particulier pour chacune. Pas facile de se faire plaquer devant l’autel, d’espérer chaque jour un enfant qui ne vient pas, ou de savoir qu’on va bientôt perdre la mémoire… Mais en donnant sa chance à la chance, l’espoir pourrait renaître !

J’avais assisté dans la librairie de ma ville au lancement de ce livre par l’autrice en juin 2019, j’avais vu ses yeux pétiller à chaque description faite de ces 6 femmes, et j’avais donc très envie de le lire, je me suis donc jetée dessus à sa sortie en poche. J’ai été conquise ! Presque 6 romans en un, une plume malicieuse et pleine d’empathie et de tendresse ! Foncez les yeux fermés !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Victorieuses de Laetitia Colombani aux Editions Le livre de Poche : Brillante avocate, Solène tente de se reconstruire après un burn out. Acceptant une mission bénévole d’écrivain public, elle est envoyée au Palais de la Femme, un foyer au cœur de Paris. Les résidentes s’appellent Binta, Sumeya, Cvetana, Salma ou la Renée et viennent du monde entier. Lorsqu’elles voient arriver Solène, elles se montrent méfiantes. Mais Solène est bien décidée à trouver sa place auprès de ces femmes aux destins tourmentés… Un siècle plus tôt, Blanche Peyron œuvre en faveur des démunis. Elle a voué sa vie à l’Armée du Salut et rêve d’offrir un refuge à toutes les exclues de la société. Le chemin est ardu, mais elle ne renonce jamais.

L’auteure de La Tresse signe ici un nouveau best-seller même si je dois vous avouer que le précédent reste mon préféré. Une belle histoire d’entraide basée sur la découverte d’un personnage historique (Blanche Peyron) à qui les femmes doivent beaucoup. Il est question ici de sororité et de générosité.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Né sous une bonne étoile d’Aurélie Valognes aux Editions Mazarine : À l’école, il y a les bons élèves… et il y a Gustave. Depuis son radiateur au fond de la classe, ce jeune rêveur observe les oiseaux dans la cour, ou scrute les aiguilles de la pendule qui prennent un malin plaisir à ralentir. Le garçon aimerait rapporter des bonnes notes à sa mère, malheureusement ce sont surtout les convocations du directeur qu’il collectionne. Pourtant, Gustave est travailleur. Il passe plus de temps sur ses devoirs que la plupart de ses camarades, mais contrairement à eux ou à Joséphine, sa grande sœur pimbêche et première de classe, les leçons ne rentrent pas. Pire, certains professeurs commencent à le prendre en grippe et à le croire fainéant. À force d’entendre qu’il est un cancre, Gustave finit par s’en convaincre, sans imaginer qu’une rencontre peut changer le cours des choses. Parfois, il suffit d’un rien pour qu’une vie bascule du bon côté…

C’est le livre que devraient lire tous les enseignants quand ils doutent de l’efficacité de leur action et de leur engagement ou quand l’opinion publique les malmène. J’ai été infiniment émue par ce texte. Quel bel hommage aux enseignants amoureux de leur métier ! Merci ♥

 

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Je ne cours plus qu’après mes rêves de Bruno Combes aux Editions J’ai Lu : A dix-huit ans, Louane rêve de prendre le large. Mais lorsqu’elle échoue au bac, ses espoirs s’envolent. Jusqu’au jour où… Laurene, trente-neuf ans, mène une carrière brillante. Elle cherche le bonheur mais prend la fuite dès qu’il approche. Jusqu’au jour où… Louise, à la retraite, se retrouve veuve et seule pour la première fois de sa vie. Elle se dit que l’avenir n’a plus de cadeau à lui faire. Jusqu’au jour où… Trois femmes, trois générations, un point commun : elles ne veulent plus renoncer à leurs rêves. Et l’aventure qu’elles s’apprêtent à partager va les changer à jamais.

Je suis désolée si votre prochain passage en librairie vous coûte une fortune par ma faute, mais ce roman-là vous ne pouvez pas passer à côté non plus ! Un autre de mes coups de cœur de l’été. Il aborde au final le même thème que le livre d’Anne-Gaelle Huon mais les histoires n’ont rien à voir, le seul point commun de ces 2 romans : être magnifiquement écrit, prenant, émouvant. Et puis comme toujours j’adore les citations de début de chapitre, marque de fabrique de cet auteur qui fait partie désormais de mes écrivains préférés.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Simone Veil, la force d’une femme de Annick Cojean, Xavier Bétaucourt et Etienne Oburie aux Editions Steinkis : Annick Cojean est grand reporter au Monde. Au fil de sa carrière, elle a croisé Simone Veil à plusieurs reprises. Au fil de leurs rencontres, une relation singulière s’est installée entre Simone Veil et la journaliste. Une relation de femmes au-delà des fonctions. Un portrait subjectif, délicat et parfois surprenant de la femme au-delà de l’héroïne.

J’avais beaucoup aimé la BD consacrée à Simone Veil chez Marabulles et j’avais un peu peur que ce titre de chez Steinkis soit redondant. Et bien, pas du tout ! J’ai été conquise par ce titre très différent, qui prend le parti d présenter Simone Veil à travers ses rencontres avec la journaliste Annick Cojean. De fait je trouve les deux titres aussi merveilleux et très complémentaires.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Règles de l’amitié de Lily Williams et Karen Schneemann aux Editions Jungle : Au-delà d’une grande histoire d’amitié, un sujet important pour les jeunes filles, abordé en toute subtilité ! Pour Abby, Brit, Christine et Sasha, la coupe est pleine. Le lycée de Hazelton est toujours à sec. De tampons, de serviettes. D’adultes qui les écoutent, aussi. Remontées contre une administration qui fait passer le football avant la santé de ses élèves, elles veulent changer ça, ensemble. Mais la tâche n’est guère aisée, surtout entre les maths, le sport et les amours ! Heureusement, elles sont complices et tentent de se soutenir même quand elles ne sont pas d’accord. Les quatre amies vont devoir apprendre à coopérer afin de donner le meilleur. Mais comment faire entendre sa voix quand tout le monde s’en tamponne ?

Excellente BD qui je l’espère sera mise à l’honneur dans les bibliothèques et CDI des collèges et lycées ! Ces jeunes heroines ont tout compris au féminisme ! Le sujet des règles ( dans le sens menstruations) est abordé sans le moindre tabou ce que je trouve absolument génial (et normal au final ! ) ! Un titre pour libérer la parole et faire avancer les mentalités !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

D’autres idées lectures pour vos vacances sont à retrouver chez ma copinet Mathilde !

Les livres avec un « * »

ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Mes lectures de Juin 2020

30 Juin

 

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

Bilan de ce mois de juin 2020 2 romans ,3 BD et 4 livres de cuisine  !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Et que ne durent que les moments doux (*) de Virginie Grimaldi aux Editions Fayard :

L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt. Elle est minuscule, pourtant elle prend déjà tellement de place.
L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid. Son fils laisse un vide immense, mais aussi son chien farfelu.
L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite.

C’est l’histoire universelle de ces moments qui font basculer la vie, de ces vagues d’émotions qui balaient tout sur leur passage, et de ces rencontres indélébiles qui changent un destin.

Avec une infinie justesse et beaucoup d’humour, Virginie Grimaldi déroule le fil de leur existence et nous invite à partager leurs joies et leurs angoisses, mais aussi les souvenirs, les rêves et les espoirs.

C’est toujours une immense joie de découvrir les romans de Virginie que j’aime et que j’admire tellement. En 2019 elle était la romancière la plus lue. Nul doute qu’elle gardera ce titre en 2020 avec cette nouvelle pépite. Comme à chaque fois, on passe, au fil des pages, du rire aux larmes, et Virginie nous « cueille » avec délicatesse, authenticité, tendresse et une pointe d’humour savamment dosée. Comme à chaque fois je fractionne ma lecture pour profiter un peu plus de ses personnages terriblement touchants et bouleversants. Comme à chaque fois, je finis le livre terriblement émue et avec l’envie d’en lire un peu plus ! Bref, c’est un de ses plus beaux romans, alors… Foncez ! Une nouvelle fois vous ne serez pas déçus ! C’est la lecture incontournable de l’été 2020.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Dans la rue de l’école de Anouk.F aux Editions Cherche Midi :
La rue de l’école, elle monte. Ou elle descend, c’est selon. En haut, les façades des immeubles sont un peu noires. Plus bas, les villas s’ouvrent sur des allées de graviers blancs. Ici, les habitants trimballent leur passé et bricolent leur présent. Au n° 7, Karine et son fils, Naël, essaient de repartir de zéro, ou plutôt de ne plus y rester. Juste au-dessous, Kamel apprend à être seul avec ses filles, Siryne et Nour. Au n° 24, Julie, la maman parfaite et quadra bien sous tous rapports, se cherche dans cette maison trop grande, dans ce confort qui l’encombre. Au milieu, au n° 12 : l’école publique. Nour disparaît un jour. Qu’ils viennent du haut ou du bas de la rue, les voisins se mobilisent pour la retrouver. Peut-être aussi pour se trouver. L’histoire d’une rue, d’un quartier, d’une société fissurée que l’on peine à rafistoler.

Merci Sabine pour cette belle découverte ! C’est un roman très fluide et agréable à lire mais qui aborde des tas de problèmes sociétaux actuels. Il rend aussi avec le personnage de Marie superbement hommage aux enseignants et directeurs qui font bien plus qu’enseigner et accompagnent enfant et familles dans leurs problématiques.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Sacrées sorcières de Pénélope Bagieu d’après le roman de Roald Dahl aux Editions Gallimard Jeunesse : Les enfants sont répugnants ! Ils puent ! Ils empestent ! Ils sentent le caca de chien ! Rien que d’y penser, j’ai envie de vomir ! Il faut les écrabouiller ! Les pulvériser ! Écoutez le plan que j’ai élaboré pour nettoyer l’Angleterre de toute cette vermine…Attention ! Les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire et ressemblent à n’importe qui. Mais elles ne sont pas ordinaires. Elles passent leur temps à dresser les plans les plus démoniaques et elles détestent les enfants. La Grandissime Sorcière compte bien les faire tous disparaître. Seuls un jeune garçon et son extravagante grand-mère semblent capables de l’en empêcher…

Magique adaptation d’un roman jeunesse de mon enfance signé Roald Dahl. Je trouve même le récit dépoussiéré et modernisé. Je me suis régalée durant cette lecture rythmée, pleine de malice et d’humour décapant ! A faire lire aux petits et grands !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les Zola de Méliane Marcaggi et Alice Chemama aux Editions Dargaud : En 1864, Emile Zola est encore jeune pigiste chez Hachette. Discret mais brillant, il rêve de devenir écrivain. Il rencontre auprès de ses amis, figures artistiques majeures en devenir (Cézanne, Monet, Manet, etc.), la vivante et énigmatique Alexandrine, alias Gabrielle, devenue modèle afin d’échapper à sa condition d’ouvrière. Mutuellement séduits, ils entament une relation amoureuse qui se conclura par un mariage tardif. En plus de sa vie, elle partagera avec Zola son histoire personnelle tragique, et celle de son milieu de naissance misérable, qui servira de terreau à l’une des plus grande saga littéraire, politique et sociale de la seconde moitié du XIXe siècle : les Rougon-Macquart. Dans ce contexte, un troisième personnage viendra compléter ce trio, Jeanne Rozerot, la mère des deux enfants de Zola…

C’est l’excellente chroniqueuse MokaMilla qui m’a donné l’envie de lire cette BD (et de relire Zola d’ailleurs) durant le confinement ! Je vous invite à lire son magnifique billet sur cet ouvrage, je ne saurai être à la hauteur de son propos. En tous cas je confirme le coup de cœur tant pour la découverte de l’homme qui se cachait derrière l’écrivain que pour les illustrations sublimes !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Les vermeilles de Camille Jourdy chez Actes Sud : Beau temps pour un pique-nique?! Pas pour Jo, la cadette, qui fuit sa famille recomposée le temps de se perdre dans une forêt mystérieuse, loufoque et pleine de vermeilles. Camille Jourdy offre aux jeunes lecteurs un récit initiatique de haute voltige.

Troisième BD reçue en ce mois de juin pour mon anniversaire, et 3ème PEPITE ! Cet album a reçu à Angoulême le Prix fauve jeunesse 2020. J’y ai retrouvé la délicatesse d’une de mes BD préférées : Rosalie Blum de la même autrice. C’est également une BD intergénérationnelle à se prêter dans la famille ! Magnifique !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Happy Food La cuisine des copains (*) de Zoé Armbruster aux Editions Larousse : Croque-monsieur déstructuré, carbonara cake, boulettes de bœuf XXL, raclette et tartiflette revisitées, donut balls aux Oreo® … 25 recettes ultra-gourmandes pour plonger dans un univers de fromage tantôt fondant, tantôt gratiné, de pain grillé et de bacon croustillant !

et


Happy Food Oeuf, Jambon, Fromage (*) aux Editions Larousse : Scotch eggs au fromage, roulé jambon-raclette, gaufres super-cheesy ou encore œufs cocotte dans une pomme de terre… 25 recettes reprenant 3 ingrédients cultes, pour un max de gourmandises.

Comme beaucoup d’entre vous, nous avons beaucoup cuisiné en famille pendant ce confinement ! Mon loulou a fait de ses deux titres ses bibles, les recettes nécessitent peu d’ingrédients et les déroulés sont très visuels ce qui les rend accessible aux jeunes cuistots en herbe et à tous ceux en quête de recettes faciles et originales ! Une sympathique collection que nous suivrons.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


Recettes saines inratables à moins de 2 euros ! (*) aux Editions Larousse : 3, 4 ou 5 ingrédients, quelques minutes de préparation, et le tour est joué ! 100 recettes inratables et saines pour les petits budgets. Pas plus de 6 ingrédients pour limiter les courses. Indispensable pour manger sain et gourmand sans se ruiner !

Cet autre ouvrage a quant à lui été celui du DECONFINEMENT, des recettes saines, rapides, pour un budget très raisonnable, de quoi renouveler un peu les idées pour le bento du midi que j’emmène au boulot !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Apéros dînatoires à la plancha (*) de Merouan Bounekraf aux Editions Larousse : La belle saison est de retour ! Sortez la plancha et invitez vos amis ! Quoi de plus convivial qu’un apéro en plein air ! Découvrez plus de 40 recettes à « plancher » et à picorer sur la terrasse ou dans le jardin. Concoctées par le talentueux chef Merouan Bounekraf, petites brochettes, bouchées croustillantes, mini-wraps, petits farcis ainsi que quelques desserts composeront un apéro dînatoire parfait à partager en bonne compagnie ! Merouan Bounekraf a été révélé au grand public grâce à l’émission Top Chef. Son côté décalé et boute-en-train lui a valu la popularité et la sympathie du public. Merouan a fait ses armes dans plusieurs maisons étoilées, notamment Le Bristol. Depuis l’émission, il anime une chaîne YouTube de recettes de cuisine décalées, Un gars, une quiche, propose des concepts innovants d’animations culinaires et de dîners privés sur mesure et organise régulièrement des repas cartat’kiff pour les plus démunis.

On a bavé sur ce titre mais on l’a surtout offert pour la fête des pères/fêtes des mères à papi/mamie les rois de la plancha ! Des idées hyper originales, chaque page fait envie et les photographies sont magnifiques !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

D’autres idées lectures pour vos vacances sont à retrouver chez ma copinet Mathilde !

Les livres avec un « * »

ont été reçus en SP, Merci !

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :