Mes lectures d’avril 2019

5 Mai

Comme chaque mois,

je vous présente aujourd’hui

mes dernières lectures !

( avec un peu de retard ce mois-ci pour cause de 40 ans de Chéri-Mari 🙂 )

Bilan  de ce mois d’ avril 2019 12 ouvrages :

trois merveilleux romans, un livre pratique et un livre de témoignage,  et sept bandes-dessinées  !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous me permettrez de commencer avec mon CHOUCHOU du mois, une nouvelle pépite de

Quand nos souvenirs viendront danser (*) de Virginie Grimaldi aux Editions Fayard : « Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six : Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline. Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. » À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

ATTENTION ! PEPITE-BIJOU-CHEF d’OEUVRE !!!! Du grand Virginie Grimaldi, un savant mélange d’humour, d’humanité, de tendresse ! Quand Il est grand temps de rallumer les étoiles est sorti l’an passé, Tu comprendras quand tu seras plus grande a dû lui faire une petite place sur la première marche de mon podium … et bien désormais j’ai trois préférés. Le sujet m’a une nouvelle fois touchée en plein cœur; le temps qui passe, les destinées familiales, nos aînés qui vieillissent bien trop vite… les mots de Virginie ont ravivé des questionnements de plus en plus ancrés en moi. Il y a des extraits qui m’ont bouleversée, et notamment une déclaration d’Amour de Marceline à son Anatole, si riche de sens sur ma vision du couple, des anecdotes qui m’ont donné le sentiment que ce livre parlait des miens. J’ai une nouvelle fois ri aux éclats des dizaines de fois avant de laisser perler quelques larmes un instant après. Cette fois, la fin ne m’a pas surprise car je l’avais anticipée; elle est exactement celle que j’attendais mais dite avec tellement de délicatesse, de justesse et d’amour. Je suis complètement sous le charme de ce nouveau roman et tellement admirative du talent et de la plume de Virginie ! Je ne cesse de faire les louanges à mes proches de cette PEPITE ! Merci infiniment Ginie ♥

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Poste restante à Locmaria de Lorraine Fouchet aux Editions Le livre de Poche : Élevée dans le culte d’un père mort avant sa naissance, Chiara découvre, à l’âge de vingt-cinq ans, qu’elle est peut-être la fille d’un marin breton. Sous le choc de cette révélation, elle embarque pour l’île de Groix et fait la connaissance de Gabin, prête-plume d’écrivains célèbres, qui devient son compagnon de fortune. Mais ce séduisant jeune homme, arrivé comme elle de la « grande terre », est-il vraiment celui qu’il prétend être ? Et Chiara reviendra-t-elle indemne de son enquête insulaire ? Lorraine Fouchet signe un roman breton où la tendresse ne reste pas poste restante, où le bateau du courrier est porteur de bien des surprises, où les boîtes aux lettres recèlent des secrets inattendus.

Un autre très joli roman ! L’autrice met une nouvelle fois au premier plan son île chéri, et je dois vous dire que le livre reposé, on n’a qu’une envie : s’y réfugier sur la trace de ces héros si touchants. Un roman sensible sur la quête des origines, la construction de soi, la galerie de personnages est très touchante entre ces jolies rencontres, faites d’authenticité et d’une foi inébranlable en l’être humain et d’autres plus sombres peinant à sortir de leurs failles. Il en ressort un roman lumineux et aussi vivifiant que les embruns.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Une dose de douleur nécessaire (*) de Victoire de Changy aux Editions J’ai Lu : C’est un drôle de ballet qui se joue à Bruxelles. Elle est jeune, songeuse, tout à lui. Il a une vie ailleurs et le double de son âge. Rencontre insolite, séduction musicale, retrouvailles fugaces… Au fil d’instantanés amoureux alliant la sensibilité de Marguerite Duras à la fantaisie de Michel Gondry, Une dose de douleur nécessaire nous emporte dans une passion singulière.

Un texte magnifiquement écrit mais douloureux comme l’indique le titre. Dans un premier temps, ce livre m’a beaucoup fait pensé au roman Je l’aimais d’Anna Gavalda. Ces deux titres évoquent en effet l’amour adultérin… et puis je me suis éloignée de cette première impression, happée par le style vraiment original de l’autrice pour finir scotchée et décontenancée par le dénouement aussi sensible que tragique.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Raph Story – Croire au-delà de l’impossible (*) de Pierre Duplessis aux Editions Un monde différent : Recevoir un diagnostic d’autisme pour son enfant chamboule l’univers. Plusieurs pères ne résistent pas à ce choc et choisissent la fuite, déchirés entre l’abandon de leur enfant et la perspective d’une vie dans laquelle ils ne pourront jamais s’accomplir. Pierre Duplessis a vécu cette décharge, mais il a décidé de rester et d’y croire. Il était loin de se douter que cette décision allait l’entraîner dans une aventure incroyable, avec ses moments de joie intenses et ses recoins sombres, tout en lui permettant de devenir un père rempli de fierté. C’est pourquoi il a choisi de raconter son parcours à travers celui de son fils ; pour montrer que l’espoir est toujours là, dans le détour, quand on s’y attend le moins. Peuplé d’anecdotes savoureuses, parsemé d’un humour multipliant les références à la culture pop, Pierre Duplessis nous transporte dans le récit coloré de son fils autiste.

Il y a bien évidemment ce mois-ci encore eu beaucoup de lectures jeunesse ou adultes sur l’autisme, voici celui que je voulais absolument vous présenter ! Pas forcément évident de parler de l’autisme avec à la fois authenticité et humour, et pourtant l’auteur réussi ce pari. Un livre de témoignage formidable, réaliste mais optimiste et plein d’espoir avec plein de clins d’œil explicités en fin d’ouvrage !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Maigrir en bonne santé : Mincir sans sucre oui, mais pas en faisant n’importe quoi ! (*) de Jean-Michel Cohen aux Editions J’ai lu : Mincir oui ! mais pas en faisant n’importe quoi ! Avec le Dr Jean-Michel Cohen, apprenez ou réapprenez les bases de l’alimentation et appliquez sa nouvelle méthode pour perdre du poids. Avec les menus et idées de recettes, vous serez guidé au quotidien ! Une perte de confiance ? Une baisse de moral ? Visionnez les vidéos du Dr Cohen grâce aux QR codes inclus dans le livre : vous serez remotivés comme jamais !

C’est notre défi 2019 commun avec chéri-mari : réduire le sucre ! Pas évident pour moi en ce moment car mes soirées passées sur l’ordinateur à étudier, analyser, écrire mon mémoire m’ont fait retrouver la route du chocolat ! Cet ouvrage est donc arrivé au bon moment et m’a bien aidé !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Et puis pas moins de 7 BD ce mois-ci, typique d’un mois où je suis débordée et fatiguée ! J’y puise des petits moment de bonheur avec des lectures faciles et plaisantes et j’y fais surtout de très belle découvertes !

Les enfants de l’été : Bienvenue en centre de loisirs (*) de Milena aux Editions Vraoum : Milena est une lycéenne qui ne vit que pour les concerts, mais qui n’a pas le sou. Alors qu’arrivent les vacances, plutôt qu’aller à l’usine, sa mère lui suggère une idée : et si elle travaillait en centre de loisirs ? Super ! ça ne doit pas être bien compliqué…
On passe le BAFA et hop ! Bienvenue dans la vie d’une jeune animatrice qui découvre le quotidien du travail au milieu des enfants : les drames à la cantine, les cacas, les doudous perdus, les siestes, les crises, les pipis, re-les crises et les parents qui n’aident pas, mais aussi les grandes joies, les amitiés et les câlins.

J’ai travaillé pendant des années (de 17 ans à 31 ans) tous les étés en centre de loisirs ou colonies ! Autant vous dire que le sujet me parlait, sans pour autant m’identifier à l’héroïne, parce que peut-être un peu plus dans mon élément qu’elle ( les câlins et les pipis ne m’ont jamais effrayée). Quoiqu’il en soit je me suis bien amusée à me replonger dans cet atmosphère, à me remémorer mes propre souvenirs d’échanges avec les animateurs ou les enfants, les projets, les sorties, les grands jeux, et le sentiment d’être infiniment riche une fois la paye reçue !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

March comes in like a lion (tome 1) (acheté lors de l’opération 48h BD) de Umino Chica aux Editions Kana : Rei Kiriyama est lycéen, il habite seul dans un quartier populaire de Tokyo. Malgré son jeune âge il est joueur professionnel de shôgi. Enfant, il a perdu toute sa famille dans un accident et depuis il vit dans une grande solitude. Un jour, il fait la connaissance de trois soeurs : Akari, Hinata et Momo. A leur contact, Rei change peu à peu… Une histoire chaleureuse dans laquelle des personnes vont peu à peu retrouver ce qu’elles avaient perdu.

Un choix fait un peu à l’aveugle lors de l’opération 48h BD qui s’est révélée être une jolie surprise ! Les héros de ce manga sont très touchants, le jeune Rei nous bouleverse par son atypisme, sa solitude et sa mélancolie et les 3 sœurs si solaires sont tout aussi attachantes, j’ai découvert le shôgi que je ne connaissais pas. J’ai très envie de lire les tomes suivants !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

La Vie compliquée de Léa Olivier BD T01: Perdue (acheté lors de l’opération 48h BD) de Alcante, Catherine Girard Audet et Ludo Borecki aux Editions Kennes : Ce premier tome de « La Vie compliquée de Léa Olivier » nous emmène à Montréal, en compagnie de Léa, 14 ans, qui vient tout juste d y emménager avec ses parents. Séparée de sa meilleure amie Marilou et de son amoureux Thomas, elle peine un peu à se faire à son nouvel environnement. Il faut dire qu’entre les maladresses de Thomas, pas très doué pour les relations à distance, les filles du lycée qui la prennent de haut et son frère Félix qui joue les beaux gosses, Léa se sent parfois un peu seule. Heureusement, il y a Marilou, à qui elle raconte tout, par mail et par chat. Laquelle la tient au courant de la vie de leur village, des faits et gestes de Thomas et des aléas de sa vie amoureuse…

Pleine de fraîcheur et de légèreté, cette BD est plutôt destinée aux jeunes filles puisqu’elle raconte les péripéties d’une ado suite à son déménagement. Un style très moderne, avec une omniprésence des réseaux sociaux, des échanges par mails ou chats, et puis on s’amuse beaucoup avec les différences de vocabulaire entre Le Québec et le France !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Un été d’enfer ! (*) de Vera Brosgol aux Editions Rue de Sèvres : Arrivée de Russie, Vera veut à tout prix s’intégrer dans sa nouvelle vie à New York mais elle se rend compte très vite que ce n’est pas facile. Ses amies vivent dans des maisons luxueuses et leurs parents peuvent se permettrent beaucoup de choses comme de les envoyer dans les meilleures colonies de vacances du pays. Vera et sa mère n’ont pas les mêmes moyens et ne peuvent pas se permettre ces privilèges. Mais cette année, elle part dans une colonie de vacances russe où elle compte bien en profiter. Cependant, rien ne se passera comme Vera l’avait prévu.

Si Les enfants de l’été m’a ramenée à mes souvenirs d’animatrice, cet ouvrage m’a lui évoquée mes souvenirs d’enfant de jeune colon ! Comme l’héroïne j’ai été confrontée à un groupe de « pestouilles » et aux difficultés de la vie sous tente, mais j’y ai aussi fait à 10 ans une jolie rencontre, toujours dans ma vie 32 ans plus tard. L’ouvrage parle aussi du déracinement, de l’immigration, des différences culturelles et de la difficulté à trouver sa place quand on ne se sent pas complètement ni de son pays d’origine, ni de son pays d’adoption. Les dessins sont très expressifs et le côté « souvenir » enrichi par un bel effet de tonalités désuettes dans les dominantes de vert.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Ernest & Rebecca – tome 1 – Mon copain est un microbe (acheté lors de l’opération 48h BD) de Guillaume Bianco et Antonelle Dalena aux Editions Le Lombard : Elle s’appelle Rebecca, elle a six ans, bientôt et demi. Ses défenses immunitaires sont un peu faibles, mais elle ne compte pas se laisser faire: elle va prouver au monde qu’elle n’est pas une puce. Partie chasser la grenouille par temps de pluie, Rebecca attrape finalement Ernest, un drôle de microbe qui n’a pas la langue dans sa poche. Le genre d’ami bien utile à l‘heure où les parents se perdent dans leurs disputes de grands. Un nouvel album-jeunesse des plus originaux qui marie un graphisme très moderne avec une grande sensibilité dans le scénario.

Il s’agit cette fois du choix de mon 6 ans et demi lors des 48hBD, je ne connaissais pas du tout, alors j’ai voulu me plonger dedans avant de lui donner. J’ai beaucoup ri avec cette facétieuse petite fille malade mais pas sans ressources et son inséparable ami imaginaire : un microbe ! Le livre aborde les thèmes de la maladie et de la différence mais aussi la question des difficultés de couple avec habileté sans nonchalance ni dramatisme.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Le Réseau Papillon, Tome 3 : Rester libre (*) de Nicolas Otéro et Franck Dumanche aux Editions Jungle : Janvier 1941―L’hiver s’est installé sur le petit village de Normandie où vivent Gaston, Elise, Doc et Bouboule. Le village vit au ralenti et la guerre s’immisce dans le quotidien de chacun. Mais tout s’accélère le jour où Samba, tirailleur sénégalais en fuite, croise la route de Gaston qui décide, coûte que coûte, de l’aider. Plongés dans l’effroi du nazisme, nos quatre amis vont apprendre que la guerre change bien des choses.

On adore cette série avec mon mari, et si ce nouveau tome confirme notre coup de cœur, il ne nous a pas épargnés. Plus on avance dans la lecture des différents tomes, plus l’engagement de nos jeunes héros est fort, ets on reste très impressionné par leur courage et leur détermination malgré les épreuves parfois terribles.  L’ouvrage se termine une fois encore par quelques pages documentaires particulièrement intéressantes ( en particulier sur les tireurs sénégalais dans ce tome 3). Une façon intéressante de parler de la seconde guerre avec les enfants à quelques jours des commémorations du 8 mai.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les Beaux Étés – tome 1 – Cap au Sud ! (acheté lors de l’opération 48h BD) de Zidrou et Jordi Lafebre aux Editions Dargaud : Août 1973. Zidrou et Lafebre nous font une place dans la 4L rouge Esterel de la famille Faldérault : entre les parents et les 4 enfants, nous voici en route vers le Midi pour de « beaux étés » ! Chaque année, les mêmes rituels : Pierre, le père, rend ses planches de B.D. en retard, les chansons de vacances, l’étape pique-nique… Un mois pour oublier le quotidien, le couple qui bat de l’aile, Tante Lili malade. Des souvenirs à engranger qui font que la vie est plus belle, des moments précieux pour se rappeler l’essentiel. Cap au sud !

Ma plus belle découverte de l’opération 48h BD, c’est bien simple je les veux tous désormais ! Il y a là la même tendresse que dans Les vieux fourneaux, on plonge avec nostalgie dans les souvenirs faits d’amour et de simplicité de cette famille, c’est drôle et poignants car si les petits bonheurs sont glanés avec délectation, la vie ne les épargne pas non plus. Les clins d’œil aux années 70 vous feront sourire et cette tribu si attachante saura toucher votre cœur et votre sensibilité.

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Vous trouverez bien d’autres idées, j’en suis sûre, parmi les lectures d’avril de ma copinet Mathilde sur son blog !

Les livres avec * ont été reçus en SP, Merci

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures

Chut, les enfants lisent ! # 259 : Dans la Lune

24 Avr

Comme chaque mercredi, on se retrouve pour :

 Chut les enfants lisent !

le rendez-vous

incontournable

des passionnés de

la littérature jeunesse !


Dans la Lune

de Alice Brière-Haquet et Annelore Parot

aux Editions Gautier-Languereau

Jacques-Etienne est dans la lune, les pieds sur la Terre, mais la tête en l’air. Son esprit vagabonde et tout ce qui l’entoure nourrit son imaginaire. Plus personne ne sait quoi en faire  ! Mais ils se trompent, n’est-ce pas avec un petit grain de fantaisie que l’on accomplit de grandes choses  ?

Un album d’une infinie tendresse, qui rend hommage aux petits rêveurs, aux têtes en l’air, en leur offrant à travers cette histoire de quoi prendre une bonne dose de confiance en soi, et de faire de son caractère lunaire une force de caractère, un choix de vie rythmé de ses propres bonheurs. Je dois vous avouer que j’en fais (peut être une déformation professionnelle) aussi une lecture différente, en y voyant une mise en lumière de certaines particularités des enfants autistes (Jacques-Etienne m’évoque certains enfants aspies- Asperger), même si cela n’est pas clairement dit… et que c’est plutôt la différence qui est évoquée avec tant de tendresse et de délicatesse que je lui décerne une mention pépite !

 

 

Pour vous procurer cet ouvrage

un clic sur le titre ou la couverture !

Merci aux Editions Gautier-Languereau
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

  C’était ma participation à

Chut les enfants lisent,

le rendez-vous littéraire du mercredi, partagez vos lectures d’enfants

chez Yolina du blog Devine qui vient bloguer.


chut-les-enfants-lisent-logo-noir-et-blanc

Idées lectures pour les jeunes lecteurs – Vacances Pâques 2019

22 Avr

Je vous propose aujourd’hui une petite sélection de nouveautés

afin de trouver quelques idées lectures

pour occuper vos loulous jeunes lecteurs autonomes pendant ces vacances.

Pour rappel j’ai proposé jeudi dernier une sélection pour les ados


♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le club des DYS (Tome 6) : Le secret d’Aimée de Nadine Brun-Cosme et Ewen Blain aux Editions Flammarion Collection Castor Poche : Ce mercredi, Lou arrive chez Benoît accompagnée de sa grand-mère, Aimée. Pour cueillir les groseilles, les enfants font des équipes. Choisie par Aimée, Angèle en est sûre, elle ne va jamais gagner. A moins que tous ne prêtent au jeu de la cueillette les yeux fermés !

Le club des Dys , c’est une collection de premières lectures accessibles à tous à partir de 7 ans ( CE1) et adaptées aux dyslexiques. Son objectif essentiel est de donner confiance aux enfants dans leurs capacités de lire, de comprendre et d’apprendre. La particularité de cette collection, c’est d’isoler un son complexe étudié par tome, identifié par un prénom d’enfant et mis en couleur ; ici le « é» de Aimée.

Ces petits romans font un peu moins de 50 pages sont séquencés en chapitres (6 dans ce tome 6),  richement illustrés, la police( Easyreading) et les espacements sont adaptés, et le son étudié isolé via un code couleur. Les rabats contiennent des aides à la lecture comme la présentation des personnages, un dico de mots, et des jeux autour du phonème étudié. Après l’aide au déchiffrage, pour aider les enfants à améliorer leur compréhension des textes lus, la collection s’attache à rester proche des problématiques des enfants, de proposer des héros récurrents permettant de faire des inférences entre les différents tomes de cette série qui en compte donc déjà 6 ! L’enseignante spécialisée que je suis, adore !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Mathilde à la cantine 3 étoiles de Sophie Chérer et Véronique Deiss collection Mouche L’école des Loisirs : La rentrée, ça creuse ! Mathilde est ravie de retrouver Monsieur Mantault. C’est le cuisinier de l’école. Avec lui, la cuisine devient un jeu, un savoir, un voyage. Mais il n’est pas là, et la cantine a été transformée. Mise aux normes, ils disent. Mise au moche, oui ! Des barquettes industrielles, des étagères métalliques : tout est froid, fade, sans vie. Alors même si le directeur ne veut rien savoir, Mathilde et ses copains ne vont pas se laisser faire.

Mathilde, est l’héroïne d’une dizaine d’histoires de Sophie Chérer, c’est une petite fille vive, dynamique, qui n’a pas sa langue dans sa poche, aime mener des enquêtes, résister au conformisme et s’impliquer avec enthousiasme dans différentes causes citoyennes. Dans ce nouveau tome Mathilde s’attaque au « bien manger », c’est drôle, frais, enlevé et surtout plein de bon sens ! A découvrir absolument !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

L’Ecole des Souris – par Ici la Sortie ! de Mathieu Daude Agnes et Marc Boutavant collection Mouche L’école des Loisirs : Quand leur maman laisse les treize souriceaux à l’école, tout est calme. Très calme : il n’y a personne. Ni maîtresse ni surveillant. Le silence, à part le directeur qui ronfle là-haut. Il faut dire que c’est dimanche et que, normalement, il n’y a pas école. Mais normal ou pas, Elvis le hibou est maintenant bien réveillé : les treize souriceaux sont là, dans sa chambre. Il va vite falloir trouver quelque chose pour les occuper. Une sortie : voilà la solution ! Mais un hibou, une belette, un hérisson et treize souris en ville, ça ne passe pas inaperçu…

Notre illustrateur chouchou, Marc Boutavant, est présente deux fois dans cette sélection !!!! gniiiii !!!! Nous sommes ravis de retrouver l’école des souris, d’autant que j’avais offert le premier tome pour l’entrée de mon loulou en cp en septembre dernier ! Voici que nos 13 petites souris aux prénoms commençant tous par W découvrent le bonheur des sorties scolaires ! Bien évidemment les situations cocasses vont se succéder pour notre plus grand plaisir !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le Club de la Pluie au pensionnat des mystères de Malika Ferdjoukh collection Neuf aux Editions L’école des loisirs : Quand Rose Dupin fait son entrée au collège à l’internat des Pierres-Noires, elle ne se doute pas de ce qui l’attend. Elle fait la connaissance de Nadget Mellaoui et de son sourire ravageur, ainsi que d’Ambroise, le fils des gardiens de l’internat, et de son chien Clipper. Il pleut ce jour-là sur Saint-Malo. Mais, depuis la tour de l’internat, ce sont des appels au secours qui pleuvent sous la forme de petits papiers. Qui peut bien envoyer de tels messages ? Un mystère que devront résoudre Rose, Nadget et Ambroise, réunis au sein du Club de la Pluie. Ce livre rassemble deux enquêtes du Club de la Pluie, L’énigme de la tour et Le voleur de Saint-Malo.

Après avoir relu les 4 sœurs en BD, j’étais ravie de retrouver le plume de Malika Ferdjoukh. Au départ, Le Club de la Pluie, ce sont de petits récits avec énigmes parus dans la revue Moi je lis. Malika Ferdjoukh, à qui l’on propose d’écrire une série de petits polars, rédige alors quatre histoires. Trop longues, elles sont coupées et remaniées par le magazine pour tenir dans le format imposé. Les textes sont publiés. Les versions originales, plus longues donc, restent dans les tiroirs de l’auteure et elle les oublie jusqu’à ce que L’école des loisirs lui propose de les publier. Malika retravaille ses textes, les revisite. Les quatre histoires paraissent en deux volumes dont voici le premier. Des petits romans géniaux pour initier les enfants au genre policier et petit cerise sur le gâteau, la patte de l’auteure avec de nombreux clins d’œil à d’autre livres ou films.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Barkus : Rêves de chiens de Patricia MacLachlan et Marc Boutavant aux Editions Little Urban : « Attrapez ce ballon ! » cria un monsieur. Barkus bondit et attrapa la ficelle au vol. « Oh merci, merci ! » s’exclama le monsieur. Il rendit le ballon à sa petite fille qui caressa Barkus. « Bien attrapé! ajouta le monsieur. En voilà un bon chien ! – Le meilleur chien du monde ! » répondis-je. Un coup de foudre en amitié, un terrible orage et… Barkus, star du journal local ! Barkus et Lilou font des étincelles dans ces cinq nouvelles aventures illustrées par Marc Boutavant.

Au risque de me répéter, si vous suivez ce blog, vous savez à quel point je suis une grande fan de Marc Boutavant, j’ai aussi beaucoup de tendresse pour les écrits de Patricia MacLachlan et en particulier Sarah la pas belle et sa suite. Quel bonheur de les retrouver donc ici réunis ! Barkus et Lilou ont été à la hauteur de mes attentes aussi espiègles qu’attachants ! Les textes sont bien adaptés ( il y a en fait 5 petites histoires), et cette collection laisse la part belle aux illustrations pour le bonheur des jeunes lecteurs une jolie transition entre l’album et le petit roman ! C’est le deuxième titre de cette collection que nous possédons et nous sommes toujours aussi charmés !

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le canard le plus paresseux du monde et autres incroyables records de John Yeoman et Quentin Blake aux Editions Little Urban : Ce livre n’est pas drôle. C’est un outil de référence sérieux, pour les gens sérieux appréciant les faits sérieux. Grâce à lui, vous saurez enfin qui a inventé le pire piège à souris, quelle araignée est la plus poilue au monde ou encore combien de pingouins peuvent tenir dans une cabine téléphonique. Un indispensable pour tout amateur de records sérieux. (Aucun canard, pingouin, banane, araignée, jeune mariée ou vieille dame n’a été maltraité au cours de la réalisation de cet ouvrage).

Ne vous fiez pas au résumé de l’éditeur, ce livre est bien évidemment très drôle ! Le format est aussi très sympa puisque la présentation en records permet de fractionner ou distiller la lecture pour davantage de plaisir ! Mon coup de cœur va au record du conte de fée le plus cu-cul la praline, quant à mon loulou il est fan de l’animal de compagnie le plus bizarre du monde, que je ne souhaite personnellement à personne dans son jardin ! 🙂

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Hôtel des frissons, l’étrange visite (tome 4) de Vincent Villeminot aux Editions Nathan : Coup de blues pour Margot, la fille du propriétaire de l’Hôtel des Frissons. Sa mère mystérieusement assassinée lui manque. Tristan, le fils du cuisinier, essaie de lui changer les idées, mais rien à faire… Quand soudain un fantôme apparaît et révèle à Margot une information effroyable : l’assassin de sa mère vient de réserver une chambre dans l’hôtel… Est-il venu pour commettre un nouveau crime ?

Je vous ai déjà présenté cette série ayant pour décor un hôtel lugubre et inquiétant, à chaque tome, un « client » bien particulier est à découvrir. Une série « frissons » aux nombreuses illustrations avec un bon dosage d’angoisse et d’humour! Une nouvelle fois j’ai été ravie de retrouver l’un des auteurs de U4. Graphiquement l’ouvrage est très sympa évoluant en tricolore noir/blanc et vert pétant. Les ouvrages de cette série sont assez faciles d’accès et courts (un peu moins de 80 pages) ce qui les rend attractifs pour les « petits » lecteurs parfois effrayer par la densité d’un ouvrage. adaptée aux jeunes lecteurs.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Pour vous procurer ces ouvrages un clic sur les images ou les titres

Merci aux Editions L’école des Loisirs, Nathan, Flammarion et Little Urban

Toutes ces lectures présentées aujourd’hui concernent mon loulou de 6 ans et demi, et j’en profite pour vous parler d’un de ses héros littéraires : Ariol ! Nous avons tous les albums- Bd parus chez Bayard et mon fils ne se lasse pas de les lire et relire ! C’est aussi l’occasion pour moi de vous parler une troisième fois dans ce billet de Marc Boutavant 🙂

Ariol est passé de notre bibliothèque à notre petit écran, puisque nous avons découvert en avant-première Ariol prend l’avion (sorti depuis le 10/04 au cinéma). Dans ce petit film, Ariol et ses parents vont prendre l’avion. Un drôle de vol commence, plein de chansons et de trous d’air où Ariol, plus que jamais dans les nuages, rencontre une espiègle petite copine… Ariol prend l’avion est précédé de trois courts métrages pour une thématique commune : la place rêvée des avions dans l’imaginaire des enfants. Tout un programme pour avoir la tête dans les nuages ! Une chouette idée de sortie pour ceux qui sont encore en vacances !

Les aventures de Pettson et Picpus

21 Avr

En décembre je vous avais présenté 4 albums  de la série suédoise Pettson et Picpus

de Sven Nordqvist aux Editions Plume de Carotte.

Notre collection vient de s’enrichir de deux nouveaux titres 

que je vous présente en ce dimanche de Pâques,

propice aux discussions de poulailler ou de potager ! 😉

Pour rappel, le premier tome de cette collection mythique, à l’origine suédoise, est publié dans son pays, en 1984. L’auteur, Sven Nordqvist, connaît alors un vrai succès, et enchaine ainsi la suite avec 15 ouvrages. Ses histoires seront traduites en 53 langues, pour un total de ventes de 15 millions d’exemplaires jusqu’à maintenant.

La popularité de la série s’est construite autour de la richesse des illustrations des livres, parsemées de petits détails humoristiques et incongrus et des nombreux jeux de mots présents dans les textes. Les livres de la série ont été adaptés à de nombreuses reprises et dans différentes langues en dessins animés.

Aujourd’hui, après plusieurs années d’absence de la publication de cette série en français, les éditions Plume de Carotte la réédite, en tenant son engagement de démarche de qualité environnementale puisque ces ouvrages sont conçus sur des papiers écoresponsables, avec des encre à base d’huile végétale, chez des imprimeurs de proximité !

Plongez dans l’univers merveilleux des aventures de l’adorable fermier Pettson, et son farceur de chat Picpus, qui tomberont sur de sacrées surprises en explorant leur jardin aussi fleuri que féerique ! Pettson, petit fermier solitaire au grand coeur se voit un jour offrir un chat par sa voisine. Le petit filou nommé Picpus deviendra rapidement son meilleur compagnon, et partagera alors avec lui de folles aventures, toutes en rigolade et en surprises. Entre les parties de pêche au bord du lac, le ramassage de branches à travers la forêt et les courses de natation endiablées, les deux ne s’ennuieront jamais ensemble !

C’est un gros coup de cœur ici, je me régale des histoires tendres et malicieuses, pleines de bons mots, les textes sont assez longs mais bien adaptés pour partager des lectures plus complexes avec mon 6 ans et demi et nous adorons explorer les images pleines de détails ! Je vous propose donc de découvrir deux nouveaux titres !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les aventures de Pettson et Picpus – Le roi de la basse cour : Dans la ferme de Pettson, Picpus est le roi et fait la loi dans le poulailler. Mais voilà qu’un jour, un coq arrive dans la basse-cour. Non seulement il lui vole la vedette, mais il se révèle aussi très bruyant. Ses cocoricos répétés commencent à casser les oreilles de tout le monde ! Picpus, qui accepte mal l’arrivée de ce nouveau venu, va déployer des trésors d’ingéniosité pour arrêter le volatile …


♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les aventures de Pettson et Picpus – Grabuge au potager ! : C’est bientôt le printemps ! Pettson, aidé de son fidèle chat Picpus, décide de créer son propre potager. À eux les belles pommes de terre, les délicieuses salades et les carottes sympathiques ! Mais voilà que chaque matin, nos deux compères trouvent leur potager complètement saccagé… Qui sont les mystérieux coupables ? Ils décident de mener l’enquête, les choses ne se passeront pas comme ça !


♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Pour vous procurer ces ouvrages

un clic sur les titres ou les couvertures!

Merci aux Editions Plume de Carotte

Les jeux de notre printemps 2019

20 Avr

Je vous présente ce soir, deux jeux qui animent nos apéros familiaux

et qui rencontrent beaucoup de succès avec mon 6 ans et demi !

Le premier s’inspire de l’univers

de notre sorcière préférée Cornedidouille ( nous avons tous les albums 🙂 ); 

le second nous emmène à la découverte

d’animaux fabuleux : les rois du camouflage !

♠ ♣ ♥ ♦ ♠ ♣ ♥ ♦ ♠ ♣ ♥ ♦ ♠ ♣ ♥ ♦ ♠ ♣ ♥ ♦ ♠


Le Jeu de l’oie de Cornebidouille ! d’après l’univers de Magali Bonniol et Pierre Bertrand aux Editions L’école des Loisirs : « Si tu ne manges pas ta soupe, je mange ton doudou! » Attention, Cornebidouille est bien décidée à vous avaler tout cru! Il va falloir parcourir le plateau le plus vite possible et déjouer les pièges tendus par la célèbre sorcière. Un jeu de l’oie original et rigolo où vous devez réaliser les mimes et les défis lancés par la sublime, la magnifique, la grandiose Cornebidouille !

Ses atouts qui nous ont conquis :

  • un petit format, dans la boîte coffret se cache le plateau, mais aussi les 30 cartes lianes, 4 pions Petit pierre, 1 règle du jeu et 1 dé…
  • les défis absolument géniaux lancés par Cornedidouille, qui rendent ce jeu de l’Oie vraiment exceptionnel; je peux vous dire que voir papa faire la limace, maman trouver des rimes avec « crotte » et répéter « pue du bec des toilettes » font mourir de rire mon 6 ans et demi ( et nous aussi soyons francs !!!)
  • certaines cartes vous font redémarrer au départ quand la partie semblait pliée ce qui donne beaucoup de rythme au jeu, tout comme les cartes joker ( les « Nan j’veux pas » de Pierre) qui permettent de se défiler face au défi 😉
  • Le tout pour un mini-prix 11.90 € ! A jouer sans modération de 5 à 105 ans ! ( de 2 à 4 joueurs)

♠ ♣ ♥ ♦ ♠ ♣ ♥ ♦ ♠ ♣ ♥ ♦ ♠ ♣ ♥ ♦ ♠ ♣ ♥ ♦ ♠


Bioviva Défis Nature Rois du Camouflage Pariez sur les points forts des animaux: le joueur qui choisit la plus forte caractéristique remporte les cartes des autres joueurs.. Un principe simple devenu un phénomène de cour de récré qui associe audace, réflexion et mémorisation.. Le meilleur concept à ce jour pour sensibiliser durablement petits et grands à la beauté et à la fragilité du monde vivant.

Il s’agit donc d’une sorte de jeux de bataille où l’on peut jouer de 2 à 6 joueurs. Le joueur qui a la main choisit sur quelle caractéristique il souhaite se confronter aux autres. C’est l’occasion pour petits et grands de découvrir ou redécouvrir certaines espèces animales et d’en apprendre un peu plus sur elles.

Pour ajouter un peu de piment, le jeu nous réserve quelques surprises :

  • une carte collector (carte brillante) qui permet de gagner la manche
  • la possibilité de prendre la main si l’on a une carte prioritaire, pour cela on va s’intéresser au degré de menace qui pèse sur ces espèces (les pastilles dans les coins des cartes); l’occasion de distinguer les espèces en danger critique d’extinction (pastille rouge), les espèces en danger d’extinction (pastille orange), les espèces vulnérables (pastille jaune), et les espèces non menacées (pastille verte).

Pour mieux comprendre voici une petite vidéo à retrouver sur la chaîne You Tube de Bioviva 

Comme pour le précédent on est sur un prix tout doux, moins de dix d’euros.  L’éditeur le conseille à partir de 7 ans, mon six ans et demi s’en sort très bien, mais il est nécessaire de savoir lire pour mieux choisir entre poids, longueur, longévité, gestation ou incubation. Là aussi c’est un coup de cœur, que nous vous recommandons vivement d’autant que je suis très sensible à l’éthique de cette maison d’éditions de jeux proposant des jeux conçus en collaboration avec des professionnels de la petite enfance, made in France et sensibilisant à la protection de l’environnement.

 

 

Merci aux Editions L’école des Loisirs et Bioviva

 

 

 

 

Le grand voyage de Rickie Raccoon

19 Avr

Je vous emmène en voyage aujourd’hui !

en compagnie de Rickie Raccoon,

partageons un voyage initiatique de Vancouver à Hokkaïdo !


Le grand voyage de Rickie Raccoon
de Gaëlle Duhazé
aux Editions HongFei

 

De Vancouver à l’île d’Hokkaïdo, partir et grandir !
L’histoire de Rickie Raccoon qui fit un grand voyage pour se connaître mieux.

Il y a neuf ans, après une tempête, on trouva la petite Rickie Raccoon échouée sur une plage de l’île de Vancouver. Recueillie par Mme Rosabianca, Rickie a peu d’amis. Ce qu’elle aime, c’est aller à la plage ramasser les objets apportés par la marée. Un jour, les frères Foxy… des terreurs qui ne l’aiment pas beaucoup, découvrent que lorsqu’elle se fâche, Rickie se transforme en un vrai monstre !

Qui est-elle vraiment et d’où vient-elle ? Pour le savoir, Rickie décide d’embarquer à dos de baleine, direction l’île d’Hokkaïdo où vivent les Tanuki, des êtres possédant le don de métamorphose…

Une super histoire de reconquête de l’estime de soi, drôle et légèrement déjantée racontée au fil d’un album où l’illustration pleine page ou en cabochons crée un rythme inattendu et savoureux.

Vous aurez sûrement reconnu le trait de crayon, subtil mélange de crayons de couleurs et d’aquarelle, de Gaëlle Duhazé, je vous avais présenté son premier album en tant qu’autrice-illustratrice Chaton pâle et les insupportables petits messieurs  ( chroniqué ICI) et nous l’avions croisé en tant que fabuleuse illustratrice d’ Amélie Maléfice ( chroniqué ICI). Elle nous régale une fois encore d’une galerie de personnages tendres et expressifs. Comme pour son premier ouvrage ce qui m’a particulièrement touchée c’est la double lecture que l’on peut donner au message délivré. Les petits seront sensibles à ce récit initiatique empreint d’humour, de sincérité et de mythologie japonaise qui leur rappelle que connaître ses origines, et donc se connaître et s’accepter est un trésor inestimable pour bien grandir; mais le texte parlera aussi aux plus grands, notre génération fan de développement personnel et toujours en quête d’une autre idée du Bonheur, il évoque pour moi l’apprentissage du lâcher prise.

Le texte est bâti autour de 4 grands chapitres, permettant de fractionner la lecture avec les plus jeunes ( le tout fait une cinquantaine de pages). Et en fin d’ouvrage on découvre un petit dictionnaire pour mieux comprendre certains termes japonais ainsi qu’une carte du voyage. Un peu album, un brin BD, un soupçon documentaire, magistralement drôle, poétique, fantaisiste, optimiste et réconfortant cet ouvrage se résume au final en un mot : PEPITE !

Pour en savoir plus n’hésitez pas à visionner la vidéo de présentation par l’autrice-illustratrice :

Pour vous procurer cet ouvrage un clic sur la couverture ou le titre

Merci aux Editions HongFei 

Idées lectures pour les ados – Vacances Pâques 2019

18 Avr

Je vous propose aujourd’hui une petite sélection de nouveautés

afin de trouver quelques idées lectures

pour occuper vos ados pendant ces vacances.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Broadway Limited tome 2- Un Shim Sham avec Fred Astaire de Malika Ferdjoukh aux Editions L’école des Loisirs (Collection Médium +) : Janvier 1949. Six. Elles sont six à souffler sur leurs doigts quand le brouillard s’attarde sur New York. Avant de se réchauffer dans la cuisine de l’honorable pension Giboulée, où elles partagent aussi leurs rêves fous, leurs escarpins trop pointus et quelques pancakes joufflus. Un jour, elles seront comédiennes ou danseuses, et Broadway sera à leurs pieds. En attendant, Hadley, Manhattan, Page, Chic, Etchika et Ursula courent les théâtres, les annonces, les auditions, les cachets – New York est une ville fabuleuse à condition d’avoir des sparadraps dans son sac. Elles ont 19 ans ou à peine plus, et elles donneraient tout pour réussir, elles qui n’ont rien, en dehors de leur talent. Cela peut-il suffire dans cette Amérique d’après-guerre qui ne fait pas de cadeau ? Pas sûr. Mais si elles n’y croient pas, si elles n’y croient pas scandaleusement, qui y croira ?

Voilà un petit moment que je l’ai lu mais rangé sur l’étagère de « mes précieux » j’avais oublié de vous le présenter. Ce diptyque rythmé doit son titre au Broadway Limited, le train fabuleux et mythique qui reliait Chicago à Pennsylvania Station au centre de New York…  Une nouvelle fois j’ai été séduite par l’énergie qui se dégage de ce roman aux personnages si attachants. On passe de moments tendres, pétillants à d’autres plus sombres en abordant une nouvelle fois encore certains points de l’histoire comme la chasse aux communistes, la ségrégation, mais aussi l’histoire de la musique, de la danse, du cinéma ! Un bijou ! ( pour les 13 ans et +). Ma chronique du tome 1 : ici 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le bonheur m’a dit qu’il reviendrait de Eric Sanvoisin aux Editions La Joie de Lire : Lune est une collégienne qui souffre de prosopagnosie, une pathologie qui fait qu’elle ne reconnaît pas d’un jour à l’autre les visages des gens qu’elle rencontre même pas de ses proches ou amis. Une particularité très handicapante. Lune est ainsi toujours sur la défensive, sauf avec son amie Elsa, une jeune fille « très grande et très grosse », dont la mère est au chômage et le père en prison et qui vit dans un quartier difficile de la ville. Mais cette année là, ça va beaucoup mieux pour Lune : elle est amoureuse de son camarade Anton, spécialiste des oiseaux. Pourtant Anton a aussi ses soucis. Harcelé par Enzo, il est véritablement tétanisé par la peur dès que celui-ci approche. Un soir, Anton invite Lune à une soirée chez une amie. Mais il la trahit et donne l’occasion à Enzo de tenter de la violer. Lorsqu’Elsa l’apprend, elle brise deux côtes et une clavicule à Enzo et se fait renvoyer du collège. Le mois de juillet arrivant, les deux jeunes filles décident de faire ensemble un périple à pied à travers la Bretagne. Un voyage initiatique qui renforcera encore le lien qui les unit et leur permettra d’éclaircir un peu leur avenir embrumé.

Un texte très fort mettant en premier plan une histoire d’amitié extraordinaire et évoquant la différence, le handicap mais aussi la trahison et le harcèlement… Les deux héroïnes sont aussi émouvantes qu’admirables parleur débrouillardise et les valeurs qu’elles partagent . Une fois encore l’auteur du « Buveur d’encre » nous montre tout son talent en nous offrant un récit fort et original tout en émotion.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Jusqu’ici, tout va bien de Gary-D Schmidt aux Editions L’école des Loisirs (Collection Médium +) : 1968. Une petite, petite ville de l’État de New York. Un père sans repères, une mère sans remède. Deux grands frères, dont un avalé par la guerre du Vietnam. Pas assez d’argent à la maison. Trop de bagarres au collège. Des petits boulots pour se maintenir à flot. Une bibliothèque ouverte le samedi pour s’évader. Une collection d’oiseaux éparpillée à tous les vents. Des talents inexploités. Et une envie furieuse d’en découdre avec la vie. Dans ce roman d’apprentissage, Doug s’efforce de ne plus être ce que tout le monde semble penser qu’il est : « un voyou maigrichon ». Grâce à Lil, une alliée aussi inefficace qu’inattendue, Doug va trouver la force d’affronter la vie.

J’ai trouvé très intéressant de découvrir le parcours d’un ado de 1968 de l’autre côté de l’Atlantique en pleine guerre du Vietnam. Un ado cynique, en pleine crise, un brin paumé mais qui « se trouve » en découvrant le dessin et en croisant de belles rencontres. Un roman qui force l’admiration par sa justesse, il décortique, analyse les personnages sans sombrer dans les cliches, sans jugement où il y aurait d’un côté les méchants et de l’autre les justes.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Dix millions d’étoiles de Robin Roe aux Editions PKJ : Adam est hyperactif : il a des tas d’amis et ne s’arrête jamais de courir. Quand on lui demande de prendre sous son aile un petit nouveau très introverti, il accepte sans hésiter. Très vite, il comprend que ce garçon n’est autre que Julian, un orphelin qui a vécu chez lui autrefois et dont il avait perdu toute trace. Adam est heureux de ces retrouvailles, alors que Julian est l’ombre de lui-même. Déterminé à l’aider et à comprendre ce qui s’est passé, Adam va découvrir des secrets qui pourraient coûter cher aux deux garçons…

Pépite qui ne vous laissera pas indemne. Une histoire dure et bouleversante, abordant des sujets graves et témoignant d’un mal-être parfois insoutenable mais qui nous livre un message d’espoir, de tolérance et d’amitié. Ce roman a été nommé pour le prix du meilleur YA (Young Adult) de l’année 2017 sur Goodreads. Au vue du sujet on le réservera aux 15 ans et +.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Level Up de Cathy Yardley aux Editions PKJ : Les geeks aussi ont droit à l’amour ! Le rêve de Tessa est de travailler à la création de jeux vidéo mais, très introvertie, elle peine à se faire une place dans ce monde dominé par les hommes. Une opportunité se présente pourtant : elle a trois semaines pour créer un jeu s’inspirant de sa série préférée. Or, impossible d’y arriver seule ! Elle demande alors de l’aide à son coloc, le très intimidant Adam… Quand un rapprochement s’opère entre eux, leur cohabitation et leur rivalité professionnelle deviennent un vrai challenge. Parviendront-ils à atteindre le niveau supérieur ?

C’est THE feel-good de cette sélection ! Frais, drôle et rythmé, ce roman ne lésine pas sur les clins d’œil à la pop-culture et taquine gentiment les ados geeks. Une lecture légère qui fait du bien, parfaite par exemple pour reprendre son souffle après la lecture du roman plus grave présenté juste au-dessus.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

De sang et de rage (tome 1) de Tomi Adeyemi aux Editions Nathan : Il fut un temps où la terre d’Orïsha était baignée de magie. Mais une nuit, tout a basculé, le roi l’a faite disparaître et a asservi le peuple des majis. Zélie Adebola n’était alors qu’une enfant. Aujourd’hui, elle a le moyen de ramener la magie et rendre la liberté à son peuple ; même si face à elle se dresse le prince héritier du trône, prêt à tout pour la traquer. Dans une Afrique imaginaire où rôdent les léopardaires blancs et où les esprits ont soif de vengeance, Zélie s’élance dans une quête périlleuse…

Un roman fantasy unique et surprenant autour de l’univers africain. L’auteure connaît bien son sujet puisqu’elle a étudié la mythologie et la culture ouest-africaine. Ce premier roman salué par la critique est déjà en cours d’adaptation pour le cinéma.  Je vous avoue l’avoir partiellement survolé, n’étant pas fan du fantasy mais il a le mérite d’interpeller ! Pour info cet ouvrage sort en librairie le 2 mai, et est conseillé pour les 14 ans et +.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

La vie secrète de Rebecca Paradise de Pedro Mañas aux Editions La joie de Lire : Ursula et son père se sont installés dans une maison plus petite dans un nouveau quartier de la ville. Ursula doit donc changer d’école. C’est sa quatrième école et la petite fille appréhende cette rentrée. Il est vrai qu’en général cela ne se passe pas le mieux du monde. Et cette fois encore les appréhensions d’Ursula s’avèreront justifiées. Sophia, rédactrice en chef du journal de l’école, déléguée de classe, fille la plus populaire de toute l’école prend très vite en grippe Ursula qui a tendance à raconter des tas de bobards à tout le monde tout le temps. Quant à Alex, petit rouquin au nez plein de taches de rousseur, curieux de tout, lui aussi mis de côté par ses camarades, il propose une vraie amitié à la nouvelle élève, qui dans un premier temps la refuse. Mais Alex ne se laisse pas démonter… Grâce à lui, Ursula, qui rêve de changer d’identité, va créer son propre blog. Là elle peut enfin donner libre court à son imagination et devenir Rebecca Paradise, agent secret de grand talent ! Bien vite le blog prend de l’ampleur, toute l’école le suit avec passion et tous les élèves rêvent de savoir qui se cache vraiment derrière cette mystérieuse Rebecca Paradise !

Les romans ados édités par La joie de lire ne cessent de me charmer ! Après mon énorme coup de cœur il n’y a pas longtemps pour L’incroyable histoire du mouton qui sauva une école c’est une  nouvelle pépite de cet éditeur que je vous présente (Tout comme Le bonheur m’a dit qu’il reviendrait présenté plus haut d’ailleurs). Il s’agit ici d’une réécriture moderne et pleine d’humour du célèbre conte Le vilain petit canard. Je pense que l’adolescente que j’étais s’est aussi pas mal retrouvée dans ses blessures enfouies, pas si graves et pourtant encore douloureuses. Accessible facilement dès 10 ans.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Ma raison de vivre – tome 01 de Rebecca Donovan aux Editions PKJ :

– Et si je ne veux pas être ami avec toi ?
– Alors nous ne serons pas amis.
– Et si j’ai envie d’être plus qu’un ami ?
– Alors nous ne serons rien du tout.
Emma a tout fait pour empêcher Evan d’entrer dans sa vie. Non pas parce qu’il la laisse indifférente, bien au contraire, mais parce que personne ne doit savoir. Savoir qui elle est vraiment, quelle est son histoire, et surtout, ce qui l’attend tous les soirs, quand elle rentre chez elle…

Ma raison de vivre fait partie des grands succès que les éditions Pocket Jeunesse rééditent en version poche pour les rendre plus accessibles à tous. Un texte très très fort, parfois douloureusement supportable comme Dix Millions d’étoiles présenté plus haut, mais qui mérite d’être découvert pour le panel d’émotions qu’il nous fait vivre et sa fin poignante; qui donne bien évidemment envie de se plonger dans les prochains tomes.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Pour vous procurer ces ouvrages un clic sur les images ou les titres

Merci aux Editions L’école des Loisirs, Nathan, PKJ et La joie de Lire,

Escapade parisienne (Musée Grévin & Aquarium de Paris)

17 Avr

Nous avions promis à notre loulou de faire une courte pause pendant ces vacances studieuses pour une journée de relâche loin de nos ordis, nos projets pros, nos mémoires, nos obligations diverses et variées. Et c’est à Paris que nous sommes allés nous détendre et profiter d’un chouette moment en famille !

Première étape de notre escapade parisienne à la descente du train : le Musée Grévin situé dans le 9ème arrondissement de Paris.  Je l’avais pour ma part visiter avec mes parents adolescente ( au siècle dernier donc ! ) et j’en gardais un super souvenir ! 25 ans plus tard le charme a encore opéré, nous avons été fascinés par ces sosies de cire incroyablement réussis ! Chacun d’entre nous a pris plaisir à poser avec ses idoles ! Le musée a réalisé des travaux en début d’année pour surprendre un peu plus ses spectateurs ! Nous avons adoré l’accueil nous recevant avec beaucoup d’attention dans un décor de vieux palace parisien. Les premières étapes de la visite nous en mettent plein les yeux d’un point de vue architectural avec la salle des mirages et le théâtre ( j’ai adoré aussi la salle des colonnes un peu plus loin) ! Le parcours nous propose :

  • de côtoyer les plus grandes stars du cinéma, du théâtre, des monde de la musique, de la littérature, de la cuisine, de la politique…
  • de se mesurer aux grands sportifs…
  • d’explorer les mondes imaginaires avec les héros préférés des petits (Miraculous, Lapins crétins, Titeuf… etc)..
  • de revivre chronologiquement les grands moments de l’histoire de France !
  • et même de devenir une star soi-même en devenant coach ou candidat de l’émission The voice !

Les enfants se régalent à prendre la pose mais aussi avec toutes les petites activités ludiques où ils deviennent acteurs de leur visite. Voici quelques exemples de ce qu’a pu vivre mon 6 ans et demi : une expérience de lévitation avec Eric Antoine, une transformation à la Arthuro Brachetti, un match retransmis sur écran avec Messi, réaliser une co-interview avec Léa Salamé, effectuer un Paris Roubaix (sur un vrai vélo de Rpm) commenté par Gérard Holz, monter sur le podium des JO avec Martin Fourcade, enfiler une cape pour aider Chat Noir et Lady Bug les Miraculous à sauver Paris, faire se retourner le fauteuil des coachs de The Voice puis enregistrer en studio un titre de Kenji Girac… et bien d’autres encore… Autant vous dire que nous nous sommes régalés !

Quelques petits conseils, nous avons très peu attendus car nous sommes arrivés à l’ouverture, mais à notre sortie il y avait une file imposante sur le trottoir, privilégier donc vos visites le matin. En sortant régalez-vous du joli passage Jouffroy et aller faire un tour chez Pain d’Epices la caverne d’Ali-Baba. Pour préparer votre visite et plus d’informations, un clic ICI sur le site du Musée Grévin !

Après une pause déjeuner rapide chez Ronald ( beurkkkk… mais choix de notre loulou ! ), nous nous sommes rendus à l’Aquarium de Paris. Situé dans les jardins du Trocadéro, l’Aquarium de Paris offre un spectacle inoubliable aux petits et grands, avec soixante-dix de bassins permettant de découvrir plus de 13 000 poissons et invertébrés de toutes les mers de France, dont 50 requins, 2500 méduses, 700 colonies de coraux.
J’ai été fascinée par les méduses, 45 espèces incroyables réparties dans 24 bassins  ! Mon loulou lui a été subjugué par les requins et notamment la galerie qui permet de passer sous l’aquarium pour mieux les observer et les approcher. Mais son coup de cœur va au bassin caresse avec ses carpes Koï, nous y avons passé un long moment consacré d’abord aux caresses, puis il a eu la chance de participer au nourrissage ! Une expérience unique, pleine de sensations et de rires qu’il n’est pas prêt d’oublier ! L’aquarium propose d’autres animations interactives et des spectacles ludo-éducatifs comme Claire la Sirène ( un spectacle avec une vraie sirène qui donne une nouvelle interprétation du chant des sirènes ), des ateliers créatifs et un spectacle avec Oggy et les cafards. Ceux-ci n’étaient pas proposés hier mais le seront quasiment tous les jours de la semaine prochaine avec l’arrivée des vacances parisiennes, une chouette idée de sortie pour les vacanciers de la zone C.  Comme pour le musée Grévin, nous avons été mon mari et moi particulièrement sensibles à l’accueil sympathique du personnel. Pour programmer votre visite, n’hésitez pas à visiter le site le l’Aquarium de Paris.

Sortis de l’aquarium, nous sommes allés faire un coucou à la Tour Eiffel, que nous avions visité mon loulou et moi en juin dernier pour « sa première fois à Paris », puis nous avons fait une longue marche le long des quais du Trocadéro à St Michel pour nous rendre au chevet de Notre-Dame tout émus du drame qui s’était déroulé la veille. Un moment terriblement fort que nous n’oublierons jamais…

Merci au Musée Grévin et à l’Aquarium de Paris

pour leur accueil très chaleureux !

★ Lectures Foot Versus Lectures Danse ★ #02

13 Avr

Aujourd’hui, quelques propositions de lectures sur le thème de la danse et du foot !

Chacun y trouvera son bonheur !

Je me dépêche de chroniquer ce billet car les deux titres Clairefontaine

sont très attendus par un petit normand dont j’aime beaucoup la maman ! 😉

le-foot-est-un-sport-de-danseuse

  

**********************************

Je vous parle régulièrement sur le blog du partenariat inédit lancé par les Editions Nathan, sous  le signe de l’excellence avec l’Opéra National de Paris. Des ouvrages qui donneront envie aux enfants de rejoindre les 160 petits rats de l’Ecole de danse de l’Opéra.

Dans cette collection, on découvre deux nouveautés :

On connaît souvent les noms des grands ballets, mais que racontent-ils ? La collection Le roman du ballet répond à cette question en illustrant l’histoire  d’une des chorégraphies présentées à l’opéra de Paris. Voici l’histoire féérique et merveilleuse de Casse-Noisette racontée par Pascale Maret d’après la chorégraphie de Rudolf Noureev.

 


Casse-noisette – Le roman du ballet : C’est le soir de Noël chez les Stahlbaum. Le parrain de Clara, l’étrange Drosselmeyer, lui offre un pantin en forme de casse-noisette. La fête s’achève et, dans la maison déserte, tout se transforme : une armée de rats menace Clara ! Heureusement le casse-noisette qui a pris vie, les chasse avec l’aide de l’armée des soldats de plomb. Transformé en prince, il emmène la jeune fille dans un merveilleux voyage où flocons et danseurs tourbillonnent. Clara se réveille : aurait-elle rêvé ?

*********

Et puis un roman, 12ème  tome de cette collection écrite par Elizabeth Barféty et illustrés par Magalie Foutrier, relatant les aventures, les rêves mais aussi la vie quotidienne de six jeunes élèves de l’École de Danse (4 filles et 2 garçons). Cette série joliment nommée : 20, allée de la Danse, est publiée sous l’œil attentif et les conseils prodigués par Élisabeth Platel, Directrice de l’École de Danse. Grâce à un accès exclusif aux coulisses de cette institution prestigieuse, la série propose des histoires où chaque détail s’inspire de la vie de ces enfants qui deviendront peut-être un jour les danseurs de l’Opéra. Chaque tome est centré à tour de rôle sur un des personnages du groupe. Chaque titre soulève des problématiques essentielles : peur de l’échec, rivalité, passion, la pression de la compétition, la quête de l’excellence et les efforts qu’elle demande, la vie loin des siens à l’internat… A conseiller à partir de 8 ans, chaque tome fait un peu plus de 150 pages et en bonus une double page documentaire sur les petits secrets de l’école de danse et l’Opéra.



20 allée de la danse, un pas de côté -(tome 12) : À l’École, les élèves préparent un événement hors du commun : ils vont danser en public au musée d’Orsay ! En l’honneur du peintre Edgar Degas, les petits rats présenteront un exercice à la barre. Maïna, Constance, Zoé, Sofia, Colas et Bilal sont ravis de danser dans ce cadre unique. Mais leur plaisir est troublé par une série de disparitions d’objets de valeur à l’internat. Les élèves commencent à s’interroger : y aurait-il un voleur parmi eux ?

Edit du 20/04 : Bonne nouvelle ! Le treizième tome vient de sortir !

Je le rajoute donc à ce billet :


20 allée de la danse – Le rêve américain (Tome 13) : Les élèves de l’École de Danse sont surexcités : les voici à New York, où ils doivent donner deux représentations exceptionnelles ! Les petits rats en prennent plein les yeux : visites emblématiques, burgers et sodas géants, mais aussi découverte du New York City Ballet !
Ils y découvrent un style de danse athlétique qui les intrigue ; au point que Maïna hésite à passer les auditions de la School of American Ballet…

**********************************

Pour le foot, les Editions Nathan ont mis en place un beau partenariat avec la FFF (Fédération Française de Football), qui aboutit à la collection écrite par Fabrice Colin et illustrée par Christine Chatal : Clairefontaine, l’école des bleus, une série officielle de romans grand format sur la vie et les rêves des jeunes footballeurs de Clairefontaine, des histoires authentiques pour découvrir le quotidien des élèves de L’institut National du Football de Clairefontaine. Chaque titre se prolonge sur une double page documentaire sur le centre de Clairefontaine. Intéressant à savoir, ces histoires sont inspirées du quotidien des jeunes garçons pensionnaires dans ce centre entre 13 et 14 ans.  A proposer à partir de 8 ans ! Voici les tomes 3 et 4 :



Clairefontaine, L’école des Bleus – Le grand match (tome 3) : À Clairefontaine, l’Équipe de France s’entraîne avant d’affronter l’Équipe d’Angleterre. Non loin d’eux, les élèves de l’INF se préparent à un match contre le pôle Espoirs de Nantes. Mais sur les vingt-trois jeunes footballeurs, seuls onze joueront. Jordan craint d’être mis sur la touche. Yannis, lui, manque d’humilité et ne se rend pas compte qu’il met en difficulté les autres joueurs quand il « la joue perso »…


Clairefontaine, L’école des Bleus -Défis en équipe (tome 4) : De tous les pensionnaires de l’INF de Clairefontaine, Rafik est le plus solitaire et le plus indépendant. Pourtant, après que ses parents lui ont laissé entendre qu’ils ne pourraient pas venir le voir disputer un match important, le jeune footballeur se rend compte que l’attention des autres lui importe plus qu’il ne le pensait

Merci aux Editions Nathan

Pour vous procurer ces ouvrages, un p’tit clic sur les titres !

La philosophie pour les enfants

12 Avr

Aujourd’hui je vous présente quatre titres des Editions Nathan

pour initier les enfants à la philosophie !

♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Je découvre la philosophie (Livre-CD) de Aïda N’Diaye, illustré par Thomas Baas et chansons de Lisa Cat-Berro : Un outil simple pour inviter l’enfant à réfléchir à ce qui l’entoure, à sa vie, à sa place parmi les autres. A travers les aventures quotidiennes de Lucie et son frère Noé et de leur doudou Biboule, le petit lecteur va découvrir le plaisir de réfléchir par lui-même et de s’interroger : Qu’est-ce que l’imagination ? Peut-on aimer plus un objet qu’une personne ? Peut-on être curieux sans être indiscret ? Les races existent-elles ? Qu’est-ce que la violence ? A-t-on parfois le droit de mentir ?

Sur chaque double-page on découvre une grande question, sur lesquelles nos deux héros et leur mascotte vont débattre, les thèmes ont très variés mais correspondent bien aux préoccupations des enfants. Le cd apporte beaucoup d’humour et de légèreté les chansons sont bien évidemment des thèmes abordées dans les grands questions de l’album avec comme fil rouge la semaine qui s’écoule. A proposer dès la grande section.

Ce titre appartient à la collection Le bien être des petits chez Nathan comme le premier titre présenté hier dans ma sélection d’ouvrages sur les émotions.


♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Les 3 titres suivants s’adressent aux 7/10 ans, et sont issus de la collection Philo z’enfants de Nathan. Ils sont écrits par Oscar Brenifier, docteur en philosophie et formateur, il a travaillé dans de nombreux pays pour promouvoir les ateliers de philosophie pour les adultes et la pratique philosophique pour les enfants. Il a déjà publié pour les adolescents, enfants et enseignants de nombreux ouvrages sur le sujet. Il est aussi l’un des auteurs du rapport de l’Unesco sur la philosophie dans le monde : La philosophie, une école de liberté.

Les illustrations sont signées Frédéric Benaglia pour les deux premiers et Anne Hemstege pour le troisième

Ce sont des livres de questions pour ouvrir le dialogue et apprendre à penser par soi-même ! En effet, il n’y a pas de réponses toutes faites ou uniques sur les grandes questions de la vie que se posent les enfants.

Dans chaque ouvrage on découvre six grandes questions illustrées de 36 situations quotidiennes et 144 petites questions pour rebondir, ouvrir le dialogue et initier les enfants à la réflexion philosophique, comme un jeu. Comme l’explique l’auteur le but n’est pas d’exclure la réponse du parent, elle peut d’ailleurs étayer le propos de l’enfant, mais il est question d’apprendre à l’enfant à penser et juger par lui-même pour acquérir sa propre autonomie et devenir responsable. Certaines questions en feront naître de nouvelles, d’autres resteront sans réponse, mais des pistes se dessineront et permettront le dialogue.

 

Vivre ensemble c’est quoi ? – Philo z’enfants  :

Aimerais-tu vivre tout seul ?
Es-tu toujours obligé de respecter les autres?
Dois-tu toujours être d’accord avec les autres ?
Sommes-nous tous égaux ?
Sommes-nous tous obligés de travailler ?
A-t-on toujours besoin d’un chef et de règles pour vivre ensemble ?


♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


La Liberté, c’est quoi ? – Philo z’enfants :

Peux-tu faire tout ce que tu veux ?
Les autres t’empêchent-ils d’être libre?
As-tu besoin de grandir pour devenir libre?
Un prisonnier peut-il être libre?
A-t-on tous le droit d’être libres ?
A quoi peut servir la liberté ?


♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦


C’est quoi la violence ? – Philo z’enfants 

Qu’est-ce qui te rend violent ?
Comment sais-tu que tu es violent ?
Peux-tu t’empêcher d’être violent ?
As-tu le droit de frapper quelqu’un ?
A quoi peut servir la violence ?
As-tu raison d’avoir peur des autres?

 



♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦ ◊ ♦

Merci aux Editions Nathan

Pour vous procurer ces ouvrages,

un p’tit clic sur les titres ou les couvertures !

%d blogueurs aiment cette page :